Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221260982
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 208
Format : 122 x 182 mm
Nos âmes la nuit
François Busnel (préface de), Anouk Neuhoff (traduit par)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 10/03/2022
Éditeurs :
Robert Laffont

Nos âmes la nuit

François Busnel (préface de), Anouk Neuhoff (traduit par)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 10/03/2022
« Difficile de ne pas terminer sa lecture les yeux rougis, la gorge serrée. Un grand livre qu’on n’oubliera pas de sitôt. » Lire
Préface inédite de François Busnel

« Nos âmes la nuit est l’un des plus beaux livres sur les blessures de l’âge et les affres du vieillissement, les amours renaissantes, le courage de vivre libre. C’est...

« Nos âmes la nuit est l’un des plus beaux livres sur les blessures de l’âge et les affres du vieillissement, les amours renaissantes, le courage de vivre libre. C’est l’histoire de deux solitudes qui se rencontrent. Un homme et une femme glissent dans l’existence sans que rien ne leur...

« Nos âmes la nuit est l’un des plus beaux livres sur les blessures de l’âge et les affres du vieillissement, les amours renaissantes, le courage de vivre libre. C’est l’histoire de deux solitudes qui se rencontrent. Un homme et une femme glissent dans l’existence sans que rien ne leur arrive et, soudain, se rapprochent. Peut-être parce qu’ils n’ont pas encore eu leur ration d’imprévu. Un jour, Addie, soixante-dix printemps, veuve depuis longtemps, frappe à la porte de l’un de ses voisins, Louis, veuf lui aussi. Accepterait-il de passer la nuit avec elle, de temps à autre, simplement pour parler ? Rien d’autre. Oui, c’est sans doute la plus extravagante proposition que l’on puisse faire. Car il ne s’agit pas de sexe mais seulement de passer le cap des nuits, d’échapper à l’angoisse des ténèbres. En parlant. En se tenant la main. »
François Busnel

Hymne à la tendresse et à la liberté parcouru d’un grand vent d’humour, Nos âmes la nuit est l’oeuvre qui a fait connaître Kent Haruf au grand public, quelques mois après sa mort. Ce livre-testament est aujourd’hui un film événement sur Netflix, avec Robert Redford et Jane Fonda dans les rôles principaux.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221260982
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 208
Format : 122 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Kay13 Posté le 4 Juin 2022
    Nos âmes la nuit, Kent Haruf Un jour, Addie, 70 printemps et quelques broutilles, se présente à la porte de Louis pour lui proposer un drôle de marché : et si, certains soirs, ils se retrouvaient pour passer la nuit ensemble, simplement à parler ? Addie et Louis, tout deux veufs, décident alors de tromper ensemble leurs solitudes. Étendus dans le noir, la main rassurante de l’autre dans la sienne, dans cette chaleur du corps de l’autre, ils peupleront leurs nuits des milles choses qui ont fait leur vie et créeront une intimité pleine d’amour. Car oui, ce roman, s’il parle de solitude et du temps qui passe, nous rend spectateur de cette rencontre et surtout de l’amour de deux personnes au soir de leur vie. L’amour n’a pas d’âge dit-on… ce roman nous le rappelle avec tendresse et émerveillement. Un très joli court roman.
  • lecoindesmots Posté le 31 Mai 2022
    À la nuit tombée, la solitude se fait pesante pour Addie. La chaleur d’un corps à côté du sien sous les draps, les paroles murmurées dans la pénombre, la sécurité enveloppante de ne pas être seule face à l’éclatante noirceur de la nuit, avec ses bruits si atypiques et effrayants. Alors, Addie prend son courage à deux mains et frappe à la porte de Louis, son voisin du même âge, veuf également. Il n’est pas question de plaisir charnel, simplement de nuits à deux. Mais le cœur a ses raisons et, rapidement, Addie et Louis se retrouvent à vivre une véritable histoire d’amour. De celles qui vous cueillent sans crier gare, sans coup de foudre, mais avec fougue et passion. Ensemble, ils vont redéfinir ce qu’ils imaginaient de leurs vieux jours, entrevoir la possibilité d’un nouveau bonheur. Mais la vie est cruelle et la société sans cœur … on ne tombe pas amoureux à 75 ans, à cet âge-là, l’amour c’est mal, c’est sale. Si j’ai eu du mal à apprécier le style littéraire de l’auteur au départ, j’ai rapidement été embarquée dans cette histoire aussi simple que réaliste. Le poids des années qui se sont évaporées, les nuages qui se profilent... À la nuit tombée, la solitude se fait pesante pour Addie. La chaleur d’un corps à côté du sien sous les draps, les paroles murmurées dans la pénombre, la sécurité enveloppante de ne pas être seule face à l’éclatante noirceur de la nuit, avec ses bruits si atypiques et effrayants. Alors, Addie prend son courage à deux mains et frappe à la porte de Louis, son voisin du même âge, veuf également. Il n’est pas question de plaisir charnel, simplement de nuits à deux. Mais le cœur a ses raisons et, rapidement, Addie et Louis se retrouvent à vivre une véritable histoire d’amour. De celles qui vous cueillent sans crier gare, sans coup de foudre, mais avec fougue et passion. Ensemble, ils vont redéfinir ce qu’ils imaginaient de leurs vieux jours, entrevoir la possibilité d’un nouveau bonheur. Mais la vie est cruelle et la société sans cœur … on ne tombe pas amoureux à 75 ans, à cet âge-là, l’amour c’est mal, c’est sale. Si j’ai eu du mal à apprécier le style littéraire de l’auteur au départ, j’ai rapidement été embarquée dans cette histoire aussi simple que réaliste. Le poids des années qui se sont évaporées, les nuages qui se profilent dans celles à venir… et l’amour. L’amour, toujours. "Nos ames la nuit" est un roman d’une infinie douceur, qui a su me toucher et m’emporter dans une tourbillon d’émotions comme j’en ai rarement eu l’occasion. J’ai aimé l’apparente candeur qui se déploie au fil des pages, mais qui porte pourtant en elle une immense humanité et toute la complexité des choix auxquels, au nom de l’amour, nous sommes parfois confrontés.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Laudeaj Posté le 25 Mai 2022
    Un petit format qui ne paye pas de mine mais incontestablement une pépite !! Le texte est court, concis, mais il se suffit à lui-même ; on n'en demande pas plus. Addie et Louis sont voisins, âgés et seuls. Et la solitude n'est jamais aussi prégnante que le soir ou la nuit… Addie va proposer à Louis qu'elle ne connaît pourtant pas, de venir passer la nuit chez elle quelques fois, pour s'allonger à côté d'elle, pour parler, lui tenir la main… et contrer ainsi ce moment du coucher et de l'endormissement seule. « C'était une surprise agréable. Je ne dis pas le contraire. Mais je ne comprends toujours pas comment tu as eu l'idée de me proposer ce marché. Je te l'ai dit. La solitude. L'envie de discuter la nuit. ça paraît courageux. Tu prenais un risque. Oui. Mais si ça n'avait pas marché je ne serais pas plus mal lotie. A part l'humiliation d'avoir été rejetée. (…) » p153 C'est magnifique de délicatesse, de bienveillance, d'écoute évidemment. Deux âmes vont se rencontrer… Même s'ils ne tiennent aucun compte du « qu'en dira-t-on ? », ils ne pourront malheureusement pas faire fi des exigences et de l'avis du fils d'Addie. Le sujet de l'amour qui renaît entre deux... Un petit format qui ne paye pas de mine mais incontestablement une pépite !! Le texte est court, concis, mais il se suffit à lui-même ; on n'en demande pas plus. Addie et Louis sont voisins, âgés et seuls. Et la solitude n'est jamais aussi prégnante que le soir ou la nuit… Addie va proposer à Louis qu'elle ne connaît pourtant pas, de venir passer la nuit chez elle quelques fois, pour s'allonger à côté d'elle, pour parler, lui tenir la main… et contrer ainsi ce moment du coucher et de l'endormissement seule. « C'était une surprise agréable. Je ne dis pas le contraire. Mais je ne comprends toujours pas comment tu as eu l'idée de me proposer ce marché. Je te l'ai dit. La solitude. L'envie de discuter la nuit. ça paraît courageux. Tu prenais un risque. Oui. Mais si ça n'avait pas marché je ne serais pas plus mal lotie. A part l'humiliation d'avoir été rejetée. (…) » p153 C'est magnifique de délicatesse, de bienveillance, d'écoute évidemment. Deux âmes vont se rencontrer… Même s'ils ne tiennent aucun compte du « qu'en dira-t-on ? », ils ne pourront malheureusement pas faire fi des exigences et de l'avis du fils d'Addie. Le sujet de l'amour qui renaît entre deux êtres qui ont eu une vie, un conjoint, des enfants et qui se retrouvent veufs est souvent dénié. Il ne leur est pas accordé de « 2è chance ». Comment, à cet âge, reprendre un amant ? Cela deviendrait même question taboue alors qu'il n'est aucunement question de sexe… Comme si à l'aube de la vieillesse, il n'était plus possible d'aimer. Très beau roman que l'on gardera en mémoire longtemps ! Merci aux Editions Robert Laffont et à Lecteurs.com de me l'avoir offert à lire !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Parcequecmoi78 Posté le 23 Mai 2022
    Une très belle surprise que cet ultime roman de Kent Haruf qui vient de sortir en poche. Si vous avez aimé « Sur la route de Madison », vous allez adorer « nos âmes la nuit ». C’est l’histoire d’une rencontre provoquée par Addie, veuve, qui demande à son voisin, Louis, veuf également, de venir la rejoindre la nuit dans son lit pour parler. Une intimité se créée, ils se découvrent au fil des nuits, apprennent à se connaître au gré des confidences personnelles, sans jugement de la part de l’autre. C’est beau, c’est doux, c’est romantique, jusqu’au moment où les autres s’en mêlent. « L’enfer c’est les autres » disait Jean-Paul Sartre. Ici, les autres, ce sont les voisins, les habitants de la petite bourgade étriquée où ils habitent qui cancanent, leurs enfants respectifs qui n’apprécient pas ce rapprochement. La peur du « qu’en dira-t-on » n’effraye pas Addie et Louis qui s’en moquent à leur âge, préférant vivre au grand jour leur histoire. Il n’en est pas de même pour Gene, le fils d’Addie, qui va jusqu’à interdire à sa mère de revoir Louis sous peine de la priver de son petit fils chéri, Jamie de 6 ans. Il... Une très belle surprise que cet ultime roman de Kent Haruf qui vient de sortir en poche. Si vous avez aimé « Sur la route de Madison », vous allez adorer « nos âmes la nuit ». C’est l’histoire d’une rencontre provoquée par Addie, veuve, qui demande à son voisin, Louis, veuf également, de venir la rejoindre la nuit dans son lit pour parler. Une intimité se créée, ils se découvrent au fil des nuits, apprennent à se connaître au gré des confidences personnelles, sans jugement de la part de l’autre. C’est beau, c’est doux, c’est romantique, jusqu’au moment où les autres s’en mêlent. « L’enfer c’est les autres » disait Jean-Paul Sartre. Ici, les autres, ce sont les voisins, les habitants de la petite bourgade étriquée où ils habitent qui cancanent, leurs enfants respectifs qui n’apprécient pas ce rapprochement. La peur du « qu’en dira-t-on » n’effraye pas Addie et Louis qui s’en moquent à leur âge, préférant vivre au grand jour leur histoire. Il n’en est pas de même pour Gene, le fils d’Addie, qui va jusqu’à interdire à sa mère de revoir Louis sous peine de la priver de son petit fils chéri, Jamie de 6 ans. Il ne supporte pas la rumeur qui court sur sa mère et Louis, il n’accepte pas cette relation. Et malgré le courage qui ne lui fait pas défaut, Addie finit par céder, privilégiant sa famille au couple merveilleux qu’elle forme désormais avec Louis. Ce roman nous parle de l’amour qui n’a pas d’âge, de rencontre, de solitudes, de nuits sans sommeil, du vieillissement des êtres et de leur dépendance, de la vie tout simplement. Oui, les personnes du 3e âge peuvent encore aimer, s’occuper de jeunes enfants, vivre libres. Oui, les enfants de tout âge peuvent être ingrats envers leurs parents et prendre à leur place des décisions ravageuses sans penser aux sentiments qu’ils éprouvent. Ce roman magnifiquement écrit est tout simplement beau, un bonbon, une petite pépite. Ce fut un vrai coup de cœur, que je vous recommande. Je remercie les Editions poche de Robert Laffont pour cette superbe découverte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lettres_et_caracteres Posté le 21 Mai 2022
    Finir sa vie seul est certainement l’une des plus grandes peurs que l’être humain, ce drôle d’animal grégaire, puisse nourrir dans son existence. On a beau tout faire pour l’éviter, elle finit bien souvent par nous rattraper au détour de relations familiales qui se délitent ou d’êtres chers brutalement arrachés. Cette peur est tellement présente que la première question que l’on pose à quelqu’un qui n’a pas eu d’enfant c’est s’il n’a pas peur de finir sa vie tout seul. Comme si la famille protégeait inévitablement de ce fléau et qu’elle ne servait au fond qu’à assurer cette fonction de béquille pour les vieux jours. On a rarement vu plus mauvais placement… Si Addie se retrouve seule aujourd’hui, ça n’est pas faute d’avoir construit cette famille qui aurait dû l’entourer d’amour et d’attention jusqu’à son dernier souffle. Mais que peuvent des enfants, vivant à des kilomètres de chez elle, contre la profonde solitude ressentie depuis son veuvage. Dormir seule lui est devenu intolérable. L’absence de contact physique a fini par creuser les fondations d’un manque abyssal. Addie a bien une idée pour rompre sa solitude et elle va en faire part à son voisin, Louis, lui aussi veuf de son... Finir sa vie seul est certainement l’une des plus grandes peurs que l’être humain, ce drôle d’animal grégaire, puisse nourrir dans son existence. On a beau tout faire pour l’éviter, elle finit bien souvent par nous rattraper au détour de relations familiales qui se délitent ou d’êtres chers brutalement arrachés. Cette peur est tellement présente que la première question que l’on pose à quelqu’un qui n’a pas eu d’enfant c’est s’il n’a pas peur de finir sa vie tout seul. Comme si la famille protégeait inévitablement de ce fléau et qu’elle ne servait au fond qu’à assurer cette fonction de béquille pour les vieux jours. On a rarement vu plus mauvais placement… Si Addie se retrouve seule aujourd’hui, ça n’est pas faute d’avoir construit cette famille qui aurait dû l’entourer d’amour et d’attention jusqu’à son dernier souffle. Mais que peuvent des enfants, vivant à des kilomètres de chez elle, contre la profonde solitude ressentie depuis son veuvage. Dormir seule lui est devenu intolérable. L’absence de contact physique a fini par creuser les fondations d’un manque abyssal. Addie a bien une idée pour rompre sa solitude et elle va en faire part à son voisin, Louis, lui aussi veuf de son état. Accepterait-il de dormir certains soirs avec elle ? Cette proposition n’a rien de sexuel, le manque d’Addie se situe ailleurs : dans l’absence d’un corps à ses côtés, dans le manque de bras qui l’enlacent, dans ces discussions qui vous tiennent éveillés une partie de la nuit, dans ces rires, cette complicité, cet échange de regards qui vous font vous sentir encore vivant et digne d’intérêt pour quelqu’un. Louis veut-il tenir une place dans sa vie et laisser Addie en occuper une en retour dans la sienne ? La proposition est osée car les deux septuagénaires se connaissent à peine et l’on cancane vite dans le quartier mais à leur âge, tout cela a-t-il encore de l’importance ? Louis accède à la demande d’Addie. Il s’en suivra des rencontres pleines de tendresse, des vies que l’on s’expose, des confidences que l’on ose se faire, des secrets dont on se libère enfin. La vie reprend dans les foyers d’Addie et Louis jusqu’à ce que… C’est par Nos âmes la nuit que je pénètre dans l’univers de Kent Haruf. Ce très court roman a été adapté au cinéma il y a deux ans avec Jane Fonda et Robert Redford dans les rôles principaux et si je n’ai pas encore eu l’occasion de le voir, je ne peux imaginer meilleur duo d’acteurs pour incarner ces personnages. Avec beaucoup de douceur et de respect, ce roman met en lumière un âge de la vie où l’on a au contraire souvent l’impression d’être transparent. Qui se préoccupe au fond de l’envie et des besoins des personnages âgées, qui leur prête une oreille réellement attentive pour écouter tout ce qu’ils ont sur le coeur ? Quelle place leur accordons-nous dans notre société occidentale ? A y réfléchir un peu, il y a de quoi avoir honte. Alors, ne serait-ce qu’en cela, ce roman est important et utile dans le paysage littéraire. Toujours très mesuré, l’auteur veille à ne tomber ni dans le pathos ni dans les envolées lyriques, afin de laisser la part belle à une histoire simple et presque banale, si elle ne reposait pas sur une proposition culottée mais finalement si pertinente de la part d’Addie. Kent Haruf, parvient par ce roman à nous interroger sur la place des seniors dans notre vie mais aussi sur les seniors que nous voulons être demain : ceux qui attendent sagement dans un coin que la mort arrive sans déranger personne ou ceux qui, jusqu’à leur dernier souffle auront leur mot à dire sur ce qui les intéresse directement, leur propre vie.
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.