Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264066350
Code sériel : 5227
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm
Leçons de conduite
Juliette Hoffenberg (traduit par)
Date de parution : 06/07/2017
Éditeurs :
10/18

Leçons de conduite

Juliette Hoffenberg (traduit par)
Date de parution : 06/07/2017
En route pour un enterrement, Ira et Maggie discutent, se chamaillent, et dressent un bilan de leur vie à deux. Un grand roman plein de douceur et de subtilité, récompensé en 1989 par le prix Pulitzer.
Partis en voiture assister aux funérailles d’un vieil ami, Ira et Maggie n’éviteront pas les querelles triviales et les remises en cause douloureuses d’un couple que tout semble opposer :... Partis en voiture assister aux funérailles d’un vieil ami, Ira et Maggie n’éviteront pas les querelles triviales et les remises en cause douloureuses d’un couple que tout semble opposer : lui est d’un réalisme sans concession ; elle, une grande rêveuse. L’émotion des retrouvailles entre copains transformera bientôt la cérémonie... Partis en voiture assister aux funérailles d’un vieil ami, Ira et Maggie n’éviteront pas les querelles triviales et les remises en cause douloureuses d’un couple que tout semble opposer : lui est d’un réalisme sans concession ; elle, une grande rêveuse. L’émotion des retrouvailles entre copains transformera bientôt la cérémonie en remake des noces du défunt. La vie conjugale ne serait-elle qu’un long deuil ? À l’image de leur vieille guimbarde, l’amour d’Ira et Maggie s’étiole au fil des kilomètres et des petites disputes. Entre stations-services et fast-foods, mari et femme trouvent toujours un inconnu, confident de fortune, à qui livrer leurs petits tracas, leurs maux d’amour, leurs regrets ou leurs timides espoirs.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264066350
Code sériel : 5227
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Etsionbouquinait Posté le 3 Juin 2022
    Ira et Maggie Moran sont un couple américain vivant à Baltimore qui s’apprête à prendre la route pour assister à un enterrement. C’est cette journée, faite de disputes, de souvenirs, de digressions, que nous raconte Leçons de conduite, d’Anne Tyler, prix Pulitzer 1989. Un coup de cœur ! On peut dire que la journée commence mal pour Maggie. Chargée par Ira d’aller chercher leur vieille Dodge chez le garagiste, elle l’accroche en sortant du garage ! A sa décharge, elle venait d’allumer la radio et d’entendre dans une émission réservée aux auditeurs son ex-belle-fille annoncer qu’elle allait se remarier… Non par amour, mais par sécurité, avouant que son premier mari avait été son réel amour. Maggie est bouleversée, et commence à imaginer comment rabibocher l’ancien couple avant que l’irréparable ne soit commis… Mais entre Maggie, la bonne samaritaine, imaginative, s’épanchant volontiers auprès des inconnus, et son mari Ira, un « taiseux », beaucoup plus pragmatique et analytique, la communication n’est pas toujours des plus aisées. Et nous voici donc partis dans ce voyage d’une journée plus que rocambolesque, où l’enterrement s’apparente plus à une réédition de la messe de mariage de l’époque, sur fond de chansons des années 50, et où les... Ira et Maggie Moran sont un couple américain vivant à Baltimore qui s’apprête à prendre la route pour assister à un enterrement. C’est cette journée, faite de disputes, de souvenirs, de digressions, que nous raconte Leçons de conduite, d’Anne Tyler, prix Pulitzer 1989. Un coup de cœur ! On peut dire que la journée commence mal pour Maggie. Chargée par Ira d’aller chercher leur vieille Dodge chez le garagiste, elle l’accroche en sortant du garage ! A sa décharge, elle venait d’allumer la radio et d’entendre dans une émission réservée aux auditeurs son ex-belle-fille annoncer qu’elle allait se remarier… Non par amour, mais par sécurité, avouant que son premier mari avait été son réel amour. Maggie est bouleversée, et commence à imaginer comment rabibocher l’ancien couple avant que l’irréparable ne soit commis… Mais entre Maggie, la bonne samaritaine, imaginative, s’épanchant volontiers auprès des inconnus, et son mari Ira, un « taiseux », beaucoup plus pragmatique et analytique, la communication n’est pas toujours des plus aisées. Et nous voici donc partis dans ce voyage d’une journée plus que rocambolesque, où l’enterrement s’apparente plus à une réédition de la messe de mariage de l’époque, sur fond de chansons des années 50, et où les souvenirs refont surface, parfois heureux, parfois plus douloureux. La famille, les enfants sont au cœur des discussions. C’est l’un des griefs qui divisent les époux – Maggie pense que c’est à cause d’Ira que son fils Jesse et son ex-belle fille Fiona se sont séparés. Si la quatrième de couverture parle d’une comédie « douce-amère », vous vous dites peut-être en me lisant que c’est l’amertume qui prévaut, et ce serait une erreur. Il y a de vrais moments humoristiques pendant ce petit « road movie », de suspense (le couple va-t-il s’arrêter chez leur ex-belle fille, dont la maison est sur la route entre Baltimore et le lieu de l’enterrement ?), d’amour entre les deux époux, mais surtout une grande qualité liée à l’auteure. En effet, Anne Tyler a le don d’analyser les personnages, leurs motivations, et de décrire les épisodes et décisions qui vont avoir de grandes conséquences sur toute l’existence.
