Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264059062
Code sériel : 4624
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm
L'Enquête russe
Collection : Polar
Date de parution : 03/01/2013
Éditeurs :
10/18

L'Enquête russe

Collection : Polar
Date de parution : 03/01/2013

 1782. La France et les Insurgents américains sont en passe de l’emporter sur l’Angleterre. Le tsarévitch Paul, sous le nom de comte du Nord, séjourne incognito à Paris, étape de...

 1782. La France et les Insurgents américains sont en passe de l’emporter sur l’Angleterre. Le tsarévitch Paul, sous le nom de comte du Nord, séjourne incognito à Paris, étape de son tour d’Europe. Versailles entend se concilier les faveurs de l’héritier de l’empire russe. Nicolas Le Floch reçoit mission de...

 1782. La France et les Insurgents américains sont en passe de l’emporter sur l’Angleterre. Le tsarévitch Paul, sous le nom de comte du Nord, séjourne incognito à Paris, étape de son tour d’Europe. Versailles entend se concilier les faveurs de l’héritier de l’empire russe. Nicolas Le Floch reçoit mission de Sartine et de Vergennes de monter un subterfuge lui permettant de gagner la confiance du fils de Catherine II. Qui assassine au même moment le comte de Rovski, ancien favori de la tsarine, exilé à Paris ? Au cours d’une enquête minutieuse, et tout en participant aux divers événements de la visite princière, Nicolas Le Floch et l’inspecteur Bourdeau vont avancer pas à pas, de surprise en surprise, dans les milieux parisiens du jeu, de la galanterie, du négoce et de l espionnage.

« Assurément, Jean-François Parot n'a pas perdu la main […] Toujours aussi précis et rigoureux dans ses évocations historiques, le romancier n'oublie pas de divertir son lecteur. Un régal. » Delphine Peras, L’Express

