En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Borowitz broie du noir

        Belfond
        EAN : 9782714457691
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 140 x 225 mm
        Borowitz broie du noir

        Catherine GIBERT (Traducteur)
        Date de parution : 01/10/2016
        Après Meyer et la catastrophe, celui qu’on a comparé à Philip Roth, Joseph Heller ou Shalom Auslander nous livre un nouveau morceau de bravoure. Alliant humour noir jouissif et suspense captivant, un roman qui questionne les liens troubles entre science et croyance, libre arbitre et destinée, violence et justice, sexe et amour.
        Côte Est américaine, de nos jours.
        Brillant physicien, une longue liste de publications à son actif, véritable globe-trotter, en couple avec une superbe psychologue, Jared Borowitz, la quarantaine, aurait tout pour être heureux… Mais voilà, depuis quelques temps, Borowitz broie du noir. Son savoir et ses certitudes d’homme de science ne...
        Côte Est américaine, de nos jours.
        Brillant physicien, une longue liste de publications à son actif, véritable globe-trotter, en couple avec une superbe psychologue, Jared Borowitz, la quarantaine, aurait tout pour être heureux… Mais voilà, depuis quelques temps, Borowitz broie du noir. Son savoir et ses certitudes d’homme de science ne laissent plus de place ni au doute, ni à l’optimisme. Et il trouve la nature humaine bien désespérante… À tel point que le jour où son université le charge du discours aux étudiants fraîchement diplômés, discours censé aborder leur avenir assurément radieux, il ne peut qu’évoquer la médiocrité ambiante, la bêtise affligeante du genre humain et les jours sombres qu’ils s’apprêtent à vivre.
        Et les choses ne vont pas aller en s’arrangeant… Le décès de son mentor, tout d’abord, un choc douloureux. Puis une entrevue avec son ex-femme, dorénavant lesbienne, mariée à une femme prêtre. Et enfin, un fulgurant week-end à la campagne, qui mettra sur son chemin des personnes qu’il n’aurait jamais dû croiser.
        Un spectaculaire effet papillon, qui va le forcer à porter un nouveau regard sur le monde. Un an plus tard, lors d’un nouveau discours adressé aux nouveaux diplômés, c’est un Borowitz transformé qui va exhorter ses élèves à se laisser guider par l’ignorance et l’incertitude, mères de toutes les vertus…
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714457691
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 140 x 225 mm
        Belfond
        21.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Lalivrophile Posté le 27 Décembre 2017
          Ayant adoré «Meyer et la catastrophe», je ne pouvais pas passer à côté du premier roman de Steven Boikey Sidley. Je l'ai beaucoup aimé, également. La façon de faire de l'auteur est un peu pareille, bien qu'il ne se passe pas du tout la même chose dans les deux romans. Le décor est planté, on voit Jared évoluer: son travail, sa vie privée, ses amis, etc. Steven Boikey Sidley est un des rares romanciers qui parvient à m'intéresser en s'attachant au quotidien de ses personnages. Pendant un moment, tout comme dans «Meyer et la catastrophe», on ne sait pas trop où tout cela va mener. Je ne me suis pas du tout ennuyée parce que le style de l'auteur est vivant, et qu'il montre des personnages intéressants. Sans vouloir avoir quelqu'un comme Ryan pour ami, j'ai trouvé drôle d'observer ses actes, de lire ses répliques, etc. J'ai également apprécié la scène du déjeuner chez Nora, la mère de Jared. Elle est comme une parodie de caricature, puisque Nora et son fils savent très bien à quoi s'en tenir, quant au petit spectacle auquel ils se livrent pour la plus grande joie du lecteur. [...] Lire la suite sur:
        • Bazart Posté le 10 Janvier 2017
          Jared Borowitz, quadragénaire de belle vitalité, professeur d’université reconnu par ses pairs et aimé de ses élèves est un intellectuel juif très sûr de lui qui doute tout le temps. Est-ce la crise de milieu de vie ? Cette semaine Borowitz broie du noir, mais pas que. Cette semaine Borowitz fait un drôle de discours à l’Université, Borowitz dine avec un ami d’enfance et sa nouvelle girl-friend, Borowitz rend visite à son vieux professeur mourant, Borowitz fait le coup de poing dans le métro, Borowitz découvre que son ex-femme est devenue lesbienne, Borowitz déjeune chez sa vieille mère juive possessive et aimante, alors pour se remettre d’une semaine éprouvante Borowitz part en weekend à la montagne avec sa compagne et des amis, un weekend décisif qui pourrait bien mettre à mal les certitudes de Borowitz. Une question, cher professeur : « Un psychopathe, doublé d’un sociopathe peut-il décrocher un master de Philosophie ? » Comme dans son précèdent roman: « Meyer et la catastrophe » Steven Boykey Sidley explore avec talent la crise de la quarantaine. Humour, distance, profondeur existentielle et un virage bien négocié du côté du thriller rural. Ou quand Woody Allen rencontre Sam Peckinpah.
        • Miguel33 Posté le 26 Octobre 2016
          [...] J’ai aimé le style de l’auteur, mais il ne faut pas avoir peur des phrases longues, voire très longues. Malgré son caractère quelque peu condescendant, Jared est quelqu’un d’attachant. Il se trouve à mille lieues des considérations basiques de la vie, évoluant majoritairement dans le microcosme universitaire. [...]C’est amusant, corrosif, incisif. Il s’agit d’une bonne analyse de la société actuelle. Lire l'intégralité de la chronique sur:

        Ils en parlent

        « Captivant, irrésistible, bien plus qu’un thriller, Borowitz broie du noir est un roman que l’on n’oublie pas, qui réussit l’impensable : aborder des sujets aussi divers que la beauté, le sexe, la philosophie, la religion ou la science, mais toujours avec entrain et légèreté. Car Steven Boykey Sidley possède le rare talent de traiter les questions essentielles de manière à la fois attrayante et profondément pertinente. Tout cela concourt à faire de ce livre une incroyable découverte ! »
        Craig Mackenzie, juré du prix de l’université de Johannesburg

        « Ce livre va amuser et enchanter les fans de Dawkins… Sidley met en scène une galerie de personnages aussi convaincants qu’intéressants, aux dialogues intelligents et subtils »
        Mail & Guardian

        « Un humour dévastateur… Un style qui rappelle Solaire de Ian McEwan. »
        Sunday Times
         
        Toute l'actualité des éditions Belfond
        Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.