Lisez! icon: Search engine

Passé imparfait

10/18
EAN : 9782264065018
Code sériel : 4930
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 624
Format : 108 x 177 mm
Passé imparfait

Jean SZLAMOWICZ (Traducteur)
Date de parution : 04/06/2015
Une invitation de Damian Baxter ? Voilà qui est inattendu ! Cela fait  près de quarante qu’ils sont fâchés ! Inséparables durant leurs études à Cambridge, leur indéfectible amitié s'est muée en une haine féroce, suite à de mystérieux événements survenus lors de vacances au Portugal en 1970.  Après de déconcertantes retrouvailles,... Une invitation de Damian Baxter ? Voilà qui est inattendu ! Cela fait  près de quarante qu’ils sont fâchés ! Inséparables durant leurs études à Cambridge, leur indéfectible amitié s'est muée en une haine féroce, suite à de mystérieux événements survenus lors de vacances au Portugal en 1970.  Après de déconcertantes retrouvailles, la révélation tombe : riche, à l’article de la mort, Damian charge le narrateur, sur la foi d’une lettre anonyme, de retrouver parmi ses ex-conquêtes – six jeunes filles huppées qu’ils fréquentaient alors – la mère de son enfant. Un voyage vers le passé plein de fantômes et de stupéfiantes révélations... Avec une verve élégante, le créateur de la série Downton Abbey signe un portrait au vitriol de l'aristocratie anglaise bousculée par les sixties.
 
« La vraie affaire de Fellowes, c’est le milieu qui l’a vu naître : l’aristocratie anglaise. (…)Un régal aux senteurs surannées, comme les Anglais en ont le secret. » Les Inrockuptibles

Traduit de l'anglais (Angleterre) par Jean Szlamowicz

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264065018
Code sériel : 4930
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 624
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ils en parlent

À l’aube de ses 60 ans, le narrateur reçoit une lettre énigmatique de son meilleur ennemi dont il est sans nouvelle depuis près de quarante ans. Damien Baxter, atteint d’une grave maladie et d’un désir brutal de rédemption, l’entraîne à la recherche de sa filiation. Une immersion dans la haute société anglaise (sujet de prédilection de Julian Fellowes) dans le Londres de la fi n des années 60. Un roman magistral.
Nina Djogasevic / Les Cyclades

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • SophieWag Posté le 22 Novembre 2019
    Deux meilleurs ennemis se retrouvent après 40 ans de brouille. L'un d'entre eux est mourant et il va donner une mission au deuxième qui se sent obligé de la remplir. Un voyage au coeur du XXè siècle dans une Angleterre aristocrate qui nous semble pourtant un peu lointaine. Une lecture agréable.
  • Mariecognat Posté le 15 Octobre 2019
    A la fin des années 60, Damian Baxter s’incruste, avec l’aide du narrateur, au sein d’une bande de jeunes gens de la très bonne société anglaise qui vont de bals en parties de campagne lors de la Saison, tradition permettant aux jeunes filles de trouver le mari adéquat. Doté d’un charisme exceptionnel, il va conquérir les coeurs et se heurter au snobisme et aux préjugés de cette caste. Un dîner cataclysmique fera exploser le groupe. 40 ans ont passé quand Damian Baxter qui se sait condamné à brève échéance, demande au narrateur de retrouver le fils dont il a découvert l’existence par une lettre anonyme afin de lui transmettre son immense fortune. Alors qu’il déteste farouchement Damian Baxter depuis toutes ces années, le narrateur accepte et part à la recherche des cinq femmes susceptibles d’en être la mère. Parmi elles, Serena dont il a toujours été follement épris. Julian Fellowes, fidèle à son style, trace de manière quasi ethnologique et d’une écriture alerte et grinçante les travers de l’aristocratie britannique qui a perdu beaucoup de sa superbe mais s’accroche désespérément à ses traditions et à ses privilèges. Une histoire très romanesque à laquelle des considérations sensibles sur le passage du temps, les considérables... A la fin des années 60, Damian Baxter s’incruste, avec l’aide du narrateur, au sein d’une bande de jeunes gens de la très bonne société anglaise qui vont de bals en parties de campagne lors de la Saison, tradition permettant aux jeunes filles de trouver le mari adéquat. Doté d’un charisme exceptionnel, il va conquérir les coeurs et se heurter au snobisme et aux préjugés de cette caste. Un dîner cataclysmique fera exploser le groupe. 40 ans ont passé quand Damian Baxter qui se sait condamné à brève échéance, demande au narrateur de retrouver le fils dont il a découvert l’existence par une lettre anonyme afin de lui transmettre son immense fortune. Alors qu’il déteste farouchement Damian Baxter depuis toutes ces années, le narrateur accepte et part à la recherche des cinq femmes susceptibles d’en être la mère. Parmi elles, Serena dont il a toujours été follement épris. Julian Fellowes, fidèle à son style, trace de manière quasi ethnologique et d’une écriture alerte et grinçante les travers de l’aristocratie britannique qui a perdu beaucoup de sa superbe mais s’accroche désespérément à ses traditions et à ses privilèges. Une histoire très romanesque à laquelle des considérations sensibles sur le passage du temps, les considérables changements avec lesquels chacun doit composer en vieillissant, les choix qui modèlent une vie et sur l’ambivalence des sentiments apportent une réelle profondeur. Lu en VO
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lhuitre Posté le 6 Août 2019
    Julian Fellowes, né en 1949, est un touche-à-tout des médias. Le nouveau septuagénaire s’est essayé à beaucoup de choses, notamment le métier d’acteur, de scénariste et de romancier. Avant de remporter un beau succès avec Gosford Park dont on a fait un film, puis surtout de Downton Abbey qui fut un succès planétaire. Le scénariste chéri des plateaux n’a pas oublié d’écrire, et son roman « Passé imparfait » est son troisième livre. Un livre dans la veine de Downton Abbey, mais peut-être plus profond car sociologiquement très piquant. L’histoire est savoureuse. Un sexagénaire célibataire, romancier à ses heures perdues, reçoit une invitation étrange à venir le voir d’un vieux copain de jeunesse, Damian, dont il s’était séparé violemment au point de le considérer comme un ennemi. Après toutes ces années, que lui voulait-il ? Il découvre un copain, malade en phase terminale qui lui donne une mission : retrouver la fille qui lui a envoyé une lettre anonyme trente années plus tôt pour lui annoncer qu’elle avait eu un enfant de lui. Qui est cette femme ? Damian ne le sait pas. Mais se découvrir un héritier à quelques semaines de sa mort mérite de replonger dans le passé. Cinq... Julian Fellowes, né en 1949, est un touche-à-tout des médias. Le nouveau septuagénaire s’est essayé à beaucoup de choses, notamment le métier d’acteur, de scénariste et de romancier. Avant de remporter un beau succès avec Gosford Park dont on a fait un film, puis surtout de Downton Abbey qui fut un succès planétaire. Le scénariste chéri des plateaux n’a pas oublié d’écrire, et son roman « Passé imparfait » est son troisième livre. Un livre dans la veine de Downton Abbey, mais peut-être plus profond car sociologiquement très piquant. L’histoire est savoureuse. Un sexagénaire célibataire, romancier à ses heures perdues, reçoit une invitation étrange à venir le voir d’un vieux copain de jeunesse, Damian, dont il s’était séparé violemment au point de le considérer comme un ennemi. Après toutes ces années, que lui voulait-il ? Il découvre un copain, malade en phase terminale qui lui donne une mission : retrouver la fille qui lui a envoyé une lettre anonyme trente années plus tôt pour lui annoncer qu’elle avait eu un enfant de lui. Qui est cette femme ? Damian ne le sait pas. Mais se découvrir un héritier à quelques semaines de sa mort mérite de replonger dans le passé. Cinq filles de leur passé commun peuvent être ces mères potentielles. Malgré leur vieil antagonisme, le vieux romancier accepte par fidélité à leur passé commun. Ce canevas amusant donne l’occasion de faire revivre la fin des années 60 dans le milieu de l’aristocratie britannique, pétrie de traditions, qui tente de résister au vent frais du changement. Le héros est un pur produit de cette aristocratie, tandis que Damian est un roturier qui tente de s’y introduire pour jouer le rôle du renard dans la basse-cour des « jeunes débutantes ». Cela donne un récit coloré de la vie insouciante d’une jeunesse dont l’horizon se limite à l’oisiveté et à des bals pleins de promesses pour convoler entre soi. L’auteur Julian Fellowes reproduit la précision chirurgicale de Downton Abbey pour décrire les us et coutumes de l’upper-society. Mais il va plus loin, car son livre parle aussi surtout du temps qui passe, et du constat entre les espoirs promis à une jeunesse dorée sur tranche et la réalité brute et implacable de leur parcours quelques quarante années plus tard. Que sont-ils devenus, ces jeunes avec lesquels on a dansé furieusement durant toute une année ? Un sujet beaucoup plus large que celui de la seule aristocratie… On y retrouve beaucoup de résonances dans notre vie personnelle, car le besoin de redécouvrir des destins personnels est une curiosité communément partagée. En l’occurrence, Julian Fellows le fait avec beaucoup de finesse. Loin d’être un panégyrique de l’aristocratie et de ses moeurs, le livre est une charge brutale contre le caractère fictif et hors-sol d’une classe sociale tournée davantage vers le passé que vers l’avenir. D’abord séduit par le charme suranné de l’écriture, le lecteur se laisse happer par la violence émotionnelle de ce retour dans le passé. Le roman est une vraie réussite dans sa construction. Les flash-backs sont pleins de sel, surtout au regard du temps présent. Le personnage principal du romancier dont on ne connaîtra pas son nom, ne se dévoile guère, mais il est détaché du passé et du présent au travers d’un quant-à-soi très british. Enfin, l’histoire se brode autour d’un événement destructeur, un séjour au Portugal, dont on ne connaîtra le contenu quasi jouissif qu’à la fin du roman. Cette fin est quasi une apothéose, et le roman se révèle alors pour ce qu’il n’était nullement au départ, à savoir une très belle histoire d’amour. J’ai aimé ce roman extrêmement anglais, mais en même temps, universel dans son rapport au temps qui passe et à des amitiés défuntes. Les personnages féminins sont tous superbement croqués, rendant cette « quête de la femme » très attractive dans une époque lointaine où tout était plus bridé que maintenant. Un joli travail de sociologie et d’évasion romanesque…
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bebelle1725 Posté le 25 Juillet 2019
    Très bon livre bien écrit qui relate une histoire qu'on connaît peu voire pas du tout. Intéressant , livre qui ferait un très bon scénario de film.
  • Clzp95 Posté le 14 Juin 2019
    Fan de Downtown Abbey et ayant beaucoup aimé Belgravia, je me suis attaqué avec plein d'espoir à ce livre de Julian Fellowes, et je n'ai pas été déçu. Mais ce livre est beaucoup plus qu'un roman. Cela peut décontenancer un peu car, si l'auteur nous a habitués dans ces livres à nous peindre la vie, les us et coutumes dans les familles nobles et leur personnel, ce livre-ci est un "essai" décrivant l'évolution de la noblesse, de la bourgeoisie et du peuple anglais des années 60 à nos jours avec une analyse fine (de l'intérieur puisque, si je ne me trompe pas, l'auteur l'a vraiment vécu) qui est hyper intéressante. Cela vous prend autant voire plus que l'intrigue qui, somme toute est secondaire. Un très bon livre pratiquement "d'histoire".
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…