En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        The Girls

        10/18
        EAN : 9782264066336
        Code sériel : 5230
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 360
        Format : 108 x 177 mm
        The Girls

        Jean ESCH (Traducteur)
        Date de parution : 17/08/2017
        En se penchant non sur le mythe macabre Manson mais sur les anonymes qui l’ont suivi, Emma Cline signe un premier roman très remarqué.
        Californie, fin des années 1960. Evie Boyd, quatorze ans, vit seule avec sa mère. Lorsqu'elle se dispute avec sa seule amie, Evie se tourne vers un groupe de filles dont la liberté et l'atmosphère d'abandon qui les entoure la fascinent. Séduite par l'aînée, Suzanne, elle se laisse entraîner dans une... Californie, fin des années 1960. Evie Boyd, quatorze ans, vit seule avec sa mère. Lorsqu'elle se dispute avec sa seule amie, Evie se tourne vers un groupe de filles dont la liberté et l'atmosphère d'abandon qui les entoure la fascinent. Séduite par l'aînée, Suzanne, elle se laisse entraîner dans une secte au leader charismatique, Russell. Leur ranch est aussi étrange que délabré, mais, aux yeux de l'adolescente, il est exotique, électrique, et elle veut à tout prix s’intégrer. Son obsession pour Suzanne grandissant, Evie ne s'aperçoit pas qu'elle s'approche inéluctablement d'une violence impensable.

        « Emma Cline signe un roman envoûtant sur les tourments de l'adolescence. » Les Inrockuptibles
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264066336
        Code sériel : 5230
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 360
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        8.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Kaya Posté le 25 Janvier 2018
          L'histoire est presque classique : une jeune fille jeune et mal dans sa peau, éperdue d'admiration pour une autre fille plus âgée, plus jolie, sûre d'elle, qui va l'entrainer hors des sentiers battus. Le schéma a été vu et revu. On y ajoute une ambiance de secte en toile de fond qui est assez inattendue. Encore que... N'y a-t-il pas un côté sectaire dans les "clubs", "groupes" et autres collectivités où se font enrôler les jeunes filles dans les romans (souvent américains, quand j'y pense ! ? Je songe à "Amelia" de K. McCreight et les Magpies. Je songe aussi aux sororités dans "Les Revenants" de Kasichke. Plein de livres me viennent en tête lorsque je réfléchis à l'histoire de "The Girls". Pas révolutionnaire, donc ! Mais un très bel échantillon du genre qui se laisse lire avec beaucoup de plaisir !
        • Cristie Posté le 6 Janvier 2018
          Août 1969, la comédienne Sharon Tate est sauvagement assassinée avec quatre de ses amis dans sa villa. L'assassinat de la compagne de Roman Polanski aura marqué les esprits même bien des années plus tard. Qui donc sont ces filles à la solde de Charles Manson et comment en sont-elles arrivées là ? C'est ce fait divers qu'a choisi la jeune auteure de 27 ans pour son premier livre. N'allez pas vous imaginer une histoire basée sur du voyeurisme car c'est avant tout un état d'esprit féminin, d'aspiration, de mal être adolescent dans la société américaine des années 60 qui nous est conté avec tout ce qu'il comporte de paradoxes. Evie Boyd, 14 ans vit dans le Nord de la Californie seule avec sa mère. Ses parents viennent de se séparer suite à une rencontre amoureuse du père avec une jeunette. Sa mère se met alors à sortir avec des hommes de façon désespérée. Sa seule amie la rejette ayant compris qu'Evie s'intéressait plus à son frère qu'à elle même. L'été arrive donc laissant quelques semaines de vide devant elle. Alors lorsque l'adolescente croise dans un parc une bande de filles à la pauvreté manifeste, elles lui paraissent aussi racées qu'une... Août 1969, la comédienne Sharon Tate est sauvagement assassinée avec quatre de ses amis dans sa villa. L'assassinat de la compagne de Roman Polanski aura marqué les esprits même bien des années plus tard. Qui donc sont ces filles à la solde de Charles Manson et comment en sont-elles arrivées là ? C'est ce fait divers qu'a choisi la jeune auteure de 27 ans pour son premier livre. N'allez pas vous imaginer une histoire basée sur du voyeurisme car c'est avant tout un état d'esprit féminin, d'aspiration, de mal être adolescent dans la société américaine des années 60 qui nous est conté avec tout ce qu'il comporte de paradoxes. Evie Boyd, 14 ans vit dans le Nord de la Californie seule avec sa mère. Ses parents viennent de se séparer suite à une rencontre amoureuse du père avec une jeunette. Sa mère se met alors à sortir avec des hommes de façon désespérée. Sa seule amie la rejette ayant compris qu'Evie s'intéressait plus à son frère qu'à elle même. L'été arrive donc laissant quelques semaines de vide devant elle. Alors lorsque l'adolescente croise dans un parc une bande de filles à la pauvreté manifeste, elles lui paraissent aussi racées qu'une famille royale surtout Suzanne ... Les filles vivent en communauté dans un ranch, fouillant les poubelles, faisant des raids pour survivre et suivant aveuglément le discours de leur maître à tous, Russel. Je n'en dévoile pas trop. Il y a de vrais instant de grâce dans ce livre. Le personnage d'Evie est particulièrement fouillé. On y retrouve une grande partie de la psychologie féminine adolescente : la naissance des premiers émois, la fragilité la sensibilité, la volonté de se faire aimer, ... L'auteure a su la rendre réelle. On a envie de l'aider, lui faire prendre conscience de ce qu'elle vit et à quel point elle s'éloigne de la réalité. J'ai beaucoup aimé la scène avec le jeune homme qui la ramène en stop et découvre l'endroit où elle vit. Ce qu'il décrit ne correspond plus à ce que la jeune fille est capable de percevoir. La réalité est biaisée depuis le début pour elle et s'efface devant son désir d'aimer et d'être aimé. L'auteur a su avec beaucoup de subtilité nous dévoiler l’enrôlement et l'emprise d' une secte et de certains individus. Un livre fort !
          Lire la suite
          En lire moins
        • TarteTatin Posté le 14 Décembre 2017
          Ce livre est mélange de descente aux enfers, de roman initiatique et de documentaire sur la fin des sixties. Il est découpé en 4 parties, chacune rapidement introduite par le personnage pricipale aujourd’hui et relatant les faits de 1969 : 1) La rencontre de la narratrice, Evie, avec des filles membres d'une communauté de hippies. Elle a une relation fileuse avec sa mère, alors en pleine séparation et qui va oublier son rôle de mère pour tenter de vivre l'épanouissement de sa féminité. Le fil va tendre et casser. Dès lors, Evie trouvera un autre modèle d'admiration en Suzanne, une fille hypnotisante, qui sentant sa détresse et sa colère, va l'accueillir au sein de la «famille». 2) La seconde partie relate la vie au sein de la «famille», le délestage des biens matériels, la drogue et le sexe, mais aussi la rencontre avec Russell, le chef de la famille, cet homme qui aspire à être une grande star de la musique. 3) Pour survivre, la famille doit voler ou racketter. Pour se défouler, certaines des filles entrent par effraction dans de belles villas californiennes et déplacent les objets en vue de chambouler le quotidien. C'est lors d'un de ces raids qu'Evie se fait prendre et... Ce livre est mélange de descente aux enfers, de roman initiatique et de documentaire sur la fin des sixties. Il est découpé en 4 parties, chacune rapidement introduite par le personnage pricipale aujourd’hui et relatant les faits de 1969 : 1) La rencontre de la narratrice, Evie, avec des filles membres d'une communauté de hippies. Elle a une relation fileuse avec sa mère, alors en pleine séparation et qui va oublier son rôle de mère pour tenter de vivre l'épanouissement de sa féminité. Le fil va tendre et casser. Dès lors, Evie trouvera un autre modèle d'admiration en Suzanne, une fille hypnotisante, qui sentant sa détresse et sa colère, va l'accueillir au sein de la «famille». 2) La seconde partie relate la vie au sein de la «famille», le délestage des biens matériels, la drogue et le sexe, mais aussi la rencontre avec Russell, le chef de la famille, cet homme qui aspire à être une grande star de la musique. 3) Pour survivre, la famille doit voler ou racketter. Pour se défouler, certaines des filles entrent par effraction dans de belles villas californiennes et déplacent les objets en vue de chambouler le quotidien. C'est lors d'un de ces raids qu'Evie se fait prendre et sa mère l'envoie chez son père. On y découvre là aussi une relation complètement décousue. Elle va fomenter sa sédition contre sa famille et se découvrir un amour pour Suzanne, au point de ne pas voir son changement de comportement vers la haine et la destruction. 4) Sorte d'épilogue, cette dernière et courte partie relate sa rentrée scolaire dans un pensionnat, le retour à une certaine normalité et stabilité. le narratrice nous fait part de ces questionnements, de ses doutes, de ses « et si » J'ai vraiment beaucoup aimé ce premier roman, dans lequel le rythme est bon, et où à aucun moment je ne me suis ennuyée. On sent qu'il est extrêmement bien documenté car on y retrouve tous les éléments qui ont mené la famille Manson au massacre. Mais ce qui en fait un roman agreable, c'est que ce n'est pas un roman sur Charles Manson mais sur une gamine de 14 ans qui cherche à s'affirmer à une époque pleine de contradictions et où malgré tout, tout était possible. Ce livre sonne justé très juste. Il est frais, sordide et lumineux à la fois. Bref, une belle reussite
          Lire la suite
          En lire moins
        • MadameTapioca Posté le 23 Novembre 2017
          Coïncidence, hasard ou choix de lecture dicté par mon inconscient, j’ai commencé «The Girls» le jour où l’on apprenait aux infos que Charles Manson était décédé en prison (car si vous ne le savez pas encore ce roman a été librement inspiré des meurtres de la « famille » Manson). Nous sommes en 1969, Evie Boyd a 14 ans. Ignorée par ses parents récemment divorcés, lassée de sa meilleure amie et inquiète de son départ prochain en pension, Evie aimerait être « intéressante » et remarquée par les autres. Au lieu de cela c’est elle qui remarque Suzanne, une jeune fille sûre d’elle, leader d'un groupe de filles transpirantes de liberté et affranchies des contraintes de la société. Quelques temps plus tard, quand le vélo d'Evie la lâche sur une petite route, c’est Suzanne et ses filles qui la récupèrent dans leur bus et qui lui proposent de venir faire un tour dans le ranch qu’elles habitent. Là, la teenager déboussolée rencontre Russell, le vrai leader des filles, l'homme charismatique vénéré par elles autant qu’Evie révère Suzanne. La jeune fille fascinée par cette communauté cherche à s'intégrer et s’éloigne de sa vie d’avant. Elle vole de l’argent pour le groupe, elle découvre les drogues et... Coïncidence, hasard ou choix de lecture dicté par mon inconscient, j’ai commencé «The Girls» le jour où l’on apprenait aux infos que Charles Manson était décédé en prison (car si vous ne le savez pas encore ce roman a été librement inspiré des meurtres de la « famille » Manson). Nous sommes en 1969, Evie Boyd a 14 ans. Ignorée par ses parents récemment divorcés, lassée de sa meilleure amie et inquiète de son départ prochain en pension, Evie aimerait être « intéressante » et remarquée par les autres. Au lieu de cela c’est elle qui remarque Suzanne, une jeune fille sûre d’elle, leader d'un groupe de filles transpirantes de liberté et affranchies des contraintes de la société. Quelques temps plus tard, quand le vélo d'Evie la lâche sur une petite route, c’est Suzanne et ses filles qui la récupèrent dans leur bus et qui lui proposent de venir faire un tour dans le ranch qu’elles habitent. Là, la teenager déboussolée rencontre Russell, le vrai leader des filles, l'homme charismatique vénéré par elles autant qu’Evie révère Suzanne. La jeune fille fascinée par cette communauté cherche à s'intégrer et s’éloigne de sa vie d’avant. Elle vole de l’argent pour le groupe, elle découvre les drogues et le sexe. Aveuglée par Suzanne et par Russell, véritable gourou qui lui assène sa vision du monde, elle ne décèle rien du chaos et de la crasse qui l’entourent dans ce ranch. Le danger rode, la chute est proche. Fin, intelligent, superbement écrit avec des phrases brillantes, ce premier roman est stupéfiant. Avec une acuité intense, Emma Cline décrit les complexités de l’adolescence et nous livre un portrait incroyablement juste de filles, des femmes qu'elles deviennent et de ce moment charnière de la vie quand tout peut basculer si facilement. A lire absolument. « Pauvres filles. Le monde les engraisse avec des promesses d’amour. Elles en ont terriblement besoin et la plupart d’entre elles en auront si peu »
          Lire la suite
          En lire moins
        • Pipojo Posté le 5 Novembre 2017
          En 1969, Evie Boyd est une adolescente californienne de quatorze ans qui a du mal à trouver sa place. Ses parents sont séparés et elle vit avec sa mère qui recherche un nouveau compagnon. Son amitié avec Connie tourne court. Les journées d'été lui semblent longues. Un jour, elle rencontre Suzanne, une fille un peu plus âgée qu'elle, qui tout de suite la fascine. Evie va réussir à intégrer son clan, la bande de filles qui se déplace en car noir. Elle va ainsi débarquer dans la communauté de Russell, musicien raté qui est un véritable gourou, le jour de la fête du solstice. En s'inspirant du fait divers de la secte meurtrière Manson, Emma Cline livre un beau portrait psychologique d'adolescente en quête de repères. L'auteur explore avec discernement les mécanismes de manipulation et les dérives sectaires en privilégiant le point de vue de son héroïne narratrice Evie. Le récit alterne entre l'Evie d'aujourd'hui qui se rappelle de l'Evie de 1969, une adolescente qui se sentait très seule. Seul bémol, les comparaisons et les métaphores m'ont semblé parfois absconses, peut-être un défaut de traduction? L'écriture contribue néanmoins à décrire avec finesse le côté sombre du mouvement hippie. Je remercie l'opération... En 1969, Evie Boyd est une adolescente californienne de quatorze ans qui a du mal à trouver sa place. Ses parents sont séparés et elle vit avec sa mère qui recherche un nouveau compagnon. Son amitié avec Connie tourne court. Les journées d'été lui semblent longues. Un jour, elle rencontre Suzanne, une fille un peu plus âgée qu'elle, qui tout de suite la fascine. Evie va réussir à intégrer son clan, la bande de filles qui se déplace en car noir. Elle va ainsi débarquer dans la communauté de Russell, musicien raté qui est un véritable gourou, le jour de la fête du solstice. En s'inspirant du fait divers de la secte meurtrière Manson, Emma Cline livre un beau portrait psychologique d'adolescente en quête de repères. L'auteur explore avec discernement les mécanismes de manipulation et les dérives sectaires en privilégiant le point de vue de son héroïne narratrice Evie. Le récit alterne entre l'Evie d'aujourd'hui qui se rappelle de l'Evie de 1969, une adolescente qui se sentait très seule. Seul bémol, les comparaisons et les métaphores m'ont semblé parfois absconses, peut-être un défaut de traduction? L'écriture contribue néanmoins à décrire avec finesse le côté sombre du mouvement hippie. Je remercie l'opération Masse critique de Babelio et 10/18 pour l'envoi de ce roman.
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.