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264059062
Code sériel : 4624
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nanouche Posté le 7 Avril 2022
    Des espions russes et américains à Paris ? L'action se situerait-elle pendant la guerre froide ? Non car nous sommes en 1782 quand les espions s'appelaient des mouches. Le tsarévitch Paul, héritier de la Grande Catherine, est en visite incognito à Paris. Incognito cela signifie qu'il est là sous l'identité de comte du Nord mais que pratiquement tout le monde sait qui il est. Nicolas le Floch, commissaire de police au Châtelet, est chargé de gagner sa confiance pour pouvoir l'approcher. Au même moment un autre Russe, le comte de Rovski, est assassiné d'une façon particulièrement violente. Y a-t-il un lien avec la visite du tsarévitch ? Quant aux Américains, il s'agit de l'ambassade de Benjamin Franklin, à la recherche de soutiens dans leur guerre d'indépendance contre l'Angleterre. Je retrouve toujours avec plaisir les aventures de Nicolas le Floch. En vieillissant notre héros devient un peu désabusé sur son époque. Il voit avec regret les faiblesses de la monarchie et la morgue des grands qui se croient supérieurs au peuple. L'envie le prend régulièrement de s'en retourner dans ses terres de Bretagne. Le lecteur, lui, voit se profiler la Révolution qui vient. L'époque est fort bien décrite et c'est si bien écrit.
  • Livresovore Posté le 25 Septembre 2021
    Comme toujours, c’est avec délectation que j’ai de nouveau suivi une enquête d’un de mes duos préférés de la littérature : Le Floch et Bourdeau. On se focalise sur le contexte historique et particulièrement les liens franco-russes. Une partie de l’histoire que je méconnais et donc un contexte particulièrement intéressant. J'ai aimé en savoir plus sur ces liens et la mise en place de personnages complexes a aidé à rendre le propos crédible. Côté enquête, l’auteur a su me perdre sur plusieurs pistes et différents potentiels coupables pour finir comme toujours en apothéose avec un Nicolas au sommet de son art. La chute est toujours amenée de manière incroyable et le suspens est maintenu jusqu’au bout. Le personnage de Sartine, que j'affectionnais pourtant au début de la sage, me sort de plus en plus par les yeux. Mais j’aime toujours autant lire ses joutes verbales avec Nicolas et rien que pour ça, il est essentiel. Le Noir, qui m'était quant à lui assez antipathique à ses débuts, se trouve être un personnage de plus en plus agréable. On ajoute à tout ça des personnages secondaires attachants et des passages de la vie personnelle et l’on obtient un roman incroyable, à la hauteur... Comme toujours, c’est avec délectation que j’ai de nouveau suivi une enquête d’un de mes duos préférés de la littérature : Le Floch et Bourdeau. On se focalise sur le contexte historique et particulièrement les liens franco-russes. Une partie de l’histoire que je méconnais et donc un contexte particulièrement intéressant. J'ai aimé en savoir plus sur ces liens et la mise en place de personnages complexes a aidé à rendre le propos crédible. Côté enquête, l’auteur a su me perdre sur plusieurs pistes et différents potentiels coupables pour finir comme toujours en apothéose avec un Nicolas au sommet de son art. La chute est toujours amenée de manière incroyable et le suspens est maintenu jusqu’au bout. Le personnage de Sartine, que j'affectionnais pourtant au début de la sage, me sort de plus en plus par les yeux. Mais j’aime toujours autant lire ses joutes verbales avec Nicolas et rien que pour ça, il est essentiel. Le Noir, qui m'était quant à lui assez antipathique à ses débuts, se trouve être un personnage de plus en plus agréable. On ajoute à tout ça des personnages secondaires attachants et des passages de la vie personnelle et l’on obtient un roman incroyable, à la hauteur des autres. Après dix romans, c’est toujours avec autant de plaisir que je déguste cette série.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Phoenicia Posté le 25 Mai 2021
    Une nouvelle fois, j'ai apprécié ce voyage au XVIIIe s en compagnie de Nicolas Le Floch. On peut grosso modo lui trouver les mêmes qualités et les mêmes bémols que dans les autres tomes. L'immersion est complète, assurée tant par la richesse historique de la trame que par ses menus détails ( la cuisine, ah la cuisine... avec un petit tour ici dans le monde de la mode...) mais aussi et surtout par cette plume si singulière, si riche, si anachronique : Parot nous emmène à son vocable du XVIII e, eh bien, au XVIII e s. Un exercice que je pense pas facile et toujours réussi avec brio. D'autant qu'on finit par apprécier cette joyeuse compagnie. Ici, la focal sur la Russie, l'ambassade et la visite du tsarévitch Paul nous offre une perspective historique riche en informations. Impossible de ne pas sortir plus cultivé d'une telle lecture! Les bémols maintenant. L'intrigue est entraînante avec de l'espionnage russe et français. On est dedans. Sauf, qu'à partir d'un certain moment on s'embrouille. Cela vient du fait qu'on ne comprend pas toujours comment ils en sont arrivés à ses déductions. Aussi, il y a toujours des longueurs suscitées par la complexité de... Une nouvelle fois, j'ai apprécié ce voyage au XVIIIe s en compagnie de Nicolas Le Floch. On peut grosso modo lui trouver les mêmes qualités et les mêmes bémols que dans les autres tomes. L'immersion est complète, assurée tant par la richesse historique de la trame que par ses menus détails ( la cuisine, ah la