Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264076854
Code sériel : 5634
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 672
Format : 108 x 177 mm

Les optimistes

Caroline BOUET (Traducteur)
Date de parution : 14/01/2021
"L'un des meilleurs romans de l'année" The New York Times
À Chicago, dans les années 1980, au cœur du quartier de Boystown, Yale Tishman et sa bande d'amis - artistes, activistes, journalistes ou professeurs... - vivent la vie libre qu'ils s'étaient toujours imaginée. Lorsque l'épidémie du sida frappe leur communauté, les rapports changent, les liens se brouillent et se transforment.... À Chicago, dans les années 1980, au cœur du quartier de Boystown, Yale Tishman et sa bande d'amis - artistes, activistes, journalistes ou professeurs... - vivent la vie libre qu'ils s'étaient toujours imaginée. Lorsque l'épidémie du sida frappe leur communauté, les rapports changent, les liens se brouillent et se transforment. Peu à peu, tout s'effondre autour de Yale, et il ne lui reste plus que Fiona, la petite sœur de son meilleur ami Nico.
Du Chicago des années 1980 au Paris d'aujourd'hui, Rebecca Makkai nous offre une épopée puissante sur le pouvoir de l'amitié face à la tragédie.

« Rebecca Makkai déploie un savoir-faire romanesque impressionnant, qui jamais n'écrase sa puissance émotionnelle, ni la subtilité des sentiments éprouvés par ses personnages. » Raphaëlle Leyris, Le Monde des Livres
« Bouleversant et fascinant. » Gérard de Cortanze, Historia

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Caroline Bouet.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264076854
Code sériel : 5634
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 672
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • paturette Posté le 19 Septembre 2021
    sur la quatrième de couverture est écrit " bouleversant et fascinant", cela correspond à ce que j'ai ressenti au fil des pages. Bien que les 75 premières m'aient peu emballée, j'ai savouré les 600 suivantes. La bande de Yales, Fiona et tous les autres sont devenus des amis proches que j'ai aimé suivre et accompagner entre les années 1980 et 2015. Un très beau livre qui traite de sujets très variés entre autre l'apparition de l'épidémie du SIDA, l'art, l'amitié, l'amour entre états Unis et Paris..... Ce livre restera pour moi marquant, et ses personnages continueront d'exister à mes côtés encore longtemps.
  • olivierparadis Posté le 18 Août 2021
    Je suis très partagé sur « les optimistes » de Rebecca Makkai. Bien sûr je me suis attaché à certains personnages, notamment Yale, le héros masculin du roman. J'en ai détesté d'autres, que je ne vais pas citer ici pour ne pas déflorer l'intrigue. Bien sûr, j'ai été intéressé par ce que l'auteure décrit de la vie de jeunes adultes homosexuels masculins à Chicago au milieu des années 1980, c'est le côté « Chroniques de San Francisco » du livre. Bien sûr aussi j'ai été ému par le récit des ravages de l'épidémie de SIDA dans cette partie de la population et des combats qui ont été menés alors par les plus lucides et les plus engagés pour améliorer la situation des malades, les descriptions sont crues, les espoirs ne sont pas déçus parce qu'il n'y en a aucun. Bien sûr, plusieurs scènes m'ont tiré quelques larmes (autant que le dernier tête-à-tête à l'hôpital dans « Philadelphia », bien que je ai vu ce film cinq ou six fois). J'ai lu assez facilement les 600 pages du bouquin. Pourtant je n'arrive pas à considérer ce livre comme un grand roman. Il y a d'abord la construction narrative qui me paraît extrêmement sommaire : un chapitre en... Je suis très partagé sur « les optimistes » de Rebecca Makkai. Bien sûr je me suis attaché à certains personnages, notamment Yale, le héros masculin du roman. J'en ai détesté d'autres, que je ne vais pas citer ici pour ne pas déflorer l'intrigue. Bien sûr, j'ai été intéressé par ce que l'auteure décrit de la vie de jeunes adultes homosexuels masculins à Chicago au milieu des années 1980, c'est le côté « Chroniques de San Francisco » du livre. Bien sûr aussi j'ai été ému par le récit des ravages de l'épidémie de SIDA dans cette partie de la population et des combats qui ont été menés alors par les plus lucides et les plus engagés pour améliorer la situation des malades, les descriptions sont crues, les espoirs ne sont pas déçus parce qu'il n'y en a aucun. Bien sûr, plusieurs scènes m'ont tiré quelques larmes (autant que le dernier tête-à-tête à l'hôpital dans « Philadelphia », bien que je ai vu ce film cinq ou six fois). J'ai lu assez facilement les 600 pages du bouquin. Pourtant je n'arrive pas à considérer ce livre comme un grand roman. Il y a d'abord la construction narrative qui me paraît extrêmement sommaire : un chapitre en 1985 alterne avec un chapitre en 2015 suivi d'un chapitre en 1985 qui précède un chapitre en 2015, etc. Il y a ensuite que je suis très agacé par ce qui me semble être un cliché inutile : tous les gays ne sont pas journalistes, galeristes, photographes, avocats, médecins, étudiants en histoire de l'art...Peut-être qu'un tel livre existe déjà, je ne le connais pas en tout cas, mais je voudrais lire un jour quelque chose sur l'homosexualité chez les bouchers-charcutiers, les ouvriers agricoles ou les aide-comptables. Enfin je ne suis parvenu à être tenu en haleine par aucune des deux intrigues du roman : celle concernant Nora et la collection de tableaux qu'elle veut léguer à la galerie où travaille Yale, celle concernant Fiona et sa fille. Et mieux vaut ne rien dire du lien entre les deux époques tant il m'a paru ténu !
    Lire la suite
    En lire moins
  • auxpetitespepites Posté le 3 Août 2021
    Une épopée flamboyante au temps du sida ! Dans un contexte politique homophobe, des amours et des amitiés fluctuent, éprouvées par la maladie. Les repères sautent, le doute est une gangrène pour le couple, et les concepts de fidélité et de confiance semblent appartenir à une autre réalité. Reste l'amitié et le soutien moral, valeurs essentielles et nécessaires en temps de crise. Cette écriture posée et endurante nous emmène sans fléchir faire une virée dans l'Histoire, au milieu des années 80, période tragique frappée par l'émergence du VIH. On est malmenés par l'auteur, avec des sensations flirtant avec les montagnes russes. Saleté d'époque où, ne maitrisant pas encore les tenants et les aboutissants de la maladie, la contamination va à un rythme effrayant ! Pas de temps mort pour ces destinées bouleversées, marquées par la confrontation avec l'horreur mais aussi par l'urgence de vivre. On ressent encore l’effervescence d'un paradis perdu, sorte d'âge d'or qu'on aimerait tant voir perdurer, vestiges de la liberté totale des corps et du plaisir de vivre. On s'accroche à donner du relief au quotidien en célébrant l'amitié, la fête, en s'oubliant dans le travail et parfois encore dans l’amour. Du peps, encore du peps, toujours plus... Une épopée flamboyante au temps du sida ! Dans un contexte politique homophobe, des amours et des amitiés fluctuent, éprouvées par la maladie. Les repères sautent, le doute est une gangrène pour le couple, et les concepts de fidélité et de confiance semblent appartenir à une autre réalité. Reste l'amitié et le soutien moral, valeurs essentielles et nécessaires en temps de crise. Cette écriture posée et endurante nous emmène sans fléchir faire une virée dans l'Histoire, au milieu des années 80, période tragique frappée par l'émergence du VIH. On est malmenés par l'auteur, avec des sensations flirtant avec les montagnes russes. Saleté d'époque où, ne maitrisant pas encore les tenants et les aboutissants de la maladie, la contamination va à un rythme effrayant ! Pas de temps mort pour ces destinées bouleversées, marquées par la confrontation avec l'horreur mais aussi par l'urgence de vivre. On ressent encore l’effervescence d'un paradis perdu, sorte d'âge d'or qu'on aimerait tant voir perdurer, vestiges de la liberté totale des corps et du plaisir de vivre. On s'accroche à donner du relief au quotidien en célébrant l'amitié, la fête, en s'oubliant dans le travail et parfois encore dans l’amour. Du peps, encore du peps, toujours plus d'activités et de lumière pour éloigner le chaos. Et simultanément, on assiste à la déchéance vertigineuse de ceux qui ont connu quelques mois, quelques semaines, voire quelques jours auparavant, le somptueux éclat d'une jeunesse en pleine santé, festive et pleine de promesses. Des vies croquées avec sensibilité et une justesse de ton remarquable. Un roman qui prend aux tripes, et qui nous rappelle à quel point la vie est fragile. Quel déchirement de voir tant de jeunes gens succomber à ce virus, de s'attacher à ces personnages sans être sûre de finir le livre avec eux ! C'est aussi une piquante immersion dans le monde des Arts et des Lettres qui nous transporte et fait vibrer la part humaniste qui vit en nous. C'est à travers le destin de Yale, jeune trentenaire posé, droit et sensible, que nous pénétrons ce cercle d'amis gays emblématique des années 80 et de Chicago : Nico, Fiona, Julian, Teddy, Charlie ou encore Asher, sans oublier leur ami photographe à tous, témoin infaillible de leur passage éclair sur terre, le protecteur et iconique Richard Campo. Tambours battants, on suit les contaminations, on voit évoluer les couples, émerger la tension ambiante et le combat des homosexuels pour être reconnus, et soignés dans la dignité. Un roman révélateur d'une époque qui nous bouleverse. Un livre à l'écriture fluide qui se lit d'une traite, n'hésitez plus ! Bonne lecture !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Flo_herisson Posté le 31 Juillet 2021
    Chicago 1985 . L’Ame#769;rique de#769;couvre avec crainte et effroi le Sida cette nouvelle maladie qui frappe les homosexuels. Yale Tishman et ses amis, artistes, avocats, journalistes enterrent Nico, le premier de leur groupe a#768; e#770;tre frappe#769;. Paris 2015 . Fiona, la petite sœur de Nico vient tenter de retrouver sa fille Claire dont elle est sans nouvelle depuis 3 ans. Sur un intervalle de 30 ans leurs histoires vont s’entreme#770;ler et tisser le portrait d’une ge#769;ne#769;ration meurtrie. . ⭐️⭐️⭐️ Dans ce roman dense et parfois un peu long, @rebeccamakkai nous plonge avec elle dans l’ambiance de ces anne#769;es ou#768; les homosexuels he#769;sitaient entre insouciance, side#769;ration et de#769;sespoir. Comment rester insensible au destin de Yale et quel beau portrait que celui de Fiona. Je dois l’avouer j’ai failli abandonner ma lecture a#768; sa moitie#769;, un peu lasse#769;e par la lenteur de la progression narrative, mais heureusement que j’ai perse#769;ve#769;re#769;. Le dernier tiers du livre e#769;tant magnifique et bouleversant. J’ai beaucoup pense#769; a#768; « Philadelphia » en lisant ce livre. De#769;sormais je penserai a#768; Yale, a#768; Julian, a#768; Charlie, a#768; Fiona lorsque je penserai a#768; ces tristes anne#769;es Sida
  • Lapetitebookiniste Posté le 20 Juillet 2021
    Chicago, années 1980. Après une période d’insouciance, Fiona, Yale et ses amis se retrouvent confrontés aux années sida, avec la mort de Nico. C’est le début d’une période d’angoisse et de perte qui va toucher le groupe à jamais. Paris, 2015. Fiona, qui ne s’est jamais totalement remise de ces années tueuses, se rend à Paris pour retrouver sa fille. Rebecca Makkai dresse un portrait plein d’empathie et de justesse de la communauté gay de Chicago, qui fait face au virus dévastateur, à la peur de le contracter, au rejet des personnes mal informées et à la douleur de perdre ses proches. Le parallèle créé entre les années 1980 et 2015 - au-delà de compléter l’histoire - révèle que, malgré les années, les personnages sont tous hantés par ces années sida. Ces dernières ont un impact considérable sur leur vie, qu’il soit positif (gloire et exposition dédiée à Pompidou pour l’un) ou négatif (perte de vue de sa fille pour l’autre). Avec des personnages très attachants, ce récit prenant, très réaliste, est particulièrement émouvant. Il contient tous les ingrédients pour un moment de lecture agréable et réflexive.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    25 romans en petit format à glisser dans votre valise

    Il reste une petite place dans votre valise ? Ça tombe bien, nous avons des petits formats à vous proposer. Découvrez l'histoire de la maîtresse de Rembrandt, remontez le fil de l'histoire avec une ancienne résistante de la Seconde Guerre mondiale, revivez un premier amour...

    Lire l'article
  • Sélection
    10/18

    25 livres pour partir au bout du monde cet été

    Envie de voyager... sans quitter votre serviette de plage ? Récit de voyage au Canada, histoire d'amour au Nigeria ou chroniques à Tahiti... suivez les Éditions 10/18 au bout du monde !  

    Lire l'article