Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264079558
Code sériel : 00576
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté
Parasites
Pierre Szczeciner (traduit par)
Date de parution : 16/06/2022
Éditeurs :
10/18
Nouveauté

Parasites

Pierre Szczeciner (traduit par)
Date de parution : 16/06/2022
Apprêtez-vous à ne pas fermer l’oeil de la nuit ! 
À Brooklyn Heights, quartier prisé de New York, Susan et Alex Wendt ont enfin trouvé l’appartement de leurs rêves ! Certes, la propriétaire, qui vit au rez-de-chaussée, paraît un
peu excentrique,...
À Brooklyn Heights, quartier prisé de New York, Susan et Alex Wendt ont enfin trouvé l’appartement de leurs rêves ! Certes, la propriétaire, qui vit au rez-de-chaussée, paraît un
peu excentrique, mais quelle importance ? Susan, qui s’était arrêtée de peindre à la naissance de sa fille, Emma, va enfin pouvoir...
À Brooklyn Heights, quartier prisé de New York, Susan et Alex Wendt ont enfin trouvé l’appartement de leurs rêves ! Certes, la propriétaire, qui vit au rez-de-chaussée, paraît un
peu excentrique, mais quelle importance ? Susan, qui s’était arrêtée de peindre à la naissance de sa fille, Emma, va enfin pouvoir reprendre ses pinceaux. Pour le jeune couple, un nouveau
départ s’annonce… Sauf que. Un redoutable fléau s’est invité dans le home sweet home des Wendt. Des punaises de lit. Invisibles, assoiffées de sang, et apparemment indestructibles. Un vrai cataclysme, à en croire Susan. Inexorablement, la petite mécanique du bonheur domestique se détraque. A-t-on affaire à une véritable invasion ? Ou la jeune femme au bord de la crise de nerfs est-elle, tout simplement, en train de perdre la raison ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264079558
Code sériel : 00576
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • aliasdam Posté le 28 Mars 2022
    Un jeune couple et leur enfant emménage dans un somptueux appartement à Brooklyn. Le loyer n’est pas cher, la propriétaire est sympathique… Que cache cette perle rare? Sa cave mystérieuse dans laquelle il ne faut pas aller? L’étrange homme à tout à faire qui reste planté dans le jardin? Quelle est cette étrange odeur de puanteur que l’on sent dans cette petite pièce? Et les médias qui relèvent nombre d’appartements infestés par des nuisibles depuis quelques semaines… L’héroïne semble perdre pied et la folie commence à s’immiscer en elle. Le livre se dévore pour savoir si la jeune mère est victime de visions ou voit-elle vraiment ces parasites courir sur le parquet? « Une héroïne hitchockienne » selon Sonatine, n’exagérons pas. Le suspense est bien présent, pas de doute. La douce folie de cette femme à bout de souffle, en manque de sommeil, s’avère relativement bien traitée. Elle perd tout repère, ne fait plus confiance à personne, perdu dans son couple et professionnellement, son esprit dérape et plus rien ne semble la retenir. Le final, grotesque et presque décevant, s’avère grossier. 300 premières pages bien tenues, au rythme soutenu, aux invraisemblances bien présentes mais le charme de Brooklyn du logement jouent... Un jeune couple et leur enfant emménage dans un somptueux appartement à Brooklyn. Le loyer n’est pas cher, la propriétaire est sympathique… Que cache cette perle rare? Sa cave mystérieuse dans laquelle il ne faut pas aller? L’étrange homme à tout à faire qui reste planté dans le jardin? Quelle est cette étrange odeur de puanteur que l’on sent dans cette petite pièce? Et les médias qui relèvent nombre d’appartements infestés par des nuisibles depuis quelques semaines… L’héroïne semble perdre pied et la folie commence à s’immiscer en elle. Le livre se dévore pour savoir si la jeune mère est victime de visions ou voit-elle vraiment ces parasites courir sur le parquet? « Une héroïne hitchockienne » selon Sonatine, n’exagérons pas. Le suspense est bien présent, pas de doute. La douce folie de cette femme à bout de souffle, en manque de sommeil, s’avère relativement bien traitée. Elle perd tout repère, ne fait plus confiance à personne, perdu dans son couple et professionnellement, son esprit dérape et plus rien ne semble la retenir. Le final, grotesque et presque décevant, s’avère grossier. 300 premières pages bien tenues, au rythme soutenu, aux invraisemblances bien présentes mais le charme de Brooklyn du logement jouent en faveur de ce thriller facile. Plombé par des situations quasi rocambolesques en fin de livre. Quelle déception.
    Lire la suite
    En lire moins
  • POPMUSIC Posté le 1 Mars 2022
    Oui, j'ai pensé à une adaptation ciné en lisant ce livre prenant autour d'une hypothétique infestation de punaises de lit... C'est rythmé, même si assez pépère au départ... cela lorgne du côté du fantastique aussi et la paranoïa du personnage s'accentuant, le suspense se fait plus intense... Sympa à lire, et tenant la route, il y a vraiment là les bases de scénario d'un thriller horrifique tant le livre provoque des images et reste très cinématographique.
  • RomansNoirsEtPlus Posté le 3 Octobre 2021
    Alex Wendt est photographe spécialisé dans les bijoux de luxe qu’il mitraille sous toutes les coutures afin que ces photos puissent fleurir dans les magazines de mode. Son épouse, Susan, a abandonné sa carrière de juriste pour reprendre la peinture, sa passion de jeunesse . Afin que celle-ci puisse entièrement s'exprimer, le couple se met à la recherche d’un nouvel appartement à New York, plus spacieux. Leur choix se porte sur un duplex à Brooklyn, où la propriétaire, une vieille dame veuve, occupe le rez-de-chaussée. Si la vie semble s’organiser au mieux pour le couple et leur petite fille Emma, la maison semble receler de lourds secrets. Une cave fermée à clef, des relents putrides provenant d’une pièce dans laquelle Susan souhaite installer son atelier , les précédents locataires qui ont fui le lieu sans demander leur reste ; tous ces éléments finissent par créer une atmosphère de plus en lourde à supporter pour Susan qui y passe l’essentiel de son temps. Et ce mal-être lié à des insomnies de plus en plus fréquentes va progressivement entraîner Susan dans une certaine paranoïa , dans un univers peuplé de punaises de lits voraces , qui viennent sucer son sang de... Alex Wendt est photographe spécialisé dans les bijoux de luxe qu’il mitraille sous toutes les coutures afin que ces photos puissent fleurir dans les magazines de mode. Son épouse, Susan, a abandonné sa carrière de juriste pour reprendre la peinture, sa passion de jeunesse . Afin que celle-ci puisse entièrement s'exprimer, le couple se met à la recherche d’un nouvel appartement à New York, plus spacieux. Leur choix se porte sur un duplex à Brooklyn, où la propriétaire, une vieille dame veuve, occupe le rez-de-chaussée. Si la vie semble s’organiser au mieux pour le couple et leur petite fille Emma, la maison semble receler de lourds secrets. Une cave fermée à clef, des relents putrides provenant d’une pièce dans laquelle Susan souhaite installer son atelier , les précédents locataires qui ont fui le lieu sans demander leur reste ; tous ces éléments finissent par créer une atmosphère de plus en lourde à supporter pour Susan qui y passe l’essentiel de son temps. Et ce mal-être lié à des insomnies de plus en plus fréquentes va progressivement entraîner Susan dans une certaine paranoïa , dans un univers peuplé de punaises de lits voraces , qui viennent sucer son sang de plus en plus fréquemment et laisser comme traces de leurs passages des petits boutons terriblement irritants. Susan n’a alors qu’une obsession : se débarrasser de ces parasites par tous les moyens quitte à utiliser les moyens les plus extrêmes pour les exterminer. Quitte à se déconnecter avec la réalité et avec les véritables menaces qui pèsent sur elle et sa famille. Un roman savoureux qui se lit d’une traite tellement on se trouve , comme la principale héroïne, rapidement embarqué dans ce thriller psychologique où les démons prennent la forme de minuscules insectes. Ces êtres, tapis dans l’ombre, prêts à venir, tels des vampires assoiffés de sang, se repaître de ce festin d’hémoglobine toujours disponible. Un récit en forme de cauchemar éveillé pour les phobiques des insectes et ce personnage de Susan qui dispose d’un terreau idéal pour rentrer de plein pied dans ce film d’horreur dont elle est la principale victime. J’avais découvert l’auteur dans l’excellente trilogie «Dernier jour avant la fin du monde» et , même si ce précédent ouvrage offrait une histoire beaucoup plus dense et fouillée , ce roman mérite pour moi le détour avec un petit bémol pour la chute qui semble un peu précipitée et un tantinet en opposition avec la trame de l’histoire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Symphonie42 Posté le 29 Septembre 2021
    Un petit thriller horrifique qui ne paie pas de mine, mais que j’ai trouvé sympa (puis il est rapide à lire). Ça commence doucement, avec des bruits, des odeurs suspectes, ce genre de choses, et pendant la majeure partie de l’histoire, difficile de dire s’il y a des parasites ou pas. L’ambiance paranoïaque monte crescendo, ce que j’ai bien apprécié. Par contre, j’avais deviné certaines choses avant la fin, du coup le final ne m’a pas tellement surprise, même si je l’ai bien aimé (mais c’est assez excessif, on ne va pas se mentir).
  • steph_bookin Posté le 6 Septembre 2021
    "Parasites" est un thriller aussi inquiétant et obsessionnel que son titre le laisse présager. Ben H. Winters s'amuse avec notre angoisse des petites bêtes envahissantes et fait monter la pression au fil des chapitres de ce court roman grâce à l'ambiguïté des perceptions de ses personnages. Si la seule évocation du mot "poux" provoque chez vous des démangeaisons intempestives, alors vous êtes sans doute au bon endroit, entrez dans cette maison pleine de charme de Brooklyn Heights et laissez-vous envahir par ces "Parasites"! New- York de nos jours. Alex et Susan ont décidé de déménager et finissent par trouver le duplex de leur rêve : de la lumière, une cuisine spacieuse, un loyer raisonnable et une vieille voisine charmante. Qui plus est, Susan dispose enfin d'une petite pièce parfaite pour faire ce dont elle rêve depuis toujours : peindre. La joie des débuts laisse pourtant rapidement la place à une inquiétude sourde. Susan est persuadée que leur appartement est la proie des punaises de lit. Elle ne parvient pas vraiment à le démontrer, c'est plutôt une conviction intime. Elle le sait, elle le sent, dans sa chair, et dans son âme. La raison de Susan vacille, et celle du lecteur lui... "Parasites" est un thriller aussi inquiétant et obsessionnel que son titre le laisse présager. Ben H. Winters s'amuse avec notre angoisse des petites bêtes envahissantes et fait monter la pression au fil des chapitres de ce court roman grâce à l'ambiguïté des perceptions de ses personnages. Si la seule évocation du mot "poux" provoque chez vous des démangeaisons intempestives, alors vous êtes sans doute au bon endroit, entrez dans cette maison pleine de charme de Brooklyn Heights et laissez-vous envahir par ces "Parasites"! New- York de nos jours. Alex et Susan ont décidé de déménager et finissent par trouver le duplex de leur rêve : de la lumière, une cuisine spacieuse, un loyer raisonnable et une vieille voisine charmante. Qui plus est, Susan dispose enfin d'une petite pièce parfaite pour faire ce dont elle rêve depuis toujours : peindre. La joie des débuts laisse pourtant rapidement la place à une inquiétude sourde. Susan est persuadée que leur appartement est la proie des punaises de lit. Elle ne parvient pas vraiment à le démontrer, c'est plutôt une conviction intime. Elle le sait, elle le sent, dans sa chair, et dans son âme. La raison de Susan vacille, et celle du lecteur lui emboîte la pas. On ne sait plus démêler ce qui est réel et ce qui l'est moins dans les perceptions du personnage principal et c'est selon moi la vraie réussite de ce roman. En revanche, on ne peut que regretter une dernière partie précipitée, qui se conclut dans un dénouement qui ne m'a pas convaincue. Le miroir se brise et l'illusion prend fin de manière abrupte. Dommage!
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…