RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Chant d'Achille

            Pocket
            EAN : 9782266252430
            Code sériel : 16069
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            Le Chant d'Achille

            Christine AUCHE (Traducteur)
            Date de parution : 02/04/2015
            Ce ne sont encore que des enfants : Patrocle est aussi chétif et maladroit qu'Achille est solaire, puissant, promis par sa déesse de mère à la gloire des immortels. En grandissant côte à côte, l'amitié surgit entre ces deux êtres si dissemblables. Indéfectible.
            Quand, à l'appel du roi Agamemnon, les deux...
            Ce ne sont encore que des enfants : Patrocle est aussi chétif et maladroit qu'Achille est solaire, puissant, promis par sa déesse de mère à la gloire des immortels. En grandissant côte à côte, l'amitié surgit entre ces deux êtres si dissemblables. Indéfectible.
            Quand, à l'appel du roi Agamemnon, les deux jeunes princes se joignent au siège de Troie, la sagesse de l'un et la colère de l'autre pourraient bien faire dévier le cours de la guerre... Au risque de faire mentir l'Olympe et ses oracles.

            « Un roman d'apprentissage subtil et plein de fureur. » Alexandre Fillon – LiRE

            « Éprise de ses personnages, l'auteure ramène à la vie les statues antiques. Et l'on sort de son livre avec une grande envie de se replonger dans Homère. » Le Monde

            Cet ouvrage a reçu le « Orange Prize for fiction »
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266252430
            Code sériel : 16069
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            8.10 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Ce roman aussi audacieux qu’ambitieux est, d’abord, un très beau chant d’amour porté par l’humble voix de Patrocle. Éprise de ses personnages et des textes où elle a puisé l’inspiration, l’auteure ramène à la vie les statues antiques. Et l’on sort de son livre avec une grande envie de se replonger dans Homère. » Le Monde
            « Un roman d'apprentissage subtil et plein de fureur. » Alexandre Fillon, Lire
            « Chez Madeline Miller règne une grâce singulière et ténue, entre frénésie politique et intimité de l'amour. » Télérama
            « C'est un livre remarquablement bien écrit, bien traduit, qui donne à voir la Grèce antique, ses paysages, ses mythes, les mœurs de ses habitants. » Transfuge
            « Impossible de lâcher ce livre. Toute la sauvagerie et le frisson de l'Antiquité. » Donna Tartt

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Lucilou Posté le 8 Mai 2019
              « Hélas ! fils du brave Pélée, tu vas apprendre la cruelle nouvelle de ce qui n'eût jamais dû être. Patrocle gît à terre ; on se bat autour de son corps — son corps sans armes : ses armes sont aux mains d'Hector au casque étincelant. » Il dit : un noir nuage de douleur aussitôt enveloppe Achille. À deux mains il prend la cendre du foyer, la répand sur sa tête, en souille son gentil visage. Sur sa tunique de nectar maintenant s'étale une cendre noire. Et le voici lui-même, son long corps allongé dans la poussière ; de ses propres mains il souille, il arrache sa chevelure (...). Antiloque, de son côté, se lamente et verse des larmes. Il tient les mains d'Achille, dont le noble coeur terriblement gémit : il craint qu'il ne se tranche la gorge avec le fer. » Qui un jour a lu « L'Iliade » doit être encore marqué par le chant XVIII, celui dans lequel Achille apprend la mort de son Patrocle et s'abîme dans le désespoir. Même moi, qui fus et qui demeure du parti des Troyens -Hector, mon amour antique-, qui n'aime ni Agamemnon, ni Ulysse (qu'on ne m'en jette pas la pierre!), j'ai été... « Hélas ! fils du brave Pélée, tu vas apprendre la cruelle nouvelle de ce qui n'eût jamais dû être. Patrocle gît à terre ; on se bat autour de son corps — son corps sans armes : ses armes sont aux mains d'Hector au casque étincelant. » Il dit : un noir nuage de douleur aussitôt enveloppe Achille. À deux mains il prend la cendre du foyer, la répand sur sa tête, en souille son gentil visage. Sur sa tunique de