Lisez! icon: Search engine
Pocket jeunesse
EAN : 9782266311410
Code sériel : J071
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

Le meilleur des mondes

Jules CASTIER (Traducteur)
Date de parution : 26/08/2021
Une dystopie glaçante sur les dérives d’une société sans valeurs
Demain, le bonheur sera universel ! C’est l’objectif que l’Etat Mondial s’est donné. Pour cela, les aptitudes, la caste de chaque individu sont déterminés en laboratoire, avant même la naissance, et le soma, drogue légale, distille sa dose quotidienne de plaisir factice et de soumission. Mais certains humains ont échappé au programme. Leurs doutes feront-ils vaciller l’ordre social ?
EAN : 9782266311410
Code sériel : J071
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LesDemoisellesdeChatillon Posté le 14 Août 2021
    Quand la mémoire fait défaut J’ai fini de relire Le meilleur des mondes pour le challenge BBC durant les vacances. Je l’avais lu il y a une bonne vingtaine d’années et à l’époque j’avais adoré. Nouvelle preuve qu’un livre peut avoir un impact fort différent en fonction du lecteur - et du moment de lecture - car cette relecture m’a plutôt déçue. J’avais vraiment un bon souvenir et cette fois je me suis presque demandé ce qui m’avait séduite. Globalement ce roman d’anticipation est sympa mais les explications scientifiques sur les manipulations génétiques m’ont paru assez peu crédibles. Et forcément avec une relecture on n’a pas beaucoup de surprises quant à l’intrigue. J'ai vraiment tiqué sur la sexualité des enfants et cette obsession pour les femmes "pneumatiques" m'a franchement énervée. Il n'en reste pas moins qu'Huxley avait, dès les années 30, mis le doigt sur des évolutions scientifiques et sociétales très vraies - les bébés éprouvettes, le plaisir/loisir à tout prix, l'omniprésence de la télévision... L'opposition entre ce bonheur factice que l'on achète et le vrai bonheur, celui des Sauvages, est d'autant plus vrai aujourd'hui. Et pourtant, Le meilleur des mondes ne m'a vraiment pas fait le même effet lors de cette relecture. J'ai totalement bloquée sur tous les aspects... Quand la mémoire fait défaut J’ai fini de relire Le meilleur des mondes pour le challenge BBC durant les vacances. Je l’avais lu il y a une bonne vingtaine d’années et à l’époque j’avais adoré. Nouvelle preuve qu’un livre peut avoir un impact fort différent en fonction du lecteur - et du moment de lecture - car cette relecture m’a plutôt déçue. J’avais vraiment un bon souvenir et cette fois je me suis presque demandé ce qui m’avait séduite. Globalement ce roman d’anticipation est sympa mais les explications scientifiques sur les manipulations génétiques m’ont paru assez peu crédibles. Et forcément avec une relecture on n’a pas beaucoup de surprises quant à l’intrigue. J'ai vraiment tiqué sur la sexualité des enfants et cette obsession pour les femmes "pneumatiques" m'a franchement énervée. Il n'en reste pas moins qu'Huxley avait, dès les années 30, mis le doigt sur des évolutions scientifiques et sociétales très vraies - les bébés éprouvettes, le plaisir/loisir à tout prix, l'omniprésence de la télévision... L'opposition entre ce bonheur factice que l'on achète et le vrai bonheur, celui des Sauvages, est d'autant plus vrai aujourd'hui. Et pourtant, Le meilleur des mondes ne m'a vraiment pas fait le même effet lors de cette relecture. J'ai totalement bloquée sur tous les aspects qui me dérangeaient, je n'ai pas réussi à me laisser embarquer comme à 20 ans. Peut-être qu'à cet âge j'étais plus idéaliste, plus dans le besoin de bousculer ma société et que les livres de ce genre me parlaient d'autant plus. Ou peut-être qu'à l'époque j'étais tout simplement passée au-dessus des défauts du roman qui cette fois m'ont sautés au visage... En tout cas, mon souvenir de Le meilleur des mondes est bien écorné. Pour le coup, j’aurais mieux fait de m’abstenir de le relire (même si c'est un classique qui mérite d'être lu au moins une fois).
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesDemoisellesdeChatillon Posté le 14 Août 2021
    Quand la mémoire fait défaut J’ai fini de relire Le meilleur des mondes pour le challenge BBC durant les vacances. Je l’avais lu il y a une bonne vingtaine d’années et à l’époque j’avais adoré. Nouvelle preuve qu’un livre peut avoir un impact fort différent en fonction du lecteur - et du moment de lecture - car cette relecture m’a plutôt déçue. J’avais vraiment un bon souvenir et cette fois je me suis presque demandé ce qui m’avait séduite. Globalement ce roman d’anticipation est sympa mais les explications scientifiques sur les manipulations génétiques m’ont paru assez peu crédibles. Et forcément avec une relecture on n’a pas beaucoup de surprises quant à l’intrigue. J'ai vraiment tiqué sur la sexualité des enfants et cette obsession pour les femmes "pneumatiques" m'a franchement énervée. Il n'en reste pas moins qu'Huxley avait, dès les années 30, mis le doigt sur des évolutions scientifiques et sociétales très vraies - les bébés éprouvettes, le plaisir/loisir à tout prix, l'omniprésence de la télévision... L'opposition entre ce bonheur factice que l'on achète et le vrai bonheur, celui des Sauvages, est d'autant plus vrai aujourd'hui. Et pourtant, Le meilleur des mondes ne m'a vraiment pas fait le même effet lors de cette relecture. J'ai totalement bloquée sur tous les aspects... Quand la mémoire fait défaut J’ai fini de relire Le meilleur des mondes pour le challenge BBC durant les vacances. Je l’avais lu il y a une bonne vingtaine d’années et à l’époque j’avais adoré. Nouvelle preuve qu’un livre peut avoir un impact fort différent en fonction du lecteur - et du moment de lecture - car cette relecture m’a plutôt déçue. J’avais vraiment un bon souvenir et cette fois je me suis presque demandé ce qui m’avait séduite. Globalement ce roman d’anticipation est sympa mais les explications scientifiques sur les manipulations génétiques m’ont paru assez peu crédibles. Et forcément avec une relecture on n’a pas beaucoup de surprises quant à l’intrigue. J'ai vraiment tiqué sur la sexualité des enfants et cette obsession pour les femmes "pneumatiques" m'a franchement énervée. Il n'en reste pas moins qu'Huxley avait, dès les années 30, mis le doigt sur des évolutions scientifiques et sociétales très vraies - les bébés éprouvettes, le plaisir/loisir à tout prix, l'omniprésence de la télévision... L'opposition entre ce bonheur factice que l'on achète et le vrai bonheur, celui des Sauvages, est d'autant plus vrai aujourd'hui. Et pourtant, Le meilleur des mondes ne m'a vraiment pas fait le même effet lors de cette relecture. J'ai totalement bloquée sur tous les aspects qui me dérangeaient, je n'ai pas réussi à me laisser embarquer comme à 20 ans. Peut-être qu'à cet âge j'étais plus idéaliste, plus dans le besoin de bousculer ma société et que les livres de ce genre me parlaient d'autant plus. Ou peut-être qu'à l'époque j'étais tout simplement passée au-dessus des défauts du roman qui cette fois m'ont sautés au visage... En tout cas, mon souvenir de Le meilleur des mondes est bien écorné. Pour le coup, j’aurais mieux fait de m’abstenir de le relire (même si c'est un classique qui mérite d'être lu au moins une fois).
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesDemoisellesdeChatillon Posté le 14 Août 2021
    Quand la mémoire fait défaut J’ai fini de relire Le meilleur des mondes pour le challenge BBC durant les vacances. Je l’avais lu il y a une bonne vingtaine d’années et à l’époque j’avais adoré. Nouvelle preuve qu’un livre peut avoir un impact fort différent en fonction du lecteur - et du moment de lecture - car cette relecture m’a plutôt déçue. J’avais vraiment un bon souvenir et cette fois je me suis presque demandé ce qui m’avait séduite. Globalement ce roman d’anticipation est sympa mais les explications scientifiques sur les manipulations génétiques m’ont paru assez peu crédibles. Et forcément avec une relecture on n’a pas beaucoup de surprises quant à l’intrigue. J'ai vraiment tiqué sur la sexualité des enfants et cette obsession pour les femmes "pneumatiques" m'a franchement énervée. Il n'en reste pas moins qu'Huxley avait, dès les années 30, mis le doigt sur des évolutions scientifiques et sociétales très vraies - les bébés éprouvettes, le plaisir/loisir à tout prix, l'omniprésence de la télévision... L'opposition entre ce bonheur factice que l'on achète et le vrai bonheur, celui des Sauvages, est d'autant plus vrai aujourd'hui. Et pourtant, Le meilleur des mondes ne m'a vraiment pas fait le même effet lors de cette relecture. J'ai totalement bloquée sur tous les aspects... Quand la mémoire fait défaut J’ai fini de relire Le meilleur des mondes pour le challenge BBC durant les vacances. Je l’avais lu il y a une bonne vingtaine d’années et à l’époque j’avais adoré. Nouvelle preuve qu’un livre peut avoir un impact fort différent en fonction du lecteur - et du moment de lecture - car cette relecture m’a plutôt déçue. J’avais vraiment un bon souvenir et cette fois je me suis presque demandé ce qui m’avait séduite. Globalement ce roman d’anticipation est sympa mais les explications scientifiques sur les manipulations génétiques m’ont paru assez peu crédibles. Et forcément avec une relecture on n’a pas beaucoup de surprises quant à l’intrigue. J'ai vraiment tiqué sur la sexualité des enfants et cette obsession pour les femmes "pneumatiques" m'a franchement énervée. Il n'en reste pas moins qu'Huxley avait, dès les années 30, mis le doigt sur des évolutions scientifiques et sociétales très vraies - les bébés éprouvettes, le plaisir/loisir à tout prix, l'omniprésence de la télévision... L'opposition entre ce bonheur factice que l'on achète et le vrai bonheur, celui des Sauvages, est d'autant plus vrai aujourd'hui. Et pourtant, Le meilleur des mondes ne m'a vraiment pas fait le même effet lors de cette relecture. J'ai totalement bloquée sur tous les aspects qui me dérangeaient, je n'ai pas réussi à me laisser embarquer comme à 20 ans. Peut-être qu'à cet âge j'étais plus idéaliste, plus dans le besoin de bousculer ma société et que les livres de ce genre me parlaient d'autant plus. Ou peut-être qu'à l'époque j'étais tout simplement passée au-dessus des défauts du roman qui cette fois m'ont sautés au visage... En tout cas, mon souvenir de Le meilleur des mondes est bien écorné. Pour le coup, j’aurais mieux fait de m’abstenir de le relire (même si c'est un classique qui mérite d'être lu au moins une fois).
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marti94 Posté le 28 Juillet 2021
    Roman d'anticipation prophétique reposant sur une connaissance scientifique et politique très réaliste, "Le meilleur des mondes" d'Aldous Huxley n'a pas pris une ride, au contraire. C'est une dystopie comme"1984" de George Orwell qui a été écrit bien plus tard mais j'ai trouvé que c'était encore mieux. Dans un Londres futuriste on produit des bébés en flacons dans un centre d'incubation. L'état mondial fabrique des humains de façon industrielle en sélectionnant les gènes, avant de les conditionner pendant leur sommeil. L'idée est de formater chaque individu pour l'emploi qui va lui être assigné afin qu'il le supporte. La liberté sexuelle est totale mais sans affect. D’ailleurs, la famille n’existe plus. Et quand ça ne va pas, les individus se shootent au Soma, une drogue gratuite très euphorisante. Parce que c'est bien connu lorsqu'on est heureux on ne pense pas. Pourtant il peut y avoir des ratés. Le héros du roman s'appelle Bernard Marx et tombe amoureux de Lénina (Marx et Lénine vous me suivez...) parce qu'il dispose d'une conscience à la suite d'une erreur de manipulation en laboratoire, ce qui n'est pas concevable dans le meilleur des mondes. C'est lui qui ramènera à Londres un jeune garçon prénommé John dit Le Sauvage parce qu'il a... Roman d'anticipation prophétique reposant sur une connaissance scientifique et politique très réaliste, "Le meilleur