Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264024848
Code sériel : 776
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Martin Eden

Claude CENDRÉE (Traducteur), FRANCIS LACASSIN (Préface)
Date de parution : 14/02/1997

Martin Eden, le chef-d'œuvre de Jack London, passe pour son autobiographie romancée. Il s'en est défendu. Pourtant, entre l'auteur et le héros, il y a plus d'une ressemblance : Martin Eden, bourlingueur et bagarreur issu des bas-fonds, troque l’aventure pour la littérature, par amour et par génie. Mais sa chute...

Martin Eden, le chef-d'œuvre de Jack London, passe pour son autobiographie romancée. Il s'en est défendu. Pourtant, entre l'auteur et le héros, il y a plus d'une ressemblance : Martin Eden, bourlingueur et bagarreur issu des bas-fonds, troque l’aventure pour la littérature, par amour et par génie. Mais sa chute sera à la mesure de son ascension vers le succès : vertigineuse et tragique…

« Jack London fait toujours rêver. »
Christophe Mercier, Le Point

Traduit de l'anglais (États-Unis)
par Claude Cendrée

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264024848
Code sériel : 776
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ArlieRose Posté le 9 Septembre 2020
    Il y avait longtemps que je voulais relire "Martin Eden", lu dans ma jeunesse et complètement oublié. Le style est fluide, j'ai tourné les pages avec grand plaisir. Je ne saurais trop recommander cette édition Libretto, sans vouloir critiquer les autres puisque c'est la seule que j'ai lue. Les personnages sont décrits avec réalisme. Je me suis vraiment vue en Californie au début du vingtième siècle, côtoyant ces gens de milieux très divers. Le personnage de Martin Eden est très réel, on a envie de dialoguer avec lui. Beaucoup de sujets de société sont abordés, c'est très intéressant et jamais ennuyeux. L'histoire est captivante et les pages se tournent toutes seules. En bref, un très bon moment de lecture.
  • Cath_perrin Posté le 7 Septembre 2020
    Martin Eden est né dans les quartiers pauvres d’Oakland au début du siècle dernier. Lorsqu’il rencontre Ruth, il est immédiatement fasciné. Pour être digne d’elle, il se met à étudier, en solitaire. Il pense que reprendre des études le ralentirait. Il a raison, il a des capacités exceptionnelles. Il décide d’écrire, mais le succès tarde à venir, ses œuvres lui sont renvoyées, une à une, par tous les magazines. Pour essayer de gagner un peu d’argent, il travaille dans une blanchisserie, l’occasion pour le narrateur de décrire les conditions de travail de l’époque. La confrontation entre Martin et la famille bourgeoise de Ruth est poignante, mais le livre est très sombre.
  • LamiaArt Posté le 2 Septembre 2020
    J’ai été éprise de ce chef-d’œuvre.
  • JeanPierreTisserand Posté le 13 Août 2020
    Bien qu’il ait affirmé le contraire, force est de constater qu’il existe de nombreux points communs entre Martin Eden et Jack London son auteur, dans leur existence et dans leur conception de la vie. Autodidactes possédant un esprit aventureux et anticonformiste, bagarreurs, amateurs de boissons et de jolies femmes, désireux de s’élever dans l’échelle sociale, au risque d’y perdre leur intégrité, en quête du véritable amour, cette traversée douloureuse aboutira dans les deux cas, à un désenchantement et à une fin tragique. Cependant si dans ce livre, l’épopée est intense et relativement brève dans le temps, elle s’accompagne d’une vitalité hors normes et d’une connaissance de l’humain tout à fait remarquable, tout comme le style de l’auteur, qui ont fait de ce roman d’aventures un grand classique au succès jamais démenti. Roman d’apprentissage, cet ouvrage révèle une très belle écriture, les personnages sont admirablement décrits, de même la société que l’auteur connait bien, et dont il donne une description saisissante. Livre clef dans l’ oeuvre de Jack London, on y décèle l’énergie, le courage, la générosité d’un être doté d’une grande humanité, que la vie n’a pas épargné, en lutte contre un monde souvent hostile mais également contre lui-même, probablement. Un... Bien qu’il ait affirmé le contraire, force est de constater qu’il existe de nombreux points communs entre Martin Eden et Jack London son auteur, dans leur existence et dans leur conception de la vie. Autodidactes possédant un esprit aventureux et anticonformiste, bagarreurs, amateurs de boissons et de jolies