Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264074157
Code sériel : 5404
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Madame Einstein

Valérie BOURGEOIS (Traducteur)
Date de parution : 21/02/2019
Le génie derrière le génie
Albert Einstein n'est qu'un étudiant farfelu quand Mileva Marić, brillante Serbe désireuse de vivre de sa passion pour la science, le rencontre sur les bancs de l'université de Zurich, en 1896. Unis par la même ferveur intellectuelle, les deux époux traversent les péripéties de l'amour – grossesse illégitime, mariage en... Albert Einstein n'est qu'un étudiant farfelu quand Mileva Marić, brillante Serbe désireuse de vivre de sa passion pour la science, le rencontre sur les bancs de l'université de Zurich, en 1896. Unis par la même ferveur intellectuelle, les deux époux traversent les péripéties de l'amour – grossesse illégitime, mariage en catastrophe, perte d'un enfant – tout en élaborant ensemble leur pensée scientifique. Mais y a-t-il de la place pour deux génies dans un même couple ? Il faudra attendre 1980 pour que le rôle de Mileva dans l'élaboration de la pensée de la relativité soit exhumé. Lumière sur la première femme, la muse et la victime du grand Albert Einstein.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264074157
Code sériel : 5404
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Francedewepion Posté le 3 Janvier 2020
    Avant ce livre, je ne connaissais pas Milena Maric. Quelle découverte même si j'ai conscience que c'est un roman. Toutes les précautions oratoires de l'auteure à la fin du récit nous permettent cependant de se faire une idée de cette scientifique qui aurait pu être la Marie Curie de la physique et de la mathématique. Einstein me déçoit énormément . Je le citais volontiers l'an passé lorsque j'ai accepté ma mise à la retraite d'office dans la fonction publique belge ! Je faisais mienne cette citation : "Ne fais rien contre ta conscience même si c'est l'Etat qui te le demande". Evidemment ce fut un grand scientifique, je ne le nie pas. Mais quel goujat ! J'ai été captivée par ce roman ! L'auteure décrit finement le côté psychologique et (in-)humain des protagonistes; de même que la société de l'époque. Et je suis même arrivée à le faire lire à l'une de mes filles qui habituellement ne lit pas de roman. Elle est ingénieur civil-architecte , et au long de ses études à l'Université elle a étudié de la physique et de la mathématique, elle a donc "accroché" très rapidement!
  • cvd64 Posté le 22 Décembre 2019
    l'histoire d'une femme hors norme à une époque où il était compliqué de faire des études, voyager, être libre de ses choix racontée par une autre femme. Peu de nouveaux éléments si on est intéressé voir passionné par Einstein (l'auteure le dit elle-même elle ne connaissait pas ce pan de la vie d'Albert Einstein) ce qui n'enlève rien au parcours de la future Mme Einstein ; ce roman permet de redécouvrir la femme, la muse voire plus qu'était Dollie pour Johnny à savoir Mileva pour Albert .
  • Sicily Posté le 11 Décembre 2019
    Très belle lecture. Ce roman m'a permis de découvrir la femme du scientifique Albert Einstein. L'attitude méprisante de cet homme m'a amenée à chercher si toute cette histoire était vraie. Évidemment c'est romancé, mais il semble que la contribution de cette brillante femme aux découvertes d'Einstein a été largement ignorée et minimisée. Ça m'a scandalisée. En tout cas je suis ravie d'avoir lu ce livre qui la réhabilite enfin!
  • kateginger63 Posté le 2 Décembre 2019
    Femme de sciences de l'ombre * Une biographie romancée de la première épouse du célèbre physicien Albert Einstein. Jusqu'à ce jour, je n'avais jamais entendu parler de Mileva Maric. En Serbie comme dans le reste de l'Europe au début du 20eme siècle, les jeunes filles ne sont pas encore légion dans les facultés. Mileva, chanceuse, douée en mathématiques et physique, intégrera l'université de Zurich en Suisse. Elle fait la connaissance de Monsieur Einstein, jeune étudiant un peu rêveur. Ensemble ils mèneront une vie de bohème, découvriront la relativité et se marieront. C'est la partie la plus heureuse. Mais je ne vous spoilerait pas les côtés tragiques et malheureux de ce couple maudit. * A travers cette biographie, on découvre l'envers de la vie fantasmée d'un scientifique reconnu mondialement. Et ce n'est pas joli-joli. Bien sûr, je me suis informée par ailleurs et dans les grandes lignes, cette histoire est avérée. L'attitude d'Albert Einstein m'a outrée, scandalisée, rendue furieuse. Son comportement a été inadmissible vis à vis de sa femme. Il faut bien sûr mettre les choses en perspective: la condition féminine n'a pas été la même 1 siècle plus tôt. * Malgré une écriture fluide, j'ai été lassée par le surplus d'informations scientifiques (notamment en physique). * Un roman... Femme de sciences de l'ombre * Une biographie romancée de la première épouse du célèbre physicien Albert Einstein. Jusqu'à ce jour, je n'avais jamais entendu parler de Mileva Maric. En Serbie comme dans le reste de l'Europe au début du 20eme siècle, les jeunes filles ne sont pas encore légion dans les facultés. Mileva, chanceuse, douée en mathématiques et physique, intégrera l'université de Zurich en Suisse. Elle fait la connaissance de Monsieur Einstein, jeune étudiant un peu rêveur. Ensemble ils mèneront une vie de bohème, découvriront la relativité et se marieront. C'est la partie la plus heureuse. Mais je ne vous spoilerait pas les côtés tragiques et malheureux de ce couple maudit. * A travers cette biographie, on découvre l'envers de la vie fantasmée d'un scientifique reconnu mondialement. Et ce n'est pas joli-joli. Bien sûr, je me suis informée par ailleurs et dans les grandes lignes, cette histoire est avérée. L'attitude d'Albert Einstein m'a outrée, scandalisée, rendue furieuse. Son comportement a été inadmissible vis à vis de sa femme. Il faut bien sûr mettre les choses en perspective: la condition féminine n'a pas été la même 1 siècle plus tôt. * Malgré une écriture fluide, j'ai été lassée par le surplus d'informations scientifiques (notamment en physique). * Un roman instructif sur cette part d'ombre qui a mis madame Einstein en lumière (enfin!)
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lildrille Posté le 27 Octobre 2019
    Je publie des chroniques littéraires sur lavisqteam.fr et celle de ce roman est présente au lien suivant : http://www.lavisqteam.fr/?p=35072 J'ai mis la note de : 18/20 Mon avis : Madame Einstein est un livre étonnant qui nous fait voyager à travers le temps. L’époque fin XIXe – début XXe est bien mise en scène et on s’y plonge avec plaisir. Le mode de vie ne diffère pas tant que cela du nôtre, si ce n’est que la condition féminine est bien plus terrible et plus soumise à l’autorité masculine. Même si l’on sait très bien que les femmes avaient moins de droit que maintenant il y a à peine quelques dizaines d’années, cela fait tout de même étrange de lire que les femmes ne pouvaient pas vraiment faire d’études ou qu’elles étaient presque forcées d’être mère au foyer. La première femme d’Einstein fait partie de ces femmes fortes dont on ne sait pas grand-chose et qui ont essayé de faire fi de ces idées pour être celles qu’elles voulaient être. Une autre femme de sciences, cette fois-ci bien connue, apparaît vers la fin du livre. Marie Curie y tient un rôle important et son apparition laisse place à un passage qui apporte une... Je publie des chroniques littéraires sur lavisqteam.fr et celle de ce roman est présente au lien suivant : http://www.lavisqteam.fr/?p=35072 J'ai mis la note de : 18/20 Mon avis : Madame Einstein est un livre étonnant qui nous fait voyager à travers le temps. L’époque fin XIXe – début XXe est bien mise en scène et on s’y plonge avec plaisir. Le mode de vie ne diffère pas tant que cela du nôtre, si ce n’est que la condition féminine est bien plus terrible et plus soumise à l’autorité masculine. Même si l’on sait très bien que les femmes avaient moins de droit que maintenant il y a à peine quelques dizaines d’années, cela fait tout de même étrange de lire que les femmes ne pouvaient pas vraiment faire d’études ou qu’elles étaient presque forcées d’être mère au foyer. La première femme d’Einstein fait partie de ces femmes fortes dont on ne sait pas grand-chose et qui ont essayé de faire fi de ces idées pour être celles qu’elles voulaient être. Une autre femme de sciences, cette fois-ci bien connue, apparaît vers la fin du livre. Marie Curie y tient un rôle important et son apparition laisse place à un passage qui apporte une vraie bouffée d’oxygène et surtout de l’espoir pour l’héroïne qui s’était perdue en chemin. La lecture de ce roman est éprouvante lorsque l’on s’attache au personnage. Et ne pas s’y attacher est difficile puisque tout est fait pour cela. Mileva Maric est une personne au talent génial qui rêve de marquer l’histoire de la physique par ses recherches et découvertes. Jeune, elle n’avait pas beaucoup d’amis et son envie de faire des sciences la distinguait de la quasi totalité des autres filles qui finissaient par la rejeter. Les multiples flash-backs sur la jeunesse de la jeune femme sont bien faits et ne dérangent pas la lecture comme le rythme de l’histoire. On aime en apprendre plus sur elle et ses passions. C’est en Suisse qu’elle trouve enfin des personnes à qui se fier, au sein d’une communauté exclusivement de jeunes filles qui elles aussi ont l’ambition de faire des études. Leur amitié ne fait que grandir au fil des pages et s’épanouit. Le lecteur est ravi de cette atmosphère qui laisse à Mileva le loisir d’étudier et de ne pas se faire mal juger pour cela. La Suisse était alors un pays plus ouvert que d’autres, même s’il fallut à Mileva un caractère combatif pour essuyer tous les sous-entendus et insultes échangés à son égard. C’est également en Suisse qu’elle fit la rencontre du futur ô combien célèbre physicien Albert Einstein. Et cette rencontre bouleversa sa vie. Ce roman, tant et si bien que l’on s’attache à l’héroïne, nous fait détester cet homme. En effet, Albert Einstein finit par devenir excentrique au possible, allant jusqu’à retirer le nom de sa femme de leurs publications et se donnant ainsi tous les mérites. Au fil de la lecture, on s’aperçoit que le physicien vit dans un monde complètement à part et que les relations sociales comme amoureuses restent un mystère pour lui. Tel un Sheldon Cooper (de la série télévisée The Big Bang Theory), Monsieur Einstein nous montre l’image d’un sans-cœur, d’un égoïste et d’un enfant gâté. Ce personnage que l’on apprécie d’abord beaucoup, finit par nous devenir irritable. La seconde moitié du livre est vraiment désagréable à lire, tant on sent que Mileva perd de sa combativité et de l’estime de soi. Le ton est plus sombre, l’atmosphère plus pesante et les mots plus durs. Le lecteur ne souhaite alors plus qu’une chose : que la jeune femme réponde à son mari et qu’elle redevienne celle que l’on a connue dès les premières pages du livre. Une femme ambitieuse qui désire être autre chose qu’une mère de famille et une mère au foyer mal aimée. Toute l’intrigue autour de leur première fille est complexe et met en avant les défauts de la société de l’époque, qui peuvent paraître stupides. Mileva souffre beaucoup et le lecteur avec elle. Le thème des études et de la physique est ainsi mis à l’écart un bon moment. La relation d’Albert et Mileva est mise en avant et les premiers mois d’idylle du couple sont vraiment adorables, jusqu’à dériver et prendre des proportions abominables. L’auteure manie les sentiments, aussi bien positifs que négatifs, à la perfection. L’écriture est belle et en accord avec l’époque décrite. Les mots utilisés, la construction choisie et les expressions citées nous plongent dans cet univers pas si lointain et dans tous ces pays que l’on ne connaît pas forcément. Le travail de recherche est fascinant et on en apprend beaucoup. Marie Benedict nous offre un roman historique de qualité. La fin du livre est également intéressante car l’auteure y explique son travail et ce qui tient ou non de la romance. Cette critique n’en dira pas davantage pour ne pas gâcher la lecture. Les explications scientifiques sont multiples et parfois un peu poussées, voire difficiles à comprendre pour des personnes qui ne sont pas du domaine. La lecture n’en est pourtant pas gênante. La relativité est bien évidemment mise à l’honneur, ainsi que les prémisses et évolutions de cette idée. Ce livre est incroyable tant dans sa description de l’époque que de celle de la relation entre Mileva et Albert. Telle une psychologie de couple, la lecture de ce roman nous fait bien comprendre que la communication est un élément essentiel au maintien sain d’une relation. A la fois déçu par les réactions de Mileva, et excédé par celles d’Albert, le lecteur est pris au piège de rouages qui ne cessent de se complexifier. Albert Einstein perd quelque peu de sa superbe, comme le monde du début du XXe siècle auquel il est difficile d’envier les conditions de vie.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…