nectar maintenant s'étale une cendre noire. Et le voici lui-même, son long corps allongé dans la poussière ; de ses propres mains il souille, il arrache sa chevelure (...). Antiloque, de son côté, se lamente et verse des larmes. Il tient les mains d'Achille, dont le noble coeur terriblement gémit : il craint qu'il ne se tranche la gorge avec le fer. » Qui un jour a lu « L'Iliade » doit être encore marqué par le chant XVIII, celui dans lequel Achille apprend la mort de son Patrocle et s'abîme dans le désespoir. Même moi, qui fus et qui demeure du parti des Troyens -Hector, mon amour antique-, qui n'aime ni Agamemnon, ni Ulysse (qu'on ne m'en jette pas la pierre!), j'ai été bouleversée par le chagrin du fils de Pélée. Il n'est plus ici un soldat glorieux en quête d'honneur, un demi-dieu imbu de sa propre lumière, il est aussi un mortel qui souffre. Bon sang, j'ai tant aimé l'Iliade et l'Odyssée -lues en français- et j'aime tant les mythes antiques... mais ils me laissent toujours un goût de pas assez et comme je traque les réécritures arthuriennes, je traque aussi celles de ces mythes grandioses. Alors quand je suis tombée sur « Le Chant d'Achille », je n'ai pas hésité. Ce roman de l'américaine Madeline Miller est un enchantement à la manière de circé (à qui elle a d'ailleurs consacré son deuxième roman!). D'abord, il est merveilleusement écrit (et traduit), plein de beauté, de fureur et d'érudition. L'intrigue s'ouvre au temps lointain où la Grèce était morcelée en une multitude de petits royaumes et où de l'autre côté de la Mer brillaient les murs de la fière Troie, un temps où les dieux et les héros se mêlaient aux mortels sans que cela ne surprenne quiconque et où les légendes n'étaient que des anecdotes bien réelles. C'est Patrocle qui mène la narration et qui va nous raconter son histoire, aux côtés du divin Achille. Fils mal-aimé du roi Ménoetios qu'il déçoit un peu plus chaque jour, il est un enfant maladroit, disgracieux, maigrelet que personne n'aime vraiment. Après un terrible accident il est envoyé en Phtie par son père . Là-bas, à la cour du roi Pélée, il devient l'ami d'Achille, le solaire, le lumineux Achille. En grandissant, cette amitié entre deux personnages si différents, deviendra indéfectible, puissante et empruntera un autre chemin qu'elle ne quittera jamais. Patrocle le timide, le faiblard devient une meilleur version de lui-même près d'Achille à qui il apprend la tempérance, la douceur aussi. Lorsque ce dernier devra se rendre auprès du centaure Chiron dans la montagne pour y faire son apprentissage, il l'accompagnera et partagera son enseignement. Lorsque Thétys tentera d'éloigner son fils afin de le soustraire à la Guerre de Troie, il ira jusqu'au royaume de Lycomède le retrouver et c'est ensemble qu'ils iront à Troie, grossir les rangs achéens. Mais la guerre est cruelle, l'ambition des rois et leurs hubris aussi... Achille doit devenir un héros, et Patrocle l'aidera, même s'il doit tout perdre... Le roman court de l'enfance des personnages à leur fin et la Guerre de Troie n'occupe finalement qu'une petite moitié du roman. Néanmoins, les deux parties sont passionnantes. C'est un plaisir de sentir si proches de nous, si vivants tous ces personnages : Achille et Patrocle, bien sûr, mais les autres aussi : Ulysse, Pélée, Thétys, Agamemnon... C'est un roman qui ressuscite les mythes antiques, qui nous les ramène une fois de plus et qui nous les chante avec beaucoup de sensibilité et de modernité. C'est à la fois un roman d'apprentissage, d'héroïsme et un roman de bruits, de violences, de passion et de fureurs... ; à la mesure de ses personnages. C'est un roman rythmé autant que poétique et au cours duquel on ne s'ennuie pas une seconde, un livre qu'on ne peut pas lâcher. Un roman dont on aime les héros avec lesquels on crie de colère ou pleure de tristesse. Et puis, ce chant d'Achille qui redore à l'or fin le blason de ce dernier, c'est aussi le chant de Patrocle, la redécouverte de ce dernier trop souvent dans l'ombre de son prince. C'est -enfin- la lumière jetée sur l'obscur fils de Ménoetios, tellement grand dans son humilité. Même Thétys a fini par le comprendre.
