Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221256299
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 122 x 182 mm
Nouveauté

Grandeur et décadence

Henri EVANS (Traducteur)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 30/09/2021

Les pérégrinations tragi-comiques d’un anti-héros naïf… La réédition d'un roman culte d'Evelyn Waugh.

Un jour, déculotté par ses camarades d’Oxford, Paul Pennyfeather est accusé d’attentat à la pudeur et injustement renvoyé de l’université. Sans argent, sans avenir, le jeune homme obtient un poste de professeur dans une médiocre public school du pays de Galles. Son chemin croise alors celui d’une aristocrate qui dirige...

Un jour, déculotté par ses camarades d’Oxford, Paul Pennyfeather est accusé d’attentat à la pudeur et injustement renvoyé de l’université. Sans argent, sans avenir, le jeune homme obtient un poste de professeur dans une médiocre public school du pays de Galles. Son chemin croise alors celui d’une aristocrate qui dirige (sans qu’il s’en doute) une chaîne de bordels en Amérique du Sud. Alors qu’il est sur le point d’épouser la fille de cette dernière, la vérité éclate sur l’affaire de prostitution, et il se retrouve – injustement, à nouveau ! – dans le box des accusés, puis en prison.
Satire de l’Angleterre des années 1920, parodie du roman d’apprentissage et du récit picaresque, Grandeur et Décadence, premier roman et premier chef-d’oeuvre d’Evelyn Waugh, le propulsa au rang des meilleurs écrivains de sa génération.

« Ce qui se dessine avant tout [dans ce livre] est le trait plein d’élégante ironie, si distinctif de son oeuvre. La tragédie du gentleman rédimée par l’humour. » Sean James Rose, Libération

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221256299
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 122 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • polarjazz Posté le 29 Mai 2021
    J'ai découvert Evelyn Waugh grâce à "Bagages enregistrés", récit de voyages datant de 1930. "Grandeur et décadence" est un roman écrit en 1928. L'action se déroulent au Pays de Galles dans une public school. Il suffit d'un évènement pour contrecarrer les espoirs et les ambitions d'un homme. Cet homme s'appelle Paul Pennyfeather. Etudiant, il est renvoyé d'une grande université d'Oxford pour avoir été pris à partie lors d'une soirée étudiante. Le sol semble se dérober sous ses pieds. C'est un homme ordinaire, complaisant et d'une certaine façon libre. A Llanabba Castle, il rencontre ses collègues au passé et à la vie excentrique et de jeunes étudiants privilégiés pour qui la discipline est un mot inconnu. L'auteur ausculte avec jubilation la société aristocratique anglaise. Dans les années 20, le monde est en pleine mutation économique, sociale et culturelle. L'Angleterre, en avance sur les autres nations européennes s'entête à maintenir une communauté, puissance gardienne et conservatiste. Ses mots d'esprit dessinent des choses énigmatiques. Evelyn Waugh prend le temps de croquer les mœurs nobles de "cette corporation" en y soignant la qualité de la langue. C'est irrésistible. Les phrases s'enchaînent imprimant une coloration
  • Taraxacum Posté le 26 Juin 2016
    Sarcastique et cynique, Grandeur et décadence est un roman plein d'humour, souvent noir, qui commence dans la plus chic des universités anglaises, passe par la plus misérable des public school, dérive en prison puis à Corfou...Et à travers tout ce voyage, nous croisons une ironie fort bien tournée, et une satyre de la société anglaise obnubilée par les titres et les apparences. Notre pauvre protagoniste en fait les frais mais ne perd jamais son calme, ce qui nous permet de goûter à l'humour de cette plume et à son talent avec d'autant plus de plaisir. Nous suivons Paul, jeune homme d'origine modeste mais à qui feu ses parents ont laissé une petite pension et qui étudie des plus paisiblement à Oxford, se destinant aux ordres religieux. Voilà cependant qu'une bande de futurs Lords avinés en fait un soir sa proie , le déculottant en public et le pauvre Paul se trouve mis dehors sous couvert d'attentat à la pudeur pour épargner le scandale aux jeunes gens plein aux as. Son tuteur en profitant pour se mettre son argent dans la poche, voici Paul obligé de gagner sa vie en devenant Maître dans une public school très peu connue, à la... Sarcastique et cynique, Grandeur et décadence est un roman plein d'humour, souvent noir, qui commence dans la plus chic des universités anglaises, passe par la plus misérable des public school, dérive en prison puis à Corfou...Et à travers tout ce voyage, nous croisons une ironie fort bien tournée, et une satyre de la société anglaise obnubilée par les titres et les apparences. Notre pauvre protagoniste en fait les frais mais ne perd jamais son calme, ce qui nous permet de goûter à l'humour de cette plume et à son talent avec d'autant plus de plaisir. Nous suivons Paul, jeune homme d'origine modeste mais à qui feu ses parents ont laissé une petite pension et qui étudie des plus paisiblement à Oxford, se destinant aux ordres religieux. Voilà cependant qu'une bande de futurs Lords avinés en fait un soir sa proie , le déculottant en public et le pauvre Paul se trouve mis dehors sous couvert d'attentat à la pudeur pour épargner le scandale aux jeunes gens plein aux as. Son tuteur en profitant pour se mettre son argent dans la poche, voici Paul obligé de gagner sa vie en devenant Maître dans une public school très peu connue, à la merci d'une bande de personnages plus savoureux les uns que les autres, et ce ne sont là que le début de ses mésaventures. Il y a beaucoup de talent dans la plume d'Evelyn Waugh et il n'a rien d'étonnant à ce que ce livre ait été pour lui le début de la célébrité!
    Lire la suite
    En lire moins
  • stcyr04 Posté le 26 Juin 2015
    Paul Pennyweather, étudiant et pupille de son état, et dont la vocation le portait à la prêtrise, a été ignominieusement mis à la porte de sa Public School, pour avoir, à son corps défendant, victime des agapes trop arrosées d’aristocratiques jeunes hommes, traversé la cour d’honneur de son école, sans pantalon. C’est sous ces hospices réjouissantes que débute les heurs et malheurs de notre picaresque antihéros. Sa pension ayant été suspendue par son tuteur , qui l’a en plus proprement jeté de son logis, histoire que le jeune homme qui a commis un affreux attentat à la pudeur ne pervertisse pas sa fille, notre pauvre jeune homme doit s'enquérir d’un moyen de subsistance. Se faisant, il atterrit dans une école de quatrième ordre de Galles du nord comme professeur adjoint, nouvel avatar de sa vie absurde, petite bulle de savon sur le fleuve des contingences humaines. De l’aveu de son auteur “ Paul Pennyfeather n’aurait jamais pu faire un héros, son unique intérêt découlant de la qualité de témoin et de faire-valoir assumée par son ombre”. En effet, ce personnage falot possède en lui, ce je ne sait quoi qui chez les autres le signale comme l’auditeur complaisant idéal :... Paul Pennyweather, étudiant et pupille de son état, et dont la vocation le portait à la prêtrise, a été ignominieusement mis à la porte de sa Public School, pour avoir, à son corps défendant, victime des agapes trop arrosées d’aristocratiques jeunes hommes, traversé la cour d’honneur de son école, sans pantalon. C’est sous ces hospices réjouissantes que débute les heurs et malheurs de notre picaresque antihéros. Sa pension ayant été suspendue par son tuteur , qui l’a en plus proprement jeté de son logis, histoire que le jeune homme qui a commis un affreux attentat à la pudeur ne pervertisse pas sa fille, notre pauvre jeune homme doit s'enquérir d’un moyen de subsistance. Se faisant, il atterrit dans une école de quatrième ordre de Galles du nord comme professeur adjoint, nouvel avatar de sa vie absurde, petite bulle de savon sur le fleuve des contingences humaines. De l’aveu de son auteur “ Paul Pennyfeather n’aurait jamais pu faire un héros, son unique intérêt découlant de la qualité de témoin et de faire-valoir assumée par son ombre”. En effet, ce personnage falot possède en lui, ce je ne sait quoi qui chez les autres le signale comme l’auditeur complaisant idéal : on pontifie, pérore, déblatère à plaisir devant lui. C’est toute la comédie humaine, le théâtre des faux semblants des privilégiés et des escrocs qui se joue devant lui et à ses dépends, sans que paraisse chez Paul la moindre velléité de révolte. Critique corrosive du milieu de la gentry des années 20, du carcan des inégalités et discriminations sociales qui régnait alors dans la perfide Albion, grandeur et décadence est une oeuvre burlesque, absurde et drôle qui ravira l’amateur de veine satirique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Madamedub Posté le 13 Mai 2011
    Dans le Lost in Translation de Sofia Coppola, lorsque Kelly (Anna Faris), jeune starlette aussi blonde que bruyante, confie que son pseudonyme à l’hôtel Park Hyatt de Tokyo est Evelyn Waugh, Charlotte (Scarlett Johansson) ne peut s’empêcher, une fois la jeune écervelée à distance, de rectifier de manière fort condescendante : “Evelyn Waugh was a man”. Evelyn Waugh, le vrai, l’auteur – au masculin donc – de Grandeur et Décadence, aurait pu intégrer cette scène dans une version “21ème siècle” de ce vrai-faux roman initiatique et picaresque tant l’auteur se joue des codes littéraires attribués à ces deux genres pour mieux livrer une satire féroce de la Grande-Bretagne de l’époque. Mais pas que, tant l’œuvre, très partiellement autobiographique, prend dans ses derniers chapitres une dimension que l’on qualifiera, pompeusement sans peur des poncifs, d’“universelle” pour ne pas faire l’offense à l’auteur d’utiliser la terminologie “générale”. Evelyn Waugh dénie, au milieu de l’ouvrage, l’utilisation de l’adjectif “héros” pour définir le personnage principal, Paul Pennyfeather, tant ce dernier n’a aucune prise sur les évènements – forcément injustes – dont il est autant le spectateur que la victime. Renvoyé par méprise de la solide public school de Scone, il échouera tour à... Dans le Lost in Translation de Sofia Coppola, lorsque Kelly (Anna Faris), jeune starlette aussi blonde que bruyante, confie que son pseudonyme à l’hôtel Park Hyatt de Tokyo est Evelyn Waugh, Charlotte (Scarlett Johansson) ne peut s’empêcher, une fois la jeune écervelée à distance, de rectifier de manière fort condescendante : “Evelyn Waugh was a man”. Evelyn Waugh, le vrai, l’auteur – au masculin donc – de Grandeur et Décadence, aurait pu intégrer cette scène dans une version “21ème siècle” de ce vrai-faux roman initiatique et picaresque tant l’auteur se joue des codes littéraires attribués à ces deux genres pour mieux livrer une satire féroce de la Grande-Bretagne de l’époque. Mais pas que, tant l’œuvre, très partiellement autobiographique, prend dans ses derniers chapitres une dimension que l’on qualifiera, pompeusement sans peur des poncifs, d’“universelle” pour ne pas faire l’offense à l’auteur d’utiliser la terminologie “générale”. Evelyn Waugh dénie, au milieu de l’ouvrage, l’utilisation de l’adjectif “héros” pour définir le personnage principal, Paul Pennyfeather, tant ce dernier n’a aucune prise sur les évènements – forcément injustes – dont il est autant le spectateur que la victime. Renvoyé par méprise de la solide public school de Scone, il échouera tour à tour en tant que professeur dans une obscure et désargentée public school du Pays de Galles, en tant que futur époux d’une riche aristocrate dont il était le précepteur du fils, puis en tant que prisonnier pour avoir aidé – sans le savoir – cette dernière à fournir en chair fraîche une série de bordels sud-américains… Inutile de donner plus de détails tant cet enchaînement de tribulations et de personnages y jouant un rôle factuel actif (le docteur Fagan, Mrs Beste-Chestwynde ou encore Sir Lucas Dockery, directeur de prison) ne constituent pas le principal intérêt de l’œuvre. En effet, au-delà d’une critique vigoureuse et rigoureuse de l’époque (parfaitement divisée en trois parties s’enchaînant parfaitement les unes aux autres : la Grande-Bretagne “d’en bas” – comme l’aurait appelée Jean-Pierre Raffarin –, celle “d’en haut” et celle des institutions), ce sont les personnages secondaires et récurrents, qui surgissent et réapparaissent dans la vie du héros tout au long du roman, les apparitions théâtrales et spectrales de ces increvables qui viennent étayer la thèse de l’auteur : l’absurdité de toute existence sociale. Ainsi, ces personnages tirant leur épingle du jeu sont qualifiés de “dynamiques” : il en va donc de ce cher Philbrick, qui débarque aux moments où on l’attend le moins par le truchement de combines erratiques ne présentant aucune logique ; ou encore de l’architecte Silenus – une sorte d’AugusteComte postmoderne croisé avec Le Corbusier – qui, aux antipodes du réel, est le visionnaire le plus lucide et désenchanté qui soit ; à un degré moindre, le capitaine Grimes fait également partie de ceux-là, même si son sort est souvent moins enviable. Ces personnages qui, en ne jouant jamais dans les règles, retombent toujours sur leurs pattes, ou plutôt savent savamment se mettre en selle ; ces personnages plus absurdes que l’absurdité du monde lui-même sont les seuls fils rouge de l’univers présenté par l’auteur. Les seuls véritablement pérennes. Dans l’absurdité des valeurs, des coutumes, des conventions et de l’administration, les personnages “statiques” n’ont rien à espérer, si ce n’est que d’être partie prenante de la “grande machine” du monde sans en être éjectés : ainsi, si Paul Pennyfeather n’est jamais maître de son destin, ce n’est pas tant par sa candeur que parce qu’on ne lui en laisse jamais l’occasion. Dans un univers où les valeurs et pensées des personnages sont aussi fluctuantes et superficielles que leurs situations matérielles (l’attachement de Paul à la Société des Nations remis en cause de manière hilarante dans la chaleur de Marseille), se fabriquer un destin hors des règles d’un monde oublié de Dieu est – pour l’auteur qui deviendra très croyant un peu plus tard – la seule manière de s’affranchir de son absurdité, à défaut d’être une manière de se rapprocher de Dieu. Désirer laisser une trace à la postérité sans faire preuve d’absurdité revient à tomber dans le piège de la rationalité sur laquelle se base l’institution sociale ; cette même rationalité se révélant elle-même absurde… Evelyn Waugh nous donne donc les clefs du moins pire en jouant avec ses personnages “dynamiques” comme avec une balle rebondissante. Mais ce faisant, il nous indique par dessus tout que le mieux, ce vers quoi devrait s’élever l’homme, a déserté les lieux. Chronique finalement plus amère et mélancolique que ne le laissait penser sa mordante ironie, Grandeur et Décadence, par-delà son enveloppe croustillante et divertissante, est autant un éclat de rire qu’un éclat de conscience qui appelle aux éclats de l’âme, le tout dans une langue rapide, précise, où nul mot n’est superflu sans qu’aucun ne manque à l’appel.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Woland Posté le 28 Avril 2009
    Decline Fall Traduction : Henri Evans Difficile - et impossible pour moi jusqu'à encore tout récemment - d'imaginer un auteur anglais doté d'un sens de l'humour aussi loufoque que celui de P. G. Wodehouse mais qui, en outre, serait profondément, viscéralement aigri et méchant. Il a pourtant existé : c'était Evelyn Waugh. Aigri et méchant ne veut pas dire obligatoirement - surtout chez un écrivain - dépourvu de talent. Du talent, Evelyn Waugh en avait à revendre : provocateur, grinçant, lucide, amer. Mais tout cela, il l'enrobe, dans "Grandeur Décadence", de cette ironie propre à l'homo brittanicus, mêlée, pour