    Lire la suite
    En lire moins
  • zellereb Posté le 21 Décembre 2020
    Comme le dit le proverbe, les contraires s’attirent. C’est même prouvé scientifiquement, et c’est le cas du couple de Maggie et Ira. Maggie est une personne extravertie, généreuse, et sociable. Ira est par contre très discret, plus réfléchi, et il lui revient donc de baliser sans cesse sur les traces de son épouse qui ne réfléchit pas assez lors de ses élans. « Il l’aimait, mais il ne supportait pas cette façon de se refuser à prendre la vie avec sérieux. Elle agissait comme si la vie n’était qu’un brouillon, après quoi elle aurait droit à un deuxième tour, puis à un troisième pour se rattraper. Toujours prête à se lancer, aussi maladroite qu’impétueuse, vers rien de particulier – une embardée, un détour au petit bonheur ». Ce schéma de couple rappelle vaguement celui de « La Danse du Temps ». C’est un road trip qui débute avec fracas sur un double accident de Maggie, juste avant le départ du couple au mariage d’une amie. Le duo ainsi lancé sur la route nous réserve de jolies disputes, rencontres variées. Il y a des côtés gentiment périlleux à ce périple. Le mariage a... Comme le dit le proverbe, les contraires s’attirent. C’est même prouvé scientifiquement, et c’est le cas du couple de Maggie et Ira. Maggie est une personne extravertie, généreuse, et sociable. Ira est par contre très discret, plus réfléchi, et il lui revient donc de baliser sans cesse sur les traces de son épouse qui ne réfléchit pas assez lors de ses élans. « Il l’aimait, mais il ne supportait pas cette façon de se refuser à prendre la vie avec sérieux. Elle agissait comme si la vie n’était qu’un brouillon, après quoi elle aurait droit à un deuxième tour, puis à un troisième pour se rattraper. Toujours prête à se lancer, aussi maladroite qu’impétueuse, vers rien de particulier – une embardée, un détour au petit bonheur ». Ce schéma de couple rappelle vaguement celui de « La Danse du Temps ». C’est un road trip qui débute avec fracas sur un double accident de Maggie, juste avant le départ du couple au mariage d’une amie. Le duo ainsi lancé sur la route nous réserve de jolies disputes, rencontres variées. Il y a des côtés gentiment périlleux à ce périple. Le mariage a des allures de réunion d’anciens élèves, il y a des sorties de route, des improvisations, des projets de réconciliation… C’est habilement développé, autant dans l’action que dans la psychologie d’autres personnages qui sont sur notre route, grâce à une mécanique humoristique dont les ressorts sont hilarants. J’ai passé un excellent moment de lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • musaraneus Posté le 10 Décembre 2019
    Maggie et Ira Moran se rendent à l’enterrement d’un ami proche. Maggie casse la voiture, Ira se trompe de route, ils se disputent et se renvoient à la figure tout ce que leur vie de couple compte de pire souvenirs. Mais Maggie et Ira s’aiment. Ils s’aiment de cet amour « ordinaire » fait de chamailleries, de tendresse et de déceptions, de projets grandioses et de rêves noyés dans le quotidien. Ils sont « nous » en fait ! Anne Tyler nous tend le miroir (un sourire en coin j’imagine ?!) en noyant le poisson sous une bonne couche de cocasseries. Et ça marche ! j’ai ri aux commérages et autres perfidies de cette galerie de personnages colorés, tout en pleurant sur ma probable ressemblance prochaine avec ces quinquagénaires désabusés. (aïe !) Ce n’est pas mon genre de prédilection, pourtant je me suis installé à l’arrière de la Dodge des Moran avec curiosité, et me suis laissé embarquer. L’écriture est ciselée, les portraits assez proche de la réalité (tout ressemblance avec des personnes réelles...) le style oscillant entre comique de situation et ironie bien placée...de bons ingrédients pour cette comédie douce-amère qui a su me plaire, au début en tout cas. Car si la... Maggie et Ira Moran se rendent à l’enterrement d’un ami proche. Maggie casse la voiture, Ira se trompe de route, ils se disputent et se renvoient à la figure tout ce que leur vie de couple compte de pire souvenirs. Mais Maggie et Ira s’aiment. Ils s’aiment de cet amour « ordinaire » fait de chamailleries, de tendresse et de déceptions, de projets grandioses et de rêves noyés dans le