Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266278256
Code sériel : 17169
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Une saison en enfance

Date de parution : 04/01/2018
André Pastrella, petit Rital de 13 ans, atterrit dans une banlieue de Genève à la fin des années 1970. Une nouvelle école, une maîtresse pas des plus tendres et des copains de classe se révélant de vraies peaux de vache. Une initiation au métier de vivre, celle des coups à... André Pastrella, petit Rital de 13 ans, atterrit dans une banlieue de Genève à la fin des années 1970. Une nouvelle école, une maîtresse pas des plus tendres et des copains de classe se révélant de vraies peaux de vache. Une initiation au métier de vivre, celle des coups à prendre et à donner. Mais aussi une éducation sentimentale, un adieu à l’enfance qui prend les chemins de traverse avant de prendre son envol. Entre parents en crise, violence du lieu et premiers désirs, André projette ses rêves vers la Sicile, paradis perdu où il passe ses vacances d’été, mais c’est ici qu’il devra se faire une place.

Édition revue par l’auteur

« Frappé à l’estomac, le lecteur s’incline devant le talent de Joseph Incardona. » Michel Audétat – Le Matin Dimanche (Suisse)

« Chaleureux, évocateur, le roman s’attache aux étapes, aux crises qui font grandir. » Lisbeth Koutchoumoff – Le Temps (Suisse)

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266278256
Code sériel : 17169
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Chaleureux, évocateur, le roman s'attache aux étapes, aux crises qui font grandir. » Lisbeth Koutchoumoff - Le Temps (Suisse)
« Un roman écrit avec tendresse. » L'Illustré (Suisse)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Wilena Posté le 22 Avril 2020
    Quelle plume, incisive et vibrante à la fois. On plonge totalement dans l'histoire, se retrouvant aux côtés d'André, jeune garçon mi-italien mi-suisse, qui vit cette double origine comme un fardeau que les autres lui renvoient constamment en boomerang. Ce livre rappelle à quel point le racisme entre européens était fort à l'époque et la violence physique entre les enfants présente. J'ai trouvé ce livre fort intéressant, notamment pour nous rappeler d'où l'on vient, pour mieux savoir vers quoi nous voulons aller comme société. Une lecture que je recommande.
  • Bazart Posté le 9 Janvier 2020
    Une saison en enfance est le dernier poche que j’ai lu en 2019, bien qu'il soit sorti chez Pocket courant 2018 Je n’ai pas pris beaucoup de notes à son sujet (alors que c’est tellement plus simple ensuite pour en parler) car je l’ai lu dans le train et je me suis complètement laissée entraîner par cette histoire, celle de l’enfance romancée de l’auteur. André est un petit garçon de 12 ans dont les parents déménagent souvent. Il n’a jamais le temps de se faire des amis, de se créer des habitudes. En arrivant à Genève, il est vu comme un étranger, il est « le rital » pour la bande qui rode au pied de sa barre d’HLM comme pour les élèves de sa nouvelle classe. Le fait de n’être pas d’ici, le fait d’être habillé « comme un pauvre », les autres vont lui faire payer. Au déracinement, s’ajoutent le racisme et le violence et cette année scolaire signe la fin de l’enfance pour André. Le retour en Sicile à l’occasion de vacances est une respiration bienvenue dans ce roman sous tension qui m’a laissé avec un amer goût de révolte face à l’indifférence des adultes. Suisse d’origine italienne, scénariste de BD... Une saison en enfance est le dernier poche que j’ai lu en 2019, bien qu'il soit sorti chez Pocket courant 2018 Je n’ai pas pris beaucoup de notes à son sujet (alors que c’est tellement plus simple ensuite pour en parler) car je l’ai lu dans le train et je me suis complètement laissée entraîner par cette histoire, celle de l’enfance romancée de l’auteur. André est un petit garçon de 12 ans dont les parents déménagent souvent. Il n’a jamais le temps de se faire des amis, de se créer des habitudes. En arrivant à Genève, il est vu comme un étranger, il est « le rital » pour la bande qui rode au pied de sa barre d’HLM comme pour les élèves de sa nouvelle classe. Le fait de n’être pas d’ici, le fait d’être habillé « comme un pauvre », les autres vont lui faire payer. Au déracinement, s’ajoutent le racisme et le violence et cette année scolaire signe la fin de l’enfance pour André. Le retour en Sicile à l’occasion de vacances est une respiration bienvenue dans ce roman sous tension qui m’a laissé avec un amer goût de révolte face à l’indifférence des adultes. Suisse d’origine italienne, scénariste de BD et de films, dramaturge et réalisateur, auteur d'une douzaine romans, Joseph Incardona a reçu Grand Prix de littérature pour Derrière les panneaux, il y a des hommes (2015), et le Prix du polar romand pour Chaleur (2017). A noter que Joseph Incardona est actuellement sous les feux de l'actutalité de cette rentrée d'hiver littéraire 2020 avec La soustraction des possibles qui dresse une véritable comédie humaine aux personnages marqués par l'espoir de tout gagner. On devrait vous en reparler prochainement une fois qu'on a ingurgité ce gros mais très alléchant roman !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mamy_Poppins Posté le 28 Août 2019
    Imaginez que le Petit Nicolas ait été enfant d'immigré italien, coincé avec un couple parental ayant du plomb dans l'aile. Imaginez que les rivalités entre enfants aient été bien plus sanglantes. Vous obtenez ce court roman très sympa, voyage initiatique entre l'enfance et l'adolescence. Le ton passe tour à tour du lyrisme poétique à une verdeur un peu démodée (reflet de l'époque où se situe le livre), offrant de bien jolis passages. le personnage d'André est attachant, avec ses interrogations et ses doutes, et cette plongée dans la Suisse de la fin des seventies est un vrai plaisir. Il ne s'agit toutefois pas d'une ode mièvre à l'enfance, les péripéties narrées par André sont bien souvent violentes et témoignent d'un véritable mal-être. Un auteur que je ne connaissais pas, mais que je relirai !
  • Annette55 Posté le 17 Janvier 2018
    C'est l'histoire d'André Pastarella, un petit italien de douze ans, qui arrive en Suisse, dans une banlieue de Genève , à la fin des années 70. Nouvelle classe, nouvelle maîtresse d'école pas tendre du tout, des copains de classe hostiles, querelleurs ,méprisants ,prêts à la bagarre, voilà son quotidien. La Suisse, pays où tout fonctionne merveilleusement bien , oú la sécurité et le confort prédominent mais pas le bonheur pour André, plutôt le goût amer des choses ! Ses parents, (son pére Sicilien , doit renouveler sa carte de séjour, régulièrement sa mère est Suisse ), travailleurs précaires, connaissent les humiliations , un dur labeur et aucune reconnaissance ! André n'est heureux que lors de ses vacances rêvées en Sicile , son "Paradis Perdu", chaque été , auprès de ses grands -parents paternels, c'est toujours un déchirement de les quitter. Ce roman intiatique, chaleureux , généreux, évoque et s'attache avec réalisme et nostalgie, aux étapes et aux crises successives qui font grandir un adolescent ,le début de son éducation sentimentale, ses premiers émois amoureux, , un adieu difficile à l'enfance , entre parents en crise," cette machine à broyer qu'était l'école ", l'extrême violence de la "Bande "auquel le héros est confronté ,... C'est l'histoire d'André Pastarella, un petit italien de douze ans, qui arrive en Suisse, dans une banlieue de Genève , à la fin des années 70. Nouvelle classe, nouvelle maîtresse d'école pas tendre du tout, des copains de classe hostiles, querelleurs ,méprisants ,prêts à la bagarre, voilà son quotidien. La Suisse, pays où tout fonctionne merveilleusement bien , oú la sécurité et le confort prédominent mais pas le bonheur pour André, plutôt le goût amer des choses ! Ses parents, (son pére Sicilien , doit renouveler sa carte de séjour, régulièrement sa mère est Suisse ), travailleurs précaires, connaissent les humiliations , un dur labeur et aucune reconnaissance ! André n'est heureux que lors de ses vacances rêvées en Sicile , son "Paradis Perdu", chaque été , auprès de ses grands -parents paternels, c'est toujours un déchirement de les quitter. Ce roman intiatique, chaleureux , généreux, évoque et s'attache avec réalisme et nostalgie, aux étapes et aux crises successives qui font grandir un adolescent ,le début de son éducation sentimentale, ses premiers émois amoureux, , un adieu difficile à l'enfance , entre parents en crise," cette machine à broyer qu'était l'école ", l'extrême violence de la "Bande "auquel le héros est confronté , jusqu'au drame ......... Un moment transitoire et difficile, entre pulsions et nouvelles aspirations , changements constants avant de prendre son envol ....... Un très beau roman âpre , dur, mais lumineux , au ton décalé , qui montre avec nostalgie, qu'il ne faut pas se laisser attendrir par un retour sur soi, car ce temps passé, est celui de la jeunesse et de la force , même vécu dans l'adversité, ïl apparaît comme un temps que l'on regrettera toujours! Très belle 1ère de couverture , un auteur que je ne connais pas.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.