Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264054067
Code sériel : 4487
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Soufi mon amour

Dominique LETELLIER (Traducteur)
Date de parution : 18/08/2011

Après quarante ans d’une vie confortable, sans éclat ni passion, Ella n’imaginait pas un jour changer sa destinée. Engagée comme lectrice, elle découvre un manuscrit retraçant la rencontre au XIIIe siècle du poète Rûmi avec le plus célèbre derviche du monde musulman. C’est la révélation. Transcendée par cette histoire, elle s’initie...

Après quarante ans d’une vie confortable, sans éclat ni passion, Ella n’imaginait pas un jour changer sa destinée. Engagée comme lectrice, elle découvre un manuscrit retraçant la rencontre au XIIIe siècle du poète Rûmi avec le plus célèbre derviche du monde musulman. C’est la révélation. Transcendée par cette histoire, elle s’initie au soufisme et à la splendeur de l’amour…

« Avec Soufi mon amour, Elif Shafak signe son meilleur roman. »
Isabelle Vramian, Elle

Traduit de l’anglais (Turquie)
par Dominique Letellier

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264054067
Code sériel : 4487
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

Elif Shafak nous offre un magnifi que roman initiatique ! Mais aussi un nouveau regard sur l’amour, la religion et les choix de vie, à travers la belle rencontre entre Rumi le poète et un derviche. Rencontre dont tout le monde rêve pour ébranler ses certitudes !
Agnès Aimé / Librairie Livres en Tête

