Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221189320
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 1 x 182 mm

Roma Aeterna

JEAN-MARC CHAMBON (Traducteur)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 03/10/2019
« Une véritable réflexion sur l’Histoire, un modèle d’uchronie dont la cohérence suscite l’admiration. » belial.fr

Robert Silverberg illustre en tableaux successifs l’histoire fictive d’un Empire romain qui a connu bien des vicissitudes, des guerres et des crises politiques mais qui, depuis deux mille ans, n’a jamais cessé d’exister et de faire régner, avec quelques interludes sanglants, la Pax Romana. Le christianisme y est inconnu, car...

Robert Silverberg illustre en tableaux successifs l’histoire fictive d’un Empire romain qui a connu bien des vicissitudes, des guerres et des crises politiques mais qui, depuis deux mille ans, n’a jamais cessé d’exister et de faire régner, avec quelques interludes sanglants, la Pax Romana. Le christianisme y est inconnu, car les Juifs n’ont pu quitter l’Égypte des pharaons. Quelques siècles plus tard, un envoyé spécial de l’empereur particulièrement perspicace liquide proprement un prophète d’Arabie avant qu’il ait eu le temps de fonder l’islam. Ainsi, l’Empire perdure, avec ses dieux auxquels personne ne croit plus. Une uchronie saisissante par celui qui a reçu le titre de Grand Maître de la science-fiction pour l’ensemble de son oeuvre.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221189320
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 1 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ArnoT Posté le 9 Mai 2020
    Superbe uchronie de Robert Silverberg, un auteur aux multiples talents.
  • Bergay Posté le 26 Février 2020
    L'idée de base est intéressante : Le monde entier pourrait-il être géré par un seul empire ? Le style de Robert Silverberg est agréable. J'ai toutefois trouvé qu'il y a trop de texte inutile. Le parti pris est de raconter l'Histoire par de petites histoires individuelles. Ces "petites histoires" sont trop longues. Au détriment d'une analyse plus fouillée de la "grande Histoire". Je dois dire que j'ai sauté pas mal de lignes à certains passages ...
  • H-mb Posté le 24 Décembre 2019
    J'ai vraiment passé un bon moment avec la Roma aeterna de Silverberg ! Bon, je suis historienne de formation et ça explique peut-être pourquoi j'ai tant apprécié cette histoire fictive d'un empire romain fictif. La structure épisodique du livre ne m'a pas dérangée et, au contraire, par son aspect parfois répétitif, renvoie bien je trouve à la notion d'éternité . Guerre - paix, décadence - renaissance, unité - diversité : les vagues se succèdent sans faillir, comme un éternel retour. Silverberg écrit bien : dans les différentes nouvelles qui constituent le livre, il plante en quelques mots un riche décor pour l'épisode qu'il rapporte et ses personnages, bien que souvent pris dans les filets du pouvoir, sont suffisamment différents les uns des autres pour qu'on ne les confonde pas. Ça reste certes un plaisir intellectuel plus qu'autre chose car nous n'avons pas vraiment le temps de nous attacher aux personnages avant qu'ils ne disparaissent mais ça ne m'a pas gênée. Sur la même thématique, il y a aussi le très bon La gloire de l'empire de d'Ormesson.
  • culturevsnews Posté le 7 Novembre 2019
    Robert Silverberg, un nom exalté dans les milieux de la science-fiction, livre un Disneyland virtuel de spéculation et de spectacle basé sur le principe que l'Empire romain ne décline jamais et ne tombe jamais. Plus un recueil de nouvelles interreliées qu'un roman, ROMA ETERNA tisse adroitement une histoire alternative dans laquelle Moïse, Jésus et Mahomet sont tous mis à l'écart, de sorte que la montée des juifs, des chrétiens et des musulmans n'a jamais la chance d'empêcher l'expansion mondiale de Rome ; et il le fait d'une manière absolument crédible, et absolument exaltante. Je crois que l'élément que beaucoup ont critiqué (le fait que les événements se produisent très lentement, et que l'Empire apparaît comme omniprésent, au point que les empereurs dont la vie a passé des millénaires sont encore admirés et rappelés par les Romains de la postérité), est précisément celui qui donne au livre un goût caractéristique et unique. Qu'importe que l'histoire que nous connaissons finisse par "se répéter" dans ce monde de Pax Romana, avec ses guerres contre les barbares, sa renaissance, sa découverte de l'Amérique, y compris la révolution française et soviétique... Le fait est que, comme l'Empire romain ne disparaît jamais, la notion d'éternité et de permanence... Robert Silverberg, un nom exalté dans les milieux de la science-fiction, livre un Disneyland virtuel de spéculation et de spectacle basé sur le principe que l'Empire romain ne décline jamais et ne tombe jamais. Plus un recueil de nouvelles interreliées qu'un roman, ROMA ETERNA tisse adroitement une histoire alternative dans laquelle Moïse, Jésus et Mahomet sont tous mis à l'écart, de sorte que la montée des juifs, des chrétiens et des musulmans n'a jamais la chance d'empêcher l'expansion mondiale de Rome ; et il le fait d'une manière absolument crédible, et absolument exaltante. Je crois que l'élément que beaucoup ont critiqué (le fait que les événements se produisent très lentement, et que l'Empire apparaît comme omniprésent, au point que les empereurs dont la vie a passé des millénaires sont encore admirés et rappelés par les Romains de la postérité), est précisément celui qui donne au livre un goût caractéristique et unique. Qu'importe que l'histoire que nous connaissons finisse par "se répéter" dans ce monde de Pax Romana, avec ses guerres contre les barbares, sa renaissance, sa découverte de l'Amérique, y compris la révolution française et soviétique... Le fait est que, comme l'Empire romain ne disparaît jamais, la notion d'éternité et de permanence (et le sens de la nécessité historique) devient une condition sine qua non du monde décrit par Silverberg, et rend donc plausible cette lenteur du passage de l'histoire, ce regard perpétuel sur le passé qui est en même temps présent, car, sinon, comment pourrait-on parler de Rome éternelle ? Sans un autre "pouvoir universel" qui s'y oppose (lire le christianisme, l'islamisme ou la croyance de masse qui offre une véritable alternative à un monde impérial, à une pax romana éternelle), qu'est-ce qui pourrait entraver sa survie ? Le livre offre plus que des rêves de grandeur (et de décadence), il nous montre exactement ce que nous avons pu connaître avec Pachacutec ou Tupac Inca Yupanqui, mais dont il n'y a aucun souvenir... Note : 9,5/10
    Lire la suite
    En lire moins
  • VassagoTL Posté le 3 Juillet 2019
    J'aime assez ce type d'exercice uchronique. Ce "et si" qui s'étalent sur des siècles donne une envergure qui flirt avec la Saga. On va donc suivre Rome à travers différents personnages emblématique de leur époque. C'est donc un roman quelque peu dépassionné car aucun héro ne prend plus d'importance qu'un simple prétexte de réécrire l'histoire du monde à travers le prisme de Rome. Sylverberg, on oublie souvent de le préciser, c'est du caviar en style d'écriture, ce qui ne gâche rien.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    50 romans incontournables à offrir ce Noël

    Des romans primés, des thrillers entêtants, des auteurs stars, des étoiles montantes, des héros inoubliables... Dans notre hotte, il y a des histoires pour tous les goûts et toutes les envies. Découvrez vite notre sélection de 50 romans incontournables à offrir ce Noël.

    Lire l'article