cuisine... avec un petit tour ici dans le monde de la mode...) mais aussi et surtout par cette plume si singulière, si riche, si anachronique : Parot nous emmène à son vocable du XVIII e, eh bien, au XVIII e s. Un exercice que je pense pas facile et toujours réussi avec brio. D'autant qu'on finit par apprécier cette joyeuse compagnie. Ici, la focal sur la Russie, l'ambassade et la visite du tsarévitch Paul nous offre une perspective historique riche en informations. Impossible de ne pas sortir plus cultivé d'une telle lecture! Les bémols maintenant. L'intrigue est entraînante avec de l'espionnage russe et français. On est dedans. Sauf, qu'à partir d'un certain moment on s'embrouille. Cela vient du fait qu'on ne comprend pas toujours comment ils en sont arrivés à ses déductions. Aussi, il y a toujours des longueurs suscitées par la complexité de l'enquête. C'est un sentiment que je retrouve tome après tome. Ca et le fait que les sentiments du personnage sont souvent les mêmes, on piétine : son amour pour Aimée mais l'impossibilité pour leur relation d'évoluer, sa nostalgie amoureuse pour Antoinette, le temps qui passe... En définitive, un tome qui n'est pas parfait mais qui apporte tellement que je ne peux me permettre pour autant de ne pas aborder la suite ! Challenge Pavés 2021 Challenge Mauvais Genres 2021 Challenge A travers l'histoire 2021 Challenge Séries 2021 Challenge Trivial Reading XI Challenge Multi-défis 2021
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cricri08 Posté le 15 Novembre 2019
    Mai 1782 ... Nicolas Le Floch travaille maintenant depuis 22 ans au service du roi, Louis XV puis Louis XVI, sous les ordres de Le Noir aujourd'hui mais Sartine qui l'avait accueilli à ses débuts rôde toujours et conserve une influence certaine dans les cercle du pouvoir, malgré sa retraite officielle. La France s'apprête à recevoir le comte et la comtesse du Nord, en clair Paul, fils de Catherine et sa femme, le futur tsar de Russie. Dans un contexte politique quelque peu compliqué (les États-Unis sont maintenant indépendants, les tensions sont toujours vives entre l'Angleterre et la France, la Russie aimerait jouer un rôle commercial ...) il faut que la France s'attire les bonnes grâces du futur tsar. Sartine arrive avec un plan bien ficelé : dérober au couple un objet précieux que Nicolas retrouvera, les amadouant ainsi pour amorcer des tractations ... Même est-ce si simple? Asperges à la Pompadour, œufs en crépine, poules aux six clous ... Bien sûr la gastronomie est toujours présente dans cette série, Nicolas et ses amis amateurs de bonne chair ne pouvant faire sans un repas copieux! Un épisode toujours aussi plaisant, des personnages que je retrouve avec plaisir!
  • Crazynath Posté le 10 Octobre 2019
    Voyage en 1782 avec comme compagnon de route le commissaire au Chatelet Nicolas Le Floch, marquis de Ranreuil. J’éprouve toujours autant de plaisir à retrouver ce personnage fort sympathique (et fort perspicace) ainsi que le petit monde qui l’environne. Que ce soit la chatte Mouchette, Catherine Gauss, le chirurgien Secmagus ou même la Paulet, je les retrouve toujours comme de vieux amis. Les hautes sphères sont en émoi. En effet, le tsarévitch Paul, appelé quelquefois le comte du Nord, fils de la redoutable tsarine Catherine II, va bientôt honorer la France de sa visite. En prévision de cette visite, Nicolas Le Floch va être mandaté par ses supérieurs (Le Noir et Sartine est aussi de la partie même s’il n’est officiellement plus le supérieur de Nicolas) d’une mission particulière afin de prendre contact et devenir un familier du tsarévitch. Cependant, il va devoir aussi enquêter sur plusieurs meurtres dont la première victime est un officier russe. Il faut reconnaitre que Jean-François Parot a l’art de faire des intrigues on ne peut plus tortueuses et il faut quelquefois s’accrocher pour suivre, mais ceci ne me fait pas bouder mon plaisir de plonger dans cette période de l’histoire. L’auteur excelle à nous restituer les mœurs... Voyage en 1782 avec comme compagnon de route le commissaire au Chatelet Nicolas Le Floch, marquis de Ranreuil. J’éprouve toujours autant de plaisir à retrouver ce personnage fort sympathique (et fort perspicace) ainsi que le petit monde qui l’environne. Que ce soit la chatte Mouchette, Catherine Gauss, le chirurgien Secmagus ou même la Paulet, je les retrouve toujours comme de vieux amis. Les hautes sphères sont en émoi. En effet, le tsarévitch Paul, appelé quelquefois le comte du Nord, fils de la redoutable tsarine Catherine II, va bientôt honorer la France de sa visite. En prévision de cette visite, Nicolas Le Floch va être mandaté par ses supérieurs (Le Noir et Sartine est aussi de la partie même s’il n’est officiellement plus le supérieur de Nicolas) d’une mission particulière afin de prendre contact et devenir un familier du tsarévitch. Cependant, il va devoir aussi enquêter sur plusieurs meurtres dont la première victime est un officier russe. Il faut reconnaitre que Jean-François Parot a l’art de faire des intrigues on ne peut plus tortueuses et il faut quelquefois s’accrocher pour suivre, mais ceci ne me fait pas bouder mon plaisir de plonger dans cette période de l’histoire. L’auteur excelle à nous restituer les mœurs et usages de cette époque et ses descriptions sont tellement imagées. Un bon cru que cette enquête russe il faut le dire. Challenge Séries 2019 Challenge A travers l’Histoire Challenge ABC 2019/2020
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…