femmes, désireux de s’élever dans l’échelle sociale, au risque d’y perdre leur intégrité, en quête du véritable amour, cette traversée douloureuse aboutira dans les deux cas, à un désenchantement et à une fin tragique. Cependant si dans ce livre, l’épopée est intense et relativement brève dans le temps, elle s’accompagne d’une vitalité hors normes et d’une connaissance de l’humain tout à fait remarquable, tout comme le style de l’auteur, qui ont fait de ce roman d’aventures un grand classique au succès jamais démenti. Roman d’apprentissage, cet ouvrage révèle une très belle écriture, les personnages sont admirablement décrits, de même la société que l’auteur connait bien, et dont il donne une description saisissante. Livre clef dans l’ oeuvre de Jack London, on y décèle l’énergie, le courage, la générosité d’un être doté d’une grande humanité, que la vie n’a pas épargné, en lutte contre un monde souvent hostile mais également contre lui-même, probablement. Un oeuvre attachante aux multiples facettes, qui a su toucher des sensibilités très différentes depuis sa création.
    Lire la suite
    En lire moins
  • natpiment Posté le 2 Août 2020
    Je viens de finir Martin Eden et je suis complètement subjuguée et boulversée par le style et l'histoire. Une grande oeuvre romanesque , c'est le moindre des adjectifs qu'on peut attribuer à un tel roman. J'ai toujours aimé Jack London mais là, je suis soufflée... L'histoire, vous la lirez partout, celle de Martin, jeune marin qui s'éprend de Ruth et de savoirs, et qui veut se hisser hors de sa condition en devenant écrivain, pour être digne de Ruth et de son milieu social. Après une période d'initiation et d'instruction qui révèle l'intelligence supérieure de Martin, vient la période de l'écriture, de rage dans l'écriture pour être plus précis, et la longue désillusion de la non-reconnaissance de sa force et son talent, avant l'explosion du succès. Martin Eden parle beaucoup de littérature bien sûr, et comment ne pas y voir le parcours même de l'auteur, bien que je connaisse peu la biographie de Jack London lui même. La quête de la reconnaissance va bien plus loin que le cercle du livre et pose des interrogations sur ce que nous cherchons chacun au fond de nous . Cela parle comme beaucoup de livres, de London, de classes sociales, de la bourgeoisie miroitante... Je viens de finir Martin Eden et je suis complètement subjuguée et boulversée par le style et l'histoire. Une grande oeuvre romanesque , c'est le moindre des adjectifs qu'on peut attribuer à un tel roman. J'ai toujours aimé Jack London mais là, je suis soufflée... L'histoire, vous la lirez partout, celle de Martin, jeune marin qui s'éprend de Ruth et de savoirs, et qui veut se hisser hors de sa condition en devenant écrivain, pour être digne de Ruth et de son milieu social. Après une période d'initiation et d'instruction qui révèle l'intelligence supérieure de Martin, vient la période de l'écriture, de rage dans l'écriture pour être plus précis, et la longue désillusion de la non-reconnaissance de sa force et son talent, avant l'explosion du succès. Martin Eden parle beaucoup de littérature bien sûr, et comment ne pas y voir le parcours même de l'auteur, bien que je connaisse peu la biographie de Jack London lui même. La quête de la reconnaissance va bien plus loin que le cercle du livre et pose des interrogations sur ce que nous cherchons chacun au fond de nous . Cela parle comme beaucoup de livres, de London, de classes sociales, de la bourgeoisie miroitante mais étriquée, qui fait plier ce qui peut la déranger, qui reproduit des modèles bienséants, captiver par la réussite au détriment de l'importance de l'homme en temps que personne. Evidemment, on y parle de socialisme , ne serait -ce qu'en critiquant cette bourgeoisie figée ou avec des personnages secondaires, comme Maria, Joe ou Gertrude, ouvrier.es , se tuant à la besogne pour joindre les deux bouts mais plein de bien plus d'humanité que le coeur sec des bourgeois. Toute la partie romantique m'a un peu gavée, cet amour aveuglant pour Ruth la pure,l'évanescente, trop empêtrée de le carcan de son rôle de jeune fille bien née qui attend le mari idéal, bonne situation, bonne éducation, qui lui donnera une belle famille. L'Amour, moteur de Martin, de sa fureur d'écrire avant d'être l'objet de sa déchéance....Un grand livre !
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…