Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264031761
Code sériel : 3261
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

L'homme au ventre de plomb

Collection : Grands Détectives
Date de parution : 15/03/2001

Fin de l'année 1761 : la guerre de Sept Ans prend une tournure de plus en plus désastreuse, l'expulsion des jésuites est en discussion et la marquise de Pompadour vit ses derniers temps de faveur. Nous retrouvons Nicolas Le Floch à la première des Paladins de Rameau à l'Opéra, à...

Fin de l'année 1761 : la guerre de Sept Ans prend une tournure de plus en plus désastreuse, l'expulsion des jésuites est en discussion et la marquise de Pompadour vit ses derniers temps de faveur. Nous retrouvons Nicolas Le Floch à la première des Paladins de Rameau à l'Opéra, à laquelle assiste Madame Adélaïde, une des filles de Louis XV. Durant la représentation, le comte et la comtesse de Ruissec, qui accompagnaient la princesse, sont informés du suicide de leur fils, et Nicolas suit son maître Sartine jusqu'à l'hôtel des malheureux parents, où il va faire de bien curieuses constatations. Nicolas découvre bientôt que ces meurtres paraissent liés à un complot jésuite. Mais ne s'agit-il pas là de fausses apparences, d'une manipulation compliquée des divers partis qui s'affrontent secrètement à la Cour ?

« Les aventures de ce nouveau limier se distinguent par leurs qualités littéraires et la singularité du personnage et de son siècle. » - Télé Journal

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264031761
Code sériel : 3261
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sfve Posté le 24 Août 2020
    Encore un bon moment de lecture avec ce deuxième tome des enquêtes du commissaire Nicolas Le Floch L'écriture nous emmène facilement nous promener et enquêter dans le Paris de l'époque car des descriptions historiques recherchées sont présentes et les conversations des personnages sont très abouties Un commissaire à découvrir
  • Marcellina Posté le 28 Juin 2020
    Et la magie continue… C'est toujours le même bagout, c'est toujours la folle aventure pleine de rebondissements qui finalement n'est que la suite de celle terminée il y a peu. Faut dire que les deux affaires sont proches… En date mais pas en lieu ! Si l'une se tient principalement à Paris la deuxième prend ses aises à Versailles où l'ambiance n'est clairement pas la même. L'orgueil et l'insolence des Grands présagent déjà de la suite, la morgue de leurs serviteurs montre déjà le chemin vicieux qui sera parcouru, la solitude d'une favorite et la fatigue profonde d'un roi déjà bien abandonné nous mènent, si c'est possible, à de plus grandes embrouilles. Une enquête bien menée, une reconnaissance méritée, un statut trouvé et retrouvé, voilà notre Nicolas bien en chemin pour une carrière éblouissante et assumée. S'il y a moins de cuisine dans ce volume, elle est quand même bien présente et donc, pour mon plus grand plaisir voici la recette du jour, la tourte champenoise, avec une pointe d'accent alsacien, c'est encore mieux :-p «La viande est hachée et marinée au vin blanc. Ce plat-là, c'est champenois. Tu coupes du borc et du veau, et surtout tu ajoutes... Et la magie continue… C'est toujours le même bagout, c'est toujours la folle aventure pleine de rebondissements qui finalement n'est que la suite de celle terminée il y a peu. Faut dire que les deux affaires sont proches… En date mais pas en lieu ! Si l'une se tient principalement à Paris la deuxième prend ses aises à Versailles où l'ambiance n'est clairement pas la même. L'orgueil et l'insolence des Grands présagent déjà de la suite, la morgue de leurs serviteurs montre déjà le chemin vicieux qui sera parcouru, la solitude d'une favorite et la fatigue profonde d'un roi déjà bien abandonné nous mènent, si c'est possible, à de plus grandes embrouilles. Une enquête bien menée, une reconnaissance méritée, un statut trouvé et retrouvé, voilà notre Nicolas bien en chemin pour une carrière éblouissante et assumée. S'il y a moins de cuisine dans ce volume, elle est quand même bien présente et donc, pour mon plus grand plaisir voici la recette du jour, la tourte champenoise, avec une pointe d'accent alsacien, c'est encore mieux :-p «La viande est hachée et marinée au vin blanc. Ce plat-là, c'est champenois. Tu coupes du borc et du veau, et surtout tu ajoutes de la gorge pour le fondant. Tu fais tremper dans un bon vin rouge avec des épices, du sel, du poivre, deux jours, bas blus. Tu fais ta bâte. Tu ébonges ta viande. Tu étales le fond dans la tourtière avec la viande dessus, et tu couvres avec un rond de bâte à l'oeuf. Tu tiens au four deux bonnes heures. C'est meilleur tiède ou froid. On peut le faire aussi avec du labin sans désosser. Chez moi, on tirait au sort qui aurait la tête. Yo yo, c'était comme ça ! » Un tome un peu moins prenant que le précédent et ce n'est pas lié aux personnages déjà connus qui mènent bien la danse mais plutôt aux personnages secondaires qui sont nettement moins attachants et pour le coup plutôt antipathiques ;-) Au suivant maintenant pour une nouvelle aventure dont le titre, déjà, est alléchant !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bridgecastle Posté le 5 Mai 2020
    Moins épique que le premier tome, mais une suite sympathique tout de même. Une écriture fluide et facile, des personnages attachants et la découverte d'une autre époque, d'autres mœurs. J'y ai passé un bon moment.
  • PtitVincent Posté le 8 Octobre 2019
    Nicolas Le Floch est chargé d’enquêter sur le suicide du vicomte de Ruissec, retrouvé dans une chambre close, le visage défiguré par une arme à feu. Mais très rapidement, le jeune policier découvre que l’homme a été assassiné. Enquête délicate car les parents de la victime sont proches de la princesse Adélaïde. Et La Pompadour, favorite du roi vieillissante, fait venir à elle Nicolas Le Floch pour interférer dans l’enquête. D’autres visent très clairement les jésuites. En clair, les manœuvres à la cour de Versailles déteignent sur l’enquête de police. Qui se complexifie lorsque la comtesse de Ruissec, la mère de la première victime, est elle-même retrouvée morte au fond d’un puits, alors qu’elle voulait parler au commissaire. Au grand dam de son supérieur, Sartine, lieutenant général de la police, Nicolas Le Floch va fouiller dans les arcanes d’un pouvoir royal bien affaibli, notamment par la guerre de Sept Ans, ainsi que par les jésuites et les huguenots, écartés du pouvoir. Jean-François Parot nous fait revivre cette époque tourmentée avec vivacité, finesse et humour (sans oublier quelques recettes de cuisine au passage, pas très légères d’ailleurs). Ses personnages sont particulièrement attachants, de la cuisinière Catherine à La Pompadour, de l’inspecteur... Nicolas Le Floch est chargé d’enquêter sur le suicide du vicomte de Ruissec, retrouvé dans une chambre close, le visage défiguré par une arme à feu. Mais très rapidement, le jeune policier découvre que l’homme a été assassiné. Enquête délicate car les parents de la victime sont proches de la princesse Adélaïde. Et La Pompadour, favorite du roi vieillissante, fait venir à elle Nicolas Le Floch pour interférer dans l’enquête. D’autres visent très clairement les jésuites. En clair, les manœuvres à la cour de Versailles déteignent sur l’enquête de police. Qui se complexifie lorsque la comtesse de Ruissec, la mère de la première victime, est elle-même retrouvée morte au fond d’un puits, alors qu’elle voulait parler au commissaire. Au grand dam de son supérieur, Sartine, lieutenant général de la police, Nicolas Le Floch va fouiller dans les arcanes d’un pouvoir royal bien affaibli, notamment par la guerre de Sept Ans, ainsi que par les jésuites et les huguenots, écartés du pouvoir. Jean-François Parot nous fait revivre cette époque tourmentée avec vivacité, finesse et humour (sans oublier quelques recettes de cuisine au passage, pas très légères d’ailleurs). Ses personnages sont particulièrement attachants, de la cuisinière Catherine à La Pompadour, de l’inspecteur Bourdeau, l’assistant de Nicolas à M. de Saint-Florentin, ministre de la Maison du roi, entre autres. Le commissaire passe ainsi des bas-fonds de Paris à la cour de Versailles avec aisance, pour notre plus grand plaisir, celui de découvrir une époque révolue. Je regrette simplement que la résolution de l’énigme (ou plutôt devrais-je dire des énigmes) soit aussi alambiquée et donc peu crédible. Malgré tout, on a plaisir à lire les enquêtes de Nicolas Le Floch et ce petit bémol ne m’empêchera pas de m’attaquer à la troisième enquête du commissaire du roi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Maxime4369 Posté le 2 Juillet 2019
    Quel plaisir de retrouver Nicolas Le Floch ! Toujours aussi agréable de se plonger dans la langue et les descriptions de Monsieur Parot. L'enquête nous mène au cœur d'un complot dans le Versailles de Louis XV. Je recommande !
Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.