RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Dans la chaleur de l'été

            Belfond
            EAN : 9782714459381
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 320
            Format : 140 x 225 mm
            Dans la chaleur de l'été

            Laurence VIDELOUP (Traducteur)
            Collection : Le Cercle Belfond
            Date de parution : 19/05/2016
            Inspiré de faits réels, et notamment de l’histoire de l’ouragan le plus puissant jamais recensé en Floride, un premier roman impressionnant. Portée par une tension permanente, une histoire de passion et de survie, dans un Sud rongé par le racisme.
            Heron Key, Floride, 1935.
            Depuis le départ d’Henry en 1917, parti rejoindre les troupes Alliées en France, Missy Douglas n’a jamais cessé de penser à lui. Dix-huit ans plus tard, après avoir survécu à l’enfer et erré en Europe, Henry rejoint enfin son village. Mais l’homme n’a plus rien du garçon...
            Heron Key, Floride, 1935.
            Depuis le départ d’Henry en 1917, parti rejoindre les troupes Alliées en France, Missy Douglas n’a jamais cessé de penser à lui. Dix-huit ans plus tard, après avoir survécu à l’enfer et erré en Europe, Henry rejoint enfin son village. Mais l’homme n’a plus rien du garçon désinvolte de l’époque. Pourtant, Missy le sait : elle seule peut le sauver de ses démons…
            Mais le retour des vétérans n’est pas du goût de tout le monde : qui sait si ces hommes désociabilisés, potentiellement violents, ne représentent pas un risque pour la société ? Parqués dans un camp insalubre, Henry et ses compagnons d’armes cristallisent autour d’eux les plus folles rumeurs… 
            Et la tension monte d’un cran lors des célébrations du 4 Juillet. Là, sur cette plage scindée entre noirs et blancs, les festivités prennent une tournure tragique : une bagarre éclate ; peu après, la femme du shérif est retrouvée battue et violée. Et un nom revient sans cesse : Henry.
            Missy, elle, refuse d’y croire. Et pour aider l’homme qu’elle aime depuis l’enfance, la jeune femme va déployer un courage extraordinaire. Et se mettre en grand danger.

            Mais dans le lointain, un terrible ouragan menace, qui pourrait changer à jamais Heron Key et ses habitants, et mettre en péril le lien entre Missy et Henry…
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714459381
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 320
            Format : 140 x 225 mm
            Belfond
            21.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            " Dans un style vif et imagé, l'auteur fait vivre des personnages hauts en couleur qui rêvent d'échapper à leur condition en ce début de XXe siècle. Poignant. "
            Marie-Christine Luton / Pep's Magazine

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • gluque Posté le 5 Avril 2019
              Quelle belle découverte que la lecture de ce livre.J'ai retrouvé un peu l'ambiance du célèbre roman" la couleur des sentiments" même si l'histoire diffère .L'atmosphère des années 50 en Floride où la ségrégation demeure mêlée à la force des éléments naturels et l'instinct de survie .Les personnages sont décrits assez justement avec leurs forces mais aussi leurs points faibles.
