Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707152374
Code sériel : 4
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 125 x 190 mm

Théâtre de l'opprimé

Dominique LÉMANN (Traducteur)
Date de parution : 07/06/2007

« Le document d'Augusto Boal prouve que le théâtre populaire bien compris réveille les consciences. Ce livre est aussi important que les Écrits sur le théâtre de Bertolt Brecht. » Cahiers de la Comédie-Française

L’être humain devient humain quand il invente le théâtre. La profession théâtrale, qui appartient à quelques-uns, ne doit pas cacher l’existence et la permanence de la vocation théâtrale, qui appartient à tous. Le théâtre est une vocation pour tout être humain.
Le théâtre de l’opprimé est un système d’exercices physiques,...

L’être humain devient humain quand il invente le théâtre. La profession théâtrale, qui appartient à quelques-uns, ne doit pas cacher l’existence et la permanence de la vocation théâtrale, qui appartient à tous. Le théâtre est une vocation pour tout être humain.
Le théâtre de l’opprimé est un système d’exercices physiques, de jeux esthétiques, de techniques d’images et d’improvisations spéciales, dont le but est de sauvegarder, développer et redimensionner cette vocation humaine, en faisant de l’activité théâtrale un outil efficace pour la compréhension et la recherche de solutions à des problèmes sociaux et personnels.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707152374
Code sériel : 4
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 125 x 190 mm
La Découverte

Ils en parlent

« Le document d'Augusto Boal prouve que le théâtre populaire bien compris réveille les consciences. Ce livre est aussi important que les Écrits sur le théâtre de Bertolt Brecht. »
CAHIERS DE LA COMÉDIE FRANÇAISE

« Qu'est-ce que le théâtre de l'opprimé ? Il a deux principes fondamentaux : "transformer le spectateur - être passif, réceptif, dépositaire - en protagoniste d'une action dramatique, en sujet créateur, en transformateur ; essayer de ne pas se contenter de réfléchir sur le passé, mais de prépare le futur". Une autre façon d'être subversif sans sortir son revolver. »
LIBÉRATION

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Meps Posté le 29 Septembre 2019
    J'avais lu ce livre quand j'avais commencé à envisager d'utiliser le théâtre (mon loisir principal) comme outil dans ma vie professionnelle (le travail social). La relecture s'en imposait alors que je vais tenter l'utilisation concrète du théâtre forum au sein de mon cadre actuel de travail. J'avais gardé en tête les éléments principaux de cette nouvelle forme de théâtre que Boal avait instauré pour s'adapter à ce qu'il rencontrait, une population subissant une situation d'oppression, dans son cas économique. Le théâtre doit alors servir de moyen de revivre, rejouer les situations vécus pour trouver ensemble les solutions permettant de sortir de cette oppression. Je me rappelais avoir également senti la possibilité de pouvoir transposer l'outil à presque toutes les formes de public, puisqu'on vit tous des situations où on peut se sentir opprimé par quelqu'un ou quelque chose... mais aussi dans le même temps des situations où on se trouve soi-même sans toujours l'avoir consciemment cherché dans des situations d'oppresseur. L'outil du théâtre forum permet, au moins pour un temps, d'expérimenter la fameuse demande de "Mets toi à ma place", si impossible à réellement ressentir dans le quotidien. J'avais aussi aimé à l'époque le modernisme d'une méthode si interactive alors qu'elle... J'avais lu ce livre quand j'avais commencé à envisager d'utiliser le théâtre (mon loisir principal) comme outil dans ma vie professionnelle (le travail social). La relecture s'en imposait alors que je vais tenter l'utilisation concrète du théâtre forum au sein de mon cadre actuel de travail. J'avais gardé en tête les éléments principaux de cette nouvelle forme de théâtre que Boal avait instauré pour s'adapter à ce qu'il rencontrait, une population subissant une situation d'oppression, dans son cas économique. Le théâtre doit alors servir de moyen de revivre, rejouer les situations vécus pour trouver ensemble les solutions permettant de sortir de cette oppression. Je me rappelais avoir également senti la possibilité de pouvoir transposer l'outil à presque toutes les formes de public, puisqu'on vit tous des situations où on peut se sentir opprimé par quelqu'un ou quelque chose... mais aussi dans le même temps des situations où on se trouve soi-même sans toujours l'avoir consciemment cherché dans des situations d'oppresseur. L'outil du théâtre forum permet, au moins pour un temps, d'expérimenter la fameuse demande de "Mets toi à ma place", si impossible à réellement ressentir dans le quotidien. J'avais aussi aimé à l'époque le modernisme d'une méthode si interactive alors qu'elle est née dans les années 1970. Boal conclut d'ailleurs la première description de sa théorie par la formule "Spectateur, quel mot obscène !". Cette relecture m'aura permis de saisir plusieurs choses. Tout d'abord, le lien profond avec la théorie marxiste dans des pays d'Amérique du Sud où elle s'est trouvé être une réponse pour tenter de sortir des oppressions des dictatures, souvent entretenues par les grandes démocraties occidentales. J'ai ensuite découvert la raison d'être des chapitres qui suivaient l'exposé de la théorie inaugurale. A la réflexion, il ne me semble pas même les avoir lus à l'époque, ils m'avaient sans doute semblé rébarbatifs et la jeunesse a ses impatiences. Ils exposent chacun à leur tour les étapes de l'évolution du théâtre (celui d'Aristote, celui de Machiavel, celui de Brecht) et surtout des rapports de celui-ci, inévitables selon l'auteur, avec la politique. J'ai senti qu'on "reprochait" à Boal l'engagement de son théâtre, qu'on cherchait à le pousser doucement vers un théâtre plus récréatif et moins révolutionnaire. Sa réponse est de montrer à quel point le théâtre s'est toujours mêlé de politique, même quand il professait le contraire, à l'image de celui d'Aristote. La différence est que le théâtre cherchait à l'époque à protéger l'ordre établi et que son théâtre s'y oppose et déclenche donc des réactions de rejet. J'ai enfin été plus gêné par une certaine suffisance de l'auteur mais sans doute provoquée par les critiques que je viens de mentionner. Dans certains passages, il semble dénigrer la plupart des auteurs contemporains, qui ne cherchent qu'à faire du théâtre et ne se donnent pas pour objectif de réellement transformer la société. Face à l'adversité, on a forcément besoin de grandir son mérite pour s'armer pour la bataille. Le plus dérangeant est que cela soit le fait d'un homme qui a toujours su se placer dans la position du plus humble, de celui qui a tout à apprendre de ceux à qui il se propose d'apprendre le théâtre. Tout en ayant mieux saisi le cheminement de l'auteur, je vais finalement en revenir à mon premier ressenti, en essayant de faire du théâtre de l'opprimé une arme des plus faibles pour tenter de transformer leur quotidien et ne faire qu'espérer que cela contribue à sa petite échelle à transformer, un jour qui sait, notre société.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !