Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266152501
Code sériel : 1947
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Le chien des Baskerville

Maurice-Bernard ENDREBE (Traducteur)
Date de parution : 29/11/2004

« Avant ce terrible événement, plusieurs personnes avaient vu sur la lande une créature dont la description correspond à celle du démon de Baskerville, et qui ne peut être aucun animal connu de la science. Elles s'accordent toutes à dire que c'était une bête énorme, comme lumineuse, absolument horrible... La...

« Avant ce terrible événement, plusieurs personnes avaient vu sur la lande une créature dont la description correspond à celle du démon de Baskerville, et qui ne peut être aucun animal connu de la science. Elles s'accordent toutes à dire que c'était une bête énorme, comme lumineuse, absolument horrible... La terreur règne dans le village, et il faudrait quelqu'un de bien audacieux pour s'aventurer de nuit sur la lande.
— Et vous, un homme de science, vous croyez qu'il s'agit d'une chose surnaturelle ?
— Je ne sais plus que croire. »

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266152501
Code sériel : 1947
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Laehb80 Posté le 20 Août 2020
    Classique de la littérature jeunesse, ma première lecture date d'il y a environ 30 ans. Aïe, ça ne me rajeunit pas ! J'en gardais un super souvenir, Sir Arthur Conan Doyle étant, avec Agatha Christie, l'auteur qui marqua ma découverte des romans policiers et surtout mon addiction au genre ! Certes cette troisième lecture ne m'a pas tant impressionnée ni fait frissonner que la première, j'ai beaucoup lu entre temps, je me suis endurcie, j'ai grandi, mais quel bon moment ! Outre les souvenirs et réminiscences, il est toujours agréable de lire ce genre de classique, d'apprécier cette belle écriture châtiée, et même si le dénouement est connu cela n'enlève rien au charme de passer quelques heures avec le grand Sherlock Holmes.
  • ClaraLou17 Posté le 19 Août 2020
    Un classique de Conan Doyle qui n'a pas pris la poussière en 2019 ! Un terrifble chien est suspecté responsable de la mort du riche Sir Charles Baskerville. Toutefois la succession de faits inexplicables, l'arrivée de personnages secrets et ce manoir maudit où les Baskerville trouvent la mort révèlent un scénario plus complexe. Sherlock Holmes et son assistant Watson sont alors missionnés sur ce pré-supposé meurtre. J'ai été émerveillée par l'intelligence de Holmes qui contraste avec la simplicité de raisonnement de Watson qui pourrait se rapprocher de celle d'un lecteur peu avisé. Le décor de ce marais brumeux et mystérieux m'a transportée et enchantée. La fin est prodigieusement entraînante.
  • CDemassieux Posté le 19 Août 2020
    Ce récit des exploits de Sherlock Holmes est une chasse à la fois au coupable et au trésor, avec ce brin d’exotisme qui fait de cette enquête une aventure à part entière. En fait de trésor, le docteur Watson, quant à lui, en trouvera un en la personne de mademoiselle Morstan, ce qui n’aura pas l’heur de plaire à son si perspicace ami, exclusivement occupé par la logique et la raison : « L’amour est tout d’émotion. Et l’émotivité s’oppose toujours à cette froide et véridique raison que je place au-dessus de tout », lancera-t-il avec dépit en apprenant le bonheur de son compagnon. Notons que dans un excellent film de Barry Levinson – Le Secret de la pyramide –, narrant la jeunesse de Sherlock Holmes, ce dernier tombe tout de même amoureux… Comme dans ses autres enquêtes, Holmes déploie donc tout son talent, avec cette hauteur désinvolte qui tantôt séduit, tantôt irrite celles et ceux qui croisent son chemin. Talent qui fait dire à Watson ceci : « Et je ne pus m’empêcher de penser qu’il eût fait un bien dangereux criminel s’il avait tourné sa sagacité et son énergie contre la loi, au lieu de les exercer pour... Ce récit des exploits de Sherlock Holmes est une chasse à la fois au coupable et au trésor, avec ce brin d’exotisme qui fait de cette enquête une aventure à part entière. En fait de trésor, le docteur Watson, quant à lui, en trouvera un en la personne de mademoiselle Morstan, ce qui n’aura pas l’heur de plaire à son si perspicace ami, exclusivement occupé par la logique et la raison : « L’amour est tout d’émotion. Et l’émotivité s’oppose toujours à cette froide et véridique raison que je place au-dessus de tout », lancera-t-il avec dépit en apprenant le bonheur de son compagnon. Notons que dans un excellent film de Barry Levinson – Le Secret de la pyramide –, narrant la jeunesse de Sherlock Holmes, ce dernier tombe tout de même amoureux… Comme dans ses autres enquêtes, Holmes déploie donc tout son talent, avec cette hauteur désinvolte qui tantôt séduit, tantôt irrite celles et ceux qui croisent son chemin. Talent qui fait dire à Watson ceci : « Et je ne pus m’empêcher de penser qu’il eût fait un bien dangereux criminel s’il avait tourné sa sagacité et son énergie contre la loi, au lieu de les exercer pour sa défense. » Cependant, plane une ombre terrifiante dans cette histoire ; bien plus encore que celle de l’ennemi juré de Holmes, à savoir le professeur Moriarty – d’ailleurs absent du récit. Cette ombre c’est la drogue, dont le détective use et abuse dangereusement et ce, parce que : « Mon esprit refuse la stagnation […]. Donnez-moi des problèmes, du travail ! Donnez-moi le cryptogramme le plus abstrait ou l’analyse la plus complexe, et me voilà dans l’atmosphère qui me convient. Alors je puis me passer de stimulants artificiels. Mais je déteste trop la morne routine et l’existence ! Il me faut une exaltation mentale. » Dit autrement, Sherlock Holmes craint par-dessus tout ce fléau que Baudelaire craignait déjà et à raison, car : « Quoiqu’il ne pousse ni grands gestes ni grands cris, / Il ferait volontiers de la terre un débris / Et dans un bâillement avalerait le monde ; / C’est l’Ennui ! » Au moins, pour ce qui nous concerne ici, l’ennui n’a pas cours…
    Lire la suite
    En lire moins
  • Shadow15 Posté le 9 Août 2020
    Mon premier Sherlock Holmes ! Je n'ai pas été déçue... L'enquête est vraiment bien ficelée, les rebondissements et l'ambiance brumeuse d'Angleterre au rendez-vous ! Je recommande cette enquête
  • BLaval44 Posté le 30 Juillet 2020
    Adapté de nombreuses fois (j'adore la version avec James Kirk pardon William Shatner assez comique), une seule fois avec la qualité requise à mon goût (Peter Cushing était l'un de mes acteurs fétiches), le chien est LE roman le plus célèbre sans aucun doute de Conan Doyle et de Sherlock ... une aventure somme toute ordinaire si on enlève le coté "fantastique" instillé dès le départ ... et c'est du grand art que de tourner volontairement ce récit policier en une trame légendaire ... Conan Doyle peut enfin donner plus d'importance à Watson puisque Holmes reste une partie du temps en retrait, ce qui n'enlève rien au suspense qui est étonnant la première lecture et devient classique dès la suivante ... car c'est un classique, un grand livre bien écrit avec des chapitres durs et secs, des personnages croqués sur le vif, des moments d'intense réflexion et une finale très bien menée ! A relire !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.