            • Lecturepissenlit Posté le 23 Janvier 2019
              Je me demandais, avant de commencer ma lecture, comment Vanessa Lafaye allait faire pour lier tous les thèmes abordés dans le résumé et donner du sens à son récit. En effet, elle nous promet une histoire de soldats américains de retour de France qui sont envoyés par l'Etat pour construire un pont dans les Keys. Ces mêmes Keys où vivent des Conchs qui vont devoir affronter un ouragan ultra violent et le tout sous fond de ségrégation. Maintenant ma lecture terminée je peux dire que ce livre est une petite pépite. Très émouvant sur la toute fin, révoltant pendant une bonne partie de l'histoire et terriblement angoissent tout le long. Il ne faut vraiment pas se fier au résumé qui peut être déroutant ! L'histoire commence en 1935 à Heron Key. Missy avait huit ans quand Henry est parti combattre en France lors de la Première Guerre Mondiale. Elle en a désormais vingt-six et jamais elle n'a oublié celui qui faisait déjà battre son cœur dix-huit ans auparavant et qui n'est jamais revenu. Le 4 juillet 1935 , alors que la chaleur est écrasante, et que les habitants s'apprêtent à célébrer la fête Nationale, Missy tombe nez à nez avec Henry. Henry est de... Je me demandais, avant de commencer ma lecture, comment Vanessa Lafaye allait faire pour lier tous les thèmes abordés dans le résumé et donner du sens à son récit. En effet, elle nous promet une histoire de soldats américains de retour de France qui sont envoyés par l'Etat pour construire un pont dans les Keys. Ces mêmes Keys où vivent des Conchs qui vont devoir affronter un ouragan ultra violent et le tout sous fond de ségrégation. Maintenant ma lecture terminée je peux dire que ce livre est une petite pépite. Très émouvant sur la toute fin, révoltant pendant une bonne partie de l'histoire et terriblement angoissent tout le long. Il ne faut vraiment pas se fier au résumé qui peut être déroutant ! L'histoire commence en 1935 à Heron Key. Missy avait huit ans quand Henry est parti combattre en France lors de la Première Guerre Mondiale. Elle en a désormais vingt-six et jamais elle n'a oublié celui qui faisait déjà battre son cœur dix-huit ans auparavant et qui n'est jamais revenu. Le 4 juillet 1935 , alors que la chaleur est écrasante, et que les habitants s'apprêtent à célébrer la fête Nationale, Missy tombe nez à nez avec Henry. Henry est de retour, il travaille à la construction d'un pont non loin de là, avec d'autres vétérans de retour de France, abîmés par la guerre et dont l'Amérique s'en décharge. Au cours de la fête, une dame blanche est retrouvée battue et laissée pour morte sur le bord de la route. Pour le shérif d'Heron Key, cela ne fait pas de doutes, le coupable se cache parmi les vétérans et jette son dévolu sur Henry, l'enfant du pays. Au même moment, un terrible ouragan, comme ils n'en ont jamais vu, file droit sur eux. Les heures sont comptées. Dès le départ l'ambiance est angoissante, stressante, oppressante. Un bébé manque de se faire manger par un crocodile, il y a une tension sous-jacente entre les blancs et les noirs mais aussi entre les villageois et les vétérans et même au sein des vétérans eux-mêmes. Certains passages au début sont un peu longs, beaucoup de descriptions et pas mal d'approximations. J'ai eu un peu de mal à comprendre quels étaient les noirs et quels étaient les blancs, qui avait des problèmes avec qui, etc. Pendant quelques chapitres, le shérif enquête sur l'auteur de l’agression de la jeune femme laissée pour morte au bord de la route, et j'avais compris dès le début qui en était l'auteur, de ce fait ces passages ne m'ont strictement rien apportés, j'avais juste envie de le secouer en lui demandant d'ouvrir les yeux et de passer enfin à autre chose ! Par contre une fois que l'ouragan arrive sur Heron Key, tout s'accélère, tout devient encore plus oppressant et l'histoire prend forme. On comprend comment tout est lié, et on est témoins d’atrocités épouvantables qui, personnellement, m'ont révoltées. Les scènes apocalyptiques sont merveilleusement bien décrites, n'oubliant pas les détails les plus sordides. L'autrice n'épargne pas ses personnages tant psychiquement que physiquement et jusqu'à la toute fin on ne sait pas ce qu'il advient d'eux. C'est encore plus bouleversant et révoltant que l'histoire est inspirée de faits réels, et l'autrice s'est vraiment très bien documentée. Ce fut une très très bonne lecture. Puissante et éprouvante mais nécessaire !
              Lire la suite
              En lire moins
            • PickItUp Posté le 15 Août 2018
              Très belle critique sociale sur la situation "ségrégationiste" des états du sud de l'amérique des années 30.
