Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266318617
Code sériel : 18335
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

Ici, les femmes ne rêvent pas

Olivier MANNONI (Traducteur)
Date de parution : 04/03/2021
Rana, dix ans, fonce sur son vélo flambant neuf, un vent de liberté lui caresse le visage.
Quinze jours plus tard, c’est terminé. Son vélo est donné à l’un de ses oncles. Encore quelques mois et elle devra porter l’abaya noire sur son corps, le tarha sur sa tête et ses...
Rana, dix ans, fonce sur son vélo flambant neuf, un vent de liberté lui caresse le visage.
Quinze jours plus tard, c’est terminé. Son vélo est donné à l’un de ses oncles. Encore quelques mois et elle devra porter l’abaya noire sur son corps, le tarha sur sa tête et ses épaules, le niqab sur son visage. Ensuite, ses parents lui trouveront un mari et elle sera condamnée à ne plus rien faire que la cuisine, le ménage et ses cinq prières par jour. C’est la loi.
Il ne reste à Rana que ses yeux pour pleurer et contempler son monde : l’Arabie saoudite des années 2000. Mais Rana n’a jamais oublié le vent de liberté de ses dix ans et est prête à tout pour le retrouver et en jouir, et, cette fois, en adulte.


Texte intégral
Traduit de l’allemand par Olivier Mannoni
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266318617
Code sériel : 18335
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Par son courage et son combat pour les droits des hommes et des femmes, Rana Ahmad représente une voix importante de notre monde. » — Ensaf Haidar, militante saoudienne, épouse du militant saoudien Raif Badawi
Ensaf Haidar
« Un témoignage rare sur la vie en Arabie saoudite. » — Le Point
Le Point
« Rana Ahmad dévoile les conditions de vie des femmes en Arabie saoudite et raconte son parcours, ses souffrances et, finalement, sa libération. » — L’Obs
L'Obs

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sourisetdeslivres Posté le 28 Août 2021
    Rana commence son récit par un prologue. Elle est à Cologne, à 6000 km de sa terre natale. En passant devant un commerce de téléphone international sans l’avoir prémédité elle entre et téléphone chez elle. Chez elle, c’est l’Arabie Saoudite. Voilà 2 ans qu’elle n’a plus vu son père. Au chapitre 1, Rana nous raconte son enfance à Riyad. L’insouciance de l’enfance quand elle voit des gens recevoir des coups de fouet pour avoir rompu le jeûne durant le ramadan, la police religieuse veille. Pour Rana, le ramadan est une fête. La maison embaume de ses plats préférés, elle observe sa grand-mère et sa mère et puis elle est tellement fière de faire les mêmes gestes que son père. Très tôt, elle a imité ses gestes. Les rituels de la prière. C’est tellement ancré en elle qu’elle n’y réfléchit pas. C’est instinctif. Et puis pourquoi se poserait-elle des questions alors que ses parents, sa famille très pieuse accomplissent ses gestes avec sérieux#8201;? C’est tout simplement normal. Dans l’ordre des choses. Elle prie comme on se lave les dents. Machinalement sans méditation. On ne lui a rien demandé, elle a commencé d’elle-même à prier avant même les cours de religion simplement pour faire comme son père. Voir son sourire. L’entendre l’appeler «... Rana commence son récit par un prologue. Elle est à Cologne, à 6000 km de sa terre natale. En passant devant un commerce de téléphone international sans l’avoir prémédité elle entre et téléphone chez elle. Chez elle, c’est l’Arabie Saoudite. Voilà 2 ans qu’elle n’a plus vu son père. Au chapitre 1, Rana nous raconte son enfance à Riyad. L’insouciance de l’enfance quand elle voit des gens recevoir des coups de fouet pour avoir rompu le jeûne durant le ramadan, la police religieuse veille. Pour Rana, le ramadan est une fête. La maison embaume de ses plats préférés, elle observe sa grand-mère et sa mère et puis elle est tellement fière de faire les mêmes gestes que son père. Très tôt, elle a imité ses gestes. Les rituels de la prière. C’est tellement ancré en elle qu’elle n’y réfléchit pas. C’est instinctif. Et puis pourquoi se poserait-elle des questions alors que ses parents, sa famille très pieuse accomplissent ses gestes avec sérieux#8201;? C’est tout simplement normal. Dans l’ordre des choses. Elle prie comme on se lave les dents. Machinalement sans méditation. On ne lui a rien demandé, elle a commencé d’elle-même à prier avant même les cours de religion simplement pour faire comme son père. Voir son sourire. L’entendre l’appeler « Loulou ». Une petite fille avide de connaissance et de savoir. Sa vie va littéralement changer du jour au lendemain. À partir du moment où son grand-père lui interdit de rouler à nouveau à vélo. C’est devenu haram. Interdit. Pourtant jusque là la Syrie lui promettait des étés bien plus libres qu’à Riyad. Pendant les vacances d’été à Damas, tout se fait avec un peu plus de liberté. Les femmes sont moins contrôlées. Mais du jour au lendemain, elle est trop vieille pour se promener en rue seule. C’est haram. Elle sait que pour être une bonne musulmane elle ne doit rien faire de haram, pourtant, elle n’ose demander pourquoi les petites filles deviennent trop âgées à un moment donné, pourquoi quelque chose devient tout à coup haram. « Un instant avant, j’avais une bicyclette à moi et je pouvais sentir le vent dans mes cheveux. À présent, je dois les couvrir et je n’aurai plus le droit de sortir seule quand nous reviendrons à Riyad. » À 14 ans, sa liberté sera encore restreinte. Elle commence à pressentir non seulement qu’elle ne vaut rien, mais que cette absence de valeur est doublée d’une absence de protection. À 17 ans, quelque chose se brise définitivement en elle au cours de cet été. La Syrie et les vacances tant attendues pour aller voir ses grands-parents, oncles et tantes, cousins et cousines ne sont plus synonymes de liberté. Les filles grandissent dans la certitude que leur corps est une surface de péchés, quelque chose dont elles doivent avoir honte. Elles cachent donc leur corps du mieux qu’elles le peuvent. Elles se rendent invisibles. Revêtir l’abaya, puis la tarha, et pour finir le niqab. Chaque matin, ces 3 gestes sont accomplis. Sans ces 3 vêtements, elles ne peuvent sortir même si elles sont toujours accompagnées. D’un frère, d’un père ou d’un mari. En Arabie Saoudite, une femme doit aussi recouvrir ses sourcils. Ne pas se voiler correctement c’est l’assurance d’avoir des ennuis avec la police religieuse. Ces femmes, enfants, jeunes filles supportent des situations tellement difficiles, elles espèrent toutes ne pas se briser. Rana Ahmad te livre tout ce qui l’a mené vers la Cologne. D’abord l’apprentissage d’une autre langue, l’anglais. Élève studieuse et toujours avide de connaissances, elle accumule les savoirs tant qu’elle le peut. Ses principaux voyages elle les fait grâce à Internet. Cette fenêtre ouverte sur le monde qui lui permet d’échapper un moment de son enclos. Elle peut échanger, dialoguer avec d’autres personnes, chose impossible dans sa vie de tous les jours. Faute de pouvoir parcourir le monde, elle le fait entrer dans sa chambre. Internet sera une des deuxièmes clés de la porte de sa geôle Twitter va un jour bousculer toutes ses certitudes Le début d’une longue réaction en chaîne. Un choc violent qui remet en cause tout ce sur quoi sa vie est fondée. Dans ce monde de persécution quotidienne, permanente, il y a une autre constante dans la vie de Rana : l’amour et le soutien de son père. J’ai aimé cet homme, j’ai compris combien la pression de son milieu était importante et j’ai aussi compris qu’il a agi au mieux pour protéger sa fille. Ce n’est certainement pas lui qui lui aurait coupé les ailes. Cet homme a toujours cru en elle, il aurait voulu lui laisser pousser les ailes dans un pays où on les coupe dès le plus jeune âge. Il l’a aidé sans qu’il le sache à construire des ponts qui la conduiront vers la liberté où ses ailes pourront toujours pousser, on ne lui enlèvera plus. Une lecture qui t’interpellera, chaque femme qui le lira le sera certainement en ses condisciples asservies, bafouées, ici en Arabie Saoudite principalement, mais c’est le cas aux quatre coins du monde… J’ai été tétanisée, révoltée, écœurée. Un récit vivant, alerte, regorgeant d’anecdotes sur les usages, les règles de toute bonne musulmane en Syrie et en Arabie — saoudite, mais qui est surtout profondément humain. Rana ne juge pas la religion musulmane, elle dénonce les extrémistes, les fondamentalistes et surtout et avant tout les femmes qui n’ont pas le choix. Une lecture coup de poing On apprend beaucoup sur la vie en Arabie Saoudite. J’étais très loin d’imaginer tout ce que j’ai lu malgré ce que j’ai déjà parcouru dans les médias. Rana te parle des traditions sociales, familiales et culturelles. Du poids de la famille et des traditions. C’est passionnant et révoltant pour nous qui sommes libres de tous nos mouvements. Libre de penser, de rêver, d’agir, de décider. Ce récit permet beaucoup de réflexion à ce sujet. On en apprend aussi sur le long parcours des migrants. Les différents accueils qu’on leur réserve suivant les pays traversés. J’ai appris grâce à Rana Ahmad ces réseaux sociaux d’athées, ex-musulmans#8201;», présents dans le monde entier, je ne connaissais pas du tout. Bien plus qu’une simple page Facebook ou un compte Twitter, ce sont des réseaux de soutien moral, d’entraide et parfois même davantage. Une information qui pourrait je pense aider. Femmes et hommes. J’ai aimé le ton, toujours enthousiaste et positif. Rana continue de croire en l’humanité, dans le partage, les valeurs de générosité, d’amitié, du savoir. J’ai particulièrement aimé l’accompagner dans son cheminement de réflexion sur la religion. Une leçon de vie, et une leçon tout simplement pour toutes ces informations que le récit contient sur la vie dans les pays soumis à la charia. Je retiens surtout combien une main tendue peut soulever des montagnes, je retiens toutes ces personnes qui étaient sur la route de Rana et qui ont pu l’aider. Un très beau témoignage en plus de ce que veut dire être une femme musulmane en Arabie Saoudite sur la solidarité, le soutien, l’amitié. C’est tellement important et porteur d’espoir quand on a plus d’autres solutions que de fuir son pays, ses racines, les gens que l’on aime pour sauver sa vie ou fuir la guerre. « Le chemin qui vaut la peine qu’on l’emprunte est le plus difficile. » « C’est qu’il y a des gens qui se vouent entièrement à leur religion et élèvent leur Dieu au-dessus de tout un chacun au point d’oublier par quoi commence la piété : l’humanité. La miséricorde. L’amour de son prochain. » Rana Ahmad constate au cours de son périple la bonté des gens ordinaires qui nous permettent d’avancer. Elle exprime la gratitude et l’admiration que lui inspire la générosité des gens croisés sur sa route et qui lui ont tendu la main. L’empathie c’est ce qui se dégage du récit et c’est ce que moi j’éprouve pour Rana. Courage et abnégation, elle n’a jamais abandonné. Parfois pour accomplir un grand acte on doit se concentrer sur de petites choses pour avancer. La seule manière d’y parvenir il faut se rendre compte du courage dont on est en train de faire preuve. Prison. La prison physique et mentale. Celle des femmes saoudiennes qui ont de l’argent, du pouvoir, les moyens techniques ces mêmes femmes ne quittent pas le pays. La répression la plus puissante est celle qui est dans leur tête. La honte qui pèse sur leurs épaules. La peur de la répression. La crainte d’attirer sur leur famille la haine, l’infamie, la honte. Des entraves mentales tellement plus puissantes que des menottes d’acier. Elle te parle des nombreux deuils qu’elle a à porter. La 1re fois où petite fille elle a compris qu’elle n’avait aucune valeur. Une amitié perdue, plusieurs mêmes. Chaque fois qu’on lui a ôté un peu de liberté, elle s’est sentie mourir.
    Lire la suite
    En lire moins
  • criscat Posté le 4 Juin 2021
    Contrairement à beaucoup d’entre vous si j’en crois la notation moyenne ce livre vous a beaucoup plus; moi beaucoup moins d’une part le style narratif ne m’a pas emporté et surtout certainement car j’avais déjà lu des témoignages de femmes vivant dans ce pays ,enfin si le mot Vivre veut dire quelque chose pour elle Il n’en reste pas moins que le témoignage est intéressant, comprendre son cheminement l’emmenant vers l’athéisme m’a beaucoup intéressé et je félicite cette femme qui a au péril de sa vie décide de fuir ;elle réside maintenant en Allemagne son nouveau pays
  • dgidgil Posté le 7 Mars 2021
    Pas un roman, mais une autobiographie, celle de Rana Ahmad, qui expose sa vie dès l'enfance en Arabie Saoudite dans une famille musulmane et jusqu'à sa fuite en Europe avant ses trente ans. On le sait, les femmes en Arabie Saoudite particulièrement ne sont pas libres, même pas de conduire ou de prendre des décisions. Seule La soumission aux hommes de leur famille ou leur mari est la norme. Cette histoire nous rappelle que la liberté est un bien précieux. Un livre fort, émouvant aussi qui présente un parcours exceptionnel pour que Rana puisse vivre sa vie comme elle l'entend. Il rappelle aussi que la solidarité, le soutien de ceux qui nous aiment, nous comprennent et qui sont dans l'empathie sont autant de resssources pour faciliter nos projets, lorsqu'on n'a plus d'autre solution que de fuir son pays et ses proches.
  • sophie_plume Posté le 16 Février 2021
    Ce texte est un récit sur le courage, la liberté et la tolérance. Le courage de rompre avec ses croyances, ses racines et sa famille. J’ai été profondément émue par le parcours de cette femme, par l’énergie qu’elle déploie à s’arracher des griffes de l’enfer, par sa farouche volonté de vivre et d’être libre, quitte à affronter l’abandon, la haine, la terreur, la solitude et le vide. Je n’avais jamais lu de si près la condition des femmes au Moyen-Orient et en particulier en Arabie Saoudite, l’Islam qui les ligote toujours plus fermement chaque jour, qui les opprime, les rend anonymes et esclaves. Tout leur est interdit : le visage, le nom, la parole, le désir, la féminité. J’ai été révoltée, bouleversée, suffoquée. J’ai eu le sentiment d’être dans un chaudron fermé par un couvercle, et j’ai vécu avec Rana sa renaissance au monde, sa prise de conscience douloureuse et salvatrice. Cette femme fait de son histoire un porte-voix : c’est un texte qui dénonce brillamment, avec beaucoup de sensibilité et d’humilité la folie dans laquelle peut faire basculer la religion, et qui rend un très bel hommage aux femmes, sans jamais verser dans le pamphlet. C’est une invitation intime à... Ce texte est un récit sur le courage, la liberté et la tolérance. Le courage de rompre avec ses croyances, ses racines et sa famille. J’ai été profondément émue par le parcours de cette femme, par l’énergie qu’elle déploie à s’arracher des griffes de l’enfer, par sa farouche volonté de vivre et d’être libre, quitte à affronter l’abandon, la haine, la terreur, la solitude et le vide. Je n’avais jamais lu de si près la condition des femmes au Moyen-Orient et en particulier en Arabie Saoudite, l’Islam qui les ligote toujours plus fermement chaque jour, qui les opprime, les rend anonymes et esclaves. Tout leur est interdit : le visage, le nom, la parole, le désir, la féminité. J’ai été révoltée, bouleversée, suffoquée. J’ai eu le sentiment d’être dans un chaudron fermé par un couvercle, et j’ai vécu avec Rana sa renaissance au monde, sa prise de conscience douloureuse et salvatrice. Cette femme fait de son histoire un porte-voix : c’est un texte qui dénonce brillamment, avec beaucoup de sensibilité et d’humilité la folie dans laquelle peut faire basculer la religion, et qui rend un très bel hommage aux femmes, sans jamais verser dans le pamphlet. C’est une invitation intime à la tolérance et au courage d’être heureux. J’ai été particulièrement émue par la simplicité de l’écriture : sans fard, intime, ça et là des images poétiques, malgré parfois un style un peu journalistique, qui n’enlève cependant rien à la puissance du témoignage. J’ai été par-dessus tout bouleversée par le père de Rana, qui l’aime inconditionnellement : la victoire de l’amour quoi qu’il arrive.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lunajardi Posté le 5 Janvier 2021
    J’ai été bouleversée par Rana, son courage, sa vie, un vrai livre qui traite de feminisme, d’égalité, de réfugiés, d’amour, de haine, de liberté, il y aurait tant à dire ! Il m’a été impossible de m’arrêter après l’avoir commencé, n’attendez plus.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !