Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221192306
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 328
Format : 1 x 215 mm

Brooklyn

Anna Gibson (traduit par)
Collection : Pavillons
Date de parution : 03/03/2016

Enniscorthy, Irlande, années 1950. Comme de nombreuses jeunes femmes de son âge, Eilis Lacey ne parvient pas à trouver du travail. Par l’entremise d’un prêtre, on lui propose un emploi en Amérique, à Brooklyn. Poussée par sa famille, Eilis s’exile à contrecoeur. Au début, le mal du pays la submerge....

Enniscorthy, Irlande, années 1950. Comme de nombreuses jeunes femmes de son âge, Eilis Lacey ne parvient pas à trouver du travail. Par l’entremise d’un prêtre, on lui propose un emploi en Amérique, à Brooklyn. Poussée par sa famille, Eilis s’exile à contrecoeur. Au début, le mal du pays la submerge. Mais comment résister aux plaisirs de l’anonymat, à l’excitation de la nouveauté ? Loin du regard de ceux qui la connaissent depuis toujours, Eilis goûte une sensation de liberté proche du bonheur. Puis un drame familial l’oblige à retraverser l’Atlantique. Au pays, Brooklyn se voile de l’irréalité des rêves. Eilis ne sait plus à quel monde elle appartient, quel homme elle aime, quelle vie elle souhaite. Elle voudrait ne pas devoir choisir, ne pas devoir trahir.
Le chef-d’oeuvre de Colm Tóibín est aujourd’hui un film réalisé par John Crowley, sur un scénario de Nick Hornby, nommé aux Oscars dans trois catégories – meilleure actrice, meilleure adaptation, meilleur film.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221192306
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 328
Format : 1 x 215 mm
Robert Laffont
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Fuyating Posté le 1 Octobre 2021
    J'ai beaucoup aimé ce roman au ton juste dans lequel nous suivons Eilis, jeune femme qui va peu à peu s'émanciper. Eilis est un personnage extrêmement touchant dans ses doutes et ses hésitations, mais aussi dans le chemin qu'elle parcourt. Elle se forge un caractère et s'affirme au fur et à mesure de ses expériences. J'ai adoré marcher dans les pas d'Eilis, découvrir avec elle sa nouvelle vie et Brooklyn, cet endroit inconnu aux températures extrêmes. Beaucoup plus que la vie d'Eilis et les choix d'une jeune femme, l'auteur nous fait ici la description d'une époque et nous livre ici plus généralement les sentiments des personnes déracinées et commençant une nouvelle vie dand un pays étranger. L'écriture de Colm Toíbin est belle et touchante, il décrit tout avec une grande justesse et une simplicité tranquille.
  • Trampoline Posté le 9 Septembre 2021
    Très beau récit sur l'émigration du milieu du XXe siècle. Faute d'avenir professionnel, Eilis, jeune irlandaise, est poussée par sa famille à tout quitter pour les Etats-Unis. Elle part donc seule et débarque à Brooklyn. Sa vie est alors à recommencer dans ce pays inconnu. Colm Toibin dresse de magnifiques portraits de femmes, tout en pudeur et en courage subtil. A travers le parcours d'Eilis, il évoque le déracinement, la vie à construire, la double culture, le mal du pays. Son héroïne est constamment partagée entre son pays natal et son pays d'adoption, sa vie d'avant et sa nouvelle vie. Elle est d'abord perdue à New York, puis perdue en Irlande, lorsqu'elle doit rentrer inopinément. Il est également question de famille et des non-dits, qu'ils soient créés par la distance ou non. J'ai d'abord été déconcertée par l'écriture du l'auteur. En effet, il élude des moments pouvant être jugés clés dans ce genre d'histoire, tels que les adieux d'Eilis à sa famille lorsqu'elle quitte l'Irlande. Au final, ces ellipses permettent d'aller à l'essentiel, sans s’appesantir des des passages trop "classiques". La lecture n'en est que plus fluide et le roman se lit d'une traite.
  • Melisende Posté le 3 Août 2021
    Charlotte Parlotte propose chaque mois un titre à lire dans le cadre de son club de lecture. C’est avec plaisir que j’ai découvert le résultat des votes du mois de juin : pour la thématique du triangle amoureux, nous allions lire Brooklyn de Colm Toibin ! Peut-être avez-vous vu l’adaptation avec Saoirse Ronan sortie en 2016 ? J’ai découvert la plume de l’auteur il y a à peine quelques mois grâce à son livre Nora Webster, qui m’a convaincue sans me clouer sur ma chaise. Je dirais que le résultat est le même avec Brooklyn (livre et film) : j’ai apprécié, j’ai passé un bon moment mais ça ne sera pas une révolution dans ma vie. C’est l’histoire d’Eilis, une jeune irlandaise des années 50, qui a la chance d’être pistonnée pour un travail à Brooklyn (à New York, aux États-Unis donc). Effacée derrière une sœur aînée qu’elle adore et adule, c’est une jeune femme discrète qui ne fait pas de vagues. Elle quitte sa petite ville natale, son pays, sa famille, sa culture… direction le rêve américain. Là-bas, elle peut écrire une nouvelle page et même être une autre personne. Elle s’affirme, travaille, étudie, sort… elle découvre le quotidien de la jeunesse... Charlotte Parlotte propose chaque mois un titre à lire dans le cadre de son club de lecture. C’est avec plaisir que j’ai découvert le résultat des votes du mois de juin : pour la thématique du triangle amoureux, nous allions lire Brooklyn de Colm Toibin ! Peut-être avez-vous vu l’adaptation avec Saoirse Ronan sortie en 2016 ? J’ai découvert la plume de l’auteur il y a à peine quelques mois grâce à son livre Nora Webster, qui m’a convaincue sans me clouer sur ma chaise. Je dirais que le résultat est le même avec Brooklyn (livre et film) : j’ai apprécié, j’ai passé un bon moment mais ça ne sera pas une révolution dans ma vie. C’est l’histoire d’Eilis, une jeune irlandaise des années 50, qui a la chance d’être pistonnée pour un travail à Brooklyn (à New York, aux États-Unis donc). Effacée derrière une sœur aînée qu’elle adore et adule, c’est une jeune femme discrète qui ne fait pas de vagues. Elle quitte sa petite ville natale, son pays, sa famille, sa culture… direction le rêve américain. Là-bas, elle peut écrire une nouvelle page et même être une autre personne. Elle s’affirme, travaille, étudie, sort… elle découvre le quotidien de la jeunesse américaine ; mais sa vie d’avant se rappelle à son bon souvenir. Il est difficile de choisir, Eilis oscille constamment entre les deux : une Irlande conservatrice et rassurante ou une Amérique moderne où tout est possible. Eilis est une jeune héroïne désinvolte et un peu passive. Elle ne prend jamais vraiment de décision franche, elle se laisse bercer par les événements et finit donc par faire ses choix par dépit plutôt que par conviction, à commencer par ce départ aux États-Unis qu’elle subit bien plus qu’elle ne le choisit. Elle s’adaptera à la situation et s’en accommodera même plutôt très bien, s’affirmant petit à petit mais malgré tout, elle m’a paru assez fade jusqu’au bout. J’ai cependant été assez sensible à son mal du pays alors qu’elle est loin du chez-elle qu’elle a toujours connu, de l’autre côté de l’Atlantique. J’ai accepté son désarroi et ses émotions mais on ne peut pas dire que c’est une figure inspirante (en tout cas pour moi). Je m’attendais à un texte exigeant mais non, pas du tout, c’est très fluide et imagé. C’était déjà le cas avec Nora Webster, Colm Toibin sait raconter son histoire et offre des portraits de personnages convaincants, sans fioritures. Il raconte le quotidien et les états d’âme ; c’est authentique et efficace, le voyage fonctionne. Je garderai longtemps en tête les scènes de la traversée en bateau alors qu’Eilis a le mal de mer mais qu’elle n’a pas accès à la salle de bain qu’elle partage avec la cabine d’à-côté. Le cauchemar. J’avais la nausée en lisant les mots de Colm Toibin, c’est dire si ses descriptions sont efficaces ! Nous avons donc lu ce livre pour le club de lecture dont la thématique était “triangle amoureux”. Si vous avez vu le film, vous saurez de quoi il s’agit. Si vous souhaitez lire le roman, sachez que cet aspect de l’histoire arrive très très très tardivement (à peine dans les 50 dernières pages je pense) et n’est pas très développé. Tant mieux à vrai dire car ce n’est pas un élément que j’apprécie particulièrement même s’il a son importance ici car incarne le choix que doit faire Eilis : ses origines irlandaises ou sa nouvelle identité américaine. Brooklyn c’est le roman de l’exil, du mal du pays et du passage à l’âge adulte. Bien que la plus grande partie de l’intrigue se déroule aux États-Unis, on sent que l’Irlande n’est jamais loin de l’héroïne. C’est souvent ce qui ressort des témoignages de ceux appartenant à la diaspora irlandaise : ils partent loin mais le petit pays ne les quitte jamais vraiment.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Biblioroz Posté le 22 Février 2021
    Dans l’Irlande des années 50, ce n’est plus la grande famine qui pousse les natifs vers une terre d’exil mais le manque cruel d’emplois et les perspectives quasi nulles pour sortir de sa misère ou tout simplement ne pas y sombrer. Eilis se penche sur ses cours de comptabilité mais sa sœur Rose qui a la chance d’être employée de bureau sait pertinemment qu’aucun emploi ne lui sera proposé dans leur ville d’Enniscorthy. Leurs frères sont déjà partis sur Birmingham. Avec l’aide d’un prêtre irlandais installé à Brooklyn, Rose va organiser l’avenir de sa jeune sœur sur cette terre américaine qui semble avoir tant à offrir. Cette idée d’exil, sur un sol aussi lointain, n’avait jamais effleuré l’esprit d’Eilis. Elle se voyait continuer sa vie au milieu de tout ce qui lui était familier, dans sa petite ville irlandaise. Cet avenir non choisi qu’on finit par lui imposer la fait osciller fiévreusement entre excitation des préparatifs, volonté de ne pas trop penser à ce qui l’attend et tristesse de devoir quitter son univers. Que ce soit encore sur le sol irlandais, ou lors de la traversée de l’Atlantique, puis dans sa nouvelle vie à Brooklyn, l’auteur s’est essentiellement attaché à quelques journées d’Eilis,... Dans l’Irlande des années 50, ce n’est plus la grande famine qui pousse les natifs vers une terre d’exil mais le manque cruel d’emplois et les perspectives quasi nulles pour sortir de sa misère ou tout simplement ne pas y sombrer. Eilis se penche sur ses cours de comptabilité mais sa sœur Rose qui a la chance d’être employée de bureau sait pertinemment qu’aucun emploi ne lui sera proposé dans leur ville d’Enniscorthy. Leurs frères sont déjà partis sur Birmingham. Avec l’aide d’un prêtre irlandais installé à Brooklyn, Rose va organiser l’avenir de sa jeune sœur sur cette terre américaine qui semble avoir tant à offrir. Cette idée d’exil, sur un sol aussi lointain, n’avait jamais effleuré l’esprit d’Eilis. Elle se voyait continuer sa vie au milieu de tout ce qui lui était familier, dans sa petite ville irlandaise. Cet avenir non choisi qu’on finit par lui imposer la fait osciller fiévreusement entre excitation des préparatifs, volonté de ne pas trop penser à ce qui l’attend et tristesse de devoir quitter son univers. Que ce soit encore sur le sol irlandais, ou lors de la traversée de l’Atlantique, puis dans sa nouvelle vie à Brooklyn, l’auteur s’est essentiellement attaché à quelques journées d’Eilis, quelques faits détaillés avec une extrême précision. Par ce procédé, il dégage avec une intensité toute particulière toutes les pensées, les sentiments, les dilemmes qui habitent la jeune Eilis. On aurait tendance à croire qu’ainsi, ce roman s’attarde sur des détails insignifiants et que sa trame s’y noie. Étonnement, ce n’est pas du tout le cas et j’en ai été très agréablement surprise, car les quelques images qu’il nous offre n’en sont que plus intenses et nous font partager intimement les changements qui s’opèrent chez cette jeune Irlandaise. L’auteur a fait le choix d’une jeune fille simple qui suit docilement ce que sa sœur, sa mère, ont finalement décidé pour elle. Jusqu’à la fin du roman, Eilis doit faire face à des décisions qu’elle doit prendre pour avancer et se retrouve toujours seule face à ses nombreuses incertitudes. Son parcours, loin de toute ambition et de la fièvre d’un avenir meilleur, n’en est que plus crédible, plus attachant. Après une traversée en troisième classe bien éloignée des croisières actuelles, dans le vacarme des machines, le tangage insoutenable et un mal de mer dévastateur, nous voilà à Brooklyn. En suivant Eilis sur le sol New Yorkais, on comprendra les préjugés de chaque nationalité vis-à-vis des autres exilés, les petites mesquineries entre pensionnaires, souvent plus bêtes que méchantes, l’ouverture si tardive de certains magasins aux personnes de couleur avec un racisme non dissimulé par bon nombre d’habitants pourtant de tout horizon. En Irlande, lorsqu’elle sert prioritairement les clients fortunés, l’épicière avec son air pincé et hautain donne la désagréable image de la condescendance vis-à-vis des personnes jugées socialement inférieures. Dans la pension irlandaise de Brooklyn où logera Eilis, l’intolérance et le refus de cohabiter avec une fille d’échelon inférieur dans l’échelle sociale sera également de mise. Sans crier gare, il y aura aussi le mal du pays qui déchire, lacère, par flashs d’une intensité fulgurante en laissant une sensation de piège qui se referme. Eilis a l’impression de ne plus faire vie avec ce qui l’entoure, de flotter dans un endroit qui ne lui appartient pas. Cette douleur est d’autant plus cruelle qu’elle ne peut s’en ouvrir à personne, elle se refuse d’en parler dans ses lettres pour ne pas alarmer les siens. Elle éprouve alors le sentiment de ne plus être elle-même en taisant ses impressions et en ne parlant que d’anecdotes plaisantes. L’écriture douce et captivante de Colm Tóibín réussit à merveille à décrire la difficulté de prises de décisions de cette jeune Eilis, des décisions que son entourage sera d’ailleurs trop enclin à prendre à sa place.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kmillehrs Posté le 30 Novembre 2020
    Brooklyn est, pour moi, une agréable surprise. Sans savoir vraiment pourquoi, dès le début du roman, j'étais persuadée que ce livre allait m'ennuyer. Le genre de récit "sans plus" dont on oublie vite les personnages. Pourtant, trois semaines après l'avoir terminé, mon souvenir d'Eilis et de son voyage est intact. Le contexte historique est incroyablement bien décrit, les personnages vraiment intéressants, et par-dessus tout la plume est remarquable. Mon petit bémol sera pour la fin de l'histoire, qui, comme pour beaucoup je crois, m'a vraiment déçue et me laisse un arrière-goût amer. Malgré quelques longueurs, ce roman est une jolie pépite, alors je file voir l'adaptation cinématographique !
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Lisez

    5 conseils pour se remettre d'une dépression post-livre

    La dépression post-livre, vous connaissez ? Elle désigne notre incapacité à commencer un nouveau livre, notre pauvre tête étant toujours coincée dans l’univers du précédent. Mais rassurez-vous, il existe quelques petites astuces pour s’en sortir. Amis lecteurs, amies lectrices, voici nos 5 conseils pour se remettre d’une gueule de bois livresque !

    Lire l'article