Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264061683
Code sériel : 4697
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 144
Format : 108 x 177 mm

Ici ça va

Collection : Domaine Français
Date de parution : 21/08/2014

Pour échapper à un quotidien stressant, un couple trouve refuge au milieu des herbes folles, dans les ruines d’une maison familiale. Lui reconstruit, elle jardine. Et tandis que les blessures du passé surgissent entre les fissures des pierres, chacun se reconquiert, redécouvrant le goût de la vie et le chemin...

Pour échapper à un quotidien stressant, un couple trouve refuge au milieu des herbes folles, dans les ruines d’une maison familiale. Lui reconstruit, elle jardine. Et tandis que les blessures du passé surgissent entre les fissures des pierres, chacun se reconquiert, redécouvrant le goût de la vie et le chemin lumineux qui conduit à l’autre…


« Il y a dans ses phrases courtes tous les matins du monde. » Yann Plougastel, Le Monde Magazine

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264061683
Code sériel : 4697
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 144
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LivresdAvril Posté le 24 Novembre 2021
    Je découvre Thomas Vinau avec "Ici ça va", titre peu ordinaire mais parfait pour ce roman. Nous sommes invités à partager de fines tranches de vie et de réflexion d'un narrateur en pleine reconstruction. Sa compagne et lui ont décidé de s'installer dans la maison de son enfance. Il faut prendre ses marques, rénover, retrouver un rapport à la nature depuis longtemps oublié. Panser ses plaies aussi, se retrouver, et découvrir ses nouveaux voisins. Les courts chapitres de Thomas Vinau sont à la fois très doux et très justes. Il est difficile de mettre des mots sur les sensations et les souvenirs qu'il sait réveiller pour qui vit / a vécu à la campagne. Un "petit" livre délicat et poétique, pour un grand plaisir de lecture !
  • mumuboc Posté le 21 Juillet 2021
    Il faut que je vous dise..... Thomas Vinau était dans mon petit carnet d'envies depuis très très longtemps. J'avais lu ici ou là des commentaires très élogieux et dans ce que j'avais lu j'y avais reconnu tout ce que j'aime dans une écriture : de la simplicité tout en ayant de la douceur, de la poésie alliée à de la sincérité, une vision de l'existence comportant des similitudes avec la mienne. Alors il ne pouvait que croiser mon chemin un jour ou l'autre et je dois avouer que j'y ai trouvé tout ce que j'aime à la fois en lecture mais également dans la vie Il me restait à le  dénicher mais j'ai enfin pu me le faire par le réseau des bibliothèques de ma commune mais je pense que si je le trouve en librairie ou bouquinerie je l'achèterais car c'est le genre de livre et d'écriture que je relirai dans les moments de doute, de questionnements et qui me remettra à coup sûr de me remettre sur les rails. Un couple emménage dans la maison familiale du narrateur : lui sort d'une période d'angoisses où il sombrait et se noyait, elle, Ema, l'a suivi parce qu'elle le suit toujours et... Il faut que je vous dise..... Thomas Vinau était dans mon petit carnet d'envies depuis très très longtemps. J'avais lu ici ou là des commentaires très élogieux et dans ce que j'avais lu j'y avais reconnu tout ce que j'aime dans une écriture : de la simplicité tout en ayant de la douceur, de la poésie alliée à de la sincérité, une vision de l'existence comportant des similitudes avec la mienne. Alors il ne pouvait que croiser mon chemin un jour ou l'autre et je dois avouer que j'y ai trouvé tout ce que j'aime à la fois en lecture mais également dans la vie Il me restait à le  dénicher mais j'ai enfin pu me le faire par le réseau des bibliothèques de ma commune mais je pense que si je le trouve en librairie ou bouquinerie je l'achèterais car c'est le genre de livre et d'écriture que je relirai dans les moments de doute, de questionnements et qui me remettra à coup sûr de me remettre sur les rails. Un couple emménage dans la maison familiale du narrateur : lui sort d'une période d'angoisses où il sombrait et se noyait, elle, Ema, l'a suivi parce qu'elle le suit toujours et est même très enthousiaste à l'idée de vivre ici, loin de tout, de la grisaille, du