Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264049063
Code sériel : 4187
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm
Mille soleils splendides
Date de parution : 08/01/2009
Éditeurs :
10/18

Mille soleils splendides

Date de parution : 08/01/2009

À Kaboul, Mariam endure un mariage contraint avec un homme violent. L’arrivée de la jeune Laila sous son toit est une épreuve de plus. Mais, entre ces femmes que tout oppose,...

À Kaboul, Mariam endure un mariage contraint avec un homme violent. L’arrivée de la jeune Laila sous son toit est une épreuve de plus. Mais, entre ces femmes que tout oppose, la rivalité va bientôt faire place à une indéfectible amitié… Et à l’espoir d’une autre vie. Par l’auteur des Cerfs-Volants...

À Kaboul, Mariam endure un mariage contraint avec un homme violent. L’arrivée de la jeune Laila sous son toit est une épreuve de plus. Mais, entre ces femmes que tout oppose, la rivalité va bientôt faire place à une indéfectible amitié… Et à l’espoir d’une autre vie. Par l’auteur des Cerfs-Volants de Kaboul, un chant d’amour poignant pour l’Afghanistan, déchirée par la barbarie.

« Khaled Hosseini convoque des sentiments universels. […] En hommage à ce peuple courageux qui prend appui sur ses drames pour se relever. »
Jeanne de Ménibus, Le Figaro

Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Valérie Bourgeois

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264049063
Code sériel : 4187
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Etsionbouquinait 05/07/2022
    Cela fait déjà quelques années que j’ai lu le roman Les cerfs-volants de Kaboul, qui m’avait vraiment bouleversée – Khaled Hosseini y racontait l’histoire de deux garçons afghans, issus chacun d’une strate différente de la société. Me rappelant à quel point l’auteur m’avait alors fait pleurer, c’est donc avec une certaine fébrilité que je me suis mise à lire son deuxième roman Mille soleils splendides. Qui plus est, il y a quelques semaines, j’ai lu par hasard sur un forum le témoignage d’une femme qui avait été maltraitée durant son enfance et qui mentionnait Mariam comme étant son héroïne littéraire préférée, car elle lui trouvait beaucoup de points communs avec elle. Un fait qui a rendu ma lecture encore plus douloureuse… Khaled Hosseini donne donc la voix à deux femmes – Mariam et Laila. Au départ, rien ne les rapproche ; je pense même que dans des conditions normales, elles ne seraient jamais devenues amies, elle ne se seraient probablement jamais adressées la parole. Mariam est une harami, une enfant illégitime, qui vit avec sa mère dans une cabane minuscule et isolée. Une fois par semaine, elle reçoit la visite de son père qu’elle adore – elle guette son arrivée, angoisse déjà... Cela fait déjà quelques années que j’ai lu le roman Les cerfs-volants de Kaboul, qui m’avait vraiment bouleversée – Khaled Hosseini y racontait l’histoire de deux garçons afghans, issus chacun d’une strate différente de la société. Me rappelant à quel point l’auteur m’avait alors fait pleurer, c’est donc avec une certaine fébrilité que je me suis mise à lire son deuxième roman Mille soleils splendides. Qui plus est, il y a quelques semaines, j’ai lu par hasard sur un forum le témoignage d’une femme qui avait été maltraitée durant son enfance et qui mentionnait Mariam comme étant son héroïne littéraire préférée, car elle lui trouvait beaucoup de points communs avec elle. Un fait qui a rendu ma lecture encore plus douloureuse… Khaled Hosseini donne donc la voix à deux femmes – Mariam et Laila. Au départ, rien ne les rapproche ; je pense même que dans des conditions normales, elles ne seraient jamais devenues amies, elle ne se seraient probablement jamais adressées la parole. Mariam est une harami, une enfant illégitime, qui vit avec sa mère dans une cabane minuscule et isolée. Une fois par semaine, elle reçoit la visite de son père qu’elle adore – elle guette son arrivée, angoisse déjà quelques jours auparavant, se demande s’il va venir ? Entre temps, elle est sans cesse rabaissée par sa propre mère, malade et humiliée car rejetée autrefois par cet homme riche, et expédiée loin des regards des autres. Le destin de Mariam bascule lorsqu’elle est mariée à un veuf dont elle fait la connaissance le jour même de leur mariage et qu’elle doit quelques heures après suivre à Kaboul. Rachid, son mari, sait se maîtriser seulement quand il y voit un but pour lui ; ainsi, quand Mariam n’arrive pas à lui donner un fils, il se révèle colérique, cruel, sans aucun respect envers sa femme. En même temps, on suit le destin de Laila, une jeune fille issue d’une bonne famille, où le père (professeur) souhaite avant tout que sa fille fasse des études. Mais des événements tragiques vont frapper cette famille heureuse et mettre la vie de Laila sens dessus-dessous. Derrière ces histoires personnelles, on voit défiler la grande histoire qui n’épargne pas vraiment le peuple afghan. C’est le véritable atout des romans de Khaled Hosseini – sa capacité de nous faire percevoir ce monde lointain. On assiste à des coups d’Etats, l’invasion soviétique qui marque la fin d’une certaine stabilité du pays, l’arrivée des Talibans… Grâce aux personnages, on peut s’apercevoir quel était l’impact de ces différents régimes sur les gens ordinaires et notamment sur la condition des femmes – la libéralisation de leur position dans la société sous le régime communiste et puis la descente dans les ténèbres après l’arrivée des Talibans et leurs règles strictes pour les femmes (interdiction de dévoiler le visage, de travailler, d’aller à l’école, de parler sans en recevoir la demande, de rire en public…). N’oublions pas les incessants combats, bombardements et actes terroristes (dont le nombre de victimes civiles est difficile à estimer) qui ont provoqué l’exil de millions d’Afghans, ce qui fait triste écho avec les vagues de réfugiés fuyant la guerre en ce moment… L’auteur a travaillé pour le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés et ajoute quelques chiffres sur ce sujet à la fin du livre. Une histoire forte, certes, mais j’ai au final une préférence pour Les cerfs-volants de Kaboul – je ne saurais vous dire si c’est lié à la traduction (je l’ai alors lu en allemand) ou à l’histoire (j’ai suivi l’histoire de Mariam d’une façon légèrement détachée, ce qui me surprend un peu, hormis la fin – très touchante – où le malheur de son existence devient palpable). Ceci dit, je vous conseille sans hésitation les deux livres. Ils constituent un excellent point de départ pour ceux qui aimerait mieux comprendre l’histoire de l’Afghanistan.
    Lire la suite
    En lire moins
  • pollylit 05/07/2022
