Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264034823
Code sériel : 3231
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 176
Format : 108 x 177 mm

Le livre de Dina

Les limons vides

Luce HINSCH (Traducteur)
Date de parution : 19/09/2002

Sur les glaces sauvages de l’extrême Norvège, dans le clair de lune, une jeune femme trône en déesse obscure. Enfant recluse, responsable de l’accident qui emporta sa mère sous ses yeux, elle grandit loin de tous, poursuivie par le cri des ombres. Elle est Dina, Ève brûlante, éternelle indomptée qui...

Sur les glaces sauvages de l’extrême Norvège, dans le clair de lune, une jeune femme trône en déesse obscure. Enfant recluse, responsable de l’accident qui emporta sa mère sous ses yeux, elle grandit loin de tous, poursuivie par le cri des ombres. Elle est Dina, Ève brûlante, éternelle indomptée qui chevauche à travers vents et livre au monde sa litanie furieuse.

« Un long poème épique nourri de Bible et traversé par les bourrasques, tels les orages d’un Giono nordique. Un livre qui ferait un poète de n’importe quel lecteur et qui, la dernière page tournée, lui insuffle sa force et sa vérité. »
Ingrid Carlander, Le Monde diplomatique

 

Traduit du norvégien
par Luce HinschMartine Laval

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264034823
Code sériel : 3231
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 176
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

Laissez-vous entraîner par la flamboyante Dina au coeur d’une Norvège aride. Loin d’être la seconde épouse soumise qu’on lui demande d’être, elle va imposer à son mari et ses beaux-fils son caractère volcanique… L’incroyable scène d’ouverture nous révèle les failles que cache cette attitude hostile. Superbe !
Aurélie Triboulot / Librairie L. Durance

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CarolineCF Posté le 3 Mai 2020
    3 ans déjà que mes filles m'ont offert ce livre, commencé puis abandonné et repris enfin! Il faut dire que le début est déroutant puisqu'on entre par la fin! les personnages et particulièrement Dina s'imposent à nous par ce qu'ils font, ce qui les meut, les anime mais aussi ce qui les percute comme la mort. Une écriture énergique, qui va de l'avant, à l'image de Dina, femme-enfant que rien ne retient, qui s'autorise tout, à laquelle rien ne résiste. J'ai aimé ces personnages, Dina bien sûr, mais aussi Jacob, Mme Karen, M. Lorch, ces paysages du froid, de la nuit et du jour. Les maisons, les cérémonies, décrites en peu de mots mais si visuelles. J'ai hâte de me plonger dans les livres 2 et 3.
  • Fleitour Posté le 25 Avril 2020
    Quel cadeau ! Quel plus beau cadeau peut offrir un auteur de fiction que celui de nous faire partager les aventures d'un grand personnage romanesque. Un homme ? Non trop banal, une femme. Donner à faire vivre, une déesse, une éternelle indomptée selon l'éditeur, une féministe, bien dans sa peau, aux aspirations extravagantes, croquant la vie avec panache, talent, et gourmandise. Le charme de ce livre « Les Limons Vides » est de construire un personnage aux multiples facettes, impossible à résumer tant la complexité de son caractère trace un chemin de fureur et d'angoisse selon ses attaches. Dina est une invention miraculeuse une créature, qu'on aurait pu appeler flocon d'argent. 'Le visage de Dina semblait un paysage couvert de neige, sans aucune émotion" indique l'auteur page 13. Dina ressemble à Dantès ou Cyrano, un peu de chacun ou beaucoup des deux, mais c'est une femme plongée dans la glace du grand Nord, soumise à la rudesse des temps, aux bourrasques piquantes des démons du ciel. Herbjorg Wassmo devient un Giono grinçant comme un cagou des icebergs, un innocent au visage exalté, les bras et son corps suivant une gestuelle quand il tape sur un bidon, pour imaginer les pires abîmes. Dina est elle responsable... Quel cadeau ! Quel plus beau cadeau peut offrir un auteur de fiction que celui de nous faire partager les aventures d'un grand personnage romanesque. Un homme ? Non trop banal, une femme. Donner à faire vivre, une déesse, une éternelle indomptée selon l'éditeur, une féministe, bien dans sa peau, aux aspirations extravagantes, croquant la vie avec panache, talent, et gourmandise. Le charme de ce livre « Les Limons Vides » est de construire un personnage aux multiples facettes, impossible à résumer tant la complexité de son caractère trace un chemin de fureur et d'angoisse selon ses attaches. Dina est une invention miraculeuse une créature, qu'on aurait pu appeler flocon d'argent. 'Le visage de Dina semblait un paysage couvert de neige, sans aucune émotion" indique l'auteur page 13. Dina ressemble à Dantès ou Cyrano, un peu de chacun ou beaucoup des deux, mais c'est une femme plongée dans la glace du grand Nord, soumise à la rudesse des temps, aux bourrasques piquantes des démons du ciel. Herbjorg Wassmo devient un Giono grinçant comme un cagou des icebergs, un innocent au visage exalté, les bras et son corps suivant une gestuelle quand il tape sur un bidon, pour imaginer les pires abîmes. Dina est elle responsable de la mort de sa mère  ? On ne devrait pas pouvoir s'en sortir d'une telle situation, d'un tel geste involontaire mais meurtrier. Pourtant Dina va surmonter ce chaos. Cela faisait des mois qu'elle ne parlait plus. Enfermée dans un cocon de douleur ou indifférence diront certains adultes. Un enfant qui perd sa mère ne peut ni parler ni pleurer. La musique du coeur s'est cassée. C'est un précepteur Mr Lorch qui prend Dina en charge. Un jour M Lorch joua du violoncelle il fit vibrer une corde, et ce fût comme un éclair chargé de feu, un crépitement suivi d'une longue note aiguë. "C'est alors que le miracle se produisit," "Encore, joue encore,"... Les larmes coulaient à flot le long de ses joues"  Touchée par la grâce Dina devient une virtuose du violoncelle, et dominera bientôt le piano. A t-elle changé ? Son père le commissaire Dagny, le pense et quand Jacob son ami lui fait à l'adresse de Dina une demande en mariage, ravi il s'y soumet. Une belle union qui étrangement va dépasser ce qu'un brave homme un peu âgé peut accepter de sa propre épouse. Son père est le premier témoin d'une dissonance. "Elle avait en elle une sauvagerie qui n'était pas faite pour attirer les hommes en quête d'une épouse", plusieurs fois il avait nettement exprimé ce doute, page 66. C'était la première fois qu'il se rendait compte qu'aucune limite n'existait pour Dina. "Qu'elle ne craignait le jugement de personne." insiste Wassmo page 93. Rien ne la portait mieux que la fougue de son cheval de robe noir. Le monde autour de Dina va t-il s'effondrer ? Et que deviendra Reines la grande demeure et son comptoir au fond de la baie.. Une étrange passion cerne la chevelure rousse de Tomas, "la bouche de Tomas tremblait devant Dina"...
    Lire la suite
    En lire moins
  • meknes56 Posté le 13 Août 2019
    Premier livre d'une saga, j'ai pris ce livre à la médiathèque de ma ville sur les conseils d'une personne rencontrée dans l'allée des auteurs "w". Découverte, de ce fait, d'un auteur parfaitement inconnu pour moi et ce fut une bonne et agréable surprise. J'ai été vraiment pris par cette histoire et par le personnage de Dina.... A lire absolument pour ceux qui aime les ambiances glaciales...
  • Flocava1 Posté le 3 Juillet 2019
    Je n’ai pas été transportée par cette trilogie, un peu déçue, je n’en garde pas un grand souvenir mais une grande déception
  • ECB Posté le 9 Février 2019
    Grâce à notre bibliothèque d'entreprise j'ai découvert Herbjorg Wassmo et la littérature norvégienne. Née en 1942, ancienne institutrice, elle vit près du cercle polaire et écrit depuis plus de vingt ans. Elle est très connue dans les pays scandinaves. Les limons vides est le premier tome du livre de Dina porté à l'écran en 2003, avec Gérard Depardieu. Ce roman est écrit dans un style original, rafraîchissant, presque comme une légende. Dina est actrice involontaire de l'accident qui va coûter la vie à sa mère. Victime et coupable, elle grandit abandonnée, comme une enfant sauvage, avant d'être initiée à la musique par un professeur de violoncelle et de piano. Jeune-femme indomptable, insoumise et libérée, elle vit entre une réalité sans limites et sans contraintes qu'elle impose à son entourage et un monde parallèle où elle retrouve sa mère. J'ai déjà hâte de lire la suite Les vivants aussi.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…