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Papou64 Posté le 16 Juin 2021
    J'avais tellement aimé ce roman que je l'ai relu, avec toujours autant de plaisir. Même si sa première qualité n’est pas la splendeur du style. Ça se lit très facilement (les chapitres sont courts), mais le contenu est profond : il s'agit d'une découverte du soufisme, à travers deux personnages qui ont vraiment existé, Rûmi et Shams de Tabriz. Deux histoires se déroulent en parallèle : un roman qui se passe au XIIIe siècle (Rûmi Shams), et de nos jours, une lectrice américaine découvre le roman, et se met à correspondre avec son auteur. Évidemment, il y a des parallélismes entre les deux histoires, c'est un peu bateau, mais cet ancrage actuel permet d'accrocher encore mieux à l'essentiel. S’il est question d'amour, c'est surtout au sens général, et ça c'est tout sauf mièvre.
  • leptitcolibri Posté le 9 Juin 2021
    ÉNORME COUP DE COEUR pour ce si joli roman d'Elif Shafak. J'ai découvert cette autrice avec ce roman que j'ai découvert lors d'un voyage à Istanbul. Grande première pour moi puisque je n'avais jamais lu ce genre de livre, tant pour le côté initiatique que pour la culture orientale et l'histoire turque du XIIème siècle. À mi-chemin entre roman spirituel, conte initiatique, éveil religieux, roman histoire et développement personnel, Soufi, mon amour est une véritable fresque envoûtante et exaltante. Elif Shafak nous entraîne dans un voyage spirituel intense et unique à travers la Turquie des derviches tourneurs et à la découverte du soufisme. Il existe dans ce roman une double temporalité qui nous permet de rester (un peu) sur terre. On va suivre Ella, une quarantenaire, mère de trois enfants, mariée à un dentiste, avec une belle maison dans le Massachusetts et un chien. Un peu cliché jusqu'ici mais on comprend vite que derrière ce tableau parfait de la famille parfaite, rien ne fonctionne correctement. Ella vit un moment de doute et de remise en question lorsqu'on lui confie un livre à livre, à critiquer, à chroniquer... le rêve !!! Elle se plonge alors dans la lecture de Doux Blasphème,... ÉNORME COUP DE COEUR pour ce si joli roman d'Elif Shafak. J'ai découvert cette autrice avec ce roman que j'ai découvert lors d'un voyage à Istanbul. Grande première pour moi puisque je n'avais jamais lu ce genre de livre, tant pour le côté initiatique que pour la culture orientale et l'histoire turque du XIIème siècle. À mi-chemin entre roman spirituel, conte initiatique, éveil religieux, roman histoire et développement personnel, Soufi, mon amour est une véritable fresque envoûtante et exaltante. Elif Shafak nous entraîne dans un voyage spirituel intense et unique à travers la Turquie des derviches tourneurs et à la découverte du soufisme. Il existe dans ce roman une double temporalité qui nous permet de rester (un peu) sur terre. On va suivre Ella, une quarantenaire, mère de trois enfants, mariée à un dentiste, avec une belle maison dans le Massachusetts et un chien. Un peu cliché jusqu'ici mais on comprend vite que derrière ce tableau parfait de la famille parfaite, rien ne fonctionne correctement. Ella vit un moment de doute et de remise en question lorsqu'on lui confie un livre à livre, à critiquer, à chroniquer... le rêve !!! Elle se plonge alors dans la lecture de Doux Blasphème, un roman qui retrace la rencontre entre le poète Rûmi et le plus célèbre derviche du monde musulman, Shams de Tabriz. On embarque dès lors dans un voyage fabuleux à la découverte du soufisme, des premiers derviches tourneurs et surtout à la rencontre de l'amour. Ce livre est remarquablement écrit. La double temporalité, le livre dans le livre nous donne l'impression de lire deux livres différents et j'avoue qu'il m'a manqué quelque chose à la fin... j'aurais aimé 100 pages de plus, pour clôturer les deux histoires. Autant, l'histoire du XIIème siècle m'a beaucoup appris et j'y ai trouvé tout ce dont je voulais. Autant, l'histoire d'Ella me semble bâclée sur la fin. J'aurais voulu passer encore un peu de temps avec elle afin de comprendre le déliement. Trop rapide, trop hâtive... il manquait un dénouement sincère... mais finalement, c'est quand on aime qu'on en veut encore. J'avoue ne pas être friande de roman de développement personnel (et ce n'en est pas vraiment un) pour ce qu'ils provoquent, pour les questions qu'ils entraînent... j'aime faire ce que je veux de ma vie et estime de pas vouloir tout remettre en question à cause de livres... Cependant, même si ce livre n'est pas à proprement parlé un roman de développement personnel, il pose cependant beaucoup de questions sur l'amour de nos jours, l'amour après des années de vie commune... l'amour à 18 ans, l'amour à 40 ans et nous invite surtout à s'aimer soi-même. Je conseille vivement ce livre à tous les amoureux des livres, à tous les amateurs de culture orientale, aux curieux et finalement à tous les amoureux de l'amour.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Fanfanhouari Posté le 2 Mai 2021
    Quel bonheur de lire un tel livre. Magnifiquement écrit il nous raconte 2 histoires parallèles, celle d ' Ella ,une femme de 40 ans ,mariée ,mère de famille, américaine vivant au 21 ème siècle et celle de Shams et Rumi au 12 ème siècle. L' histoire d' Ella se retrouvera mêlée à celle de Shams et Rumi à travers un roman dont elle est la lectrice pour une maison d ' édition. Elle sera subjuguée par le soufisme et y trouvera des réponses à sa vie . Passant de l' une à l'autre histoire tellement facilement, on se rend compte que les grandes questions restent les mêmes au 12 e et 21 e siècle. L' histoire de Shams et Rumi nous est racontée par eux-mêmes mais également par ceux qui partagent leur vie ,famille, amis ,ennemis. Ce roman est tout simplement magique.
  • Leslivresdelecturine Posté le 21 Avril 2021
    Aujourd’hui je vous parle d’un coup de cœur à double tranchant. Est-ce possible ? Et bien oui. En général, j’ai absolument adoré ce livre qui raconte deux histoires entremêlées: — La première est celle d’Ella, une maman de 2 enfants, mariée depuis 40 ans, qui vit dans le Massachusetts et n'a de cesse d'excuser les sorties extra conjugales de son mari tout en gérant les histoires de ses enfants sans broncher. Ella décide alors de se remettre à travailler pour une maison d’édition où elle devient lectrice et son premier ouvrage est la deuxième histoire : — Un roman d’un mystérieux Aziz qui narre l’histoire de de Shams de Tabriz au XIIIe siècle, en Iran, un derviche soufi errant en quête de son compagnon et d'amour à travers le Proche-Orient, qui va faire la rencontre du poète soufi Rûmi. A priori, les deux histoires n'ont rien à voir. Le livre d’Elif Shafak alterne les volets de vie de Rûmi et d’Ella, de telle sorte que le lecteur se plonge dans la vie de Rûmi lorsqu’Ella décide de lire le livre. L’autrice essaie donc de mêler les deux vies et de faire comprendre que la vie d’Ella va trouver des éclairages grâce aux principes soufi... Aujourd’hui je vous parle d’un coup de cœur à double tranchant. Est-ce possible ? Et bien oui. En général, j’ai absolument adoré ce livre qui raconte deux histoires entremêlées: — La première est celle d’Ella, une maman de 2 enfants, mariée depuis 40 ans, qui vit dans le Massachusetts et n'a de cesse d'excuser les sorties extra conjugales de son mari tout en gérant les histoires de ses enfants sans broncher. Ella décide alors de se remettre à travailler pour une maison d’édition où elle devient lectrice et son premier ouvrage est la deuxième histoire : — Un roman d’un mystérieux Aziz qui narre l’histoire de de Shams de Tabriz au XIIIe siècle, en Iran, un derviche soufi errant en quête de son compagnon et d'amour à travers le Proche-Orient, qui va faire la rencontre du poète soufi Rûmi. A priori, les deux histoires n'ont rien à voir. Le livre d’Elif Shafak alterne les volets de vie de Rûmi et d’Ella, de telle sorte que le lecteur se plonge dans la vie de Rûmi lorsqu’Ella décide de lire le livre. L’autrice essaie donc de mêler les deux vies et de faire comprendre que la vie d’Ella va trouver des éclairages grâce aux principes soufi édictés par Shams dans le livre. Les rencontres qui ont cours dans ce livre (Ella/Shams, Ella/Aziz, Aziz/Shams et Shams/Rûmi) sont en fait des initiations au soufisme et à leur découverte de l'amour, chacun à la recherche de sa vérité. Néanmoins, j'ai été déçue de la façon dont Ella a fait usage de ces enseignements. En effet, autant les principes soufi qui placent l’amour au centre de tout, je trouve ça formidable, j’ai d’ailleurs plusieurs fois interrompu ma lecture pour méditer sur ces phrases ; autant la vie d’Ella et ses décisions dans sa vie.... Je pense que l’autrice voulait parler d’émancipation de la femme plongée dans un carcan enfants-mari-ménage, d’une femme qui revient vers ses désirs et envies. Or, à mes yeux, l’évolution du comportement d’Ella est celui d’une gamine de 15 ans en pleine crise d’ado qui plaque tout de façon irréfléchie pour faire ce dont elle a envie. Ce n'est donc pas une solution pour moi et j'en suis venue à skipper les passages d'Ella pour ne me concentrer que sur ceux de Shams et de Rûmi. Cependant, il est vrai que ce livre m'a profondément marquée. Toute la lecture, j'ai été secouée (dans le bon sens) par cette pensée soufi qui prône l'amour. L'amour est au centre de tout et je suis stupéfaite de me rendre compte d'à quel point cela résonnait aussi dans ma vie, en même temps que dans celle d'Ella. Ce livre est beau. Les histoires sont magnifiques. La pensée soufi superbe. En conclusion: Lisez-le. Appréciez chaque règle soufi énoncée par Shams et laissez la imprégner votre vie. C'est une lecture transcendante, pleine d'amour, que je vous souhaite de partager.
    Lire la suite
    En lire moins
  • nilebeh Posté le 5 Avril 2021
    Le roman se compose de cinq chapitres, sur 400 pages, chaque sous-chapitre portant le nom du narrateur. Trois narrations, sur trois époques, alternent ainsi : Ella, Northampton, Massachusetts, 2008. Récit de Shams de Tabriz, maître du grand soufi Rûmi, 1242 - 1260. Et les personnages du premier roman de Aziz Z. Zahara, « Doux blasphème », qu'Ella doit lire pour une agence littéraire. Ella est une mère et une épouse exemplaires. Elle vit avec David, dentiste, dans une belle maison à Northampton. Ils sont aisés, disposent de deux appartements à Boston et d'un à Rhode Island. Ils ont trois enfants : Jeannette, amoureuse de Scott et qui veut se marier avec lui (réticence d'Ella : ils sont très jeunes, il n'est pas juif) ; les jumeaux la fille, Orly, le fils Avi. Tout semble donc très agréable dans la vie d'Ella. Mais ce n'est qu'un leurre : elle découvre que son mari a sans doute une liaison Elle ne pose aucune question. Et lit attentivement ce roman d'Aziz. Et entreprend avec lui une correspondance amoureuse, jusqu'à ce qu'ils se rencontrent enfin à Boston, lui venu d'Amsterdam, elle de Northampton. Et leur histoire prend un tour nouveau. Ella découvre le soufisme avec Aziz, derviche d'origine hollandaise, converti à cette voie spirituelle. Des... Le roman se compose de cinq chapitres, sur 400 pages, chaque sous-chapitre portant le nom du narrateur. Trois narrations, sur trois époques, alternent ainsi : Ella, Northampton, Massachusetts, 2008. Récit de Shams de Tabriz, maître du grand soufi Rûmi, 1242 - 1260. Et les personnages du premier roman de Aziz Z. Zahara, « Doux blasphème », qu'Ella doit lire pour une agence littéraire. Ella est une mère et une épouse exemplaires. Elle vit avec David, dentiste, dans une belle maison à Northampton. Ils sont aisés, disposent de deux appartements à Boston et d'un à Rhode Island. Ils ont trois enfants : Jeannette, amoureuse de Scott et qui veut se marier avec lui (réticence d'Ella : ils sont très jeunes, il n'est pas juif) ; les jumeaux la fille, Orly, le fils Avi. Tout semble donc très agréable dans la vie d'Ella. Mais ce n'est qu'un leurre : elle découvre que son mari a sans doute une liaison Elle ne pose aucune question. Et lit attentivement ce roman d'Aziz. Et entreprend avec lui une correspondance amoureuse, jusqu'à ce qu'ils se rencontrent enfin à Boston, lui venu d'Amsterdam, elle de Northampton. Et leur histoire prend un tour nouveau. Ella découvre le soufisme avec Aziz, derviche d'origine hollandaise, converti à cette voie spirituelle. Des pages superbes s'articulent autour de plusieurs narrateurs, d'où surgissent de nombreux personnages, évoqués aussi minutieusement que dans des miniatures persanes, avec la même inspiration poétique et raffinée. Un ivrogne, une catin, un lépreux, des jardins, un bouge et une madrasa : on pourrait se croire dans un livre illustré de contes venus d'Orient. Pénétré ou non de mysticisme et de soif de beauté et d'élévation, on ne peut que se laisser emporter par le charme de cette écriture et de ces images finement dessinées tout au long de ce livre qu'on ne peut qualifier de roman, tant il s'ancre dans l'histoire de personnages et de lieux réels, tant il est animé d'émotions douces ou violentes mais qui se concrétisent toujours par une exhortation à l'amour de l'être humain et est un appel aux vertus les élevées de l'âme humaine : tolérance, bienveillance, fraternité. Philosophie autant que souffle religieux, le soufisme s'incarne dans la sema, cette danse mystique qui fait tourner les derviches sur eux-mêmes, inlassablement, une main tournée vers le ciel, l'autre vers la terre. Exactement comme dans de nombreuses pratiques spirituelles qui replacent l'Homme entre Ciel et Terre, élément modeste mais unique de l'Univers. Aujourd'hui, il se trouve qu'on parle beaucoup du soufisme, que des femmes s'autorisent à en pratiquer la danse, telle Rana Gorgani , jeune femme franco-iranienne. Un livre qui offre beaucoup de plaisir à son lecteur, mais qu'il faut prendre le temps de découvrir.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…