            • LadyRomance Posté le 29 Juin 2018
              Dans la chaleur de l'été est une très belle histoire d'amour dans un contexte historique que je ne connaissais pas du tout. Cela se passe dans le sud de la Floride en 1930 durant la Grande Dépression. Des vétérans blancs et noirs qui se sont battus en France au cours de la Première Guerre mondiale, se sont vus rejetés, après un accueil triomphant de courte durée, par une population dont la mentalité n'avait pas évolué. Car en France, avec une liberté plus grande et moins de traditions sclérosantes, les noirs américains étaient considérés comme égaux aux blancs, voire comme des héros . Ils pouvaient former des couples mixtes sans problème. En Amérique, non seulement ils sont revenus avec leurs meurtrissures de guerre mais ils n'ont jamais perçu la prime promise par le gouvernement, les laissant dans le dénuement le plus total dans des camps insalubres et indignes. D'un autre côté, les autochtones blancs, nommés les Conch dans cette partie de la Floride, n'ont reçu aucun soutien du gouvernement pour les accueillir. C'est dans cette ambiance que Henry Roberts, un vétéran noir dont Missy Douglas, l'héroïne, est amoureuse depuis toute jeune, va être accusé à tort d'agression sur une blanche. Sur fond de... Dans la chaleur de l'été est une très belle histoire d'amour dans un contexte historique que je ne connaissais pas du tout. Cela se passe dans le sud de la Floride en 1930 durant la Grande Dépression. Des vétérans blancs et noirs qui se sont battus en France au cours de la Première Guerre mondiale, se sont vus rejetés, après un accueil triomphant de courte durée, par une population dont la mentalité n'avait pas évolué. Car en France, avec une liberté plus grande et moins de traditions sclérosantes, les noirs américains étaient considérés comme égaux aux blancs, voire comme des héros . Ils pouvaient former des couples mixtes sans problème. En Amérique, non seulement ils sont revenus avec leurs meurtrissures de guerre mais ils n'ont jamais perçu la prime promise par le gouvernement, les laissant dans le dénuement le plus total dans des camps insalubres et indignes. D'un autre côté, les autochtones blancs, nommés les Conch dans cette partie de la Floride, n'ont reçu aucun soutien du gouvernement pour les accueillir. C'est dans cette ambiance que Henry Roberts, un vétéran noir dont Missy Douglas, l'héroïne, est amoureuse depuis toute jeune, va être accusé à tort d'agression sur une blanche. Sur fond de faits historiques réels, Vanessa Lafaye évoque une histoire d'amour émouvante dont la douceur et la beauté viennent se heurter à la violence et agressivité dans laquelle elle évolue et à laquelle viendra se rajouter un ouragan ayant vraiment eu lieu à cette époque. Un très beau roman !
              Lire la suite
              En lire moins
            • madamelafee Posté le 18 Juin 2018
              Dans la chaleur de l’été, le titre du roman est à la fois le prélude et la mise en abyme du roman qu’il annonce. Sa résonance évoque un mystère, un parfum de secrets, une sensualité même qui éveille un désir impérieux de découvrir ce qui se cache derrière ce titre. Je sais d’emblée pour avoir lu son précédent roman « les brumes de key west » que Vanessa Lafaye va m’offrir de multiples émotions avec cette histoire où rien ne sera laissé au hasard. Trois communautés vivent ensemble et à côté les unes des autres, tout d’abord nous suivons la communauté noire de heron key à travers Grace et Selma qui prient les ancêtres, Mama, Missy pétillante jeune fille qui s’occupe de Nathan, le petit garçon de Hilda et de Nelson Kincaid et qui ne cesse de penser à Henry. Henry, le frère de Selma, vétéran de la 1ère guerre qui a combattu en France comme officier et qui aurait dû de droit se trouver sur la voie de la prospérité mais la réalité semble toute autre. Nous poursuivons avec la communauté blanche de Heron Key avec des personnages très différents tels que Two-step,... Dans la chaleur de l’été, le titre du roman est à la fois le prélude et la mise en abyme du roman qu’il annonce. Sa résonance évoque un mystère, un parfum de secrets, une sensualité même qui éveille un désir impérieux de découvrir ce qui se cache derrière ce titre. Je sais d’emblée pour avoir lu son précédent roman « les brumes de key west » que Vanessa Lafaye va m’offrir de multiples émotions avec cette histoire où rien ne sera laissé au hasard. Trois communautés vivent ensemble et à côté les unes des autres, tout d’abord nous suivons la communauté noire de heron key à travers Grace et Selma qui prient les ancêtres, Mama, Missy pétillante jeune fille qui s’occupe de Nathan, le petit garçon de Hilda et de Nelson Kincaid et qui ne cesse de penser à Henry. Henry, le frère de Selma, vétéran de la 1ère guerre qui a combattu en France comme officier et qui aurait dû de droit se trouver sur la voie de la prospérité mais la réalité semble toute autre. Nous poursuivons avec la communauté blanche de Heron Key avec des personnages très différents tels que Two-step, type sournois, vétéran lui aussi mais qui ne peut accepter de recevoir des ordres de l’officier Henry, Doc Williams médecin qui a fait lui aussi la guerre, il est par conséquent très proche des vétérans. Doc est un homme bon , on le verra plus tard. Il a fait naître Roy, le fils de Dwayne mais on raconte beaucoup de choses sur Dwayne et sa femme, les gens sont souvent prêts à croire un mensonge si cela répond à un besoin, cette sentence s’appliquera à Henry que l’on accuse d’avoir violenté une femme blanche. Le shérif Dwayne est un homme intègre et il devra découvrir toute la vérité sur cette histoire. Il y a aussi Hilda et Nelson. Pour Hilda tout commence comme dans un rêve, un conte de fées, mais les rêves sont trompeurs. Autre communauté qui vit près des conches , les vétérans et bien qu’ils soient de couleur ou non ils sont parqués dans un lieu insalubre à Heron Key où ils participent comme ils peuvent à un projet de travaux publics pour gagner un peu d’argent car le gouvernement leur a refusé la prime qui leur était due. Ce sont des hommes désemparés, sans travail et qui sont bannis de la société. Tout ce petit monde se retrouve le jour de la fête du travail le 4 juillet 1935 sur la Grand-Place ; ça gronde à Heron Key et les conches (les habitants d’Heron Key) ne sont pas prêts à accueillir tous ces soldats traumatisés, malchanceux qui dépensent leur argent en beuverie. Ce sont les prémices d’une société condamnée d’avance entre d’un côté l’opulence ostentatoire et de l’autre le manque d’argent. Deux mondes s’affrontent, Vanessa Lafaye fait le procès d’une certaine société américaine et de ses clans, elle dépeint une société cadenassée avec sa bonne conscience qui dissimule des secrets (sexe, violence et racisme) car c’est aussi l’époque des grandes tensions raciales. Les lois de Jim Crow sont encore en vigueur, la ségrégation est présente dans les lieux publics. Mais ici sous le chaos des brutalités quotidiennes la réalité devient de plus en plus palpable. Ce qui est en jeu dans ce roman c’est le caractère insoutenable de cette violence et c’est aussi compter sans le déchaînement des éléments naturels qui vont œuvrer avec une telle force que peu de gens en ressortiront vivants. L’ouragan est incroyablement décrit et il est d’un caractère terriblement marquant . Impossible d’échapper à l’œil du cyclone dont le mouvement ici s’amplifie de minute en minute, d’heure en heure, le lecteur est propulsé dans un temps disloqué qui oscille entre l’hébétude, la terreur et l’espoir d’un retour à la vie. Tous les personnages du roman cristallisent les sentiments les plus divers : la peur, le désarroi, la rage, la démission, l’indignation, le courage et la bravoure se font échos. Un bien étrange pays que celui des Keys avec une fin que l’on ne soupçonne pas .
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

            Lisez maintenant, tout de suite !