Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264078063
Code sériel : 5671
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm
La maîtresse du peintre
Guillaume Deneufbourg (traduit par)
Date de parution : 20/05/2021
Éditeurs :
10/18

La maîtresse du peintre

Guillaume Deneufbourg (traduit par)
Date de parution : 20/05/2021
L’histoire saisissante de la maîtresse désavouée de Rembrandt.
L'histoire saisissante et vraie de Geertje Dircx, maîtresse désavouée du peintre Rembrandt, ici réhabilitée. Un jour de juillet 1650, Geertje Dircx est arrêtée par la ville d'Amsterdam, poussée de force... L'histoire saisissante et vraie de Geertje Dircx, maîtresse désavouée du peintre Rembrandt, ici réhabilitée. Un jour de juillet 1650, Geertje Dircx est arrêtée par la ville d'Amsterdam, poussée de force dans une voiture et conduite à la Spinhuis de Gouda, maison de correction pour femmes où elle restera enfermée douze... L'histoire saisissante et vraie de Geertje Dircx, maîtresse désavouée du peintre Rembrandt, ici réhabilitée. Un jour de juillet 1650, Geertje Dircx est arrêtée par la ville d'Amsterdam, poussée de force dans une voiture et conduite à la Spinhuis de Gouda, maison de correction pour femmes où elle restera enfermée douze ans. A l'origine de cette arrestation aussi brutale qu'inattendue, Rembrandt van Rijn, l'amant de Geertje.
Jugée par contumace, elle revient depuis sa cellule sur les années qui ont précédé son arrestation et sur son idylle avec le célèbre peintre. De milieu modeste, veuve à tout juste trente ans, Geertje entre au service de Rembrandt en tant que nourrice de son fils Titus. La femme du peintre, Saskia van Uylenburgh est alors alitée, souffrant selon toutes les apparences de la tuberculose, maladie dont elle ne se remettra pas.
La mort de cette dernière laisse Geertje maîtresse de maison. La cohabitation laisse très vite place à l'amour, Rembrandt trouvant paix et réconfort dans les bras de la nourrice. Les deux amants vivent ainsi durant plusieurs années une liaison scandaleuse, hors mariage. Mais les belles choses ont une fin, dit-on, et Geertje en fera la douloureuse expérience avec l'arrivée de Hendrickje Stoffels dans la maisonnée, dont le charme éblouit Rembrandt...

S'appuyant sur des documents historiques et des sources sérieuses, La maîtresse du peintre redonne voix à Geertje Dircx, injustement désignée par l'histoire comme une profiteuse et une déséquilibrée. À l'encontre de l'image répandue d'un artiste visionnaire et intouchable, Simone van der Vlugt dresse de Rembrandt le portrait d'un homme sombre et manipulateur. Un roman formidable et puissant qui redonne sa place à une femme réduite au silence car jugée trop gênante.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264078063
Code sériel : 5671
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • leslivresdemajungle Posté le 9 Mars 2022
    Courte critique pour vous parler de ce roman se déroulant au XVIIe siècle en Hollande. Simone van der Vlugt y retrace la vie de Geertje Dircx qui a été la maîtresse du peintre Rembrandt. Mais ce n'est pas seulement le portrait d'une concubine qui est peint, c'est aussi et surtout le cheminement d'une femme qui rêvait juste de liberté et d'amour qui s'est retrouvée condamnée à être enfermer douze ans parce que son existence était devenue dérangeante. Alors qu'elle avait à peine 30 ans et qu'elle était jeune veuve Geertje est embauchée par Rembrandt pour devenir la nourrice de son fils Titus. Saskia, la femme du peintre est malade, mourante, elle ne peut remplir ce rôle. Quand elle finit par mourir, Geertje reste et la relation qu'elle partage avec son employeur prend alors une toute autre tournure. Jusqu'à ce que... L'autrice a fait un merveilleux travail de recherches pour tenter de rétablir une image ternie par un homme influent et connu de son époque. Derrière le talent et le génie de son coup de pinceau, on découvre le caractère du maître qui est loin d'être admirable. Le nom de Geertje s'ajoute à la liste des femmes dont la réputation et la... Courte critique pour vous parler de ce roman se déroulant au XVIIe siècle en Hollande. Simone van der Vlugt y retrace la vie de Geertje Dircx qui a été la maîtresse du peintre Rembrandt. Mais ce n'est pas seulement le portrait d'une concubine qui est peint, c'est aussi et surtout le cheminement d'une femme qui rêvait juste de liberté et d'amour qui s'est retrouvée condamnée à être enfermer douze ans parce que son existence était devenue dérangeante. Alors qu'elle avait à peine 30 ans et qu'elle était jeune veuve Geertje est embauchée par Rembrandt pour devenir la nourrice de son fils Titus. Saskia, la femme du peintre est malade, mourante, elle ne peut remplir ce rôle. Quand elle finit par mourir, Geertje reste et la relation qu'elle partage avec son employeur prend alors une toute autre tournure. Jusqu'à ce que... L'autrice a fait un merveilleux travail de recherches pour tenter de rétablir une image ternie par un homme influent et connu de son époque. Derrière le talent et le génie de son coup de pinceau, on découvre le caractère du maître qui est loin d'être admirable. Le nom de Geertje s'ajoute à la liste des femmes dont la réputation et la vie ont été bafouées injustement par un homme.
    Lire la suite
    En lire moins
  • vero95270 Posté le 1 Mars 2022
    Une biographie romancée d’un personnage dont je n’avais jamais entendu parler : la maîtresse de Rembrandt. Un roman qui se lie facilement. Écrit à la première personne du singulier, il se présente comme une confidence. Un roman très bien documenté qui dépeint la situation des femmes au XVIIe. L’auteur nous livre ses recherches en fin de livre. J’ai passé un très bon moment
  • Plumefil Posté le 1 Février 2022
    Sans connaître sur le bout des doigts son œuvre, qui n'a jamais entendu le nom de Rembrandt ? Ce célèbre néerlandais du 17e siècle (1606 ou 1607-1669), ayant vécu à Amsterdam, est considéré comme l'un des plus grands peintres de son temps dans le style baroque. Ces tableaux ornent les murs des grands musées nationaux du monde entier. Avec "La maîtresse du peintre", Simone Van der Vlugt ouvre au lecteur les portes de l'intimité du Maître, particulièrement de celle peu connue de son histoire. Deux femmes ont laissé le témoignage de leur importance dans sa vie au travers des toiles qu'il a peintes, lui le portraitiste renommé. D'abord, sa femme Saskia, qu'il aimait tendrement, décédée à 30 ans dont il a eu plusieurs enfants, disparus en bas âge. Leur dernier fils, Titus, sera le seul à atteindre l'âge adulte. Puis Hendrickje, sa deuxième concubine avec laquelle il aura une fille Cornélia, et qui partagera avec lui les dix-huit dernières années de sa vie. Beaucoup moins connue, le sujet du livre, la première maîtresse de Rembrandt, Geertje Dircx entrée au service de la famille Van Rijn comme nourrice de Titus auquel elle restera très attachée. Cette biographie romancée, dépeint avec... Sans connaître sur le bout des doigts son œuvre, qui n'a jamais entendu le nom de Rembrandt ? Ce célèbre néerlandais du 17e siècle (1606 ou 1607-1669), ayant vécu à Amsterdam, est considéré comme l'un des plus grands peintres de son temps dans le style baroque. Ces tableaux ornent les murs des grands musées nationaux du monde entier. Avec "La maîtresse du peintre", Simone Van der Vlugt ouvre au lecteur les portes de l'intimité du Maître, particulièrement de celle peu connue de son histoire. Deux femmes ont laissé le témoignage de leur importance dans sa vie au travers des toiles qu'il a peintes, lui le portraitiste renommé. D'abord, sa femme Saskia, qu'il aimait tendrement, décédée à 30 ans dont il a eu plusieurs enfants, disparus en bas âge. Leur dernier fils, Titus, sera le seul à atteindre l'âge adulte. Puis Hendrickje, sa deuxième concubine avec laquelle il aura une fille Cornélia, et qui partagera avec lui les dix-huit dernières années de sa vie. Beaucoup moins connue, le sujet du livre, la première maîtresse de Rembrandt, Geertje Dircx entrée au service de la famille Van Rijn comme nourrice de Titus auquel elle restera très attachée. Cette biographie romancée, dépeint avec grand soin la société néerlandaise du XVIIe siècle, la différence des classes sociales, la difficulté de trouver sa place pour une femme seule. Cette lecture m'a permis d'approfondir ce que j'avais découvert dans "La jeune fille à la perle" de Tracy Chevalier édité chez Gallimard en 2002, l'histoire de la genèse supposée du célèbre tableau éponyme de Vermeer, autre grand peintre de la même période. Simone Van der Vlugt, retrace la vie de Geertje, issue d'un milieu modeste, jeune veuve d'un marin disparu en mer, pour laquelle les historiens ont grandement alimenté son anonymat par manque de recherches ou d'intérêt. C'est la lutte d'une femme trahie par l'homme qu'elle aimait et auquel elle avait accordé toute sa confiance en bravant l'interdit du concubinage, faisant face à l'opprobre de la Société par son emprise morale et religieuse. Malheureusement pour elle, Rembrandt, têtu, caractériel, vivant au-dessus de ses moyens, se laisse envoûté par le charme de sa jeune et nouvelle servante. Il réfute toutes ses promesses et, comble de malhonnêteté, il préfère la laisser croupir en prison plutôt que de lui verser une pension lui assurant une sécurité financière jusqu'à la fin de ses jours. Au travers de ce roman, se révèle l'homme aux pinceaux admiré de tous pour son talent, pourtant un peu moins admirable dans sa vie intime. Fidèle ou romancé, l'autrice n'en a pas moins réalisé un portrait de femme terriblement humain, luttant contre l'abattement suscité par les trahisons et la corruption complice, un combat de femme du XVIIe face à la justice, étayé par une recherche évidente de documents. À la fin du roman, est édité un dossier regroupant des témoignages et différents textes retraçant le parcours juridique des protagonistes de cette triste et pourtant belle biographie qui prouve, s'il est besoin, que malgré la dose de fiction insufflée au récit, il ne faut pas oublier que dernière chaque personnalité connue et reconnue se cache un humain comme les autres, avec ses faiblesses et ses petites lâchetés.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Papou64 Posté le 19 Janvier 2022
    J’ai dévoré ce roman, qui m’a emportée dans le nord de la Hollande, au milieu du dix-septième siècle. Geertje est d’origine plus que modeste, et elle connaît un destin assez exceptionnel, en devenant la maitresse de Rembrandt. Elle est une héroïne flamboyante, au caractère combattif, meurtrie par l’injustice, le mépris et l’arbitraire d’une société où les femmes n’ont que peu de droits. Il est également intéressant de se glisser dans le quotidien d’un peintre renommé, et de se rendre compte, une fois de plus, que même si on admire un artiste, l’homme qu’il est au quotidien peut être abject. Ma seule petite réserve concerne l’écriture, simple et efficace, mais un peu trop brute à mon gout.
  • Sydola Posté le 18 Janvier 2022
    Geertje Drex, a quitté Edam, son village natal pour s'installer à Hoorn. Elle y rencontrera son futur époux. Mais après quelques de mariage, son époux, trompette sur les bateaux, sera emporté par une tempête. Elle devient donc gouvernante. Et c'est sur les recommandations de ses premiers patrons, qu'elle deviendra la gouvernante de Titius, le fils de Rembrandt dont Saskia, sa femme se meurt. C'es donc tout naturellement quelques temps après le décès de la mère de Titius que Geertje et Rembrandt se rapprochent. Mais Rembrandt ne peut l'épouser car il perdrait l'héritage de sa femme au profit de la famille de celle-ci. Tout se passe pour le mieux entre les deux amants jusqu'à l'arrivée de Hendrickje, une jeune fille que Geertje va recruter pour lui venir en aide. Mais Rembrandt va s'éprendre de la jeune fille et chasser Geertje. C'est donc le début d'une longue bataille entre les deux anciens amants. Si on connaît Rembrandt en tant que peint, ce roman, bien documenté, donne une aperçu de l'homme qu'il était et cela le rend tout de suite nettement moins sympathique. Ce roman démontre bien comment la question de l'argent peut être néfaste dans les relations de coeur. J'ai beaucoup aimé ce roman, outre la relation... Geertje Drex, a quitté Edam, son village natal pour s'installer à Hoorn. Elle y rencontrera son futur époux. Mais après quelques de mariage, son époux, trompette sur les bateaux, sera emporté par une tempête. Elle devient donc gouvernante. Et c'est sur les recommandations de ses premiers patrons, qu'elle deviendra la gouvernante de Titius, le fils de Rembrandt dont Saskia, sa femme se meurt. C'es donc tout naturellement quelques temps après le décès de la mère de Titius que Geertje et Rembrandt se rapprochent. Mais Rembrandt ne peut l'épouser car il perdrait l'héritage de sa femme au profit de la famille de celle-ci. Tout se passe pour le mieux entre les deux amants jusqu'à l'arrivée de Hendrickje, une jeune fille que Geertje va recruter pour lui venir en aide. Mais Rembrandt va s'éprendre de la jeune fille et chasser Geertje. C'est donc le début d'une longue bataille entre les deux anciens amants. Si on connaît Rembrandt en tant que peint, ce roman, bien documenté, donne une aperçu de l'homme qu'il était et cela le rend tout de suite nettement moins sympathique. Ce roman démontre bien comment la question de l'argent peut être néfaste dans les relations de coeur. J'ai beaucoup aimé ce roman, outre la relation entre le peintre et sa maîtresse, pour la photographie des Pays Bas au XVIIème siècle mais aussi sur le poids de la religion sur la vie des femmes. L'auteure que j'ai découverte avec le Bleu de Delft s'essaie à redonner leur place à ces femmes qui ont été à leur façon féministe avant l'heure.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !