Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266283038
Code sériel : 1438
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Le meilleur des mondes

Jules CASTIER (Traducteur)
Date de parution : 17/08/2017
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Voici près d'un siècle, dans d'étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un État Mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains « sauvages » dans des réserves. La culture in vitro des fœtus a engendré le...
LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

Voici près d'un siècle, dans d'étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un État Mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains « sauvages » dans des réserves. La culture in vitro des fœtus a engendré le règne des « Alphas », génétiquement déterminés à être l'élite dirigeante. Les castes inférieures, elles, sont conditionnées pour se satisfaire pleinement de leur sort. Dans cette société où le bonheur est loi, famille, monogamie, sentiments sont bannis. Le meilleur des mondes est possible. Aujourd'hui, il nous paraît même familier...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266283038
Code sériel : 1438
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Malavella Posté le 14 Octobre 2021
    Superbe. Je suis heureuse qu'Aldous Huxley ait déjà écrit lui-même un livre dans lequel il a écrit que beaucoup de ce qu'il avait prédit dans son liivre, était déjà réalisé. Ainsi, je ne dois pas démontrer tout cela moi-même. Comment aurait été ce livre aujourd'hui ? Car ce pourquoi Aldous Huxley a averti, l'humanité le fait, elle suit un même chemin, qui résulte dans une étroitesse d'esprit toujours plus grande. Comme décrit, avec les changements technologiques, cette société devient de plus en plus dangereuse. Non pas dangereuse sur le plan de la violence (qui est devenue hyper-dangereuse aussi, avec la bombe atomique) mais à cause du contrôle sur nos pensées. S'il avait vécu maintenant, dans le monde où les ordinateurs sont en train de prendre notre notre place, le génie d'Aldous Huxley aurait su ce qui se déroule dans les neurosciences, il aurait fait la connexion entre ordinateurs qui contrôlent et neurosciences, et je me demande quelles utopies / dystopies il aurait écrites. Ou est-ce que la simple description du présent aurait suffi parce que tout y est déjà présent, sous-jacent parfois, plus visible à d'autres moments ? Aldous Huxley était fortement intéressé par l'oeuvre du philosophe non-académique Jiddu Krishnamurti, j'ai entendu... Superbe. Je suis heureuse qu'Aldous Huxley ait déjà écrit lui-même un livre dans lequel il a écrit que beaucoup de ce qu'il avait prédit dans son liivre, était déjà réalisé. Ainsi, je ne dois pas démontrer tout cela moi-même. Comment aurait été ce livre aujourd'hui ? Car ce pourquoi Aldous Huxley a averti, l'humanité le fait, elle suit un même chemin, qui résulte dans une étroitesse d'esprit toujours plus grande. Comme décrit, avec les changements technologiques, cette société devient de plus en plus dangereuse. Non pas dangereuse sur le plan de la violence (qui est devenue hyper-dangereuse aussi, avec la bombe atomique) mais à cause du contrôle sur nos pensées. S'il avait vécu maintenant, dans le monde où les ordinateurs sont en train de prendre notre notre place, le génie d'Aldous Huxley aurait su ce qui se déroule dans les neurosciences, il aurait fait la connexion entre ordinateurs qui contrôlent et neurosciences, et je me demande quelles utopies / dystopies il aurait écrites. Ou est-ce que la simple description du présent aurait suffi parce que tout y est déjà présent, sous-jacent parfois, plus visible à d'autres moments ? Aldous Huxley était fortement intéressé par l'oeuvre du philosophe non-académique Jiddu Krishnamurti, j'ai entendu dire aussi qu'ils s'étaient connus. Si on connait les deux oeuvres, celle de Huxley et celle de Krishnamurti, on voit bien comment elles vont bien ensemble. A tout admirateur du Meilleur des Mondes, jetez donc un coup d'oeil sur l'oeuvre de Jiddu Krishnamurti. Car là, vous pourrez trouver comment aller plus loin, c'est-à-dire, comment éviter une telle dystopie, ou plus encore, si elle est déjà installée, comment en sortir ? "It is no measure of health to be well adjusted to a profoundly sick society." (Ce n'est pas un signé de santé de s'ajuster à une société profondément malade.) (J. Krishnamurti)
    Lire la suite
    En lire moins
  • Readventure Posté le 3 Octobre 2021
    Dans le futur d’un Londres dirigé par Notre Ford, l’humanité a été conditionnée pour ne plus succomber à ses passions. Créé de toutes pièces en laboratoire, l’Homme devient s ainsi programmé pour correspondre à un diktat social où chaque aptitude, comportement ou réflexion est prédéfini selon sa future caste. Dans ce monde aseptisé, reste un endroit appelé la Réserve. Les « Sauvages » y vivent comme dans l’ancien temps (c’est à dire comme nous) et les habitants du nouveau monde y viennent en villégiature. C’est dans ces deux univers que nous suivrons l’histoire de Bernard Marx et Lenina. À la fois incroyable et glaçant, ce roman fait écho à notre société actuelle avec l’éthique et l’évolution de la médecine, le débat autour de la PMA, la recherche inexorable du bonheur, le contrôle de la population, les parallèles et critiques historiques, etc... En bref, un ouvrage à lire qui fait sans nul doute réfléchir.
  • CzarnyPies Posté le 28 Septembre 2021
    "Le Colonel Chabert" est un roman assez agacant ou Balzac présente la thèse que le monde est une vallée de larmes pour les gens honnetes tandis que les malhonnetes y prospèrent. Le protagoniste est vraiment trop bon. Signalé comme mort sur le champ de la bataille d'Eylau en 1807, le Colonel Chabert refait surface en 1817 dans l'étude du maître Derville. Il veut que l'avocat l'aide à récupérer sa fortune. Sa veuve qu'il avait hérité de ses biens refuse de le reconnaitre. Riche avec l'argent de Chabert, la veuve a réussi à se marier avec un comte démuni. Le couple a deux enfants et la carrière du comte va bien sous le régime de la Restauration. Derville fait des recherches et apprend que Chabert n'est pas un imposteur. Alors il lui explique que le procèdures nécessaires pour annuler son certifcat de mort seront trop couteuses pour un homme de ses faibles moyens. Ensuite, Derville négocie un accord avec la veuve qui donnera une rente à Chabert qui lui permettra de vivre convenable. Chabert trouve que le marché est deshonnorable. En meme temps, il ne veut pas détruire le bonheur... "Le Colonel Chabert" est un roman assez agacant ou Balzac présente la thèse que le monde est une vallée de larmes pour les gens honnetes tandis que les malhonnetes y prospèrent. Le protagoniste est vraiment trop bon. Signalé comme mort sur le champ de la bataille d'Eylau en 1807, le Colonel Chabert refait surface en 1817 dans l'étude du maître Derville. Il veut que l'avocat l'aide à récupérer sa fortune. Sa veuve qu'il avait hérité de ses biens refuse de le reconnaitre. Riche avec l'argent de Chabert, la veuve a réussi à se marier avec un comte démuni. Le couple a deux enfants et la carrière du comte va bien sous le régime de la Restauration. Derville fait des recherches et apprend que Chabert n'est pas un imposteur. Alors il lui explique que le procèdures nécessaires pour annuler son certifcat de mort seront trop couteuses pour un homme de ses faibles moyens. Ensuite, Derville négocie un accord avec la veuve qui donnera une rente à Chabert qui lui permettra de vivre convenable. Chabert trouve que le marché est deshonnorable. En meme temps, il ne veut pas détruire le bonheur de sa femme est ses enfants. Il renonce simplement à sa poursuite et meurt dans la pauvreté. Je trouve que Balzac est trop fidèle à sa recette dans "Le Colonel Chabert" mais le grand problème du roman est l'héros. Le lecteur ne sait pas si Chabert est trop honnorable pour son temps ou s'il a le gout malsain d'etre un martyr. Pourtant le roman a ses bons points. Le portrait de la sociète de la Restauration et la description des obstacles qui empechent les gens à obtenir justice devant les tribunaux sont excellents. Les meilleurs points du roman sontson efficacité et sa briéveté . On n'aurait pas envie de passer trop d'heures avec Chabert et son parcours.
    Lire la suite
    En lire moins
  • meinApfel49 Posté le 20 Septembre 2021
    Littérature, Roman, Anticipation, dystopie, classique, science fiction, futur ?? Que peut-on retenir de tout cela après n-ième lecture de cette référence ?! Ce n'est plus de la fiction, c'était bien anticipé. On est plus dans le futur, suffit d'ouvrir les yeux et le journal. Bref, encore un petit effort, relisez-le et accueillez ce classique d’actualité !
  • Claire_583 Posté le 10 Septembre 2021
    Ma grand mère avait 7 ans et se déplaçait sur les genoux de sa mère sur une charrette tirée par un cheval lorsque Huxley a écrit Le meilleur des mondes. Quelques années plus tard, son père décède alors qu'ils font un accident de voiture avec toute la famille (déjà 5 enfants!) car c'était un véhicule qui ne tenait pas trop la route sans les sécurités existantes aujourd'hui. Ça c'est mon histoire personnelle hein, mais faut pas oublier ça niveau contexte historique. C'est vraiment un visionnaire de ce côté là (la production de masse, les bébés fabriqués dans un laboratoire, les déplacements en hélicoptère). D'un autre côté, M. Huxley laisse l'emprunte de son temps quand les blancs se pensaient supérieurs aux autres civilisations (c'était déjà du bourrage de crâne depuis l'enfance comme dans l'œuvre sans qu'il en soit conscient). Effectivement, le terme N*gre est utilisé pour décrire un noir, aujourd'hui c'est un gros mot. Et souvent les epsilons, les humains qui s'occupent des plus basses besognes sont des noirs également. Voilà pour l'époque. Concernant l'histoire, c'est mon collègue qui est en train de lire 1984 qui m'a recommandé cette lecture quand il a su que j'avais déjà lu 1984. Et je dois... Ma grand mère avait 7 ans et se déplaçait sur les genoux de sa mère sur une charrette tirée par un cheval lorsque Huxley a écrit Le meilleur des mondes. Quelques années plus tard, son père décède alors qu'ils font un accident de voiture avec toute la famille (déjà 5 enfants!) car c'était un véhicule qui ne tenait pas trop la route sans les sécurités existantes aujourd'hui. Ça c'est mon histoire personnelle hein, mais faut pas oublier ça niveau contexte historique. C'est vraiment un visionnaire de ce côté là (la production de masse, les bébés fabriqués dans un laboratoire, les déplacements en hélicoptère). D'un autre côté, M. Huxley laisse l'emprunte de son temps quand les blancs se pensaient supérieurs aux autres civilisations (c'était déjà du bourrage de crâne depuis l'enfance comme dans l'œuvre sans qu'il en soit conscient). Effectivement, le terme N*gre est utilisé pour décrire un noir, aujourd'hui c'est un gros mot. Et souvent les epsilons, les humains qui s'occupent des plus basses besognes sont des noirs également. Voilà pour l'époque. Concernant l'histoire, c'est mon collègue qui est en train de lire 1984 qui m'a recommandé cette lecture quand il a su que j'avais déjà lu 1984. Et je dois dire que, curieuse comme je suis, ce n'est pas mes lectures que je préfère, mais je veux connaître l'histoire puisque tout le monde a l'air de connaître... Ça m'a plutôt plu, il y a matière à de nombreuses réflexions : la religion, Dieu, les sciences, le bonheur, les émotions, la beauté, l'endoctrinement, le choc de deux civilisations, etc. Il y en a tellement que je n'arriverais pas toute à les citer. Malgré tout, je n'ai pas eu de réponses à toutes mes questions déjà sur le plan des lignes générales de ce récit mais également concernant les détails. Ceux-ci manquaient pour donner cent pour cent de cohérence à ce texte. Donc je reste un peu sur ma faim mais contente (devrais-je dire heureuse?) d'avoir lu ce texte.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.