RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Comme de longs échos

            Fleuve éditions
            EAN : 9782265116498
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 288
            Format : 140 x 210 mm
            Comme de longs échos

            Collection : Fleuve noir
            Date de parution : 24/08/2017
            « Partout, les monstres sont chez eux… »
            Vincent Dussart est sûr de son coup.
            Ce break imposé par sa femme va prendre fin aujourd’hui. Il n’a rien laissé au hasard. Comme toujours.
            Confiant, il pénètre dans la maison de son épouse. Le silence l’accueille. Il monte les escaliers. Puis un cri déchire...
            « Partout, les monstres sont chez eux… »
            Vincent Dussart est sûr de son coup.
            Ce break imposé par sa femme va prendre fin aujourd’hui. Il n’a rien laissé au hasard. Comme toujours.
            Confiant, il pénètre dans la maison de son épouse. Le silence l’accueille. Il monte les escaliers. Puis un cri déchire l’espace. Ce hurlement, c’est le sien. Branle-bas de combat à la DIPJ de Lille. Un mari en état de choc, une épouse assassinée et leur bébé de quelques mois, introuvable. Les heures qui suivent cette disparition sont cruciales. Le chef de groupe Lazaret et le capitaine Mathilde Sénéchal le savent.
            Malgré ses propres fêlures, ou peut-être à cause d’elles, Sénéchal n’est jamais aussi brillante que sous la pression de l’urgence. Son équipe s’attend à tout, surtout au pire. À des milliers de kilomètres, un homme tourne en rond dans son salon. L’écran de son ordinateur affiche les premiers éléments de l’affaire. Ce fait divers vient de réveiller de douloureux échos…
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782265116498
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 288
            Format : 140 x 210 mm
            Fleuve éditions
            19.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « La nouvelle voix à suivre du polar hexagonal. » Le Point, palmarès des 25 meilleurs livres de l’année 2017

            « Avec ce roman très littéraire, entre classicisme et audace, Elena Piacentini se révèle comme l'auteure à suivre dans le renouveau du polar français. » Elise Lépine, Transfuge

            « ... à l'issue de ce roman limpide, sans esbroufe et brillant, vous considérerez que la théorie du poète trouve, dans un genre parfaitement inattendu, une belle démonstration. Parce que réussir l'alliance d'un fait divers aveyronnais tordu à des synesthésies relève d'une gageure et réclame du talent. Ce dont dispose l'excellente Elena Piacentini » Julie Malaure, Le Point

            « Une écriture qui sort nettement du lot – un vrai style quoi ! » Delphine Peyras, L'Express

            « Elena Piacentini nous embarque dans une course contre la montre pour récupérer l'enfant avec une fin remarquable. » Pascale Frey, ELLE

            À propos de l’univers d’Elena Piacentini :

            « Les yeux d’Elena regardent ce monde qui ne tourne pas rond et en tirent des histoires où les malfaisants se drapent dans des oripeaux de bon aloi et où les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux, comme le chantait Georges. » Yann Plougastel – polar.blog.lemonde.fr
             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • CeciBonDeLire Posté le 8 Décembre 2018
              Mes Chers Vous, Le Commandant Albert Lazaret est proche de la retraite. Alors quand lui tombe sur les bras une enquête des plus sordides sur fond de conflit conjugal, il va motiver son groupe d'enquêteurs pour finir en beauté. Surtout qu'il y a un bébé à retrouver et que, comme chacun le seul, les heures qui suivent doivent être les plus courtes possibles pour espérer qu'il soit encore en vie. "Ils sentent un monde où les petites filles se promènent dans les bois sans craindre de mauvaises rencontres. Un monde qui n'existe pas." C'est sans compter sans la ténacité de Mathilde Sénéchal, qui n'aime personne (à part Adèle sa très jeune voisine aux cellules grises qui fonctionnent à 3000 %). Mathilde Sénéchal va d'autant plus s'impliquer que ce fait divers la renvoie à une page de son histoire personnelle qui résonne comme de longs échos. Certains se diront que Comme de longs échos est un énième polar de la banlieue lilloise, une histoire de flics amochés, de famille qui se déchire... Certes mais c'est sans compter sur l'écriture d'Elena Piacentini qui dissèque avec finesse la psychologie de chacun de ses personnages, qui crée une ambiance de plus en plus pesante, qui captive son lecteur pour mieux... Mes Chers Vous, Le Commandant Albert Lazaret est proche de la retraite. Alors quand lui tombe sur les bras une enquête des plus sordides sur fond de conflit conjugal, il va motiver son groupe d'enquêteurs pour finir en beauté. Surtout qu'il y a un bébé à retrouver et que, comme chacun le seul, les heures qui suivent doivent être les plus courtes possibles pour espérer qu'il soit encore en vie. "Ils sentent un monde où les petites filles se promènent dans les bois sans craindre de mauvaises rencontres. Un monde qui n'existe pas." C'est sans compter sans la ténacité de Mathilde Sénéchal, qui n'aime personne (à part Adèle sa très jeune voisine aux cellules grises qui fonctionnent à 3000 %). Mathilde Sénéchal va d'autant plus s'impliquer que ce fait divers la renvoie à une page de son histoire personnelle qui résonne comme de longs échos. Certains se diront que Comme de longs échos est un énième polar de la banlieue lilloise, une histoire de flics amochés, de famille qui se déchire... Certes mais c'est sans compter sur l'écriture d'Elena Piacentini qui dissèque avec finesse la psychologie de chacun de ses personnages, qui crée une ambiance de plus en plus pesante, qui captive son lecteur pour mieux le surprendre dans les dernières pages. "Leurs coeurs anorexiques se nourrissent de miettes." Comme de longs échos prend petit à petit des accents de surnaturel et permet de se plonger un peu plus dans la noirceur de l'Âme Humaine et de ses tourments. Elena Piacentini, par son talent de raconteuse d'histoire, prend la main de son lecteur et le promène sur des chemins tortueux.... Elle fait mouche à coup sûr ! C.
              Lire la suite
              En lire moins
            • R2N2 Posté le 10 Octobre 2018
              Au bout de quelques pages, ce qui m'interrogeait le plus, c'était le style. Était-ce joliment travaillé et beau, ou était-ce un peu ampoulé, lourd et prétentieux ? Rapidement je ne me suis plus posé de questions sur le style, comme quoi il devait finalement être bien. Une femme est assassinée, son bébé enlevé, son mari suspecté. On suit l'équipe de flics qui enquête sur l'affaire, pressée par l'urgence s'ils veulent avoir une chance de retrouver le bébé vivant. Évidemment, ils n'ont pas de piste sérieuse ni d'indice et, quand ils pensent en avoir, ça ne veut pas dire qu'ils sont sur la bonne pente. Toute cette partie est très efficace, bien faite. Je me serai juste accommodé d'un peu moins de redondance dans les rappels de combien le monde et les humains peuvent être horribles et combien ce n'est pas facile pour un flic de ne voir toujours que la lie de la société sans perdre espoir en l'humain. le personnage central est une femme flic dont la carapace froide et dure cache des fêlures profondes. Ce n'est pas bien original mais celle-ci n'est pas la pire du genre, loin de là. J'ai apprécié le fait qu'on n'apprenne jamais vraiment la... Au bout de quelques pages, ce qui m'interrogeait le plus, c'était le style. Était-ce joliment travaillé et beau, ou était-ce un peu ampoulé, lourd et prétentieux ? Rapidement je ne me suis plus posé de questions sur le style, comme quoi il devait finalement être bien. Une femme est assassinée, son bébé enlevé, son mari suspecté. On suit l'équipe de flics qui enquête sur l'affaire, pressée par l'urgence s'ils veulent avoir une chance de retrouver le bébé vivant. Évidemment, ils n'ont pas de piste sérieuse ni d'indice et, quand ils pensent en avoir, ça ne veut pas dire qu'ils sont sur la bonne pente. Toute cette partie est très efficace, bien faite. Je me serai juste accommodé d'un peu moins de redondance dans les rappels de combien le monde et les humains peuvent être horribles et combien ce n'est pas facile pour un flic de ne voir toujours que la lie de la société sans perdre espoir en l'humain. le personnage central est une femme flic dont la carapace froide et dure cache des fêlures profondes. Ce n'est pas bien original mais celle-ci n'est pas la pire du genre, loin de là. J'ai apprécié le fait qu'on n'apprenne jamais vraiment la nature des traumatismes de cette flic1 ). En parallèle, un ancien poulet, pas fait pour être poulet et reconverti en ours ariégeois, suit l'affaire qui ressemble beaucoup à celle qu'il a traitée 20 (ou 30, je ne sais plus) ans plus tôt et qui a signifié la fin de sa carrière poulardière. Oeuf corse, il va se mettre en contact avec l'équipe en charge du dernier enlèvement, convaincu qu'il y a un lien. le suspens est assez bien maintenu, à l'aide de pistes dont on se demande si elles sont vraies ou fausses. J'ai trouvé le dénouement très peu convainquant, mais au moins j'ai pris du plaisir avant d'y arriver. 1 Vu que c'est le premier roman autour de ce personnage, Piacentini se laisse-t-elle la porte ouverte à des révélations dans un prochain ouvrage? Chronique rédigée dans le cadre d'une série de 12 articles sur les romans sélectionnés pour le 2ème tour des trophées 813 2018. Vous pouvez trouver l'intégralité des chroniques sur https://romancerougenouvellesnoires.wordpress.com/tag/trophees-813/
              Lire la suite
              En lire moins
            • MarieLaureS Posté le 10 Octobre 2018
              Comme de longs échos n’est pas un polar comme les autres. Elena Piacentini fait passer un message aux lecteurs : Comprendre la nature humaine. Pourquoi tant de haine dans ce monde ? Dans chaque être humain, la violence n’est pas seulement une pulsion irrationnelle primitive pas plus qu’une pathologie. Elle est due aux intérêts personnels et sociaux. Un côté mystico-ésotérique donne le rythme au livre tout en dressant le profil psychologique des personnages. Une écriture travaillée pour une lecture envoutante. Même après avoir terminé le livre, on a encore l’odeur du parfum mentholé et le mystère qu’il cache. Hâte de retrouver le capitaine Mathilde Sénéchal dans de nouvelles aventures.
            • Ctucorrect Posté le 6 Septembre 2018
              Je retiens d'abord la qualité d'écriture. De belles pages poétiques, quelques envolées lyriques mais point trop, le juste dosage. Ensuite, j’ai aimé cette galerie de personnages que l'on découvre petit à petit, parcimonieusement, leurs failles apparaissent et ça les rend forcément plus attachants et on sent bien qu'on en a encore à découvrir. L'énigme m'a fait tourner les pages avec avidité, ce livre se lit très vite. Je n'ai pas embarqué totalement sur la résolution de l'enquête, mais l'impression générale est très bonne.
            • Lilou08 Posté le 1 Avril 2018
              J’aime énormément les aventures du commandant corse Pierre-Arsène Léoni d’Elena Piacentini… Du coup, j’avoue que j’hésitais un peu à lire son dernier polar qui n’est pas avec ce flic récurrent. Et puis, je me suis jetée à l’eau, et j’en suis ravie car on retrouve dans « Comme de longs échos », l’excellente écriture de l’auteure, des personnages très attachants, bosselés mais avec de vraies belles valeurs et un suspens bien mené. J’ai été happée de suite dans cette histoire, avec toute une nouvelle panoplie de flics passionnés et passionnants… Et puis, et puis, moi la grande passionnée d’Egyptologie, un petit soupçon d’Egypte antique dans l’histoire, m’a bien plu. Je ne connais pas les projets d’Elena Piacentini mais j’aimerais assez retrouver le Capitaine Mathilde Sénéchal et l’ex flic Pierre Orsalhièr dans d’autres aventures… vraiment ! et Adèle bien sûr et toute l’équipe de la DIPJ de Lille. Ah oui, car cela se déroule à Lille, tout comme les aventures de Pierre-Arsène ! Mais Pierre Orsalhièr, lui n’est pas Corse mais Ariégeois, tout aussi attaché à son pays, à la nature et avec un cœur tendre et sensible sous une apparence un peu bourrue et rude. Ces deux personnages ont de... J’aime énormément les aventures du commandant corse Pierre-Arsène Léoni d’Elena Piacentini… Du coup, j’avoue que j’hésitais un peu à lire son dernier polar qui n’est pas avec ce flic récurrent. Et puis, je me suis jetée à l’eau, et j’en suis ravie car on retrouve dans « Comme de longs échos », l’excellente écriture de l’auteure, des personnages très attachants, bosselés mais avec de vraies belles valeurs et un suspens bien mené. J’ai été happée de suite dans cette histoire, avec toute une nouvelle panoplie de flics passionnés et passionnants… Et puis, et puis, moi la grande passionnée d’Egyptologie, un petit soupçon d’Egypte antique dans l’histoire, m’a bien plu. Je ne connais pas les projets d’Elena Piacentini mais j’aimerais assez retrouver le Capitaine Mathilde Sénéchal et l’ex flic Pierre Orsalhièr dans d’autres aventures… vraiment ! et Adèle bien sûr et toute l’équipe de la DIPJ de Lille. Ah oui, car cela se déroule à Lille, tout comme les aventures de Pierre-Arsène ! Mais Pierre Orsalhièr, lui n’est pas Corse mais Ariégeois, tout aussi attaché à son pays, à la nature et avec un cœur tendre et sensible sous une apparence un peu bourrue et rude. Ces deux personnages ont de nombreux points en commun et c’est sans doute leur grande humanité qui me fait les aimer autant. Je le sais maintenant, d’Elena Piacentini, fait vraiment partie de mes auteurs préférés, dans le top 5 ! Grand merci à la personne qui m’a offert il y a quelques temps « Carrières noires » et m’a ainsi permis de découvrir cette auteure. Elle se reconnaîtra ! A lire absolument !
              Lire la suite
              En lire moins
            Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
            Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.