Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714495785
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 205 mm
Nouveauté

Basculer

Date de parution : 19/08/2021
Depuis le fond d’une crevasse dans le massif des Ecrins, un haut fonctionnaire convoque sa mémoire fracturée. Une plongée hypnotique dans les arcanes de l’Etat, par un fin observateur de notre époque.
« Je ne peux pas m’arracher à l’impression que c’est enfin arrivé. Je suis de l’autre côté du temps. »
Depuis le fond d’une crevasse dans le massif des Ecrins, un haut fonctionnaire convoque sa mémoire fracturée. Alors que le monde ferme ses frontières, qu’un ministre remplace l’autre, une association menée par un...
« Je ne peux pas m’arracher à l’impression que c’est enfin arrivé. Je suis de l’autre côté du temps. »
Depuis le fond d’une crevasse dans le massif des Ecrins, un haut fonctionnaire convoque sa mémoire fracturée. Alors que le monde ferme ses frontières, qu’un ministre remplace l’autre, une association menée par un mathématicien superstar tente d’alerter sur les risques d’un effondrement. Une plongée hypnotique dans les arcanes de l’Etat, par un fin observateur de notre époque.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714495785
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 205 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • voyagesdek Posté le 8 Octobre 2021
    Il s’agit du premier roman de Florian Forestier, un cadre de la fonction publique qui travaille depuis plusieurs années sur les enjeux de transitions numérique et écologique. C’est un roman qui traite de politique, de la « haute » fonction publique et de ses coulisses, de la technocratie, et qui peut inciter le lecteur à une réflexion sur notre société française, qui est peut-être sur le point de s’effondrer, de se fissurer, de « basculer » … Le lecteur est transporté au Ministère, mais également en Bourgogne et à la montagne. L’auteur y parle d’épidémie, de masques ou d’attestations « à la con », de confinement. Le lecteur participe aux réunions au ministère et peut ainsi s’interroger sur le rôle de la société civile, des associations. On y rencontre Daniel, Julie, Stanislas, Guillaume, Alicia, Bruno, Léa, et Mathilde. J’ai particulièrement apprécié le côté décalé de ce dernier personnage. Les thématiques abordées ne manquent pas d’intérêt, avec entre autres la difficulté d’être parent, les grandes écoles, la technocratie, ou le rôle des médias. Jalousies, trahisons, tensions, conflits sont presque devenus le quotidien des différents personnages. Le milieu politique est ici décrié. On ne sait pas où s’arrête la fiction, car il y a... Il s’agit du premier roman de Florian Forestier, un cadre de la fonction publique qui travaille depuis plusieurs années sur les enjeux de transitions numérique et écologique. C’est un roman qui traite de politique, de la « haute » fonction publique et de ses coulisses, de la technocratie, et qui peut inciter le lecteur à une réflexion sur notre société française, qui est peut-être sur le point de s’effondrer, de se fissurer, de « basculer » … Le lecteur est transporté au Ministère, mais également en Bourgogne et à la montagne. L’auteur y parle d’épidémie, de masques ou d’attestations « à la con », de confinement. Le lecteur participe aux réunions au ministère et peut ainsi s’interroger sur le rôle de la société civile, des associations. On y rencontre Daniel, Julie, Stanislas, Guillaume, Alicia, Bruno, Léa, et Mathilde. J’ai particulièrement apprécié le côté décalé de ce dernier personnage. Les thématiques abordées ne manquent pas d’intérêt, avec entre autres la difficulté d’être parent, les grandes écoles, la technocratie, ou le rôle des médias. Jalousies, trahisons, tensions, conflits sont presque devenus le quotidien des différents personnages. Le milieu politique est ici décrié. On ne sait pas où s’arrête la fiction, car il y a de nombreuses références à notre vécu lors du confinement de l’an dernier, et un certain nombre d’anecdotes qui peuvent nous faire penser à de réels personnages politiques. On attend surtout le jour où tout va basculer, où la société va se déliter. On ressent le catastrophisme de certains personnages clés. En tête de chaque chapitre, une citation évoque l’effondrement à venir, qu’il soit climatique, écologique, ou économique, par exemple. C’est comme une obsession, cela tourne en boucle. J’ai trouvé des longueurs à ce roman, j’ai eu du mal à voir où l’auteur voulait en venir, au point que j’ai failli abandonner. Mais j’ai finalement poursuivi ma lecture, et je n’ai pas regretté car j’ai trouvé la suite, et notamment la deuxième moitié, assez intéressante. C’est un étonnant roman, qui m’a un peu laissé sur ma faim. Il est bien écrit et bien construit, mais il m’a manqué quelque chose. J’ai beaucoup aimé le côté politique et grandes écoles, le phénomène de réseaux, et ce que ce roman semble dénoncer. Je remercie les éditions Belfond et NetGalley pour leur confiance renouvelée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • EtiennePinat Posté le 7 Septembre 2021
    Le premier roman de Florian Forestier est une belle réussite. L’actualité du propos et l’humour très présent où été largement soulignés dans les autres critiques. Ce qui l’a moins été, c’est la qualité du style de l’auteur qui relève souvent de la prose poétique. En effet, l’auteur a déjà publié en 2008 « La boîte », poésie, préfacé par le philosophe disparu récemment Jean-Luc Nancy, et un ensemble de poèmes en 2010 dans l’importante revue des éditions Verdier, « Le Diable probablement ». Le texte d’ouverture, lente description à la première personne de ce que vit Daniel, le personnage principal du roman, au fond du gouffre dans lequel il est tombé, laisse le lecteur attentif découvrir un rare souci de la musicalité de la langue, par tout un jeu d’allitérations et d’assonances qui tiennent du poème en prose. Ainsi des « masses bleues béantes, le soir déjà agité d’étoiles, sa lumière qui coule sur moi », et « là-haut, les lueurs qui tremblent et se démultiplient en cercles éclatants », ou encore le « j’ai battu des bras dans le blanc », où ce rythme de sonorités qui reviennent de manières régulières font sentir un battement qui est comme le battement cardiaque de... Le premier roman de Florian Forestier est une belle réussite. L’actualité du propos et l’humour très présent où été largement soulignés dans les autres critiques. Ce qui l’a moins été, c’est la qualité du style de l’auteur qui relève souvent de la prose poétique. En effet, l’auteur a déjà publié en 2008 « La boîte », poésie, préfacé par le philosophe disparu récemment Jean-Luc Nancy, et un ensemble de poèmes en 2010 dans l’importante revue des éditions Verdier, « Le Diable probablement ». Le texte d’ouverture, lente description à la première personne de ce que vit Daniel, le personnage principal du roman, au fond du gouffre dans lequel il est tombé, laisse le lecteur attentif découvrir un rare souci de la musicalité de la langue, par tout un jeu d’allitérations et d’assonances qui tiennent du poème en prose. Ainsi des « masses bleues béantes, le soir déjà agité d’étoiles, sa lumière qui coule sur moi », et « là-haut, les lueurs qui tremblent et se démultiplient en cercles éclatants », ou encore le « j’ai battu des bras dans le blanc », où ce rythme de sonorités qui reviennent de manières régulières font sentir un battement qui est comme le battement cardiaque de Daniel, le rythme de son pouls. Plus loin, l’auteur use de métaphores hautement poétiques, telles ces « écharpes glacées qui boivent l’obscurité » pour communiquer l’expérience mi-confuse/mi-lucide qui est celle du personnage cloué au sol au fond du gouffre, contemplant le ciel. L’auteur décrit, et on reconnaît là sa formation de phénoménologue, cela a été dit, mais la description est poétique, et peut évoquer les descriptions de paysages d’un Philippe Jaccottet. Ainsi de ces mots qui concluent l’ouverture du livre : « Après, il n’y a plus eu que la brume, le plat désert du glacier, çà et là troué d’ombres noires et de rocs. Le blanc, puis le noir, et maintenant le bleu ». Prosateur, le romancier n’en maîtrise pas moins le vers, et d’authentiques vers poétiques se cachent dans la prose. Nous n’en citerons qu’un, qui ouvre un chapitre du début du roman, un parfait alexandrin avec hémistiche et mesures de trois syllabes, pour dire une fois de plus ce qui apparaît par le recours à la métaphore poétique : « La nuit a étouffé la flambée des couleurs ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • Didjmix Posté le 1 Septembre 2021
