Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258059504
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 140 x 225 mm

Altyn Tolobas

Odette CHEVALOT (Traducteur)
Date de parution : 05/02/2004

Eraste Fandorine a fait souche ! Le héros d'Azazel, La Mort d'Achille et Le Conseiller d'Etat, entre autres aventures, a eu un fils, dans des conditions mystérieuses...

Né en Angleterre, sir Alexander Fandorine, devenu une sommité de la médecine, a été annobli pour services rendus à la Couronne et à lui-même engendré un fils, Nicholas. Plus anglais que bien des Britanniques de longue lignée, ce dernier a hérité de la fortune et du titre paternels à la...

Né en Angleterre, sir Alexander Fandorine, devenu une sommité de la médecine, a été annobli pour services rendus à la Couronne et à lui-même engendré un fils, Nicholas. Plus anglais que bien des Britanniques de longue lignée, ce dernier a hérité de la fortune et du titre paternels à la mort accidentelle de son géniteur. Historien de formation, le jeune homme s'intéresse à certains secrets de sa famille, et en particulier à une moitié de parchemin que possédait sa grand-mère. Il décide donc d'aller chercher la seconde moitié du document dans le berceau des Fandorine, la Russie, sur les traces du fondateur de la lignée : un certain Cornélius von Dorn, mercenaire allemand du XVIIème siècle.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258059504
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 140 x 225 mm
Presses de la cité

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • collectifpolar Posté le 10 Novembre 2019
    Eraste Fandorine a fait souche ! Le héros d'Azazel, La Mort d'Achille et Le Conseiller d'Etat, entre autres aventures, a eu un fils, dans des conditions mystérieuses... Né en Angleterre, sir Alexander Fandorine, devenu une sommité de la médecine, a été anobli pour services rendus à la Couronne et a lui-même engendré un fils, Nicholas. Plus anglais que bien des Britanniques de longue lignée, ce dernier a hérité de la fortune et du titre paternels à la mort accidentelle de son géniteur. Historien de formation, le jeune homme s'intéresse à certains secrets de sa famille, et en particulier à une moitié de parchemin que possédait sa grand-mère. Il décide donc d'aller chercher la seconde moitié du document dans le berceau des Fandorine, la Russie, sur les traces du fondateur de la lignée : un certain Cornélius von Dorn, mercenaire allemand du XVIIe siècle. Le second morceau du parchemin aurait été retrouvé dans les fondations d’un ancien palais. Et visiblement il aurait fait partie d’un lot de manuscrits provenant de la riche bibliothèque d’Alexandrie que l’impératrice Sophie avait apporté en dot lors de son mariage avec Yvan III et qui aurait intéressé au plus haut point son descendant, Yvan 4 le terrible. Et parmi ses parchemins... Eraste Fandorine a fait souche ! Le héros d'Azazel, La Mort d'Achille et Le Conseiller d'Etat, entre autres aventures, a eu un fils, dans des conditions mystérieuses... Né en Angleterre, sir Alexander Fandorine, devenu une sommité de la médecine, a été anobli pour services rendus à la Couronne et a lui-même engendré un fils, Nicholas. Plus anglais que bien des Britanniques de longue lignée, ce dernier a hérité de la fortune et du titre paternels à la mort accidentelle de son géniteur. Historien de formation, le jeune homme s'intéresse à certains secrets de sa famille, et en particulier à une moitié de parchemin que possédait sa grand-mère. Il décide donc d'aller chercher la seconde moitié du document dans le berceau des Fandorine, la Russie, sur les traces du fondateur de la lignée : un certain Cornélius von Dorn, mercenaire allemand du XVIIe siècle. Le second morceau du parchemin aurait été retrouvé dans les fondations d’un ancien palais. Et visiblement il aurait fait partie d’un lot de manuscrits provenant de la riche bibliothèque d’Alexandrie que l’impératrice Sophie avait apporté en dot lors de son mariage avec Yvan III et qui aurait intéressé au plus haut point son descendant, Yvan 4 le terrible. Et parmi ses parchemins se trouverait un traité de mathématique de Zamoleï que convoite aussi Adam Walser Composé de chapitres qui font alterner les aventures de Cornélius et celle de son descendant, ce roman flamboyant éclaire avec humour deux Russies que tout oppose. Celle des tsars et la nouvelle Russie. Deux civilisations russes antagoniques et pourtant pas si différente. On y retrouve les mêmes enjeux de pouvoir. Guerre des clans, les maffieux russes ont remplacé les boyards et les apparatchiks Aventures trépidantes et échevelées, dépaysement absolu, coups de théâtre spectaculaires, précision historique impeccable, érudition éblouissante, humour omniprésent : au-delà du clin d'oeil évident au Nom de la rose, d'Umberto Eco, toutes les qualités qui ont révélé Boris Akounine au grand public sont là.
    Lire la suite
    En lire moins
  • fanfan50 Posté le 4 Août 2016
    Je viens de lire Azazel et j'avais envie de suivre les aventures d'Eraste Fandorine mais je suis tombée en fait sur son petit-fils Nicholas, né en Angleterre qui part en Russie à la recherche de l'autre moitié du parchemin hérité de son ancêtre Cornélius von Dorn. La quête du secret de famille de Nicholas est mêlée avec l'aventure de Cornélius qui finit sans le vouloir par rechercher le lieu où se trouve l'altyn-tolobas dans lequel est enfermé un trésor datant d'Ivan le Terrible et même avant ! C'est compliqué mais délicieux à lire. Une toute petite intrigue amoureuse se noue presque dès le départ de sa vie moscovite entre Nicholas et la journaliste Altyn (son nom est prédestiné pour lui car il fait partie de la moitié de sa quête). 478 pages assez trépidantes [masquer] où notre héros sort vainqueur. [/masquer]
  • lerital31 Posté le 19 Février 2014
    Cette histoire met astucieusement en parallèle les aventures en Russie de Nicholas Fandorine, historien du XXe siècle,et de son ancêtre Cornelius Von Dorn, chevalier du XVIIe siècle. La partie XXe siècle de l'histoire démarre sur un polar archéologico-historique qui se met rapidement en mouvement. La partie XVIIe s'apparente à l'épopée d'un chevalier qui vise à gagner ses lettres de noblesse dans un pays étranger et décide ensuite de rechercher un trésor. Ce livre est un bon polar: le rythme est parfait, les rebondissement sont là, on est bien tenu en haleine par l'auteur. Niveau historique, la description de la Moscovie est imprégnée des clichés sur le Moyen-Age, les hommes sont de véritables bêtes sauvages, n'ont aucune morale et ne sont animés que par de vils instincts, sauf notre magnifique héros. Concernant la Russie actuelle et les "Nouveaux Russes", la critique de l'auteur n'est pas bien originale: corruption, violence et nouveaux riches bling bling, seul notre petit britannique semble respectable avec son amoureuse bien sur... Bref, livre à lire pour la partie polar, le reste n'est qu'un décor sans grande portée.
  • kedrik Posté le 8 Septembre 2011
    J'ai acheté ce livre uniquement parce qu'il posséde une couverture dans le plus pur style social réaliste et parce que son auteur à un nom russe. Je sais, c'est compulsif. Je ne connnaissais pas la réputation d'auteur de romans policiers de Boris Akounine et pour un premier contact avec cet auteur, je suis sous le charme. Altyn Tolobas (ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que cache ce titre, c'est un secret réservé au lecteur) raconte l'histoire de Nicholas Fandorine, un Anglais flegmatique et maître en Histoire haut de 1.99m possédant une vision romantique et phantasmée de la Russie. Il n'a jamais réussi à publier quelques choses d'intéressant dans sa discipline et décide donc de partir en Russie pour remonter la trace d'un de ses ancètres en suivant la piste d'une moitié de testament. Le roman fait donc alterner l'enquête de Fandorine à Moscou de nos jours avec la vie tout aussi romanesque de son ancètre, Cornelius von Dorn, mercenaire allemand tout aussi naïf que Fandorine, dont la vie au Kremlin au 17ème siècle est pour le moins mouvementée. C'est un véritable régal que de suivre ces deux personnes liés par le sang et une même vision de la