RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La part des nuages

            10/18
            EAN : 9782264069436
            Code sériel : 5189
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 120
            Format : 108 x 177 mm
            La part des nuages

            Collection : Domaine Français
            Date de parution : 16/03/2017
            Le récit de l’errance poétique d’un homme après que sa femme l’ait quitté. Universel.
            Joseph, 37 ans, mène sa barque comme il peut. Comme tout le monde. Atteindre le soir, le lendemain. La fin du mois. Les prochains congés. Finalement rien n’a changé depuis l’enfance. Mais il n’est plus un enfant, il en a un, Noé, et le bateau prend l’eau. La mère de... Joseph, 37 ans, mène sa barque comme il peut. Comme tout le monde. Atteindre le soir, le lendemain. La fin du mois. Les prochains congés. Finalement rien n’a changé depuis l’enfance. Mais il n’est plus un enfant, il en a un, Noé, et le bateau prend l’eau. La mère de l’enfant s’en va puis l’enfant à son tour – le temps des vacances. Joseph déboussolé prend le maquis. Le baron perché se serait réfugié dans son arbre, Alexandre le Bienheureux dans son lit, Robinson dans la boue de ses sangliers. Joseph, lui, commence par grimper dans la cabane qu’il a construite dans un arbre du jardin. Object : ranimer ses rêves. Puis il découvre un second refuge : les autres, leurs histoires, leur présence...
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264069436
            Code sériel : 5189
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 120
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            6.60 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • charlottelit Posté le 31 Janvier 2019
              toujours fort intéressant et subtil je me joins aux acclamations !!
            • spleen Posté le 31 Décembre 2018
              Je cherchais ce qui pouvait caractériser Thomas Vinau, pour ce roman-ci , je dirais : funambule des mots ... De la description des nuages avec son fils Noé à sa retraite dans la cabane du vieux cerisier , Joseph, le narrateur promène sa mélancolie . Les jours s'étirent alors que l'absence de l'enfant ne dure qu'une semaine -remplir à sa façon le vide qu'il laisse lorsque Noé n'est pas là ... Il faut se laisser porter par le rythme sinon le lecteur pressé sombre dans l'ennui .
            • SeriallectriceSV Posté le 8 Octobre 2018
              « Quand on s'intéresse un peu objectivement à la question, le champ des possibles donne le vertige. Des castors qui arrêtent des fleuves. L'eau qui peut fragmenter la roche. Gandhi qui libère un continent sans prendre les armes. La transplantation d'un cœur humain. Ça, ç'a de la gueule. Mais pour ce qui est parfois d'atteindre le soir, ou le lendemain. Ou de trouver une raison de sourire. Ou un moyen de s'endormir un peu. Juste s'endormir un peu. Tranquillement. Paisiblement. Là, y a plus personne. » Waouh, quel roman ! quel titre ! Quelle belle découverte ! Une vie banale, celle d'un homme à la dérive. Joseph 37 ans. Sa femme l'a quitté. Un fils, Noé, parti vivre chez sa mère. Mais l'écriture de Thomas Vinau, elle, n'a rien de banale. De ce sujet commun, il nous livre un texte poétique empreint de grâce, de tendresse et d'humanité. Un roman qui donne envie de lever les yeux aux ciels, de chercher sa part des nuages et de prendre du recul. Très beau. Tellement saisie par la plume de Thomas Vinau que j'ai enchaîné avec "Ici là-bas"... que j'ai A DO RÉ.
            • Ladybird123 Posté le 1 Septembre 2018
              Un père. Une mère. Un enfant pour deux. Chacun son tour. Un nuage pour chacun. La part des nuages. Noé est chez sa mère. Joseph est seul. Naufragé, clochard, «les orteils au céleste». La solitude du père esseulé revient, égorge, il faut retrouver l’oxygène, chercher les éclaboussures de la vie, saisir, s’en mettre pleins les poches. Une cabane dans l’arbre, une tortue, un mot d’amour sur un mur, trace de bave sur l’oreiller, un air de flûte, pleins, il en faut pleins les poches. Laisser le soleil s’habiller et entrer en scène. Accrocher le jour à la corde. La part des nuages. Beau, intense, poétique.
            • blandine5674 Posté le 29 Août 2018
              Quelle belle écriture ! Auteur découvert grâce aux amis babélios que je vénère. Dans la même veine que Christian Bobin. Joseph ne vit que pour son fils Noé. Mais c’est l’arche de Joseph qui est pleine de poésie. Promenons-nous avec lui pour admirer ces petites choses de la nature qui se trouvent autour de nous. Un écrivain qui se lit plus qu’il ne se raconte pour ceux qui ne boudent pas le plaisir de jolis mots.
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…