    Mariam est une "harami" la fille illégitime d'un riche afghan qui a déjà 3 femmes. Élevée par sa mère en marge de la société dans une minuscule cabane à l'extérieur de la ville elle idolâtre ce père dont elle ne voit que les bons côtés. Sa vie bascule lorsqu'il la marie de force à un homme violent qui vit à Kaboul, à l'autre bout du pays. Près de sa nouvelle demeure vit la petite Laila, son père est professeur et ses frères sont partis faire le Djihad. Sa vie se résume à l'école avec ses amies et sa complicité avec Tariq, son meilleur ami ! Une enfance plutôt insouciante jusqu'à ce que les bombes commencent à pleuvoir sur la ville.... Les 2 femmes sont devoir cohabiter pour tenter de survivre aux pires atrocités.... Un livre incroyable qui démontre une fois de plus que l'on peut trouver en nous la force pour se relever des pires atrocités et que l'amour peut aider à panser les plaies les plus profondes. Dans un monde où il vaut mieux être un animal qu'une femme l'espoir et la détermination sont des forces redoutables. A travers ce livre nous suivons la situation politique de l'Afghanistan des années 50 à... Mariam est une "harami" la fille illégitime d'un riche afghan qui a déjà 3 femmes. Élevée par sa mère en marge de la société dans une minuscule cabane à l'extérieur de la ville elle idolâtre ce père dont elle ne voit que les bons côtés. Sa vie bascule lorsqu'il la marie de force à un homme violent qui vit à Kaboul, à l'autre bout du pays. Près de sa nouvelle demeure vit la petite Laila, son père est professeur et ses frères sont partis faire le Djihad. Sa vie se résume à l'école avec ses amies et sa complicité avec Tariq, son meilleur ami ! Une enfance plutôt insouciante jusqu'à ce que les bombes commencent à pleuvoir sur la ville.... Les 2 femmes sont devoir cohabiter pour tenter de survivre aux pires atrocités.... Un livre incroyable qui démontre une fois de plus que l'on peut trouver en nous la force pour se relever des pires atrocités et que l'amour peut aider à panser les plaies les plus profondes. Dans un monde où il vaut mieux être un animal qu'une femme l'espoir et la détermination sont des forces redoutables. A travers ce livre nous suivons la situation politique de l'Afghanistan des années 50 à 2003 et toutes les atrocités que subit le peuple à chaque changement, les soviétiques, les moudjahidines, les Talibans, les américains... qd on y ajoute les événements des dernières années... une couche de plus d'horreurs, de morts et dévastation... quelle tristesse ! Et vous, vous connaissez cet auteur ? Ca vous tente ??
    Lire la suite
    En lire moins
  • mireine 21/06/2022
    Je vous conseille de lire ce livre que j'ai lu d'un trait ou presque. Vous n'écouterez plus les infos concernant l'Afghanistan sans penser à ces deux femmes afghanes. Vous allez vivre à Kaboul avec elles. Je ne vous raconterais rien de plus. Lisez ce livre. Mireine
  • Ladybirdy 19/06/2022
    Ce roman mille fois récompensé et plébiscité de la littérature afghane ne m’aura qu’à moitié séduite. Je me faisais pourtant une joie. Divisé en quatre partie, au-delà de l’histoire de deux jeunes filles afghanes Laila et Mariam, c’est surtout l’histoire de tout un pays sur plusieurs années que nous relate Khaled Hosseini dans Mille soleils splendides. L’Afghanistan. Ses guerres, son histoire, sa religion, ses us et coutumes. Cette vision tellement archaïque et offensante de la femme. Que l’on marie comme une chèvre à n’importe qui, et ce, à peine sortie de l’enfance, qu’on tabasse pour un oui pour un non, à qui on refuse toute liberté, tout enseignement. Si je pensais à la lecture de la première partie me diriger vers un coup de coeur avec l’histoire de la petite Mariam, élevée par sa mère loin de tout, vouant pourtant un amour incommensurable pour ce père qu’elle ne voit qu’épisodiquement. Puis arrivent les tensions politiques, les coups d’état, les bombes et la barbarie. Toute cette partie historique avec des termes arabes, des noms de dirigeants à la pelle m’a perdue. Les passionnés d’histoire seront certainement aux anges mais de mon côté, tous ces événements historiques afghans autour de Kaboul ont... Ce roman mille fois récompensé et plébiscité de la littérature afghane ne m’aura qu’à moitié séduite. Je me faisais pourtant une joie. Divisé en quatre partie, au-delà de l’histoire de deux jeunes filles afghanes Laila et Mariam, c’est surtout l’histoire de tout un pays sur plusieurs années que nous relate Khaled Hosseini dans Mille soleils splendides. L’Afghanistan. Ses guerres, son histoire, sa religion, ses us et coutumes. Cette vision tellement archaïque et offensante de la femme. Que l’on marie comme une chèvre à n’importe qui, et ce, à peine sortie de l’enfance, qu’on tabasse pour un oui pour un non, à qui on refuse toute liberté, tout enseignement. Si je pensais à la lecture de la première partie me diriger vers un coup de coeur avec l’histoire de la petite Mariam, élevée par sa mère loin de tout, vouant pourtant un amour incommensurable pour ce père qu’elle ne voit qu’épisodiquement. Puis arrivent les tensions politiques, les coups d’état, les bombes et la barbarie. Toute cette partie historique avec des termes arabes, des noms de dirigeants à la pelle m’a perdue. Les passionnés d’histoire seront certainement aux anges mais de mon côté, tous ces événements historiques afghans autour de Kaboul ont davantage boudé mon plaisir de lecture. Malgré les deux héroïnes qui prennent de la place et de la force au fil de l’histoire, je suis restée à distance d’elles. Mon cœur n’a pas saigné devant la liste non exhaustive d’horreurs qu’elles subissent. L’écriture, peut-être trop virile, peut-être trop clinique ne m’a que peu convaincue. Ça n’en reste pas moins un livre qui se lit avec entrain et à découvrir ne fut-ce que par mémoire pour ce pays marqué par l’horreur des années durants.
    Lire la suite
    En lire moins
  • nimp 12/06/2022
    Il est très bien écrit, il nous fait voyager en Afghanistan et m'a appris beaucoup de choses sur l'histoire du pays de 1959 à 2003, et j'aime les romans qui m'apportent en plus un peu de culture. C'est l'histoire de deux femmes afghanes, réunies par le destin et qui essayent de vivre leur vie de femme comme elles le peuvent, Mariam résignée sur son sort et Leila au contraire décidée à ne pas être juste une femme battue et soumise. Le livre est toutefois assez dur, parce qu'il est si bien détaillé en moments politiques, changements de pouvoir, qu'il en devient vraiment réel, surtout qu'on se doute que si les personnages sont fictifs, le sort réservé aux femmes et aux civils n'est pas imaginaire. Il est aussi très actuel (Kaboul était, sous l'emprise des talibans, soumis à la charia pure et dure. On découvre également les camps de réfugiés, les afghans qui cherchent à fuir le pays alors même que les pays voisins refusent désormais les immigrés, etc.) Je le recommande vivement, vraiment. Même si vous n'aurez pas dans les mains un livre drôle, ça c'est sûr.
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…