Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714444639
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 154 x 240 mm

Dans le berceau de l'ennemi

Florence HERTZ (Traducteur)
Date de parution : 15/10/2009

Un roman déchirant qui s'appuie sur un épisode relativement méconnu de la Seconde Guerre mondiale : les Lebensborn, ces « haras humains » créés par l'administration du Troisième Reich, afin que des sujets de pure race aryenne procréent pour constituer l'élite du futur empire.

1940. La Hollande est occupée. Cyrla, dix-neuf ans, pensait avoir échappé au pire en quittant sa Pologne natale pour trouver refuge dans la famille de sa mère. Mais, dans la petite ville de Schiedam, la menace d'une dénonciation se précise.

Quand sa cousine Anneke, à qui elle ressemble trait pour...

1940. La Hollande est occupée. Cyrla, dix-neuf ans, pensait avoir échappé au pire en quittant sa Pologne natale pour trouver refuge dans la famille de sa mère. Mais, dans la petite ville de Schiedam, la menace d'une dénonciation se précise.

Quand sa cousine Anneke, à qui elle ressemble trait pour trait, succombe à un avortement raté, Cyrla entrevoit un moyen d'échapper à son sort : prendre son identité. Elle bénéficiera ainsi de papiers officiels qui la mettront à l'abri des délateurs.
Mais cela signifie aussi quitter Isaac, celui qu'elle aime et dont elle attend un enfant. Et, surtout, rejoindre le Lebensborn, où Anneke était censée mettre au monde l'enfant d'un officier de la Wehrmacht.

Seule, livrée à elle-même, Cyrla va devoir faire preuve d'un courage et d'une résistance extraordinaires si elle veut survivre dans le berceau de l'ennemi…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714444639
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 154 x 240 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Myl35 Posté le 5 Octobre 2021
    A travers ce livre, nous découvrons et suivons l'histoire de Cyrla 19 ans, à moitié juive, qui pour survivre au cours de la seconde guerre mondiale n'a d'autres choix que de trouver refuge dans le berceau de l'ennemi : les Lebensborn. L'auteur, dans ce premier roman pour adultes, a donc décidé d'aborder le sujet peu relaté des Lebensborn, ces nurseries spéciales du troisième reich. Ce qui donne envie de se documenter sur cette partie relativement méconnue de l'histoire. C'est certes une fiction mais qui instruit tout de même d'un point de vu historique en mentionnant l'existence de ces pouponnières et ce qui s'y passait. C'est un roman fluide avec un final surprenant que j'ai lu assez vite car je voulais savoir comment Cyrla allait s'en sortir.
  • dream088 Posté le 22 Juin 2021
    Une très bon livre, j’ai passer une agréable lecture «  Dans le berceau de l’ennemi » et un roman très touchant, je trouve cela dommage que l’auteur ne nous fait pas « plus » découvrir le personnage de Anneke ! J’ai beaucoup aimée lire se romans, je trouve que la fin et beaucoup trop simple j’aurais aimée découvrir la suite des retrouvailles entre les personnages ! L’auteur nous raconte l’histoire de Cyrla jeune fille juive et de Anneke jeune fille enceinte d’un soldat allemand, au fil de la lecture en va découvrir le choix de Anneke qui perdit la vie lors d’un avortement et la nouvelle vie de Cyrla qui rejoindra le Lebensborn, où Anneke étais censée mettre au monde l’enfant d’un officier allemand.
  • Cricri08 Posté le 21 Novembre 2020
    Hollande - 1941. Cyrla, juive polonaise, est accueillie par la famille de sa mère à Rotterdam. Son père, effrayé par la tournure des événements, préférait la voir loin de Pologne. Elle vit son adolescence joyeusement avec sa cousine Anneke jusqu'à ce que celle-ci rencontre un soldat allemand, Karl, tombe enceinte et décide d'intégrer le programme du Lebensborn. La Hollande est en effet sous occupation allemande et des lois restrictives pour les juifs commencent à être appliquées. Je ne peux hélas pas en raconter davantage car la suite est passionnante. C'est un roman poignant, avec une belle histoire d'amour et des références historiques très détaillées. J'avais lu Max sur le même sujet qui m'avait beaucoup marqué. On trouve ici un point de vue différent (celui d'une mère) mais sans la touche très originale de Max. Une très belle lecture toutefois.
  • Beli_LivreSaVie Posté le 21 Septembre 2020
    C’est un roman qui était dans ma pile à lire depuis pas mal de temps déjà, impossible de ne pas acheter un roman qui traite de la seconde guerre mondiale, j’aime trop lire cette période. J’ai profité de la pause estivale du blog, pour le lire. Ce que j’apprécie dans mes lectures de cette période, c’est entre autres, de parfaire un peu ma connaissance de cette guerre. Ici, c’est tout un pan de l’histoire de la guerre côté allemand que j’ai pu découvrir, avec la création de ces « Lebensborn ». Ce sont des lieux qui accueillent des jeunes femmes et jeunes filles aussi, enceintes d’allemand et qui confient leurs bébés aux allemands pour la suprématie de ce peuple. Tout un pan de l’histoire que je ne connaissais, et qui nous prouve encore qu’au delà d’une guerre, c’est toute une société qui a subit tant de contraintes et d’adaptation de vie. C’est en Hollande que débute l’histoire, la guerre a déjà commencé, le monde subit déjà l’invasion allemande. Tous les pays les uns après les autres subissent les lois de Nuremberg, contraignant les juifs à perdre leurs droits, d’exercer, d’être et de vivre au fil du temps qui passe. L’héroïne de cette... C’est un roman qui était dans ma pile à lire depuis pas mal de temps déjà, impossible de ne pas acheter un roman qui traite de la seconde guerre mondiale, j’aime trop lire cette période. J’ai profité de la pause estivale du blog, pour le lire. Ce que j’apprécie dans mes lectures de cette période, c’est entre autres, de parfaire un peu ma connaissance de cette guerre. Ici, c’est tout un pan de l’histoire de la guerre côté allemand que j’ai pu découvrir, avec la création de ces « Lebensborn ». Ce sont des lieux qui accueillent des jeunes femmes et jeunes filles aussi, enceintes d’allemand et qui confient leurs bébés aux allemands pour la suprématie de ce peuple. Tout un pan de l’histoire que je ne connaissais, et qui nous prouve encore qu’au delà d’une guerre, c’est toute une société qui a subit tant de contraintes et d’adaptation de vie. C’est en Hollande que débute l’histoire, la guerre a déjà commencé, le monde subit déjà l’invasion allemande. Tous les pays les uns après les autres subissent les lois de Nuremberg, contraignant les juifs à perdre leurs droits, d’exercer, d’être et de vivre au fil du temps qui passe. L’héroïne de cette histoire, Cyrla a dix-neuf ans et elle vit chez un oncle, auprès de sa tante et de sa cousine, Anneke, et ce depuis quelques temps maintenant. Elle est à moitié juive, mais ça, c’est quelque chose qui ne s’ébruite pas et ce, d’autant plus avec l’inquiétude grandissante de ces lois contre les juifs qui finissent par être actées aussi en Hollande. Cyrla a vécu quelques belles années en compagnie de sa cousine, de leur ami Isaak, juif lui aussi. C’est le temps pour eux des premiers amours, des premiers émois et nous allons découvrir ainsi ce que chacun d’eux vit, alors que la guerre se rapproche petit à petit. C’est la direction que prennent les amours de Anneke, qui détermineront un peu l’avenir prochain de Cyrla, car sa cousine va se retrouver enceinte d’un soldat allemand et qu’il va l’abandonner. Son père prévoit alors de