    Voilà un livre pas forcément facile à lire (ce sera mon bémol) mais d'une grande richesse quant aux thèmes abordés. Le premier thème bien-sûr, celui qui nous fait avancer en se demandant où l'auteur veut nous mener : lequel des protagonistes va basculer dans le monde de l'autre, le collapsologue vers le monde de la bien-pensance politique (pour satisfaire qui ? quoi ?), ou le haut fonctionnaire (et l'Etat) vers la révolution écologique inévitable ? Le deuxième sujet moins visible : la place de chacun dans ces enjeux internationaux, ces choix décisifs qui vont engager l'humanité vers l'effondrement programmé, ces guéguerres entre nantis, et de l'autre côté, cette nécessité de vivre "classe moyenne", d'élever ses enfants, etc. comme un ZADiste râleur installé tranquillement dans son fauteuil devant son grand écran, au chaud ! Enfin, toute comparaison avec la réalité contemporaine n'est peut être pas si fortuite : une classe politique assez méprisable qui réfléchie à cet effondrement, et qui pour des raisons (trop) souvent de camaraderie absolument pas basée sur des compétences minimales, refuse de prendre le risque de "basculer" vers le monde de demain qui devrait être inévitablement métamorphosé.
  • Kittiwake Posté le 25 Août 2021
    Ce roman pré-apocalyptique se construit dans un monde en équilibre précaire, une instabilité qui depuis presque deux ans nous contraint de modifier nos modes de vie, avec à la clé un lexique que nous n’aurions jamais imaginé inclure dans notre vocabulaire ordinaire. Si le début qui s’attarde sur le destin en marche d’une jeunesse privilégiée et appelée à occuper des postes décisifs dans l’administration de ce pays m’a plutôt lassée, mon intérêt s’est éveillé lorsqu’un virage dans la narration, met le focus surune sorte de secte réfugiée dans une forêt bourguignonne, et se préparant à affronter l’effondrement. Car si le récit s’attarde beaucoup sur les tergiversations d’un pouvoir désemparé devant les manifestations évidentes des conséquences de l’incurie du vingtième siècle inconscient, les citations en exergue en début de chaque chapitre donnent clairement le ton : quelque chose d’irrémédiable est amorcé et le point de non-retour est franchi. C’est à la fois un constat sociologique et un débat politique, ramené à une intrigue centrée sur des personnages qui donnent une dimension de proximité à ce drame qui se joue tous les jours autour de nous. C’est assez terrifiant, mais la conscience qui, peu à peu se fait une place dans... Ce roman pré-apocalyptique se construit dans un monde en équilibre précaire, une instabilité qui depuis presque deux ans nous contraint de modifier nos modes de vie, avec à la clé un lexique que nous n’aurions jamais imaginé inclure dans notre vocabulaire ordinaire. Si le début qui s’attarde sur le destin en marche d’une jeunesse privilégiée et appelée à occuper des postes décisifs dans l’administration de ce pays m’a plutôt lassée, mon intérêt s’est éveillé lorsqu’un virage dans la narration, met le focus surune sorte de secte réfugiée dans une forêt bourguignonne, et se préparant à affronter l’effondrement. Car si le récit s’attarde beaucoup sur les tergiversations d’un pouvoir désemparé devant les manifestations évidentes des conséquences de l’incurie du vingtième siècle inconscient, les citations en exergue en début de chaque chapitre donnent clairement le ton : quelque chose d’irrémédiable est amorcé et le point de non-retour est franchi. C’est à la fois un constat sociologique et un débat politique, ramené à une intrigue centrée sur des personnages qui donnent une dimension de proximité à ce drame qui se joue tous les jours autour de nous. C’est assez terrifiant, mais la conscience qui, peu à peu se fait une place dans nos esprits d’humains individualistes peut rendre fataliste, et ductile : « Le président peut annoncer un confinement éternel ou une guerre, une police secrète l'arracher en pleine nuit à son appartement. Une canicule épouvantable noyer l'atmosphère de vapeur noire. Le répertoire est si riche, on peut n'être jamais déçu. Non, cela ne s'arrêtera plus. La vie ne sera plus jamais douce » Premier roman brillant, dont le sujet bien actuel ne peut laisser indifférent. Merci à Netgalley et aux éditions Belfond
    Lire la suite
    En lire moins
  • Yokay Posté le 21 Août 2021
    Mars, épidémie, confinement et fermeture des frontières. Un roman sur la crise du virus ? La description du monde post crise ? Ni l’un ni l’autre. Focus sur un moment assez informel où certains sentent que « ça » y est peut-être, que ça peut, que ça va basculer. Ca ? L’effondrement de la civilisation industrielle. A Bercy, au Ministère de l’Économie résiliente, on se dit que la crise peut être l’occasion d’un sursaut, d’un Plan de relance, d’une autre économie. Cela semble le bon moment de reprogrammer le débat avorté entre le Ministre, en recherche d’un coup médiatique, et Stanislas Wenziger, un savant un peu asocial, mathématicien, influenceur, conférencier, ex membre de l’association Anankè (du nom de la nymphe incarnation de l’inévitable, ici l’inévitable transition écologique), et théoricien de l’effondrement. Julie Dehotte, directrice de cabinet adjointe du Ministre, charge son copain de promotion de l’ENA, Daniel Fresse, ami de Wenziger, et Mathilde Guénot, cinéaste qui gère la carrière médiatique de Wenziger, d’organiser cette rencontre. Mais rien ne se passe simplement. Dans ce roman dense et fourni, nous suivons les états d’âmes, les tergiversations, les questions existentielles de plusieurs personnages assez bien creusés, en particulier l’Enarque Daniel Fresse, et le scientifique... Mars, épidémie, confinement et fermeture des frontières. Un roman sur la crise du virus ? La description du monde post crise ? Ni l’un ni l’autre. Focus sur un moment assez informel où certains sentent que « ça » y est peut-être, que ça peut, que ça va basculer. Ca ? L’effondrement de la civilisation industrielle. A Bercy, au Ministère de l’Économie résiliente, on se dit que la crise peut être l’occasion d’un sursaut, d’un Plan de relance, d’une autre économie. Cela semble le bon moment de reprogrammer le débat avorté entre le Ministre, en recherche d’un coup médiatique, et Stanislas Wenziger, un savant un peu asocial, mathématicien, influenceur, conférencier, ex membre de l’association Anankè (du nom de la nymphe incarnation de l’inévitable, ici l’inévitable transition écologique), et théoricien de l’effondrement. Julie Dehotte, directrice de cabinet adjointe du Ministre, charge son copain de promotion de l’ENA, Daniel Fresse, ami de Wenziger, et Mathilde Guénot, cinéaste qui gère la carrière médiatique de Wenziger, d’organiser cette rencontre. Mais rien ne se passe simplement. Dans ce roman dense et fourni, nous suivons les états d’âmes, les tergiversations, les questions existentielles de plusieurs personnages assez bien creusés, en particulier l’Enarque Daniel Fresse, et le scientifique Stanislas Wenziger. Car dans ce moment de bascule tout est instable, insaisissable, incontrôlable. C’est ce moment suspendu, comme au sommet d’une montage russe, entre accélération et décélération, juste avant la chute ; et juste après. Chute des corps, arrêt des carrières, décompensations psychologiques : diverses formes de sorties de routes, de changements de trajectoire, de dévissage, à l’échelle d’un microcosme de quelques personnages. Peu d’action, des phrases longues, la prise de conscience ou la prise de tête des personnages, des références inattendues à l’univers Comics DC et Marvel, et au passage le rappel de quelques vérités qui dérangent sur notre société actuelle, voilà ce que vous trouverez dans cet étonnant et déroutant roman qui brouille les cartes entre le réel et la fiction.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !