En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La valse de Méphisto

        10/18
        EAN : 9782264072139
        Code sériel : 5302
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 360
        Format : 108 x 177 mm
        La valse de Méphisto

        Hélène PROUTEAU (Traducteur)
        Collection : Grands Détectives
        Date de parution : 01/03/2018
        À Vienne, en 1904, six ans après l’assassinat d’Élisabeth d’Autriche, on retrouve dans une fabrique de piano désaffectée le corps d’un homme tué par balle et défiguré à l’acide.
        Face à lui : trois autres sièges sont alignés comme pour mettre en scène un procès dont l’issue aurait été fatale. Quels...
        À Vienne, en 1904, six ans après l’assassinat d’Élisabeth d’Autriche, on retrouve dans une fabrique de piano désaffectée le corps d’un homme tué par balle et défiguré à l’acide.
        Face à lui : trois autres sièges sont alignés comme pour mettre en scène un procès dont l’issue aurait été fatale. Quels étaient les occupants des fauteuils et pourquoi ont-ils prononcé ce jugement sans appel ?
        L’enquête de l’inspecteur Oskar Rheinhardt et de son fidèle ami le docteur Max Liebermann – psychiatre et disciple de Sigmund Freud – les conduira au sein du monde occulte des militants politiques extrémistes. Un milieu aux mœurs subversives, peuplé de bohèmes, d’utopistes et d’anarchistes. Parmi eux, le légendaire Méphistophélès semble prêt à tout pour accomplir l’idéal révolutionnaire.
        Le duo mélomane sera-t-il assez rapide pour prévenir le pire ?

        Traduit de l’anglais par Hélène Prouteau

        INÉDIT
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264072139
        Code sériel : 5302
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 360
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        8.40 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • cvd64 Posté le 7 Août 2018
          découverte de cet auteur qui donne envie d'aller voir ses autres "enquêtes"
        • mjaubrycoin Posté le 18 Juillet 2018
          Et dire qu'en 2011, l'éditeur avait annoncé que Frank Tallis posait la dernière note à sa symphonie viennoise dans un éclatant final ! Heureusement il n'en était rien et l'auteur a renoué avec ses premières amours pour mon plus grand plaisir (je n'avais pas aimé les deux romans fantastiques qu'il avait publiés il y a quelques années). Quel bonheur incomparable de se retrouver dans l'univers viennois du début du 20ème siècle avec sa vie culturelle effervescente, son amour de la musique, sa diversité ethnique et son art incomparable de la pâtisserie ! Ce qui est remarquable dans les romans de Frank Tallis, c'est qu'il allie avec finesse une intrigue policière bien construite à l'exploration touristique qui permet aux amoureux de la ville de Vienne de retrouver leurs repères car il est bien vrai que certains lieux sont faits pour défier les siècles qu'il s'agisse de l'opéra, du Graben ou encore du Café Central et restent merveilleusement identiques à eux-mêmes. Nous sommes en 1904 et le tandem Max Liebermann psychiatre adepte des nouvelles méthodes de soins théorisées par Sigmund Freud,et Oskar Reinhardt, inspecteur de la Sûreté, fonctionne toujours à merveille pour résoudre les crimes les plus affreux et percer la psyché des malfaisants de... Et dire qu'en 2011, l'éditeur avait annoncé que Frank Tallis posait la dernière note à sa symphonie viennoise dans un éclatant final ! Heureusement il n'en était rien et l'auteur a renoué avec ses premières amours pour mon plus grand plaisir (je n'avais pas aimé les deux romans fantastiques qu'il avait publiés il y a quelques années). Quel bonheur incomparable de se retrouver dans l'univers viennois du début du 20ème siècle avec sa vie culturelle effervescente, son amour de la musique, sa diversité ethnique et son art incomparable de la pâtisserie ! Ce qui est remarquable dans les romans de Frank Tallis, c'est qu'il allie avec finesse une intrigue policière bien construite à l'exploration touristique qui permet aux amoureux de la ville de Vienne de retrouver leurs repères car il est bien vrai que certains lieux sont faits pour défier les siècles qu'il s'agisse de l'opéra, du Graben ou encore du Café Central et restent merveilleusement identiques à eux-mêmes. Nous sommes en 1904 et le tandem Max Liebermann psychiatre adepte des nouvelles méthodes de soins théorisées par Sigmund Freud,et Oskar Reinhardt, inspecteur de la Sûreté, fonctionne toujours à merveille pour résoudre les crimes les plus affreux et percer la psyché des malfaisants de tout poil. La vague anarchiste n'épargne pas le coeur de l'empire austro-hongrois sur lequel veille l'indéboulonnable empereur François-Joseph qui a perdu tous ceux qu'il a aimés, notamment son épouse adorée Sissi et son fils Rodolphe "suicidé" à Mayerling. L'agitation politique permet à l'extrême droite sous la houlette du maire Karl Lueger de répandre le poison de l'antisémitisme qui connaîtra en Autriche le succès que l'on sait ... Quand on découvre dans une fabrique abandonnée un cadavre défiguré face à trois chaises vides, on évoque incontestablement un simulacre de procès qui témoignerait de la férocité de ceux qui contestent l'ordre établi et rêvent de détruire l'empire. Et quand un homme diabolique surgit de nulle part pour semer la haine et la trahison dans le coeur de ceux qui sont incapable de résister à la tentation du mal, alors on peut vraiment se demander si ce n'est pas Satan qui mène le bal ...Et bien sûr, le mélomane érudit qu'est Frank Tallis ne pouvait pas manquer d'illustrer son texte avec la merveilleuse Valse de Méphisto de Liszt. Merci mille fois à l'auteur pour ce moment musical (Spotify pour ceux qui ne connaissent pas !) .Merci aussi pour Schubert abondamment cité ! Que dire de plus sur ce délicieux roman ? Que l'amour est aussi au rendez-vous car le Docteur Liebermann a bien le droit de se ressourcer dans les bras de la belle Amélia. Que l'avenir offre à nos héros la perspective de nouvelles aventures. Que je me pourlèche les babines à l'avance !
          Lire la suite
          En lire moins
        • vellard Posté le 2 Juillet 2018
          Il est ,ma foi, fort agréable de retrouver Max Liebermann, psychiatre (et disciple de Freud) ainsi que son ami, l'inspecteur Rheinhardt, ( tous deux grands amateurs de musique mais surtout de pâtisseries crémeuses et lourdes à souhait!!) à l'aube du 20ème siècle ,et de suivre ainsi une nouvelle énigme au sein de cette Vienne superbe et inquiétante Ce 7ème épisode(pouvant se lire indépendamment des tomes précédents), tortueux à souhait, se déguste avec plaisir et sans effort, la plume de Frank Tallis( psychiatre lui aussi) glissant avec souplesse et légèreté sur cette histoire parfois sombre cependant
        • chris973 Posté le 6 Avril 2018
          La quatrième de couverture de « La petite musique de la mort » (sixième aventure du couple Reinhardt-Liebermann indiquait « …Frank Tallis nous livre un éclatant final et pose avec maestria la dernière note à sa partition viennoise » Je pensais donc qu’il s’agissait de la » Suite et fin des aventures de nos 2 héros, le commissaire Oskar Reinhardt et le médecin, psychiatre, le docteur Maxime Liebermann. » Je fus donc très surpris de voir, récemment, la sortie d’un nouveau livre ; je décide donc d’aller acheter ce nouvel ouvrage qui sort directement au format 10-18. J’ai fait quatre boutiques : 2 grandes surfaces généralistes et 2 grandes spécialisées dans les loisirs. Ce livre n’est pas vendu à C..a et à C…..a : je m’inquiète près d’un vendeur du fait que je ne trouve pas Tallis ; réponse bah non parce que ça se vend pas ! ma réponse : il est vrai qu’on ne vend que ce que l’on a ! L’action se passe à Vienne en 1904. On retrouve les mêmes acteurs. On vient de découvrir dans une usine désaffectée le corps d’un homme tué par balles et défiguré à l’acide. Aucune possibilité d’identification ! En face de lui sont... La quatrième de couverture de « La petite musique de la mort » (sixième aventure du couple Reinhardt-Liebermann indiquait « …Frank Tallis nous livre un éclatant final et pose avec maestria la dernière note à sa partition viennoise » Je pensais donc qu’il s’agissait de la » Suite et fin des aventures de nos 2 héros, le commissaire Oskar Reinhardt et le médecin, psychiatre, le docteur Maxime Liebermann. » Je fus donc très surpris de voir, récemment, la sortie d’un nouveau livre ; je décide donc d’aller acheter ce nouvel ouvrage qui sort directement au format 10-18. J’ai fait quatre boutiques : 2 grandes surfaces généralistes et 2 grandes spécialisées dans les loisirs. Ce livre n’est pas vendu à C..a et à C…..a : je m’inquiète près d’un vendeur du fait que je ne trouve pas Tallis ; réponse bah non parce que ça se vend pas ! ma réponse : il est vrai qu’on ne vend que ce que l’on a ! L’action se passe à Vienne en 1904. On retrouve les mêmes acteurs. On vient de découvrir dans une usine désaffectée le corps d’un homme tué par balles et défiguré à l’acide. Aucune possibilité d’identification ! En face de lui sont alignées trois chaises. De quel tribunal s’agissait-il ? Nos deux protagonistes habituels sont chargés d’enquêter. Comme d’habitude nos enquêteurs seront secondés par Amélia Lydgate (ne le répétez pas mais elle vit dans le péché avec Liebermann, qui va très vite la présenter à ses parents). Nous ne verrons pas le professeur Freud qui sera toutefois évoqué deux fois. La première partie du livre est lente ; heureusement on se rattrape dans la deuxième partie. La lecture est facile ; je regrette que l’auteur utilise (et abuse) certains trucs : ainsi la soirée piano-chant, cigares, Brandy, réflexions est utilisée 4 ou 5 fois, par ailleurs les soirées concert avec force description musique classique (Mozart, Bach, …) s’adressent à des experts musicologues. De mêm on a droit aux multiples recettes de la cuisine viennoise. La capitale, Vienne, est toujours aussi peuplée d’antisémites, anarchistes de tous bords, réacs, socialistes (dixit l’auteur) croyants divers, ou non, et d’ailleurs Tallis écrit page 122 que cette ville est un véritable asile d’aliénés. Je recommande, malgré tout, la lecture de ce livre.
          Lire la suite
          En lire moins
        • JessSwann Posté le 15 Mars 2018
          Le retour de Frank Tallis et surtout de son duo viennois : le psychiatre Liebermann, proche de Freud et l'inspecteur Rheinhardt, mélomane averti. Cette fois encore, Frank Tallis nous transporte dans les méandres de l'histoire avec en prélude aux événements l'assassinat de Sissi comme si nous y étions. La suite, à travers l'enquête de Rheinhardt, nous permet de découvrir les milieux anarchistes et leur idéologie vue d'un point de vue psychanalytique grâce aux interventions toujours appréciées de Freud et aux observations de Max. Le tout est passionnant et permet de croiser des personnages et des faits historiques tout en les intégrant à la fiction de l'auteur. Nous n'en perdons pas pour autant de vue les personnages principaux et je suis ravie de l'évolution des relations de Max et Amelia ! Le tout est bien écrit et toujours aussi passionnant Ce que j'aime : la manière dont l'auteur introduit les avancées scientifiques de l'époque et la psychanalyse dans un contexte historique riche tout en nous permettant de suivre les trajectoires personnelles de ses personnages Ce que j'aime moins : un peu trop de personnages, je me suis un peu perdue au début En bref : Un retour en force de Max ! Passionnant... Le retour de Frank Tallis et surtout de son duo viennois : le psychiatre Liebermann, proche de Freud et l'inspecteur Rheinhardt, mélomane averti. Cette fois encore, Frank Tallis nous transporte dans les méandres de l'histoire avec en prélude aux événements l'assassinat de Sissi comme si nous y étions. La suite, à travers l'enquête de Rheinhardt, nous permet de découvrir les milieux anarchistes et leur idéologie vue d'un point de vue psychanalytique grâce aux interventions toujours appréciées de Freud et aux observations de Max. Le tout est passionnant et permet de croiser des personnages et des faits historiques tout en les intégrant à la fiction de l'auteur. Nous n'en perdons pas pour autant de vue les personnages principaux et je suis ravie de l'évolution des relations de Max et Amelia ! Le tout est bien écrit et toujours aussi passionnant Ce que j'aime : la manière dont l'auteur introduit les avancées scientifiques de l'époque et la psychanalyse dans un contexte historique riche tout en nous permettant de suivre les trajectoires personnelles de ses personnages Ce que j'aime moins : un peu trop de personnages, je me suis un peu perdue au début En bref : Un retour en force de Max ! Passionnant et bien documenté Ma note 7,5/10
          Lire la suite
          En lire moins
        Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
        Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com