              Lire la suite
              En lire moins
            • lokipg Posté le 17 Janvier 2019
              « Chante, déesse, la colère d'Achille, le fils de Pélée. » [Iliade, Chant I] Mais avant cela, conte moi, Madeline Miller, l'histoire de Patrocle, fils de Ménœtios, et sa rencontre avec le blond héros de l'Iliade. Plus que la guerre de Troie, c'est la vie d'Achille qui nous est racontée, vu par les yeux de Patrocle. Ainsi, même pour quelqu'un qui aurait lu l'Iliade, il y a pas mal à découvrir dans ces pages. Si dans l'ensemble, l'histoire est fidèle aux récits des auteurs grecs, (l'enrôlement d'Achille, l'épisode d'Aulis...) l'autrice prend quelques libertés avec Patrocle. Sous sa plume, le compagnon d'Achille est un piètre guerrier. Il ne prend les armes que rarement et s'abrite derrière Achille les rares fois où il met les pieds sur un champs de bataille. À Troie, il sera surtout un guérisseur, assistant Machaon et Podalyre. C'est étonnant – Homère le décrivait comme un combattant redoutable – mais cela en fait un personnage intéressant. L'histoire est vraiment centrée sur la relation entre Patrocle et Achille et, de ce fait, les autres personnages sont moins développés. Seuls Agamemnon et Ulysse ont droit à quelques scènes marquantes, les autres héros grecs ne font que de la figuration. Au contraire, Briséis... « Chante, déesse, la colère d'Achille, le fils de Pélée. » [Iliade, Chant I] Mais avant cela, conte moi, Madeline Miller, l'histoire de Patrocle, fils de Ménœtios, et sa rencontre avec le blond héros de l'Iliade. Plus que la guerre de Troie, c'est la vie d'Achille qui nous est racontée, vu par les yeux de Patrocle. Ainsi, même pour quelqu'un qui aurait lu l'Iliade, il y a pas mal à découvrir dans ces pages. Si dans l'ensemble, l'histoire est fidèle aux récits des auteurs grecs, (l'enrôlement d'Achille, l'épisode d'Aulis...) l'autrice prend quelques libertés avec Patrocle. Sous sa plume, le compagnon d'Achille est un piètre guerrier. Il ne prend les armes que rarement et s'abrite derrière Achille les rares fois où il met les pieds sur un champs de bataille. À Troie, il sera surtout un guérisseur, assistant Machaon et Podalyre. C'est étonnant – Homère le décrivait comme un combattant redoutable – mais cela en fait un personnage intéressant. L'histoire est vraiment centrée sur la relation entre Patrocle et Achille et, de ce fait, les autres personnages sont moins développés. Seuls Agamemnon et Ulysse ont droit à quelques scènes marquantes, les autres héros grecs ne font que de la figuration. Au contraire, Briséis voit son rôle developpé, et Chiron le centaure et, surtout, Thétys, déesse et mère d'Achille, deviennent des acteurs importants. Les deux derniers personnages cité me permettent d'enchainer sur un aspect que j'ai vraiment apprécié : l'intégration du merveilleux dans le récit. Les dieux et les créatures mythologiques existent. Leurs rencontres avec les humains ne sont pas anodines, mais elles restent naturelles. J'ai adoré toutes les scènes avec Chiron et Thétys. La plume de Madeline Miller est très belle. Elle est parvenu à s'approprier le mythe et a en donner une version personnelle et convaincante. La quatrième de couverture m'apprend qu'il s'agit de son premier roman. Cela donne envie de lire les suivants.
