Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266283038
Code sériel : 1438
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Le meilleur des mondes

Jules CASTIER (Traducteur)
Date de parution : 17/08/2017
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Voici près d'un siècle, dans d'étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un État Mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains « sauvages » dans des réserves. La culture in vitro des fœtus a engendré le...
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Voici près d'un siècle, dans d'étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un État Mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains « sauvages » dans des réserves. La culture in vitro des fœtus a engendré le règne des « Alphas », génétiquement déterminés à être l'élite dirigeante. Les castes inférieures, elles, sont conditionnées pour se satisfaire pleinement de leur sort. Dans cette société où le bonheur est loi, famille, monogamie, sentiments sont bannis. Le meilleur des mondes est possible. Aujourd'hui, il nous paraît même familier...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266283038
Code sériel : 1438
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Antharius Posté le 12 Juin 2020
    "La fin du monde en souriant", "une abomination joyeuse"... C'est le résumé excellent qu'un ami m'avait fait de ce roman et il avait tellement raison ^^ Dans ce livre, nous allons découvrir une société idéal, une société où dès la naissance vous avez une place, une tâche et pas une autre. Une société où l'individualité n'existe pas et est particulièrement grossier: les femmes "doivent" avoir plusieurs hommes dans leurs vies, le contraire est considéré comme un acte barbare. Nous découvrons également le "processus" d'éducation des enfants: un delta n'a pas besoin de profiter de belles choses et donc les bambins sont placés face à des fleurs et prennent un coup de jus si ils y touchent... charmant Un alpha, lui, est considéré comme la quintessence de l'espèce humaine... Nous allons donc suivre un de ces alpha qui a un "défaut" de conception et qui va aller jusqu'à se rendre dans une de ses "réserves" de sauvages qui vivent comme avant (éducation des enfants, choix, monogamie... Nous en fait ^^)... Le livre est vraiment particulier car c'est en souriant que la société est devenue une chose ignoble: les gens sont heureux de n'être que des "choses pneumatiques" pour ces dames, des "à peine humain" pour les... "La fin du monde en souriant", "une abomination joyeuse"... C'est le résumé excellent qu'un ami m'avait fait de ce roman et il avait tellement raison ^^ Dans ce livre, nous allons découvrir une société idéal, une société où dès la naissance vous avez une place, une tâche et pas une autre. Une société où l'individualité n'existe pas et est particulièrement grossier: les femmes "doivent" avoir plusieurs hommes dans leurs vies, le contraire est considéré comme un acte barbare. Nous découvrons également le "processus" d'éducation des enfants: un delta n'a pas besoin de profiter de belles choses et donc les bambins sont placés face à des fleurs et prennent un coup de jus si ils y touchent... charmant Un alpha, lui, est considéré comme la quintessence de l'espèce humaine... Nous allons donc suivre un de ces alpha qui a un "défaut" de conception et qui va aller jusqu'à se rendre dans une de ses "réserves" de sauvages qui vivent comme avant (éducation des enfants, choix, monogamie... Nous en fait ^^)... Le livre est vraiment particulier car c'est en souriant que la société est devenue une chose ignoble: les gens sont heureux de n'être que des "choses pneumatiques" pour ces dames, des "à peine humain" pour les espsilon et les deltas et tout roûle sans anicroche. On a un univers mortifère mais c'est pas grave ^^ Autant dire de suite que cette lecture est un choc, dans le bon sens: l'auteur est un vraie génie d'avoir construit une abomination aussi "jolie" et cohérente. On n'en sort pas indemne et on se questionne. Preuve d'une histoire réussie!
    Lire la suite
    En lire moins
  • MathildeLitteraire Posté le 9 Juin 2020
    Je ne peux pas dire que j'ai aimé ma lecture, mais sans que ce soit une mauvaise lecture non plus. Certains passages m'ont intéressé, d'autres moins, voir pas du tout. Je crois que c'est la première fois où je ne sais vraiment pas quoi dire à propos d'un livre. Je n'ai ni aimé ni détesté ce livre. Ce que je n'ai pas vraiment aimé est l'écriture. Je ne suis pas habitué à ce style et j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire à cause de ça. La narration est lente, l'histoire prend son temps. Néanmoins, l'histoire est bien développé et exploité. C'est assez fou ce qui est décrit dans ce livre et le sujet peut être vraiment actuel alors que le livre a été écrit en 1931. Ce livre nous amène à réfléchir sur notre société et notre place dans celle-ci.
  • Niezetch Posté le 7 Juin 2020
    C’est magnifique comme livre en s’inscrivant du meilleur de ce que j’ai eu l’occasion de lire car l’auteur est par la réaliste en ayant su s’éveiller et bien comprendre les phénomènes social et ses répercussions comme il y a la à réagir envers ces doctrinees d’antan et les cataclysmes sociaux politique qui nous ont surmené même oultrageuse cette fiction a Aldous Huxley nous laisse tente par l’avenir génétique qui nous est réservée.
  • liliterre Posté le 27 Mai 2020
    D'habitude, je ne lis pas les critiques avant d'écrire la mienne. Pourquoi l'ai-je fait aujourd'hui? Peut-être parce que j'éprouvais une certaine difficulté à mettre des mots sur ce roman culte. La critique d'Arthemice m'a bloquée: tout est dit. Par contre, à la différence, je n'ai pas aimé ce roman. Le cadre de cette société m'a beaucoup plu; j'ai trouvé ingénieuse la création de ces êtres, destinés à faire fonctionner une société de consommation, à ne pas faire de vague, à jouir d'hommes et de femmes sans s'attacher... Je remarque que ces êtres, alors, n'ont aucune profondeur et semblent même idiots. On approche souvent de l'absurdité, et quelques passages m'ont ennuyée, tel celui ou Bernard rejoint un groupe pour chercher une certaine harmonie avec eux en invoquant Ford. J'ai trouvé cela loufoque et j'ai eu envie de sauter des pages. Le fait qu'il n'y ait pas de réelle histoire aussi m'a gênée. On sent réellement que le but premier est de dessiner les traits de cette société; les personnages ne sont qu'au service de cet objectif. Dès lors, on ne s'attache pas à eux. Lenina, Bernard m'ont d'ailleurs agacée! Enfin, je lis beaucoup que Huxley a été un visionnaire, que notre... D'habitude, je ne lis pas les critiques avant d'écrire la mienne. Pourquoi l'ai-je fait aujourd'hui? Peut-être parce que j'éprouvais une certaine difficulté à mettre des mots sur ce roman culte. La critique d'Arthemice m'a bloquée: tout est dit. Par contre, à la différence, je n'ai pas aimé ce roman. Le cadre de cette société m'a beaucoup plu; j'ai trouvé ingénieuse la création de ces êtres, destinés à faire fonctionner une société de consommation, à ne pas faire de vague, à jouir d'hommes et de femmes sans s'attacher... Je remarque que ces êtres, alors, n'ont aucune profondeur et semblent même idiots. On approche souvent de l'absurdité, et quelques passages m'ont ennuyée, tel celui ou Bernard rejoint un groupe pour chercher une certaine harmonie avec eux en invoquant Ford. J'ai trouvé cela loufoque et j'ai eu envie de sauter des pages. Le fait qu'il n'y ait pas de réelle histoire aussi m'a gênée. On sent réellement que le but premier est de dessiner les traits de cette société; les personnages ne sont qu'au service de cet objectif. Dès lors, on ne s'attache pas à eux. Lenina, Bernard m'ont d'ailleurs agacée! Enfin, je lis beaucoup que Huxley a été un visionnaire, que notre société actuelle se rapproche de celle décrite dans le roman. Je trouve cela un peu exagéré; oui, nous somme parfois dans un certain formatage mais pas au stade du roman! Nous dormons encore sans avoir en écho des phrases destinées à construire une pensée commune. Nous avons encore tous nos différences et nos avis divers. La preuve en est notre sensibilité à ce roman, à priori très variable.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LeMondeDeMarieD Posté le 27 Mai 2020
    📚📖 30- 2020 "Le meilleur des mondes" Aldous Huxley (285 p) Débuté le 10/05/2020 terminé le 13/05/2020 📚📖📚📖 Avis : Ecrit en 1932 ce livre était visionnaire ! Un monde où les bébés naissent en éprouvettes, la technologie est partout, le matraquage de slogans est utilisé pour créer des besoins de consommation etc.... le chemin du "bonheur" absolu pour tous ! Certe l'auteur va plus loin dans la manipulation des êtres en devenir pour leur faire croire qu'ils sont libres et leur ôter toute humanité. Mais notre société d'aujourd'hui est assez proche de ces Alpha, Bêta, Gamma etc. si l'on voit cela comme une métaphore.... Le soma par exemple, cette drogue sans effet secondaire qui permet de retrouver un état de plénitude en déconnectant nos émotions, c'est un peu nos camisoles chimiques utilisées par de plus en plus de consommateurs pour fuir nos angoisses (un p'tit lexomil, ça ira mieux).Quand aux matraquages de messages via l'hypnopédie (répétition de messages pendant le sommeil adapté à chaque âge, pour générer des vérités dans l'esprit de ces enfants et adultes), comment ne pas y voir la pub à la TV, et surtout Internet, qui est à la portée de tous y compris de nos enfants dès... 📚📖 30- 2020 "Le meilleur des mondes" Aldous Huxley (285 p) Débuté le 10/05/2020 terminé le 13/05/2020 📚📖📚📖 Avis : Ecrit en 1932 ce livre était visionnaire ! Un monde où les bébés naissent en éprouvettes, la technologie est partout, le matraquage de slogans est utilisé pour créer des besoins de consommation etc.... le chemin du "bonheur" absolu pour tous ! Certe l'auteur va plus loin dans la manipulation des êtres en devenir pour leur faire croire qu'ils sont libres et leur ôter toute humanité. Mais notre société d'aujourd'hui est assez proche de ces Alpha, Bêta, Gamma etc. si l'on voit cela comme une métaphore.... Le soma par exemple, cette drogue sans effet secondaire qui permet de retrouver un état de plénitude en déconnectant nos émotions, c'est un peu nos camisoles chimiques utilisées par de plus en plus de consommateurs pour fuir nos angoisses (un p'tit lexomil, ça ira mieux).Quand aux matraquages de messages via l'hypnopédie (répétition de messages pendant le sommeil adapté à chaque âge, pour générer des vérités dans l'esprit de ces enfants et adultes), comment ne pas y voir la pub à la TV, et surtout Internet, qui est à la portée de tous y compris de nos enfants dès le plus jeune âge...On devrait peut-être se méfier non ? Philosophique, ce livre apporte de quoi réfléchir et incontestablement il marque nos esprits.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.