Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266283038
Code sériel : 1438
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm
Le meilleur des mondes
Jules Castier (traduit par)
Date de parution : 17/08/2017
Éditeurs :
Pocket

Le meilleur des mondes

Jules Castier (traduit par)
Date de parution : 17/08/2017
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Voici près d'un siècle, dans d'étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un État Mondial, parfaitement...
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Voici près d'un siècle, dans d'étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un État Mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains « sauvages » dans des réserves. La culture in vitro des fœtus a engendré le...
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Voici près d'un siècle, dans d'étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un État Mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains « sauvages » dans des réserves. La culture in vitro des fœtus a engendré le règne des « Alphas », génétiquement déterminés à être l'élite dirigeante. Les castes inférieures, elles, sont conditionnées pour se satisfaire pleinement de leur sort. Dans cette société où le bonheur est loi, famille, monogamie, sentiments sont bannis. Le meilleur des mondes est possible. Aujourd'hui, il nous paraît même familier...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266283038
Code sériel : 1438
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • AlbertYakou Posté le 28 Avril 2022
    J'ai enfin lu le meilleur des Mondes. Pas trop tôt à mon âge. On peut prendre ce roman par plusieurs facettes. La plus pertinente, il me semble, est celle d'une critique du système capitaliste. Comment résoudre les crises sociales qui le secouent régulièrement (la dernière en date étant chez nous celle des Gilets jaunes) ? Telle est la question que se sont posés les instigateurs de ce nouveau monde (le meilleur..) mis en place. Le problème (foutu problème) est que les gens de basses conditions, qui font les travaux les plus pénibles et les plus mal payés, en ont souvent marre (on les comprend…) et mettent en péril, par leurs révoltes et leur demande insensée de justice et d'amélioration de leurs conditions de vie, la stabilité de la société toute entière et son système hiérarchique implacable. Dès le début du roman, le directeur du Centre d'Incubation et de Conditionnement nous donne la clé de la solution. « Et c'est là, dit sentencieusement le Directeur, en guise de contribution à cet exposé, qu'est le secret du bonheur et de la vertu, aimer ce qu'on est obligé de faire. Tel est le but de tout conditionnement : faire aimer aux gens la destination sociale à laquelle... J'ai enfin lu le meilleur des Mondes. Pas trop tôt à mon âge. On peut prendre ce roman par plusieurs facettes. La plus pertinente, il me semble, est celle d'une critique du système capitaliste. Comment résoudre les crises sociales qui le secouent régulièrement (la dernière en date étant chez nous celle des Gilets jaunes) ? Telle est la question que se sont posés les instigateurs de ce nouveau monde (le meilleur..) mis en place. Le problème (foutu problème) est que les gens de basses conditions, qui font les travaux les plus pénibles et les plus mal payés, en ont souvent marre (on les comprend…) et mettent en péril, par leurs révoltes et leur demande insensée de justice et d'amélioration de leurs conditions de vie, la stabilité de la société toute entière et son système hiérarchique implacable. Dès le début du roman, le directeur du Centre d'Incubation et de Conditionnement nous donne la clé de la solution. « Et c'est là, dit sentencieusement le Directeur, en guise de contribution à cet exposé, qu'est le secret du bonheur et de la vertu, aimer ce qu'on est obligé de faire. Tel est le but de tout conditionnement : faire aimer aux gens la destination sociale à laquelle ils ne peuvent échapper ». Tout est dit. Un perfectionnement scientifique ultime au service des puissants et des dominants a supprimé la reproduction par viviparité qui implique un embryon se développant dans l'utérus de la mère. Fini tout cela. Ici, dans ce meilleur des mondes, on clowne (le terme, inconnu à l'époque, n'est pas utilisé), par centaines de milliers, des humains qui se développent sans parent dans des incubateurs. Les mots de père et de mère sont supprimés du vocabulaire puisqu'il n'y en a plus et sont même interdits comme révélant une pratique ancienne, honteuse et répugnante. Ainsi, des jumeaux par milliers, hommes et femmes, sont dès leur plus jeune âge conditionnés pour se ranger sans soucis dans la case qui leur est destinée. En haut de l'échelle sociale, les sujets Alpha, en bas les Espilon. Entre les deux les Gamma et les Bêta. Une alchimie chimique opérée au moment de leur conception les distingue physiquement et intellectuellement. Chacun est heureux d'être à sa place. N'est-ce pas merveilleux ? Pour éviter des couacs, chacun a à sa disposition des pilules (le soma) que ces êtres sont conditionnés à prendre, une sorte de pilule du bonheur qui les transporte dans un univers factice ou tout est merveilleux et qui aide (s'ils en ont besoin) à accomplir les loisirs auxquels ils sont destinés. Dans le même temps, les sentiments (l'amour en particulier), mais aussi la haine, la colère, l'amitié, et toutes les émotions, ont disparu de ces pauvres jumeaux et jumelles. On ne souffre plus de rien. Cet univers, où coexistent (dans l'harmonie des classes sociales) des êtres humains qui n'en sont plus vraiment, est mis en opposition avec celui de la réserve. Dans la réserve survivent des humains archaïques, se reproduisant toujours par viviparité, remplis de superstitions, adorant des Dieux, vivant misérablement dans la misère et la saleté. L'un d'entre eux (par un artifice du romancier) va entrer dans le meilleurs des Mondes et va en faire l'expérience. Il en sera dégoûté. Est-ce vivre que de ne plus sentir ? S'ensuit, clé de voûte du roman, une confrontation entre ce sauvage et l'un des plus éminents chefs du meilleur des mondes dans un long dialogue où sont comparés les deux systèmes. Les deux protagonistes ne manquent pas d'arguments. Ne pas souffrir et être heureux de sa condition étant le principal du meilleur des Mondes. Ne plus ressentir des émotions, ne plus penser, ne plus réfléchir, ne plus avoir d'autonomie, d'indépendance, ni de libre arbitre étant l'argument principal du sauvage. Je vous laisse choisir. Pour moi, le choix est vite fait. Je suis un sauvage…
    Lire la suite
    En lire moins
  • thierry1thomas Posté le 24 Avril 2022
    Un des tous meilleurs romans d'anticipation de la littérature en général. Et pas seulement parce que c'est celui que vous avez dû lire à l'école. Il trace une vision sombre du futur de manière un peu ardue pour les jeunes lecteurs de notre temps habitués à mâcher des dystopies-avec-de-vrais-morceaux-d'ados-dedans. Je ne rejette pas du tout ces livres plus faciles, mais il faut avouer que presque tout le fond de récits tels qu'Hunger Games, Le Passeur ou les Cent se trouvent déjà établis dans les trois grands classiques du passé, dont celui-ci, auquel on ajoutera Nous deux de Zamiatine et 1984 d'Orwell, et en ajoutant Asimov Bradbury, Barjavel et Dick pour faire bonne mesure. Ah, il faudrait trop en dire... je dois revenir dessus...
  • Paul_Meurisse Posté le 6 Avril 2022
    Quelle magnifique anticipation, quelle clairvoyance et quel génie! Huxley, outre de dépasser l'imagination du chemin que pourrait suivre notre monde, apparaît comme un véritable ethnologue de notre société actuelle. Choquant, terrifiant? Oui tel est ce que nous vivons! L'auteur a, au fil de son livre, ingénieusement pensé les mécanismes qui pourraient nous faire basculer dans un monde sans heurts, sans maux, un monde passablement vide... La drogue, une science infiniment puissante pour combattre la vieillesse, l'absence sensible de différence entre les individus, l'inexistence de liens affectifs, la sexualité puissamment débridée, la censure sont tant de moyens pour permettre aux élites qui dirigent ce monde d'arriver à une société méticuleusement hiérarchisée et pensée. Et ne serait-ce qu'aller à l'entrave de ces moyens implique pour chaque homme le processus d'humanisation tant redouté. Lorsque l'homme se ressent différent, il est un danger, lorsque l'homme développe le sentiment amoureux, il est nuisible, mais il est homme.
  • Rominath Posté le 24 Mars 2022
    Le meilleur des monde est l'histoire d'une société futuriste où chacun né dans un rôle prédisposé et dont il ne peut pas sortir. Les enfants naissent dans des éprouvettes et son élevés par la société en fonction de leur futur rôle. Afin de supporter cette vie, chacun ne reçoit pas un salaire mais du Soma, une drogue qui rend "heureux". J'avais lu ce livre il y a longtemps, lorsque j'étais adolescente et je l'ai relu récemment. Non seulement ce livre n'a pas vieilli mais il ressemble de plus en plus à notre monde et à notre réalité (les bébés éprouvettes en moins). Remplacez "Soma" par "téléphone" et vous aurez notre monde. Tant qu'en relisant 1984, je trouvais qu'il avait vieilli, Le meilleur des mondes n'a pas pris une ride mais fait terriblement peur car malgré le fait que nous soyons prévenus, nous nous enfonçons tout seul dans une dystopie dont il est dur de lever le nez. A lire et relire sans modération.
  • FlofloEnael Posté le 11 Mars 2022
    Aujourd'hui, je viens vous parler du livre Le meilleur des mondes d'Aldous Huxley. Résumé : Bienvenue au Centre d'Incubation et de Conditionnement de Londres-Central. À gauche, les couveuses où l'homme moderne, artificiellement fécondé, attend de rejoindre une société parfaite. À droite : la salle de conditionnement où chaque enfant subit les stimuli qui plus tard feront son bonheur. Tel fœtus sera Alpha – l'élite – tel autre Epsilon – caste inférieure. Miracle technologique : ici commence un monde parfait, biologiquement programmé pour la stabilité éternelle... La visite est à peine terminée que déjà certains ricanent. Se pourrait-il qu'avant l'avènement de l'État Mondial, l'être humain ait été issu d'un père et d'une mère ? Incroyable, dégoûtant... mais vrai. Dans une réserve du Nouveau Mexique, un homme Sauvage a échappé au programme. Bientôt, il devra choisir : intégrer cette nouvelle condition humaine ou persister dans sa démence.. Il s'agit d'un classique de la littérature d'anticipation qu'une de mes amies m'avait conseillé de lire. Une histoire révolutionnaire pour un roman écrit en 1931. Je n'ai malheureusement pas réussi à accrocher. J'étais malade à sa lecture et je pense donc que ce n'était pas forcément le bon moment, que je n'étais pas très réceptive.... Aujourd'hui, je viens vous parler du livre Le meilleur des mondes d'Aldous Huxley. Résumé : Bienvenue au Centre d'Incubation et de Conditionnement de Londres-Central. À gauche, les couveuses où l'homme moderne, artificiellement fécondé, attend de rejoindre une société parfaite. À droite : la salle de conditionnement où chaque enfant subit les stimuli qui plus tard feront son bonheur. Tel fœtus sera Alpha – l'élite – tel autre Epsilon – caste inférieure. Miracle technologique : ici commence un monde parfait, biologiquement programmé pour la stabilité éternelle... La visite est à peine terminée que déjà certains ricanent. Se pourrait-il qu'avant l'avènement de l'État Mondial, l'être humain ait été issu d'un père et d'une mère ? Incroyable, dégoûtant... mais vrai. Dans une réserve du Nouveau Mexique, un homme Sauvage a échappé au programme. Bientôt, il devra choisir : intégrer cette nouvelle condition humaine ou persister dans sa démence.. Il s'agit d'un classique de la littérature d'anticipation qu'une de mes amies m'avait conseillé de lire. Une histoire révolutionnaire pour un roman écrit en 1931. Je n'ai malheureusement pas réussi à accrocher. J'étais malade à sa lecture et je pense donc que ce n'était pas forcément le bon moment, que je n'étais pas très réceptive. Je réessayerai peut être dans quelques mois. Vous l'avez lu ? Si oui, qu'en avez-vous pensé ?
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    25 dystopies à lire absolument

    Pionner de la dystopie, Aldous Huxley a ouvert la voie a bien des romans depuis la parution du Meilleur des mondes en 1932. Ces romans où l’utopie a viré au cauchemar mettent en scène les incertitudes et les angoisses que font naitre en nous les évolutions du monde. Société totalitaire, catastrophe écologique, dérive technologique : il y en a pour tous les goûts !

    Lire l'article