plus de sûreté tout de même (lorsqu'il écrivit ce roman largement autobiographique, Waugh n'était rien moins que certain d'obtenir un semblant de succès) d'une naïveté admirablement jouée qui laisse leurs illusions d'orgueil aux membres de la gentry susceptibles de se reconnaître dans ces pages. Naïf - et jeune - est en effet le héros de cette histoire, Paul Pennyfeather, qui, à l'image de son créateur, se voit exclu de Scone College parce qu'un futur lord complètement saoul et quelques condisciples tout aussi alcoolisés l'ont contraint à déambuler un soir en caleçon dans les couloirs du noble établissement. Paul est issu d'une famille correcte... Decline Fall Traduction : Henri Evans Difficile - et impossible pour moi jusqu'à encore tout récemment - d'imaginer un auteur anglais doté d'un sens de l'humour aussi loufoque que celui de P. G. Wodehouse mais qui, en outre, serait profondément, viscéralement aigri et méchant. Il a pourtant existé : c'était Evelyn Waugh. Aigri et méchant ne veut pas dire obligatoirement - surtout chez un écrivain - dépourvu de talent. Du talent, Evelyn Waugh en avait à revendre : provocateur, grinçant, lucide, amer. Mais tout cela, il l'enrobe, dans "Grandeur Décadence", de cette ironie propre à l'homo brittanicus, mêlée, pour plus de sûreté tout de même (lorsqu'il écrivit ce roman largement autobiographique, Waugh n'était rien moins que certain d'obtenir un semblant de succès) d'une naïveté admirablement jouée qui laisse leurs illusions d'orgueil aux membres de la gentry susceptibles de se reconnaître dans ces pages. Naïf - et jeune - est en effet le héros de cette histoire, Paul Pennyfeather, qui, à l'image de son créateur, se voit exclu de Scone College parce qu'un futur lord complètement saoul et quelques condisciples tout aussi alcoolisés l'ont contraint à déambuler un soir en caleçon dans les couloirs du noble établissement. Paul est issu d'une famille correcte mais il ne fait pas partie des Honorables et ne portera jamais de titre. Sa fortune est aussi modeste que son physique et ses capacités intellectuelles. Malgré tout, sans la déplorable débauche d'une bande d'étudiants nés, eux, avec une cuillère d'argent dans la bouche, et surtout sans la nécessité pour les autorités du collège de gommer toute l'affaire et de la remplacer par un attentat à la pudeur imputable au seul Pennyfeather, celui-ci aurait eu une existence tranquille. Au lieu de cela, poursuivi par ce manque de chance initial tout au long de "Grandeur Décadence", Paul connaîtra toutes sortes d'aventures dont la dernière le mènera droit dans les geôles de Sa Très Gracieuse Majesté, accusé cette fois de proxénétisme à la place de sa fiancée, mère de l'un de ses anciens élèves et héritière d'un nombre impressionnant d'entreprises douteuses en Amérique latine. La mère d'un futur comte et pair du Royaume ne pouvant décemment être suspectée de connaître même le sens du mot "proxénétisme", Paul, agneau résigné, est sacrifié sur l'autel de la Bonne conscience des juges. Certes, son ex-fiancée le fera sortir de sa prison au bout de quelques années, et l'expédiera à Corfou, le temps de se refaire une santé sous une nouvelle identité. Mais elle se remariera en définitive avec l'aristocrate imbibé qui avait été à l'origine des premiers déboires de Pennyfeather à Scone College. L'ensemble sautille de façon allègre, avec un sens de l'absurde qui inspire le respect et un cynisme si aimable qu'il parvient le plus souvent à masquer l'amertume de l'auteur et le mépris qu'il ressent envers le système de castes en vogue dans son pays natal. Un système dont Waugh a toujours voulu cependant qu'il le reconnût comme l'un de ses membres : une bonne part de l'amertume et de la méchanceté auxquelles il donne si souvent libre cours vient sans doute de cette fêlure contradictoire qui dormait au fond de lui - et qu'il n'ignorait pas ... ;o)
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.