Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266142953
Code sériel : 11264
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

La forme de l'eau

Une enquête du commissaire Montalbano

Serge QUADRUPPANI (Traducteur), MARUZZA LORIA (Traducteur)
Date de parution : 05/02/2004

Sur les rivages siciliens de Vigàta, la vérité, comme l'eau, prend la forme qu'on lui donne...
La mort d'un politicien estimé semble parfaitement naturelle bien que déshonorante : arrêt cardiaque en galante compagnie dans sa voiture au bord d'un terrain vague. Montalbano n'a que 48 heures pour éclaircir certains détails. Comment...

Sur les rivages siciliens de Vigàta, la vérité, comme l'eau, prend la forme qu'on lui donne...
La mort d'un politicien estimé semble parfaitement naturelle bien que déshonorante : arrêt cardiaque en galante compagnie dans sa voiture au bord d'un terrain vague. Montalbano n'a que 48 heures pour éclaircir certains détails. Comment la grosse BMW a-t-elle pu emprunter un chemin impraticable ? Que fait un bijou inestimable parmi les détritus de la décharge ? Quels étaient les goûts sexuels de la victime ?
Le commissaire enquête à sa manière d'anarchiste rêveur et bon vivant. Derrière la beauté de son île natale, l'imbécillité, la férocité et, bientôt, l'horreur...

« Un pur régal. » Michel Abescat – Le Monde

@ Disponible chez 12-21

L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE


 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266142953
Code sériel : 11264
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« (...) un pur régal. »

Michel Abescat - Le Monde

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • bfauriaux Posté le 29 Avril 2020
    L'auteur nous régale ici avec cette nouvelle enquete nerveuse et crédible qui nous fait voyager en Italie avec l'auteur, un beau roman qui se lit très bien et vous ravira , du moins je l'espère !
  • lehibook Posté le 3 Août 2019
    Un politicien douteux connait l’épectase en un lieu pour le moins mal famé . Voici le point de départ de la première enquête publiée du commissaire Montalbano et , également , ma première rencontre avec Camilleri (Heureux jour !) . On y rencontre la « belissima » Ingrid et les membres du commissariat de Vigata .On y constate la propension de Montalbano à se défier des autorités religieuses ou politiques intervenant dans les enquêtes Et déjà l’humour du maestro .
  • JeanLibremont Posté le 23 Juillet 2019
    Ce polar sicilien est le tout premier de la série des Montalbano qui rendit mondialement célebre le regretté Andrea Camilleri. le personnage central du commissaire Salvo Montalbano me semble passablement inspiré de celui du commissaire Jules Maigret, ce qui n'est pas pour me déplaire. C'est donc un flic integre, intelligent, intuitif, apolitique mais prolétaire dans l'ame et peu sympathisant de la haute bourgeoisie. Fidele en amour et en amitié mais plutot solitaire. Comme Maigret, Montalbano est un caractere fort un peu taciturne, parfois enclin a l'impulsivité mais avec un coeur d'or. Son enquete dans ce premier livre de la série nous fait approcher la réalité sicilienne sans fards mais aussi sans les exagérations de beaucoup de récits impliquant la corruption politique et la criminalité organisée auxquelles la celebrite de l'ile que Maupassant appelait la perle de la Mediterranee n'est que trop redevable. Un personnage bien sympathique et une étude de moeurs tres intéressante dans une ambiance ensoleillée aux antipodes du clair-obscur et des brumes habituels aux enquetes du formidable Maigret.
  • saigneurdeguerre Posté le 25 Juillet 2018
    A peine reçu, déjà lu ! J'étais sceptique lorsque j'ai commandé cet ouvrage, vu que certains commentaires étaient peu élogieux. La majorité en disait du bien ainsi que plusieurs connaissances qui avaient déjà découvert l'oeuvre d'Andrea Camilleri. Faisant confiance aux personnes que je connais, à peine le facteur a-t-il sonné que j'ai entamé la lecture de "La forme de l'eau", titre pour le moins bizarre qui trouve son explication quand on approche de la fin de l'ouvrage. Ne comptant que 251 pages, je l'ai dévoré d'une seule traite. S'agit-il vraiment d'un roman policier ? Tout dépend de l'image que l'on se fait du genre... Je me suis contenté de me laisser guider à travers cette Sicile que je ne connais que par le cinéma et la littérature... Et j'ai pris du plaisir. Nous ne sommes pas face à une énigme qui pourrait nous décontenancer au moment de l'explication finale ! Ce n'est pas du Sherlock Holmes. Mais le cadre est très dépaysant, les personnages bien campés, et malgré les cadavres, nous ne tombons pas dans des descriptions de type "gore". L'intrigue : Deux éboueurs, pardon, deux "opérateurs écologiques", découvrent dans un endroit difficile d'accès et connu pour la prostitution sous toutes ses formes qui... A peine reçu, déjà lu ! J'étais sceptique lorsque j'ai commandé cet ouvrage, vu que certains commentaires étaient peu élogieux. La majorité en disait du bien ainsi que plusieurs connaissances qui avaient déjà découvert l'oeuvre d'Andrea Camilleri. Faisant confiance aux personnes que je connais, à peine le facteur a-t-il sonné que j'ai entamé la lecture de "La forme de l'eau", titre pour le moins bizarre qui trouve son explication quand on approche de la fin de l'ouvrage. Ne comptant que 251 pages, je l'ai dévoré d'une seule traite. S'agit-il vraiment d'un roman policier ? Tout dépend de l'image que l'on se fait du genre... Je me suis contenté de me laisser guider à travers cette Sicile que je ne connais que par le cinéma et la littérature... Et j'ai pris du plaisir. Nous ne sommes pas face à une énigme qui pourrait nous décontenancer au moment de l'explication finale ! Ce n'est pas du Sherlock Holmes. Mais le cadre est très dépaysant, les personnages bien campés, et malgré les cadavres, nous ne tombons pas dans des descriptions de type "gore". L'intrigue : Deux éboueurs, pardon, deux "opérateurs écologiques", découvrent dans un endroit difficile d'accès et connu pour la prostitution sous toutes ses formes qui s'y pratique, un cadavre dans une magnifique voiture... Tous deux reconnaissent immédiatement une personnalité du coin, mais pas n'importe qui ! "The" man ! Celui qui fait la pluie et le beau temps dans la province. Plutôt que de prévenir la police, ils téléphonent en priorité à un avocat... Pas n'importe quel avocat, mais bien le compagnon de route politique (et plus) du mort. A leur grande surprise, ce dernier se montre distant en apprenant la nouvelle et leur dit de signaler la présence du mort à la police ! Le décès semble être tout ce qu'il y a de plus naturel. Tout bêtement, un arrêt du coeur... Pas de poison ! Pas de traces de violence dans un pays qui n'en manque pas. Pourtant le sixième sens de l'intègre commissaire Montalban lui dit qu'il y a quelque chose de pas clair dans ce décès...
    Lire la suite
    En lire moins
  • jmb33320 Posté le 5 Juin 2018
    Les enquêtes de Montalbano se passent toutes en Sicile, je crois. Dans ce premier volume j'ai apprécié le rythme asez calme, laissant de la place aux paysages et aux non dits... Bonne surprise, donc. Je poursuivrai probablement la série.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.