Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221189320
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 1 x 182 mm

Roma Aeterna

JEAN-MARC CHAMBON (Traducteur)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 03/10/2019
« Une véritable réflexion sur l’Histoire, un modèle d’uchronie dont la cohérence suscite l’admiration. » belial.fr

Robert Silverberg illustre en tableaux successifs l’histoire fictive d’un Empire romain qui a connu bien des vicissitudes, des guerres et des crises politiques mais qui, depuis deux mille ans, n’a jamais cessé d’exister et de faire régner, avec quelques interludes sanglants, la Pax Romana. Le christianisme y est inconnu, car...

Robert Silverberg illustre en tableaux successifs l’histoire fictive d’un Empire romain qui a connu bien des vicissitudes, des guerres et des crises politiques mais qui, depuis deux mille ans, n’a jamais cessé d’exister et de faire régner, avec quelques interludes sanglants, la Pax Romana. Le christianisme y est inconnu, car les Juifs n’ont pu quitter l’Égypte des pharaons. Quelques siècles plus tard, un envoyé spécial de l’empereur particulièrement perspicace liquide proprement un prophète d’Arabie avant qu’il ait eu le temps de fonder l’islam. Ainsi, l’Empire perdure, avec ses dieux auxquels personne ne croit plus. Une uchronie saisissante par celui qui a reçu le titre de Grand Maître de la science-fiction pour l’ensemble de son oeuvre.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221189320
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 1 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Fon95 Posté le 16 Mai 2021
    Une succession d'histoires, étalées au fil des siècles, dans cet empire romain qui n'a jamais cessé d'exister. On passe des coulisses de grand événements à des passages plus anecdotiques, mais Silverberg parvient à nous immerger parfaitement dans cet univers, assez bien réussi. Cela étant, l'enchaînement de ces histoires m'a plus frustré qu'autre chose, et certaines sont forcément plus décevantes que d'autres. Roma Aeterna reste un livre agréable à lire, mais il se peut que vous restiez un peu sur votre faim.
  • ebeltane Posté le 24 Avril 2021
    Par une série de nouvelles, l'auteur retrace le destin d'un empire romain qui ne se serait jamais effondré. Une uchronie assez plaisante à lire, même si je n'ai pas toujours été emballée par les décors imaginés. Le système de nouvelles a le défaut de ne pas vraiment nous laisser le temps de s'attacher aux personnages. Mais le principe et le changement d'époques en font un livre à découvrir, surtout si on aime l'antiquité.
  • Aelinel Posté le 20 Février 2021
    En conclusion, il est clair que Roma Aeterna est l’une des meilleures uchronies que j’ai lues à ce jour et cela ne m’étonne guère qu’elle soit considérée comme une référence du genre aujourd’hui. La nouvelle ligne temporelle amenée par Robert Silverberg est plutôt convaincante et on sent qu’il s’est documenté au préalable pour reconstituer une certaine idée de la Romanité. Toutefois, ce tableau positif est aussi contrebalancé par quelques écueils notamment l’évolution technologique qui m’a peu convaincue, un retour un peu trop facile à notre propre ligne temporelle et un manque de diversité parmi les narrateurs des nouvelles. Je vais donc poursuivre ma découverte du genre de l’uchronie par un autre ouvrage de l’auteur que je me suis déjà procurée, La porte des mondes et Le cycle de Mithra de Rachel Tanner. Si vous connaissez d’autres uchronies qui se déroulent à l’époque romaine ou pendant la Renaissance italienne, je suis preneuse! Pour une chronique plus complète, rendez-vous sur mon blog :
  • SChaptal Posté le 19 Janvier 2021
    Et si nous venions de fêter la nouvelle année 2774 ? Et si l’Empire romain ne s’était pas effondré, mais avait perduré au moins jusqu’au XXe siècle ? C’est le postulat que Robert Silverberg utilise pour son uchronie, Roma Eterna (ou Roma Æterna dans la traduction française), une collection de nouvelles sur ce thème écrites au film des ans et rassemblées dans un même recueil en 2003. Chacune d’entre elles s’intéresse à une période différente de l’Histoire et souvent à une partie différente de l’Empire même si tous les regards se tournent toujours inévitablement vers l’éternelle Rome. Le prologue, simple discussion entre érudits, nous montre le point de divergence choisi : Moïse n’a pas réussi à traverser la Mer rouge et les Hébreux ne sont qu’une peuplade parmi d’autres de l’Égypte. Le monothéisme ne s’est pas développé hors de leur rang et donc plus tard, le christianisme n’a pas envahi l’Empire. Et la morale judéo-chrétienne n’aura jamais cours. Ce qui dans les histoires à venir apparaît clairement dans les relations des personnages entre eux. With Caesar in the Underworld s’intéresse sur le ton du polar aux bas-fonds de Rome alors que la division entre Empire de l’Ouest (avec Rome pour capitale)... Et si nous venions de fêter la nouvelle année 2774 ? Et si l’Empire romain ne s’était pas effondré, mais avait perduré au moins jusqu’au XXe siècle ? C’est le postulat que Robert Silverberg utilise pour son uchronie, Roma Eterna (ou Roma Æterna dans la traduction française), une collection de nouvelles sur ce thème écrites au film des ans et rassemblées dans un même recueil en 2003. Chacune d’entre elles s’intéresse à une période différente de l’Histoire et souvent à une partie différente de l’Empire même si tous les regards se tournent toujours inévitablement vers l’éternelle Rome. Le prologue, simple discussion entre érudits, nous montre le point de divergence choisi : Moïse n’a pas réussi à traverser la Mer rouge et les Hébreux ne sont qu’une peuplade parmi d’autres de l’Égypte. Le monothéisme ne s’est pas développé hors de leur rang et donc plus tard, le christianisme n’a pas envahi l’Empire. Et la morale judéo-chrétienne n’aura jamais cours. Ce qui dans les histoires à venir apparaît clairement dans les relations des personnages entre eux. With Caesar in the Underworld s’intéresse sur le ton du polar aux bas-fonds de Rome alors que la division entre Empire de l’Ouest (avec Rome pour capitale) et Empire de l’Est (avec Byzance) est déjà actée, mais où les deux moitiés s’entendent encore suffisamment pour que les Romains de l’Est aident ceux de l’Ouest à repousser définitivement les barbares. A Hero of the Empire change de ton. Sous forme d’une longue lettre à mi-chemin entre le récit de voyage et la plaidoirie, cette nouvelle raconte comment un homme à la vie trop dissolue pour la cour de l’Empereur se retrouve en exil à La Mecque. Là, il se lie avec les notables locaux pour éliminer un jeune marchand charismatique un peu trop zélé dans son prosélytisme du monothéisme. Et qui, selon lui, à terme menacerait la stabilité de l’Empire. The Second Wave nous fait faire un bond de cinq siècles et traverser un océan. À travers les yeux d’un jeune légat, nous assistons à la deuxième tentative de conquête dans un univers hostile et totalement étranger aux habitudes de la légion. Entre récit de voyage et histoire militaire, ce court texte est celui qui offre le plus de dépaysement à son lecteur. Waiting for the End est le récit mélancolique des derniers jours de l’Empire romain d’Occident. Épuisé par les conquêtes du précédent texte, et en proie à une guerre fratricide entre Grecs et Romains, l’Empire s’effondre sous les yeux d’un secrétaire de l’Empereur pris entre plusieurs loyautés. Trois siècles plus tard, An Outpost of the Realm nous offre pour la première fois le point de vue d’une femme. Nous sommes dans la peau d’une noble veuve vénitienne (longtemps sous la partie byzantine de l’Empire) qui doit se faire à l’hégémonie de Rome dans l’Empire alors que le nouveau proconsul envoyé dans sa ville est si séduisant. Ici, c’est par petites touches que l’uchronie se fait sentir : la liberté de ton et d’action de la veuve, les différents cadeaux et récits de voyages du proconsul… Un intermède plus calme, mais très agréable. Contrairement à Getting to know the Dragon qui est, à mon goût, la nouvelle la moins intéressante du récit. Elle n’a pour seul mérite que de nous faire passer l’équivalent dans cette trame temporelle des Grandes découvertes et des Lumières d’un seul coup, sans oublier une description clinique des horreurs commises durant la rencontre avec les « bons sauvages ». The Reign of Terror est lui un texte haletant et dur sur la façon dont l’Empire doit se maintenir coûte que coûte malgré la folie de ceux qui le dirigent. Via Roma, écrit comme le journal de voyage d’un jeune lord britannique, en est le pendant. En nous mettant dans le rôle d’un ingénu découvrant l’Italie et les mœurs de la haute société romaine, il nous fait vivre les derniers jours de l’Empire et l’instauration de la Seconde République. Tales from the Venia Woods en prend la suite avec un conte de fées crépusculaire au plus profond de la forêt autrichienne et la fin de celui qui fut le dernier Empereur. Enfin To The Promised Land nous ramène aux Hébreux d’Égypte et à leur rêve de nouvel exode dans les étoiles. À chaque nouvelle ou presque de Roma Eterna correspond une période historique identifiable dans notre ligne temporelle. Et chaque récit est écrit dans le style en vogue à cette période (mais dans un anglais moderne). Certains se dévorent plus vite que d’autres, mais tous captivent par l’attention accordée aux petits détails, et la psychologie de leurs personnages à la fois si proche et si différente de la nôtre. Les Romains sont tour à tour présentés avec un mélange de stoïcisme et d’hédonisme tout en ayant conscience du poids de leur histoire et des responsabilités et de l’immobilisme qu’elle entraine.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ariadne01 Posté le 26 Décembre 2020
    «Et si l'Empire romain n'avait jamais disparu?» Silverberg décrit avec justice un empire en chute libre, un empire à l'agonie, mais un empire qui survit. Une Pax Romana qui n'a rien de la paix à laquelle nous aurions pu nous attendre : des guerres intestinales et des trahisons s'ajoutent à un tableau déjà peu flatteur d'un empire qui meurt.On regrettera seulement quelques longueurs et malheureusement quelques coupures qui auraient pu être plus finement achevées.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    50 romans incontournables à offrir ce Noël

    Des romans primés, des thrillers entêtants, des auteurs stars, des étoiles montantes, des héros inoubliables... Dans notre hotte, il y a des histoires pour tous les goûts et toutes les envies. Découvrez vite notre sélection de 50 romans incontournables à offrir ce Noël.

    Lire l'article