bruit même dans l'inconfort parce que la richesse est ailleurs. Peu à peu la maison se réveille d'un long sommeil, chacun s'activant à lui redonner vie et chaleur. Lui déterre des souvenirs dans des malles, tout doucement sans rien brusquer. Elle s'emploie à apprendre un nouveau langage et c'est finalement une renaissance pour le couple qui trouve du sens dans les actes simples des jours malgré un deuil légèrement effleuré et évoqué par les traces laissées dans la mémoire mais également sur ces lieux. Dans de courts chapitres, dans une écriture simple mais chargée de tout ce qui  y est suggéré, que ce soit au niveau des émotions, des constats, des blessures, l'auteur aborde le thème du retour aux sources, retrouver les gestes simples, les relations fraternelles, la vie dans ce qu'elle a de plus fondamentale : le bonheur, le sentiment d'être à sa place et même de régler certains contentieux avec soi-même pour pouvoir repartir sur de bonnes bases. Tous les deux mettent la main à la pâte avec parfois des déconvenues mais surtout le sentiment de se reconstruire, de trouver ce qui les rendra heureux, de s'écouter et de comprendre que parfois il ne faut pas chercher très loin, très haut pour le trouver. Il est également question de solder des comptes avec le passé mais sans s'y complaire ni se venger, simplement de l'effleurer car il n'est pas question de l'oublier mais uniquement de le comprendre. Peut-être parce qu'il évoque ce que je ressens au fond de moi depuis longtemps, que j'ai cherché également ma place, celle où je me sens bien, mais tout ce qu'il évoque à trouver un écho en moi, en ne se lançant pas dans des grandes phrases alambiquées mais simplement et tellement simplement que chaque mot se charge de poésie, de vécu, de chaleur et surtout d'authenticité. L'auteur n'a pas besoin d'en écrire plus, d'en dire plus : il a trouvé le bonheur et cela se sent dans chaque page, dans chaque mot. Merci Thomas Vinau pour ce joli roman que j'ai refermé avec regret car je m'étais invitée dans votre nid, j'y ai entendu le bruissement du bonheur retrouvé et je n'avais pas eu envie de le quitter. J'ai beaucoup aimé.
    Lire la suite
    En lire moins
  • TroubleBibliomane Posté le 22 Juin 2021
    Un jeune couple emménage dans une maison abandonnée depuis des années et souhaite la rénover. C’est sa maison natale, à lui. Ils s’y construisent et créent leur espace au fil des saisons. Mais ce lieu suggère beaucoup de souvenirs, l’enfance, les jours heureux mais aussi sombres, la pêche, la mort d’un père, la rivière. Il faut désormais accepter l’absence de ceux qui ne sont plus, recommencer à zéro, ouvrir la brèche d’une vie nouvelle à deux. Je n’ai pas envie de faire durer le suspense aujourd’hui. Ce livre a été un réel coup de cœur. Je me suis laissée bercer par l’écriture grave et sublime de Thomas Vinau, cette capacité à raconter la fragilité, les failles, mais aussi la nature et l’amour. Elle rappelle sans cesse la double casquette de l’auteur, à la fois romancier et poète. L’atmosphère de ce livre m’a régulièrement rappelé Dans ce jardin qu’on aimait de Pascal Quignard aux éditions Folio. Un monde dans lequel la mélancolie, l’absence et la reconstruction avancent à l’unisson dans un décor végétal digne des plus beaux contes. Et que dire de ce jeune couple illustré tout au long du roman ? Il est beau. Beau par sa différence. Elle est audacieuse, forte... Un jeune couple emménage dans une maison abandonnée depuis des années et souhaite la rénover. C’est sa maison natale, à lui. Ils s’y construisent et créent leur espace au fil des saisons. Mais ce lieu suggère beaucoup de souvenirs, l’enfance, les jours heureux mais aussi sombres, la pêche, la mort d’un père, la rivière. Il faut désormais accepter l’absence de ceux qui ne sont plus, recommencer à zéro, ouvrir la brèche d’une vie nouvelle à deux. Je n’ai pas envie de faire durer le suspense aujourd’hui. Ce livre a été un réel coup de cœur. Je me suis laissée bercer par l’écriture grave et sublime de Thomas Vinau, cette capacité à raconter la fragilité, les failles, mais aussi la nature et l’amour. Elle rappelle sans cesse la double casquette de l’auteur, à la fois romancier et poète. L’atmosphère de ce livre m’a régulièrement rappelé Dans ce jardin qu’on aimait de Pascal Quignard aux éditions Folio. Un monde dans lequel la mélancolie, l’absence et la reconstruction avancent à l’unisson dans un décor végétal digne des plus beaux contes. Et que dire de ce jeune couple illustré tout au long du roman ? Il est beau. Beau par sa différence. Elle est audacieuse, forte et dynamique, il est introverti, fragile et émotif. Mais ils s’aiment d’un amour sincère et puisent mutuellement dans les ressources de l’autre pour créer une harmonie parfaite avec ce décor naturel. Ils font partie du tableau. Enfin, Ici ça va est d’une grande douceur malgré les sujets qui sont parfois abordés. Il est contemplatif et semblable à la poésie japonaise. Tout est observation du temps qui passe, des saisons, de cette reconstruction interne et externe. Ce livre est une pause réelle dans l’existence, un moment suspendu dans une intimité nouvelle, un instant loin du monde.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cathulu Posté le 13 Juin 2021
    Comment ai-je pu échapper à ce livre chroniqué par toutes et tous ? Nous dirons qu'il attendait son heure... Avec une économie de moyens et une puissance discrète mais éfficace, Thomas Vinau nous peint par petites touches le portrait d'un homme qui vient avec sa compagne, Ema, s'installer dans une maison qu'il faut remettre en état. Dans une nature ensauvagée , avec laquelle ils choisissent de pactiser et non pas de dominer, ils trouvent petit à petit l'harmonie et la quiétude. En creux, apparaît une histoire familiale douloureuse , liée à ce lieu, dont l'auteur laisse au lecteur le soin de compléter les failles. C'est minimaliste, pudique et diablement prenant. Une pure merveille .
  • oiseaulire Posté le 5 Juin 2021
    "Ici ça va" est le très délicat récit d'une renaissance. Le narrateur (Thomas Vinau lui-même ?) s'installe avec son épouse Ema et leur chien dans la maison de son enfance retirée au bord d'une rivière. Un drame a coupé en deux cette enfance, nous en avons la confirmation en cours de récit, mais nous en sentions bien la présence dès le début dans l'espoir timide mais tenace qui se frayait un chemin vers la lumière. Ils ont tout laissé derrière eux. C'est un peu une seconde chance. Peut-être une dernière. Ils ont un peu le trac, mais se sentent sur la bonne voie. La maison est en ruine et pleine d'objets vieillis. La végétation sauvage cache l'accès à la rivière. Il faut réparer, débroussailler, ordonner le chaos à la force du poignet. Et doucement les choses se mettent en place : la maison accepte d'accueillir ce couple, le jardin libère ses essences retrouvées, la terre sent bon, la vie jaillit de toute part, arbres, fruits, ragondins, insectes, mêlés à la boue fertile et à l'âme des habitants. Cette prose poétique nous offre les étapes d'une résurrection et d'une réconciliation avec un passé qui s'adoucit et cesse d'être ennemi. Ce texte profond, simple et beau est une... "Ici ça va" est le très délicat récit d'une renaissance. Le narrateur (Thomas Vinau lui-même ?) s'installe avec son épouse Ema et leur chien dans la maison de son enfance retirée au bord d'une rivière. Un drame a coupé en deux cette enfance, nous en avons la confirmation en cours de récit, mais nous en sentions bien la présence dès le début dans l'espoir timide mais tenace qui se frayait un chemin vers la lumière. Ils ont tout laissé derrière eux. C'est un peu une seconde chance. Peut-être une dernière. Ils ont un peu le trac, mais se sentent sur la bonne voie. La maison est en ruine et pleine d'objets vieillis. La végétation sauvage cache l'accès à la rivière. Il faut réparer, débroussailler, ordonner le chaos à la force du poignet. Et doucement les choses se mettent en place : la maison accepte d'accueillir ce couple, le jardin libère ses essences retrouvées, la terre sent bon, la vie jaillit de toute part, arbres, fruits, ragondins, insectes, mêlés à la boue fertile et à l'âme des habitants. Cette prose poétique nous offre les étapes d'une résurrection et d'une réconciliation avec un passé qui s'adoucit et cesse d'être ennemi. Ce texte profond, simple et beau est une caresse. "Et les bonnes fins sont toujours des débuts", conclut l'auteur dans la postface.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…