Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264066336
Code sériel : 5230
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

The Girls

Jean ESCH (Traducteur)
Date de parution : 17/08/2017
En se penchant non sur le mythe macabre Manson mais sur les anonymes qui l’ont suivi, Emma Cline signe un premier roman très remarqué.
Californie, fin des années 1960. Evie Boyd, quatorze ans, vit seule avec sa mère. Lorsqu'elle se dispute avec sa seule amie, Evie se tourne vers un groupe de filles dont la liberté et l'atmosphère d'abandon qui les entoure la fascinent. Séduite par l'aînée, Suzanne, elle se laisse entraîner dans une... Californie, fin des années 1960. Evie Boyd, quatorze ans, vit seule avec sa mère. Lorsqu'elle se dispute avec sa seule amie, Evie se tourne vers un groupe de filles dont la liberté et l'atmosphère d'abandon qui les entoure la fascinent. Séduite par l'aînée, Suzanne, elle se laisse entraîner dans une secte au leader charismatique, Russell. Leur ranch est aussi étrange que délabré, mais, aux yeux de l'adolescente, il est exotique, électrique, et elle veut à tout prix s’intégrer. Son obsession pour Suzanne grandissant, Evie ne s'aperçoit pas qu'elle s'approche inéluctablement d'une violence impensable.

« Emma Cline signe un roman envoûtant sur les tourments de l'adolescence. » Les Inrockuptibles
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264066336
Code sériel : 5230
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MaxSco Posté le 9 Novembre 2020
    The girls. Les filles. Les filles de la "famille" Manson. Les filles américaines conditionnées par les publicités et les magazines de l'époque passant un temps fou à se rendre désirable aux yeux de garçons qui, eux, s'occupent juste à devenir eux-mêmes. Sweet sixties. Flower power. Evie est une adolescente paumée, très jeune, très seule et très fragile. Elle rencontre les "filles" de Charles Manson (Russel dans le roman) et est fascinée par Suzanne. Prête à tout pour lui plaire, elle fugue pour intégrer la secte et y faire son initiation. Drogues, sexe, gourou tout puissant. Russel se sert des filles comme monnaie d'échange. Relations sexuelles, prostitution, viol… Dès le moment où elle n'est plus utile, Evie est brutalement éjectée (une chance au regard des atrocités commises plus tard par les "filles" de Manson). Trente ans plus tard, Evie constate que les choses n'ont guère changé pour les jeunes filles américaines. La place des femmes dans une société toujours patriarcale n'est évidemment pas aisée. Glauque. Poétique. Affuté. Hors des clous. Coup de cœur pour le premier roman d'une jeune écrivaine américaine.
  • latina Posté le 3 Novembre 2020
    Difficile de me débarrasser de cet univers glauque, mais réel, quoique romancé. Vous souvenez-vous de Charles Manson, qui avait ordonné d’entrer chez le réalisateur Polanski à Los Angeles et de massacrer toutes les personnes s’y trouvant ? Polanski absent, c’est Sharon Tate, sa femme enceinte de 8 mois et ses amis qui ont été poignardés sauvagement par 1 homme et 3 femmes, le 9 août 1969. Ce roman relate la venue, en juin 1969, d’une petite jeune fille de 14 ans, riche et mal-aimée, dans le ranch bouseux de « Russell » (Manson, donc), une communauté hippie où l’égo se fond dans l’amour collectif, où les enfants pleins de poux et de cicatrices purulentes sont interdits de marques d’affection personnelle, où les jeunes femmes s’avilissent sous les yeux de braise de leur chef bien-aimé. Evie est seule, terriblement seule. Sa meilleure amie l’a délaissée, ses parents divorcés ont d’autres chats à fouetter, et les vacances commencent. Comment ne pas se sentir attirée irrésistiblement par trois filles libres et sauvages aperçues au parc et au centre commercial ? Elle les suivra donc et sera embarquée dans leur car revisité à la mode hippie pour découvrir avec effarement et joie profonde la vie... Difficile de me débarrasser de cet univers glauque, mais réel, quoique romancé. Vous souvenez-vous de Charles Manson, qui avait ordonné d’entrer chez le réalisateur Polanski à Los Angeles et de massacrer toutes les personnes s’y trouvant ? Polanski absent, c’est Sharon Tate, sa femme enceinte de 8 mois et ses amis qui ont été poignardés sauvagement par 1 homme et 3 femmes, le 9 août 1969. Ce roman relate la venue, en juin 1969, d’une petite jeune fille de 14 ans, riche et mal-aimée, dans le ranch bouseux de « Russell » (Manson, donc), une communauté hippie où l’égo se fond dans l’amour collectif, où les enfants pleins de poux et de cicatrices purulentes sont interdits de marques d’affection personnelle, où les jeunes femmes s’avilissent sous les yeux de braise de leur chef bien-aimé. Evie est seule, terriblement seule. Sa meilleure amie l’a délaissée, ses parents divorcés ont d’autres chats à fouetter, et les vacances commencent. Comment ne pas se sentir attirée irrésistiblement par trois filles libres et sauvages aperçues au parc et au centre commercial ? Elle les suivra donc et sera embarquée dans leur car revisité à la mode hippie pour découvrir avec effarement et joie profonde la vie au ranch. Elle n’est pas dupe, la petite Evie, mais elle adore ça ! La drogue, le sexe, la saleté, la promiscuité, la manipulation, l’amour envers Suzanne, tout ceci la détourne de la vie fade et bien-pensante de sa propre famille durant ces quelques semaines précédant le massacre. Tout est expliqué, décortiqué, avec force détails. Et forcément, c’est très difficile de s’extirper de cette ambiance morbide et faussement ouverte à l’amour universel. Emma Cline écrit avec jubilation, s’immisçant très facilement dans la psychologie d’une ado de 14 ans, son ennui, son désarroi, ses tentations, et l’horreur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • adda33 Posté le 7 Octobre 2020
    Evie, à l'âge adulte, nous apprend comment à 14 ans, à la fin des années 1960, elle s'est retrouvée sous la coupe d'une bande menée par son leader Russell. Cette histoire fait évidemment penser à l'affaire Manson. C'est très bien écrit. On suit le cheminement, les raisons qui poussent Evie à rejoindre ce groupe, l'attrait pour Suzanne en particulier. Ce roman parle également des difficultés d'être adolescent, du besoin de considération et d'être aimé. C'est aussi une image de l'Amérique fin des années 1960 mais les thèmes sont encore d'actualité, notamment la place des femmes dans notre société. L'histoire est assez sombre mais le ton juste.
  • zabeth55 Posté le 1 Août 2020
    Evie, 14 ans, vit seule avec sa mère. Elle est fascinée par Suzanne , une fille différente, et réussit à s’en faire accepter. Elle passe de plus en plus de temps avec elle au « ranch » où vit toute une bande sous la coupe d’un gourou. Devenue adulte, elle se souvient de ces années plus qu’étranges. C’est américain, c’est bien écrit Le désoeuvrement, la fragilité des adolescents sont bien analysés. En 1969, toutes sortes de sectes proliféraient, profitant de leur quête existentielle. De nos jours, certains se font enrôler par le Jihad. L’adolescence est une période transitoire difficile, une recherche de soi où il est facile de se perdre. Emma Cline, dans son premier roman, a bien saisi la psychologie de cette jeune fille qui deviendra une femme marquée par sa sinistre expérience d’adolescente. C’est dense et intéressant, mais je n’en ferais cependant pas un coup de cœur.
  • BarbaraLg Posté le 12 Juillet 2020
    Plongée dans la Californie des année 70, époque de tous les excès, du flower power, de la liberté absolue et de ses dérives. Belle introspection de l'héroïne. Une question subsiste à la fin, que regrette-t-elle vraiment ?
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Lisez

    Accro à "Mindhunter" ? Ces livres sont faits pour vous

    Série fascinante et obsédante, Mindhunter plante son décor dans l'Amérique des années 70 sur les traces de deux agents du FBI chargés de dresser les profils-types d'assassins, bientôt appelés tueurs en série. C'est la naissance du profilage. Produite et partiellement réalisée par David Fincher, la création Netflix se joue des codes de la série policière, préférant la tension à l'action, les dialogues qui se prolongent aux attaques sanglantes. En manque de Mindhunter ? Voici quelques livres à dévorer en attendant le retour des agents Ford et Tench.

    Lire l'article