RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Lettre écarlate

            10/18
            EAN : 9782264073549
            Code sériel : 5424
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 360
            Format : 108 x 177 mm
            La Lettre écarlate

            Pierre LEYRIS (Traducteur)
            Date de parution : 07/02/2019
            Boston, 1642. Dans la petite communauté puritaine, obsédée par la honte et le péché, la trop belle Hester Prynne est reconnue coupable d’adultère et clouée au pilori. Elle devra également porter, sa vie durant, une lettre écarlate : un « A » cousu sur sa poitrine, comme marque d’infamie. Une... Boston, 1642. Dans la petite communauté puritaine, obsédée par la honte et le péché, la trop belle Hester Prynne est reconnue coupable d’adultère et clouée au pilori. Elle devra également porter, sa vie durant, une lettre écarlate : un « A » cousu sur sa poitrine, comme marque d’infamie. Une peine qui aurait pu être atténuée si elle avait révélé le nom de son amant, et père de sa petite fille, Perle. Mais ni les menaces, ni les promesses n’ont pu le lui arracher. Un homme pourtant, son mari porté disparu et revenu vivre à Boston sous une autre identité, va partir en quête de la vérité. Et, une fois le nom trouvé, exercer une vengeance aussi cruelle que raffinée.

            Publié en 1850, La Lettre écarlate est considéré comme l’un des romans fondateurs de la littérature américaine. Bouleversante de grâce et de dignité, d’une force intérieure à toute épreuve, Hester est quant à elle l’une des premières grandes héroïnes romanesques.

            Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Pierre Leyris.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264073549
            Code sériel : 5424
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 360
            Format : 108 x 177 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Christels Posté le 8 Septembre 2019
              Ce roman, témoignage des mœurs de la communauté des colons de la Nouvelle Angleterre au 17ème siècle, raconte les conséquences d'un amour interdit. Hester, dont le mari est absent depuis bien longtemps, donne naissance à une petite fille. Adultère, elle est contrainte d'arborer le signe de son infamie (la lettre écarlate A). Elle sera victime de manifestations d'hostilité de la part des autres membres de la communauté : avilissement, opprobre, exclusion. Organisée autour d'une morale religieuse omniprésente et de principes rigides, cette société puritaine rend la vie impossible à ceux qui s'écartent du chemin balisé de règles et de valeurs liées à la bienséance. La faute d'Hester est l'adultère, mais son refus obstiné de livrer le nom de son amant vont exacerber la réprobation générale et le désir de vengeance de son mari. Stigmatisée et humiliée, elle renonce à lutter contre l'intolérance et se concentre sur l'amour qu'elle porte à son enfant, dont le père, lui, est écartelé entre la culpabilité et le désir de garder le silence. L'écriture « très 19ème » de l'auteur est imaginative et restitue pleinement l'atmosphère hypocrite et le carcan dans lequel sont engoncés les protagonistes. Hawthorne dénonce le puritanisme, qui oppose l'amour divin à l'amour humain, et qui réduit la liberté individuelle... Ce roman, témoignage des mœurs de la communauté des colons de la Nouvelle Angleterre au 17ème siècle, raconte les conséquences d'un amour interdit. Hester, dont le mari est absent depuis bien longtemps, donne naissance à une petite fille. Adultère, elle est contrainte d'arborer le signe de son infamie (la lettre écarlate A). Elle sera victime de manifestations d'hostilité de la part des autres membres de la communauté : avilissement, opprobre, exclusion. Organisée autour d'une morale religieuse omniprésente et de principes rigides, cette société puritaine rend la vie impossible à ceux qui s'écartent du chemin balisé de règles et de valeurs liées à la bienséance. La faute d'Hester est l'adultère, mais son refus obstiné de livrer le nom de son amant vont exacerber la réprobation générale et le désir de vengeance de son mari. Stigmatisée et humiliée, elle renonce à lutter contre l'intolérance et se concentre sur l'amour qu'elle porte à son enfant, dont le père, lui, est écartelé entre la culpabilité et le désir de garder le silence. L'écriture « très 19ème » de l'auteur est imaginative et restitue pleinement l'atmosphère hypocrite et le carcan dans lequel sont engoncés les protagonistes. Hawthorne dénonce le puritanisme, qui oppose l'amour divin à l'amour humain, et qui réduit la liberté individuelle à une peau de chagrin.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Christels Posté le 8 Septembre 2019
              Ce roman, témoignage des mœurs de la communauté des colons de la Nouvelle Angleterre au 17ème siècle, raconte les conséquences d'un amour interdit. Hester, dont le mari est absent depuis bien longtemps, donne naissance à une petite fille. Adultère, elle est contrainte d'arborer le signe de son infamie (la lettre écarlate A). Elle sera victime de manifestations d'hostilité de la part des autres membres de la communauté : avilissement, opprobre, exclusion. Organisée autour d'une morale religieuse omniprésente et de principes rigides, cette société puritaine rend la vie impossible à ceux qui s'écartent du chemin balisé de règles et de valeurs liées à la bienséance. La faute d'Hester est l'adultère, mais son refus obstiné de livrer le nom de son amant vont exacerber la réprobation générale et le désir de vengeance de son mari. Stigmatisée et humiliée, elle renonce à lutter contre l'intolérance et se concentre sur l'amour qu'elle porte à son enfant, dont le père, lui, est écartelé entre la culpabilité et le désir de garder le silence. L'écriture « très 19ème » de l'auteur est imaginative et restitue pleinement l'atmosphère hypocrite et le carcan dans lequel sont engoncés les protagonistes. Hawthorne dénonce le puritanisme, qui oppose l'amour divin à l'amour humain, et qui réduit la liberté individuelle... Ce roman, témoignage des mœurs de la communauté des colons de la Nouvelle Angleterre au 17ème siècle, raconte les conséquences d'un amour interdit. Hester, dont le mari est absent depuis bien longtemps, donne naissance à une petite fille. Adultère, elle est contrainte d'arborer le signe de son infamie (la lettre écarlate A). Elle sera victime de manifestations d'hostilité de la part des autres membres de la communauté : avilissement, opprobre, exclusion. Organisée autour d'une morale religieuse omniprésente et de principes rigides, cette société puritaine rend la vie impossible à ceux qui s'écartent du chemin balisé de règles et de valeurs liées à la bienséance. La faute d'Hester est l'adultère, mais son refus obstiné de livrer le nom de son amant vont exacerber la réprobation générale et le désir de vengeance de son mari. Stigmatisée et humiliée, elle renonce à lutter contre l'intolérance et se concentre sur l'amour qu'elle porte à son enfant, dont le père, lui, est écartelé entre la culpabilité et le désir de garder le silence. L'écriture « très 19ème » de l'auteur est imaginative et restitue pleinement l'atmosphère hypocrite et le carcan dans lequel sont engoncés les protagonistes. Hawthorne dénonce le puritanisme, qui oppose l'amour divin à l'amour humain, et qui réduit la liberté individuelle à une peau de chagrin.
              Lire la suite
              En lire moins
            • DianaAuzou Posté le 4 Septembre 2019
              Roman fort symbolique, pesant par le poids du passé puritain, sombre grandeur qui imposait la bible et infligeait l'épée. Cruauté, intolérance, étroitesse d'esprit, quelques qualités dont les Puritains n'ont pas à être fiers, se trouvent ici sous la plume critique de Nathaniel Hawthorne auteur doué d'une forte conscience historique du passé et de son époque. L'observation et l'analyse de la vie morale des personnages, les relations humaines dans une communauté qui écrase l'individu jusqu'à la destruction psychique, se font plus par un questionnement que par la critique. L'échec se traduit par l'impuissance de pouvoir justifier et assumer sa liberté morale et psychologique dans le contexte où elle peut avoir un sens : la famille et la communauté. L'amour n'a aucune chance d'être salvateur et en même temps l'existence de l'individu n'a aucun sens en dehors de la communauté humaine, la chaîne humaine, "the magnetic chain of humanity", ainsi qu'elle est appelée par l'auteur, ce lien qui fait de tous les êtres humains une seule communauté. Le passé et le présent coexistent forcément en tension mais Hawthorne s'en détache et essaie de résoudre le conflit en vrai artiste créateur : en questionnant. Comment peut-on changer le monde si on ne change pas nous-mêmes... Roman fort symbolique, pesant par le poids du passé puritain, sombre grandeur qui imposait la bible et infligeait l'épée. Cruauté, intolérance, étroitesse d'esprit, quelques qualités dont les Puritains n'ont pas à être fiers, se trouvent ici sous la plume critique de Nathaniel Hawthorne auteur doué d'une forte conscience historique du passé et de son époque. L'observation et l'analyse de la vie morale des personnages, les relations humaines dans une communauté qui écrase l'individu jusqu'à la destruction psychique, se font plus par un questionnement que par la critique. L'échec se traduit par l'impuissance de pouvoir justifier et assumer sa liberté morale et psychologique dans le contexte où elle peut avoir un sens : la famille et la communauté. L'amour n'a aucune chance d'être salvateur et en même temps l'existence de l'individu n'a aucun sens en dehors de la communauté humaine, la chaîne humaine, "the magnetic chain of humanity", ainsi qu'elle est appelée par l'auteur, ce lien qui fait de tous les êtres humains une seule communauté. Le passé et le présent coexistent forcément en tension mais Hawthorne s'en détache et essaie de résoudre le conflit en vrai artiste créateur : en questionnant. Comment peut-on changer le monde si on ne change pas nous-mêmes ? Les personnages de Nathaniel Hawthorne, pas très complexes, représentent, chacun d'eux, un univers où abysses, mystères, ambiguïtés, hésitations, remords, regrets, espoir, peur, tout ce qui est humain et fort les rend touchants capables de donner du souffle à l'immobilité un peu rigide du roman. Leur conscience les mènent à chercher dans la pénombre leur ego et une vie à vivre. Hester, a-t-elle péché seule ? Les Puritains condamnent tout le monde et s'oublient eux-mêmes. C'est comme expulser un lépreux dans une colonie de lépreux. La chaîne humaine pour laquelle plaidait Hawthorne était et peut toujours être possible à une seule condition : accepter la vérité qui nous révèle en tant qu'êtres humains. Hester, condamnée à porter la lettre écarlate sur son corsage, est une victime de la société sans en avoir le comportement. Femme digne et courageuse, elle sort du triangle infernal, épouse, mari vengeur et amant lâche, comme femme seule, forte et intègre.
              Lire la suite
              En lire moins
            • DianaAuzou Posté le 4 Septembre 2019
              Roman fort symbolique, pesant par le poids du passé puritain, sombre grandeur qui imposait la bible et infligeait l'épée. Cruauté, intolérance, étroitesse d'esprit, quelques qualités dont les Puritains n'ont pas à être fiers, se trouvent ici sous la plume critique de Nathaniel Hawthorne auteur doué d'une forte conscience historique du passé et de son époque. L'observation et l'analyse de la vie morale des personnages, les relations humaines dans une communauté qui écrase l'individu jusqu'à la destruction psychique, se font plus par un questionnement que par la critique. L'échec se traduit par l'impuissance de pouvoir justifier et assumer sa liberté morale et psychologique dans le contexte où elle peut avoir un sens : la famille et la communauté. L'amour n'a aucune chance d'être salvateur et en même temps l'existence de l'individu n'a aucun sens en dehors de la communauté humaine, la chaîne humaine, "the magnetic chain of humanity", ainsi qu'elle est appelée par l'auteur, ce lien qui fait de tous les êtres humains une seule communauté. Le passé et le présent coexistent forcément en tension mais Hawthorne s'en détache et essaie de résoudre le conflit en vrai artiste créateur : en questionnant. Comment peut-on changer le monde si on ne change pas nous-mêmes... Roman fort symbolique, pesant par le poids du passé puritain, sombre grandeur qui imposait la bible et infligeait l'épée. Cruauté, intolérance, étroitesse d'esprit, quelques qualités dont les Puritains n'ont pas à être fiers, se trouvent ici sous la plume critique de Nathaniel Hawthorne auteur doué d'une forte conscience historique du passé et de son époque. L'observation et l'analyse de la vie morale des personnages, les relations humaines dans une communauté qui écrase l'individu jusqu'à la destruction psychique, se font plus par un questionnement que par la critique. L'échec se traduit par l'impuissance de pouvoir justifier et assumer sa liberté morale et psychologique dans le contexte où elle peut avoir un sens : la famille et la communauté. L'amour n'a aucune chance d'être salvateur et en même temps l'existence de l'individu n'a aucun sens en dehors de la communauté humaine, la chaîne humaine, "the magnetic chain of humanity", ainsi qu'elle est appelée par l'auteur, ce lien qui fait de tous les êtres humains une seule communauté. Le passé et le présent coexistent forcément en tension mais Hawthorne s'en détache et essaie de résoudre le conflit en vrai artiste créateur : en questionnant. Comment peut-on changer le monde si on ne change pas nous-mêmes ? Les personnages de Nathaniel Hawthorne, pas très complexes, représentent, chacun d'eux, un univers où abysses, mystères, ambiguïtés, hésitations, remords, regrets, espoir, peur, tout ce qui est humain et fort les rend touchants capables de donner du souffle à l'immobilité un peu rigide du roman. Leur conscience les mènent à chercher dans la pénombre leur ego et une vie à vivre. Hester, a-t-elle péché seule ? Les Puritains condamnent tout le monde et s'oublient eux-mêmes. C'est comme expulser un lépreux dans une colonie de lépreux. La chaîne humaine pour laquelle plaidait Hawthorne était et peut toujours être possible à une seule condition : accepter la vérité qui nous révèle en tant qu'êtres humains. Hester, condamnée à porter la lettre écarlate sur son corsage, est une victime de la société sans en avoir le comportement. Femme digne et courageuse, elle sort du triangle infernal, épouse, mari vengeur et amant lâche, comme femme seule, forte et intègre.
              Lire la suite
              En lire moins
            • veryclint Posté le 29 Août 2019
              Tres bon livre, quel puritanisme cet époque, sachant que c'est inventé mais ça à du exister. Je préfère le 19e siècle c'était mieux quand même .
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Lisez

              7 classiques de la littérature pour réfléchir

              Ils sont iconiques, et pour certains lecteurs, sont même indispensables à toute bonne bibliothèque qui se respecte. Et s'ils ne sont plus tout jeunes, les classiques de la littérature sont loin d'être démodés. de Voltaire à Mikhaïl Boulgakov, voici 7 oeuvres qui continuent de nous faire réfléchir et d'élargir notre vision du monde.

              Lire l'article