vie.... J'ai acheté ce livre uniquement parce qu'il posséde une couverture dans le plus pur style social réaliste et parce que son auteur à un nom russe. Je sais, c'est compulsif. Je ne connnaissais pas la réputation d'auteur de romans policiers de Boris Akounine et pour un premier contact avec cet auteur, je suis sous le charme. Altyn Tolobas (ne comptez pas sur moi pour vous dire ce que cache ce titre, c'est un secret réservé au lecteur) raconte l'histoire de Nicholas Fandorine, un Anglais flegmatique et maître en Histoire haut de 1.99m possédant une vision romantique et phantasmée de la Russie. Il n'a jamais réussi à publier quelques choses d'intéressant dans sa discipline et décide donc de partir en Russie pour remonter la trace d'un de ses ancètres en suivant la piste d'une moitié de testament. Le roman fait donc alterner l'enquête de Fandorine à Moscou de nos jours avec la vie tout aussi romanesque de son ancètre, Cornelius von Dorn, mercenaire allemand tout aussi naïf que Fandorine, dont la vie au Kremlin au 17ème siècle est pour le moins mouvementée. C'est un véritable régal que de suivre ces deux personnes liés par le sang et une même vision de la vie. L'alternance entre le passé et le présent est très évocateur et fait progresser le mystère avec talent. Car c'est une véritable enquête historique puisque le testament mène Fandorine sur les traces d'un important trésor du tsar. La confrontation entre la vision désuète de la Russie de Fandorine et la réalité des Nouveaux Russes est remplie de retournements de situation (car la mafia vient évidemment mettre son nez dans l'histoire) et l'évocation du Kremlin d'autrefois à travers les yeux de Cornelius apporte une vision intéressante sur le passé de Moscou. Bref, les 400 pages de se roman se dévorent très rapidement.
    Lire la suite
    En lire moins
  • GribouilleChat Posté le 30 Janvier 2011
    Nicholas Fandorine est un jeune historien britannique. Il a choisi d’étudier l’histoire russe en dépit d’une forte allergie à la poussière qui le handicape dans ses recherches surtout par intérêt pour l’histoire de sa propre famille : en effet, il est l’arrière-petit-fils d’Eraste Fandorine, le célèbre conseiller, détective… Nicholas mesure 1,99 mètre, a joué au basket en amateur et a publié quelques articles mais tant ses professeurs que lui-même le considè-rent comme médiocre. Son père, Sir Alexander, médecin de renom, a été anobli par la reine et aurait sans doute été nobélisé s’il n’était mort dans le naufrage du Christania avec son épouse alors qu’il se rendait à Stockholm dans l’espoir d’accélérer le processus et n’avait choisi le bateau plutôt que l’avion pour allier une agréable croisière à un déplacement professionnel. Voilà donc Nicholas, devenu baronnet qui décide de se rendre en Russie (voyage vivement condamné par son père jusque là) pour partir sur les traces du demi-testament de son ancêtre Cornélius Van Dorn, officier alle-mand parti réorganiser les armées russes. Nicholas possède en effet la moitié du testament et a appris par une lettre que l’autre moitié a été découverte en Russie. Parallèlement (stricto sensu, un chapitre sur deux), nous... Nicholas Fandorine est un jeune historien britannique. Il a choisi d’étudier l’histoire russe en dépit d’une forte allergie à la poussière qui le handicape dans ses recherches surtout par intérêt pour l’histoire de sa propre famille : en effet, il est l’arrière-petit-fils d’Eraste Fandorine, le célèbre conseiller, détective… Nicholas mesure 1,99 mètre, a joué au basket en amateur et a publié quelques articles mais tant ses professeurs que lui-même le considè-rent comme médiocre. Son père, Sir Alexander, médecin de renom, a été anobli par la reine et aurait sans doute été nobélisé s’il n’était mort dans le naufrage du Christania avec son épouse alors qu’il se rendait à Stockholm dans l’espoir d’accélérer le processus et n’avait choisi le bateau plutôt que l’avion pour allier une agréable croisière à un déplacement professionnel. Voilà donc Nicholas, devenu baronnet qui décide de se rendre en Russie (voyage vivement condamné par son père jusque là) pour partir sur les traces du demi-testament de son ancêtre Cornélius Van Dorn, officier alle-mand parti réorganiser les armées russes. Nicholas possède en effet la moitié du testament et a appris par une lettre que l’autre moitié a été découverte en Russie. Parallèlement (stricto sensu, un chapitre sur deux), nous découvrons aux côtés de Cornélius la Russie, un monde inconnu et considéré comme barbare. Très vite, dès la frontière franchie, il est détroussé par des brigands et se laisse surprendre avec une candeur qu’on n’aurait pas crue possible de la part d’un mercenaire de cette fin du XVIIe siècle. Dans le même temps, dans le train que Nicolas a choisi comme moyen de transport pour coller le plus possible aux pas de son aïeul, il est lui aussi victime de la même mésaventure… Akounine, que ce soit dans la série des Eraste Fandorine ou dans ce roman particulier, excelle à surprendre le lecteur en variant à la fois la trame de son récit mais aussi son mode de narration, d’une histoire à l’autre. Ici, sont juxtaposées deux aventures à trois siècles d’intervalle en apparence fondamentalement différentes : d’une part, un jeune historien caricaturalement britannique découvre la Russie d’aujourd’hui et se retrouve aux prises avec des truands dans une course poursuite digne des meilleurs thrillers et qui se termine par une scène familière aux spectateurs des séries B des années 60, dialoguées par Audiard, comme, par exemple Les Tontons flingueurs et, d’autre part, un reître, attiré par des promesses mensongères, connaît des aventures picaresques dans le cadre de la Russie corrompue et politiquement agitée par les rivalités de palais juste avant le règne de Pierre-le-Grand. En remarque toutefois très vite que les deux hommes connaissent un parcours presque parallèle, ce qui peut s’expliquer dans un pays où, comme le dit Sosso, mafieux en voie de reconversion dans l’économie de marché, « on ne peut pas tout faire à la fois. Hier, on grimpait encore aux arbres et on se bouffait les uns les autres, vous n’allez pas aujourd’hui nous demander de traverser au feu rouge. Il faut y aller doucement, progressivement. Par voie d’évolution. Il n’est pas interdit de tricher un peu, après tout, c’est humain… » C’est cela qui est jubilatoire dans les romans d’Akounine : un portrait de la Russie d’aujourd’hui et une auto dérision rafraîchissante dans une intrigue bien ficelée, construite et écrite avec talent, riche d’informations diverses et d’allusions littéraires variées.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.