quotidien. Ils sont « nous » en fait ! Anne Tyler nous tend le miroir (un sourire en coin j’imagine ?!) en noyant le poisson sous une bonne couche de cocasseries. Et ça marche ! j’ai ri aux commérages et autres perfidies de cette galerie de personnages colorés, tout en pleurant sur ma probable ressemblance prochaine avec ces quinquagénaires désabusés. (aïe !) Ce n’est pas mon genre de prédilection, pourtant je me suis installé à l’arrière de la Dodge des Moran avec curiosité, et me suis laissé embarquer. L’écriture est ciselée, les portraits assez proche de la réalité (tout ressemblance avec des personnes réelles...) le style oscillant entre comique de situation et ironie bien placée...de bons ingrédients pour cette comédie douce-amère qui a su me plaire, au début en tout cas. Car si la scène de l’enterrement est vraiment tordante, la suite s’essouffle un peu et m’a moins emballé. Comme Maggie dans son pavilion de banlieue, j’ai finit par m’ennuyer un peu à l’arrière de la Dodge. Bon alors, quand est-ce qu’on arrive ?!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Silenceonlit Posté le 27 Avril 2018
    Bien que la couverture annonçait que Leçons de conduite d'Anne Tyler avait reçu le Prix Pulitzer, je n'ai pas entamé ce roman avec une folle attente. Car le début du récit est d'une facture toute classique : Ira et Maggie Moran ont une cinquantaine d'années. Issus de la classe moyenne, ils vivent à Baltimore, ont un garçon et une fille. Classique, classique. --- Lorsque le mari de Serena la meilleure amie de Maggie décède, ils prennent la route pour assister à l'enterrement. Et c'est alors que l'on entre dans le vif du sujet. Et que l'on se lance sur la route de l'histoire d'un couple banal et de son histoire qui l'est tout autant, mais qui est décrite avec des touches d'humour tombant à point, une dose de subtilité parfaite. --- Les petites bisbilles pour trouver leur route à l'aller, l'impression de Maggie d'entendre à la radio son ancienne belle-fille annoncer son remariage, son envie d'aller la voir pour la rabibocher avec son fils, les petites mesquineries, mais aussi les bons souvenirs entre anciens amis... Il n'y a rien d'exceptionnel dans la matière de base, mais c'est là tout l'art d'Anne Tyler qui fait de ce périple une plongée dans l'histoire et le caractère... Bien que la couverture annonçait que Leçons de conduite d'Anne Tyler avait reçu le Prix Pulitzer, je n'ai pas entamé ce roman avec une folle attente. Car le début du récit est d'une facture toute classique : Ira et Maggie Moran ont une cinquantaine d'années. Issus de la classe moyenne, ils vivent à Baltimore, ont un garçon et une fille. Classique, classique. --- Lorsque le mari de Serena la meilleure amie de Maggie décède, ils prennent la route pour assister à l'enterrement. Et c'est alors que l'on entre dans le vif du sujet. Et que l'on se lance sur la route de l'histoire d'un couple banal et de son histoire qui l'est tout autant, mais qui est décrite avec des touches d'humour tombant à point, une dose de subtilité parfaite. --- Les petites bisbilles pour trouver leur route à l'aller, l'impression de Maggie d'entendre à la radio son ancienne belle-fille annoncer son remariage, son envie d'aller la voir pour la rabibocher avec son fils, les petites mesquineries, mais aussi les bons souvenirs entre anciens amis... Il n'y a rien d'exceptionnel dans la matière de base, mais c'est là tout l'art d'Anne Tyler qui fait de ce périple une plongée dans l'histoire et le caractère de ces personnages qu'elle rend incroyablement touchant. Chaque épisode est raconté selon le point de vue de Maggie ou d'Ira et déclenche des réminiscences évoquant le passé de leur vie de famille ou de couple, leurs espoirs, leurs déceptions. --- Ce sont deux individus que tout sépare : Maggie est pleine d'optimisme, alors qu'Ira vit dans la résignation. Mais ils ont beau se connaître à la perfection et s'irriter perpétuellement, il reste une réelle tendresse salvatrice entre eux. De ce récit mélancolique et doux-amer, Anne Tyler parvient à dresser un délicieux portrait de couple, sans concession, s'appuyant sur tous ces petits détails du quotidien. Et on se fait prendre par surprise par cette narration "perversement merveilleuse" comme le disait John Updike.
    Lire la suite
    En lire moins
  • book-en-stock Posté le 8 Décembre 2017
    Une journée particulière dans la vie d’un couple américain dans les années 80. Un couple, Maggie et Ira, se rendent en voiture à l’enterrement du mari de la meilleure amie de Maggie qu’ils n’avaient pourtant pas revu depuis longtemps. Au fil des kilomètres, ils se chamaillent, font des rencontres fortuites, se remettent en question, remuent le passé. Publié en 1988, il a reçu l’année suivante le Prix Pulitzer de la fiction et je comprends pourquoi : à travers ces pages on parcourt trente à quarante ans de la vie américaine. Le récit est rythmé par l’évocation de nombreuses chansons, tubes de l’époque. On pénètre à l’intérieur des maisons, dans l’intimité des familles et de leurs tracas quotidiens. Parfois nostalgique, parfois colérique, le ton n’est pas dénué d’humour quelle que soit la situation. Le personnage de Maggie, haut en couleurs, est formidable d’énergie : son esprit fourmille d’idées incongrues et entraînent des péripéties hilarantes. Elle veut se mêler de tout et son époux, amoureux comme au premier jour, n’a plus qu’à suivre. L’auteur développe le thème de la vie de couple, de la vieillesse, du handicap et de la charge familiale. Mais aussi et surtout du choix que l’on fait de sa propre vie :... Une journée particulière dans la vie d’un couple américain dans les années 80. Un couple, Maggie et Ira, se rendent en voiture à l’enterrement du mari de la meilleure amie de Maggie qu’ils n’avaient pourtant pas revu depuis longtemps. Au fil des kilomètres, ils se chamaillent, font des rencontres fortuites, se remettent en question, remuent le passé. Publié en 1988, il a reçu l’année suivante le Prix Pulitzer de la fiction et je comprends pourquoi : à travers ces pages on parcourt trente à quarante ans de la vie américaine. Le récit est rythmé par l’évocation de nombreuses chansons, tubes de l’époque. On pénètre à l’intérieur des maisons, dans l’intimité des familles et de leurs tracas quotidiens. Parfois nostalgique, parfois colérique, le ton n’est pas dénué d’humour quelle que soit la situation. Le personnage de Maggie, haut en couleurs, est formidable d’énergie : son esprit fourmille d’idées incongrues et entraînent des péripéties hilarantes. Elle veut se mêler de tout et son époux, amoureux comme au premier jour, n’a plus qu’à suivre. L’auteur développe le thème de la vie de couple, de la vieillesse, du handicap et de la charge familiale. Mais aussi et surtout du choix que l’on fait de sa propre vie : études ou pas, choix d’un métier que l’on aime. Bien que l’histoire soit plaisante, j’ai mis du temps à lire ce roman. Je pense que les nombreux sauts dans le passé puis les retours au présent y sont pour quelque chose. Il faut rester attentif pour ne pas perdre le fil, d’autant que Maggie « fonctionne » à cent à l’heure. Le style est fluide et l’écriture fine, les personnages prennent corps avec quelques mots. Anne Tyler a un véritable talent d’écrivain et je vais rechercher d’autres romans de sa plume !
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…