              Lire la suite
              En lire moins
            • PageDixHuit Posté le 25 Octobre 2018
              Ce livre est un roman à vocation vulgarisatrice afin de rendre la mythologie Grecque accessible à tous et également attractive. L'auteure a également écrit un roman sur Circée (la puissante magicienne qui gagna le coeur d'Ulysse dans l'Odyssée d'Homère) accessible en français. A dire vrai, je ne saurai pas dire si je l'ai aimé ou si il m'a profondément déçu. Tout partait plutôt assez mal entre ce livre et moi, mais la fin du roman a réussi à me faire quelques peu changer d'avis, et même à me faire sentir presque nostalgique une fois refermé. Décortiquons ça. J'ai trouvé le livre très long à démarrer. Le point de vue n'est pas clair dès le départ, il s'agit d'un point de vue interne mais on ne sait pas tout de suite de qui il s'agit (Patrocle). On le comprend assez rapidement par la suite mais l'entrée en matière est donc assez ralentie et floue dans les premières pages. L'histoire débute donc en Grèce antique sur l'histoire de Patrocle, enfant chétif, maladroit et au physique peu avantageux. Sa rencontre avec Achille arrive assez tôt dans l'histoire, pas de problème de ce côté là donc. Assez vite également se tisse une relation ambiguë entre les... Ce livre est un roman à vocation vulgarisatrice afin de rendre la mythologie Grecque accessible à tous et également attractive. L'auteure a également écrit un roman sur Circée (la puissante magicienne qui gagna le coeur d'Ulysse dans l'Odyssée d'Homère) accessible en français. A dire vrai, je ne saurai pas dire si je l'ai aimé ou si il m'a profondément déçu. Tout partait plutôt assez mal entre ce livre et moi, mais la fin du roman a réussi à me faire quelques peu changer d'avis, et même à me faire sentir presque nostalgique une fois refermé. Décortiquons ça. J'ai trouvé le livre très long à démarrer. Le point de vue n'est pas clair dès le départ, il s'agit d'un point de vue interne mais on ne sait pas tout de suite de qui il s'agit (Patrocle). On le comprend assez rapidement par la suite mais l'entrée en matière est donc assez ralentie et floue dans les premières pages. L'histoire débute donc en Grèce antique sur l'histoire de Patrocle, enfant chétif, maladroit et au physique peu avantageux. Sa rencontre avec Achille arrive assez tôt dans l'histoire, pas de problème de ce côté là donc. Assez vite également se tisse une relation ambiguë entre les deux personnages dont on ne sait quoi penser. Le point noir pour moi, c'est que ce livre se concentre beaucoup sur cette relation fusionnelle. Je ne m'attendais pas à cela en ouvrant le livre et l'avais acheté pour découvrir en profondeur l'histoire d'Achille et de la Guerre de Troie. Si il fait une bonne entrée en matière pour aborder ou redécouvrir L'Illiade, j'ai regretté que l'histoire se focalise plus sur la relation entre Patrocle et Achille que sur l'épisode de Troie en lui-même et les autres relations avec les figures mythiques de cet épisode. L'enfance des deux personnages principaux notamment traîne beaucoup en longueur et apporte parfois de la lourdeur au récit. A l'inverse, j'aurai aimé voir certains protagonistes développés plus en profondeurs, comme Chiron, le maître d'Achille et Patrocle durant leur adolescence. Ce personnage tout en sagesse donne lieu à de beaux dialogues et à des scènes très touchantes, en plus d'apporter des anecdotes très intéressantes sur la mythologie grecque. Malgré tout, j'ai appris à aimer Patrocle et Achille et leur fusion m'a beaucoup touchée. C'est d'ailleurs une fois le livre refermé que je me suis rendue compte qu'ils allaient me manquer et ils ont réussi à me rendre nostalgique d'un roman qui pourtant ne m'a pas transporté durant sa lecture. J'ai également pu en apprendre un peu plus sur la mythologie grecque, notamment les relations noueuses entres les différents noms célèbres de celle-ci (Agamemnon, Iphigénie, Hector, Pâris, Ulysse et Hélène notamment) qui sont plus faciles à retenir lorsqu'elles sont introduites au sein d'une histoire. De ce côté là, le travail de vulgarisation est vraiment réussi. Le rythme s'accélère également lors du commencement véritable de la guerre de Troie (qui arrive cependant un peu tardivement à mon goût) et l'on a alors envie d'en savoir plus. L'histoire est en effet basée sur la prédiction macabre d'un Oracle et l'on ne peut s'empêcher de vouloir savoir si cette prédiction s'avérera vraie. Aussi, la plume de Madeline Miller est vraiment très agréable à lire, on assiste à des dialogues construits avec une finesse de langage et une fluidité très appréciable, parfois presque poétique et toujours accessible, qui offrent parfois une réelle réflexion pour le lecteur. En résumé, une lecture qui de prime abord ne répondait pas à toutes mes attentes mais qui as su me capter par les émotions inattendues qui m'ont été offertes et des personnages très attachants malgré des longueurs qui alourdissent parfois la lecture. Une bonne entrée en matière pour aborder l’Iliade avec des bases acquises de manière fluide et agréable. 
              Lire la suite
              En lire moins
            • unlivreuncafe Posté le 2 Octobre 2018
              [ACHILLE PATROCLE] Le Chant d’Achille est un livre écrit par Madeline Miller. A travers les yeux de Patrocle, elle met en exergue le lien, puis la relation qui va exister entre Patrocle et Achille du début jusqu’à la fin. Il n’est pas nécessaire de lire L’Iliade de Homère avant la lecture de ce livre, mais il est intéressant de comprendre les grandes lignes sur la guerre de Troie et ses personnages principaux. Dans mon article j’aborde : 1️#8419; Deux personnages différents : Achille et Patrocle 2️#8419; L’Hubris d’Achille 3️#8419; Les dieux et la mythologie grecque Avez-vous lu Le chant d’Achille ?
            • Keikana Posté le 21 Septembre 2018
              Si vous avez déjà entendu parler de ce livre, vous savez qu’il est très apprécié des lecteurs. Beaucoup cri au chef d’oeuvre, à la merveille littéraire ! Par conséquent, j’attendais beaucoup de cette lecture, ce qui n’est jamais bon. Attention, j’ai beaucoup aimé ma lecture aussi. J’ai été transportée à travers le temps, dans cette époque sanglante et impitoyable ; j’ai vraiment eu du mal à lâcher le livre pour faire autre chose. J’ai apprécié que l’auteure prenne le temps d’expliquer certains faits sans pour autant donner un cours d’histoire (ayant peu de souvenirs de ma lecture d’Homère faite en 5ème ou 4ème, les rappels étaient les bienvenus) ainsi que sa façon de mettre en valeur l’humanité de ces héros antiques. Enfin, j’ai aimé que les sous-entendus et subtilités du texte d’origine (la relation amoureuse entre Achille et Patrocles, notamment) soient explicitement développés. D’ailleurs, l’histoire racontée par la voix de Patrocle, se concentre sur la romance homosexuelle et c’est, il me semble, ce qui a tant plu aux lecteurs de notre époque qui veulent, tout comme moi, plus de diversité et la reconnaissance de normalités différentes. Malgré toutes ces bonnes choses, je n’ai pas reçu la claque littéraire que j’attendais. Le sujet, le... Si vous avez déjà entendu parler de ce livre, vous savez qu’il est très apprécié des lecteurs. Beaucoup cri au chef d’oeuvre, à la merveille littéraire ! Par conséquent, j’attendais beaucoup de cette lecture, ce qui n’est jamais bon. Attention, j’ai beaucoup aimé ma lecture aussi. J’ai été transportée à travers le temps, dans cette époque sanglante et impitoyable ; j’ai vraiment eu du mal à lâcher le livre pour faire autre chose. J’ai apprécié que l’auteure prenne le temps d’expliquer certains faits sans pour autant donner un cours d’histoire (ayant peu de souvenirs de ma lecture d’Homère faite en 5ème ou 4ème, les rappels étaient les bienvenus) ainsi que sa façon de mettre en valeur l’humanité de ces héros antiques. Enfin, j’ai aimé que les sous-entendus et subtilités du texte d’origine (la relation amoureuse entre Achille et Patrocles, notamment) soient explicitement développés. D’ailleurs, l’histoire racontée par la voix de Patrocle, se concentre sur la romance homosexuelle et c’est, il me semble, ce qui a tant plu aux lecteurs de notre époque qui veulent, tout comme moi, plus de diversité et la reconnaissance de normalités différentes. Malgré toutes ces bonnes choses, je n’ai pas reçu la claque littéraire que j’attendais. Le sujet, le fond, est traité brillamment mais la forme manque de virtuosité : les mots racontent l’histoire sans provoquer vraiment d’émoi qui leur sont propres. Une lecture que je recommande tout de même pour l’immersion dans la guerre de Troie et dans la vie de ces hommes qui pourchassent la gloire à tout prix, pour la mythologie et bien sûr, pour la romance émouvante.
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.