Lisez! icon: Search engine
L'étrangleur de Cater Street
Annie Hamel (traduit par), Roxane Azimi (traduit par)
Collection : Polar
Date de parution : 04/04/2002
Éditeurs :
10/18

L'étrangleur de Cater Street

Annie Hamel (traduit par), Roxane Azimi (traduit par)
Collection : Polar
Date de parution : 04/04/2002
Le premier volume de la série culte sur la haute société et les bas-fonds victoriens !

Suffragette avant l'heure, la téméraire Charlotte Ellison n’aime ni l’étiquette ni le badinage des jeunes filles bien nées. Dévorant en cachette les faits-divers des journaux, sa curiosité la mêlera à...

Suffragette avant l'heure, la téméraire Charlotte Ellison n’aime ni l’étiquette ni le badinage des jeunes filles bien nées. Dévorant en cachette les faits-divers des journaux, sa curiosité la mêlera à une affaire des plus périlleuses, aux côtés du séduisant inspecteur Pitt de Scotland Yard. Dans le Londres des années 1880,...

Suffragette avant l'heure, la téméraire Charlotte Ellison n’aime ni l’étiquette ni le badinage des jeunes filles bien nées. Dévorant en cachette les faits-divers des journaux, sa curiosité la mêlera à une affaire des plus périlleuses, aux côtés du séduisant inspecteur Pitt de Scotland Yard. Dans le Londres des années 1880, le danger guette et les femmes en sont souvent la proie...
Sherlock Holmes en jupons, la divine Charlotte dénoue son premier crime et inaugure une longue série d’enquêtes haletantes, dévoilant une Angleterre victorienne pleine de secrets.

Traduit de l'anglais
par Annie Hamel 
et Roxanne Azimi

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264035127
Code sériel : 2852
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782264035127
Code sériel : 2852
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Kaetxa 17/10/2022
    Des crimes de jeunes femmes sont commis dans Cater Street, quartier chic de Londres, où vivent des familles aisées de la Haute société. Charlotte et sa famille sont inquiets car Lillie, une domestique, n'est pas rentrée. Un policier vient les informer qu'elle a été victime du meurtrier, elle aussi. Son corps vient d'être retrouvé dans Cater Street. L'assassin s'attaque aussi bien à des employées de maison qu'à des filles de familles. Que veut-il ? Qui est-il ? Les victimes le connaissaient-elles ? La peur monte. Pitt, l'inspecteur de police, vient de plus en plus souvent au domicile de Charlotte pour poser des questions. Et la voici qui s'interroge. Les soupçons pèsent sur les propres membres de son entourage. Elle doute de tous. le rideau de la bienséance est levé. Sa foi en les hommes est bouleversée. Elle qui croyait que la vie n'était que bonnes manières et honnêteté découvre que les relations humaines sont hypocrites et de façade. Les apparences avant tout. Au-delà de l'enquête, c'est une véritable étude de moeurs de la belle société victorienne.
  • nanouche 10/10/2022
    Nous sommes à Londres en 1881, dans le quartier bourgeois de Cater street où vit la famille Ellison. La deuxième fille, Charlotte, est une jeune femme décidée qui trouve pesantes les conventions sociales de son milieu. Pourquoi certains comportements sont-ils admis pour les hommes et considérés comme déshonorants pour les femmes ? Charlotte souhaite pouvoir exprimer franchement ses opinions au grand dam de son père qui ne trouve pas cela convenable du tout et de sa mère qui se demande si on pourra jamais la marier. Voilà qu'une série de meurtres vient frapper le quartier. Des jeunes femmes sont étranglées et mutilées. Aussi bien des domestiques que des filles de bonne famille. Petit à petit la conviction s'installe que le détraqué ne peut être qu'un habitant du quartier et chacun se met à suspecter ses proches. Un père, un mari ? A quel point connaissons nous ceux avec qui nous vivons et que nous aimons ? Que savons nous vraiment de leurs désirs et de leurs pensées les plus secrètes ? La question se pose particulièrement à cette époque et dans ce milieu qui répriment toute spontanéité. C'est l'inspecteur Pitt qui est chargé de l'enquête et il revient régulièrement chez les Ellison... Nous sommes à Londres en 1881, dans le quartier bourgeois de Cater street où vit la famille Ellison. La deuxième fille, Charlotte, est une jeune femme décidée qui trouve pesantes les conventions sociales de son milieu. Pourquoi certains comportements sont-ils admis pour les hommes et considérés comme déshonorants pour les femmes ? Charlotte souhaite pouvoir exprimer franchement ses opinions au grand dam de son père qui ne trouve pas cela convenable du tout et de sa mère qui se demande si on pourra jamais la marier. Voilà qu'une série de meurtres vient frapper le quartier. Des jeunes femmes sont étranglées et mutilées. Aussi bien des domestiques que des filles de bonne famille. Petit à petit la conviction s'installe que le détraqué ne peut être qu'un habitant du quartier et chacun se met à suspecter ses proches. Un père, un mari ? A quel point connaissons nous ceux avec qui nous vivons et que nous aimons ? Que savons nous vraiment de leurs désirs et de leurs pensées les plus secrètes ? La question se pose particulièrement à cette époque et dans ce milieu qui répriment toute spontanéité. C'est l'inspecteur Pitt qui est chargé de l'enquête et il revient régulièrement chez les Ellison pour interroger Charlotte ou lui faire part de ses sentiments sur l'enquête. D'après Emily, la soeur cadette de Charlotte, c'est parce que cette dernière lui plait. Charlotte se serait bien passée de cette admiration embarrassante. Après tout un policier est un être socialement inférieur, pas beaucoup mieux placé qu'un commerçant. Et pourtant, l'inspecteur Pitt est aussi le premier homme qui semble apprécier sa franchise et qui la regarde comme une femme.
    Lire la suite
    En lire moins
  • coraliel59 20/08/2022
    Je découvre cette série d'Anne Perry avec plaisir. J'avais lu deux tomes de la série Monk mais Beauvais pas trop accrochée. Là je suis plutôt convaincue. Il s'agit du premier tome d'une série qui en compte aujourd'hui 32 et qui relate les aventures de l'inspecteur Thomas Pitt et de Charlotte Ellison. Dans le Londres des années 1880, un tueur en série assassiné des femmes sans lien apparent. Au cours de cette enquête nous découvrons la famille Ellison et l'inspecteur Pitt. Nous voyons aussi la bonne société londonienne, ses secrets et les relations hommes-femmes. Charlotte s'interroge notamment sur les attendus des comportements en fonction du sexe et s'indigne des différences. Un roman bien mené, l'évocation historique de l'époque est bien rendu. Le tome 2 est déjà dans ma PAL.
  • latina 30/07/2022
    1880, Londres. En général, on pense à Jack l’Eventreur. Mais ici, il s’agit « simplement » d’un étrangleur de jeunes femmes. Ceci est le premier tome d’une série de policiers où Charlotte Ellison, une jeune fille de bonne famille mais au caractère fort et spontané aidera le policier Pitt à démêler les affaires criminelles. Comme c’est le tome d’introduction, nous assistons à la rencontre de Pitt et Charlotte, car dans la rue de celle-ci ont lieu des crimes rapprochés, le soir, dans le brouillard. C’est l’occasion pour Anne Perry de décrire dans le menu les mœurs des gens bien nés, où les femmes n’avaient pas l’occasion de travailler ni de se distraire seules. La visite aux pauvres, l’office du dimanche, la préparation de la vente de charité étaient les seules distractions. Aux hommes les soirées à leur club, les fréquentations des femmes de toutes sortes, les beuveries, les parties de cartes, mais aussi la mainmise sur leurs femmes – sœurs, filles, bonnes-. C’est aussi l’occasion pour nous de côtoyer les différents membres de la famille, qui me font penser personnellement à ceux de Jane Austen. Dominic le beau et romantique beau-fils, Emily la petite jeune fille ambitieuse, Sarah l’épouse... 1880, Londres. En général, on pense à Jack l’Eventreur. Mais ici, il s’agit « simplement » d’un étrangleur de jeunes femmes. Ceci est le premier tome d’une série de policiers où Charlotte Ellison, une jeune fille de bonne famille mais au caractère fort et spontané aidera le policier Pitt à démêler les affaires criminelles. Comme c’est le tome d’introduction, nous assistons à la rencontre de Pitt et Charlotte, car dans la rue de celle-ci ont lieu des crimes rapprochés, le soir, dans le brouillard. C’est l’occasion pour Anne Perry de décrire dans le menu les mœurs des gens bien nés, où les femmes n’avaient pas l’occasion de travailler ni de se distraire seules. La visite aux pauvres, l’office du dimanche, la préparation de la vente de charité étaient les seules distractions. Aux hommes les soirées à leur club, les fréquentations des femmes de toutes sortes, les beuveries, les parties de cartes, mais aussi la mainmise sur leurs femmes – sœurs, filles, bonnes-. C’est aussi l’occasion pour nous de côtoyer les différents membres de la famille, qui me font penser personnellement à ceux de Jane Austen. Dominic le beau et romantique beau-fils, Emily la petite jeune fille ambitieuse, Sarah l’épouse fragile et vite névrosée de Dominic, Caroline la mère de famille coincée par l’autorité de son mari, Edouard le pater familias omnipotent, et la grand-mère infecte. N’oublions pas le pasteur rigide et sa pauvre épouse, et surtout Charlotte, celle qui n’a pas sa langue en poche et qui se fiche des conventions. Difficile pour cette famille d’accepter l’irruption d’un policier « de la classe sociale d’un commerçant » dans leur salon pour les cuisiner. J’ai été à vrai dire horrifiée par les réactions abominables de ces gens face aux personnes de moins haute extraction ! Ne parlons même pas des pauvres, totalement inconnus des riches… Bref, l’étrangleur, s’il fait partie du titre, n’est pas le plus important dans ce roman, du moins selon moi. L’auteure s’amuse davantage à reproduire les dialogues collet monté, et à insister de nombreuses fois sur la condition des femmes. J’ai assez aimé ce roman, mais ai été contente de le refermer, car cette vie plan-plan est vite agaçante. Heureusement que l’étrangleur est là pour remuer un peu cette vie rigide et guindée. Vais-je poursuivre l’exploration d’Anne Perry ? Je n’en sais rien du tout…
    Lire la suite
    En lire moins
  • cocon94 08/04/2022
    Premier volume de la série consacrée à Thomas Pitt et à sa femme Charlotte, nous faisons ici connaissance de nos deux héros. L'inspecteur Pitt enquête sur les meurtres de quatre jeunes femmes étranglées et est amené à poser des questions à la famille Ellison dont l'une des servantes est la victime de l'étrangleur de Carter Street. Son enquête le pousse à revenir souvent poser des questions à Charlotte. Ou a-t-il une autre motivation ? Ce roman est surtout l'occasion de confronter deux mondes : celui dans lequel vit Charlotte, la haute bourgeoisie londonienne, et celui de Thomas Pitt, inspecteur de Scotland Yard. Si l'univers de Thomas Pitt est synonyme de misère et de crimes, le monde de Charlotte, bien que feutré et douillet en apparence, recèle des secrets que l'enquête de Pitt ne manquera pas de dévoiler. C'est aussi une critique de la société des années 1880 dans laquelle les femmes ont peu de droits et beaucoup de devoirs, contrairement aux hommes. Cette première enquête qui, malgré les visites fréquentes de l'inspecteur Pitt au domicile des Ellison, reste au second plan, nous permet essentiellement de faire connaissance avec nos deux héros.
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…