des mondes" d'Aldous Huxley n'a pas pris une ride, au contraire. C'est une dystopie comme"1984" de George Orwell qui a été écrit bien plus tard mais j'ai trouvé que c'était encore mieux. Dans un Londres futuriste on produit des bébés en flacons dans un centre d'incubation. L'état mondial fabrique des humains de façon industrielle en sélectionnant les gènes, avant de les conditionner pendant leur sommeil. L'idée est de formater chaque individu pour l'emploi qui va lui être assigné afin qu'il le supporte. La liberté sexuelle est totale mais sans affect. D’ailleurs, la famille n’existe plus. Et quand ça ne va pas, les individus se shootent au Soma, une drogue gratuite très euphorisante. Parce que c'est bien connu lorsqu'on est heureux on ne pense pas. Pourtant il peut y avoir des ratés. Le héros du roman s'appelle Bernard Marx et tombe amoureux de Lénina (Marx et Lénine vous me suivez...) parce qu'il dispose d'une conscience à la suite d'une erreur de manipulation en laboratoire, ce qui n'est pas concevable dans le meilleur des mondes. C'est lui qui ramènera à Londres un jeune garçon prénommé John dit Le Sauvage parce qu'il a été élevé dans une réserve primitive. Je n'en dirai pas plus car ce qui est incroyable dans ce livre c’est le talent de visionnaire d'Aldous Huxley. Il a anticipé les effets de la science sur l'être humain et prévu le clonage, les bébés-éprouvette, le totalitarisme, la mondialisation alors que ce roman a été publié en 1932. Moi qui ne suis pas une adepte de science-fiction j'ai vraiment trouvé ce livre excellent. Challenge XXème siècle 2021
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marti94 Posté le 28 Juillet 2021
    Roman d'anticipation prophétique reposant sur une connaissance scientifique et politique très réaliste, "Le meilleur des mondes" d'Aldous Huxley n'a pas pris une ride, au contraire. C'est une dystopie comme"1984" de George Orwell qui a été écrit bien plus tard mais j'ai trouvé que c'était encore mieux. Dans un Londres futuriste on produit des bébés en flacons dans un centre d'incubation. L'état mondial fabrique des humains de façon industrielle en sélectionnant les gènes, avant de les conditionner pendant leur sommeil. L'idée est de formater chaque individu pour l'emploi qui va lui être assigné afin qu'il le supporte. La liberté sexuelle est totale mais sans affect. D’ailleurs, la famille n’existe plus. Et quand ça ne va pas, les individus se shootent au Soma, une drogue gratuite très euphorisante. Parce que c'est bien connu lorsqu'on est heureux on ne pense pas. Pourtant il peut y avoir des ratés. Le héros du roman s'appelle Bernard Marx et tombe amoureux de Lénina (Marx et Lénine vous me suivez...) parce qu'il dispose d'une conscience à la suite d'une erreur de manipulation en laboratoire, ce qui n'est pas concevable dans le meilleur des mondes. C'est lui qui ramènera à Londres un jeune garçon prénommé John dit Le Sauvage parce qu'il a... Roman d'anticipation prophétique reposant sur une connaissance scientifique et politique très réaliste, "Le meilleur des mondes" d'Aldous Huxley n'a pas pris une ride, au contraire. C'est une dystopie comme"1984" de George Orwell qui a été écrit bien plus tard mais j'ai trouvé que c'était encore mieux. Dans un Londres futuriste on produit des bébés en flacons dans un centre d'incubation. L'état mondial fabrique des humains de façon industrielle en sélectionnant les gènes, avant de les conditionner pendant leur sommeil. L'idée est de formater chaque individu pour l'emploi qui va lui être assigné afin qu'il le supporte. La liberté sexuelle est totale mais sans affect. D’ailleurs, la famille n’existe plus. Et quand ça ne va pas, les individus se shootent au Soma, une drogue gratuite très euphorisante. Parce que c'est bien connu lorsqu'on est heureux on ne pense pas. Pourtant il peut y avoir des ratés. Le héros du roman s'appelle Bernard Marx et tombe amoureux de Lénina (Marx et Lénine vous me suivez...) parce qu'il dispose d'une conscience à la suite d'une erreur de manipulation en laboratoire, ce qui n'est pas concevable dans le meilleur des mondes. C'est lui qui ramènera à Londres un jeune garçon prénommé John dit Le Sauvage parce qu'il a été élevé dans une réserve primitive. Je n'en dirai pas plus car ce qui est incroyable dans ce livre c’est le talent de visionnaire d'Aldous Huxley. Il a anticipé les effets de la science sur l'être humain et prévu le clonage, les bébés-éprouvette, le totalitarisme, la mondialisation alors que ce roman a été publié en 1932. Moi qui ne suis pas une adepte de science-fiction j'ai vraiment trouvé ce livre excellent. Challenge XXème siècle 2021
    Lire la suite
    En lire moins
Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.