l’envoyer dans un lieu où elle pourra vivre sa grossesse sans porter la honte sur leur famille. Anneke, qui vit déjà une énorme déception amoureuse, finira par succomber suite à un avortement raté, c’est ainsi que la vie de Cyrla prendra un sacré virage. En effet les deux cousines se ressemblent, et Cyrla va bénéficier de l’identité de sa cousine, pour ne pas subir le glas de sa nationalité juive et être ainsi à l’abris. Elle prendra donc sa place dans cette institution après être elle aussi tomber enceinte, mais de l’homme qu’elle aime depuis plusieurs années et qui n’est autre qu’Isaak. Cyrla est une jeune femme, dont la jeunesse engendre une certaine naïveté, elle s’imagine bien qu’Isaak viendra la délivrer de ce lieu et qu’ensemble, ils vivront heureux avec leur enfant à venir. Mais elle a toutefois la tête sur les épaules, et la guerre vous fait voir les choses telles qu’elles sont plus abruptement, elle se posera bien des questions sur les rapports qu’elle a entretenu avec lui et sur cet avenir qu’elle aura. Nous allons donc oeuvrer autour d’un certain nombre de personnages, assez restreint mais qui joueront tous un rôle déterminant dans l’histoire de Cyrla. L’un d’entre eux, n’est autre que le fameux soldat qui avait mis sa cousine enceinte, Karl, qui va refaire surface alors que Cyrla ne s’y attendait pas du tout. Cela lui causera bien des angoisses, à l’idée qu’il ne la dénonce, et le fait de devoir revoir cet homme qui a tant fait souffrir sa cousine, à cause de qui elle est morte, occasionnera colère et ressentiments dont elle aura du mal à se défaire. Leur histoire débutera donc dans les murs de ces lieux, et si Karl cherchera par tous les moyens à l’aider, elle aura toujours cet instinct de garder ses distances et de ne pas lui faire totalement confiance. Elle n’oublie pas qu’elle est juive et qu’il est allemand ! Mais Karl est un personnage qui a su me séduire, j’ai beaucoup apprécié son attitude tout au long de ce récit, attentive, protecteur et à l’écoute et ce malgré les réactions de la jeune femme. C’est donc au coeur d’un Lebensborn que nous suivrons Cyrla, devenue Anneke, avec toujours en elle, cette peur d’être dévoilée. Nous découvrirons ainsi la vie de toutes ces jeunes femmes qui vivent un temps dans ces lieux, la façon dont elles sont tombées enceintes, la décision qu’elles ont prises : adoption, mariage… Mais ce sont aussi les travers et les horreurs d’un système nazi, mené ici par Himmel en personne, qui avec cette perspective de fondée la nouvelle nation allemande nazie, appliquera des critères très précis aux bébés qui seront aptes ou pas à devenir un citoyen allemand. Les conditions de vie ont beau être « idéale » en tant de guerre, toutes ces femmes n’en restent pas moins des pions dans une machine de conquête du monde. J’ai beaucoup apprécié ma plongée dans cette période trouble, de constater un peu comment le peuple hollandais, ainsi que les allemands ont vécu un pan de leur histoire. J’en apprends toujours autant à chaque lecture et chacune d’elle est passionnante de par ces découvertes. J’ai mis toutefois pas mal de temps à me sentir bien auprès des personnages, il y a une certaine distance avec eux, que j’ai eu de mal à franchir, et j’ai été plus intéressée par le personnage masculin, que de l’héroïne alors que c’est elle que nous suivons tout du long. Après ce temps d’adaptation et l’acceptation aussi des personnalités qui nous présentées dans ce roman, j’ai passé un bon moment à découvrir ce qui allait bien pouvoir leur arriver.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nanako-Mai Posté le 5 Mars 2020
    Certes il y a quelques maladresses historiques. Certes certains enchaînements ou évènements m'ont parus un peu "faciles". Certes l'histoire d'amour entre Cyrla et Karl est évidente et en même temps incongrue... Pourtant, j'ai eu envie d'y croire, du début à la fin, et la plume de l'auteure ne m'a pas permise de douter longtemps. Ce n'est pas un roman historique, c'est avant tout un roman d'amour plein d'espoir, emprunt de nostalgie et de bons sentiments. l'Histoire ici n'est qu'un contexte teintant de gravité ce récit, et les Lebensborn n'y sont abordés que de manière succincte. Et il serait intéressant pour ceux qui ne connaissent pas cette part de l'Histoire, d'en faire une lecture plus approfondie avec d'autres ouvrages qui creusent le sujet et révèlent toute l'horreur de cette pratique barbare... Ce que j'ai apprécié, c'est également d'apercevoir le côté allemand avec Karl et sa famille, avec l'infirmière Ilse, que le récit soit nuancé en ce sens, ce qui le rend d'autant plus humain et grave. Isaak m'a déplu, Anneke et son auréole m'ont laissée de marbre ; je pense que c'était des personnages qui auraient gagné à être plus creusés et travaillés... Cyrla est agaçante par son entêtement et sa... Certes il y a quelques maladresses historiques. Certes certains enchaînements ou évènements m'ont parus un peu "faciles". Certes l'histoire d'amour entre Cyrla et Karl est évidente et en même temps incongrue... Pourtant, j'ai eu envie d'y croire, du début à la fin, et la plume de l'auteure ne m'a pas permise de douter longtemps. Ce n'est pas un roman historique, c'est avant tout un roman d'amour plein d'espoir, emprunt de nostalgie et de bons sentiments. l'Histoire ici n'est qu'un contexte teintant de gravité ce récit, et les Lebensborn n'y sont abordés que de manière succincte. Et il serait intéressant pour ceux qui ne connaissent pas cette part de l'Histoire, d'en faire une lecture plus approfondie avec d'autres ouvrages qui creusent le sujet et révèlent toute l'horreur de cette pratique barbare... Ce que j'ai apprécié, c'est également d'apercevoir le côté allemand avec Karl et sa famille, avec l'infirmière Ilse, que le récit soit nuancé en ce sens, ce qui le rend d'autant plus humain et grave. Isaak m'a déplu, Anneke et son auréole m'ont laissée de marbre ; je pense que c'était des personnages qui auraient gagné à être plus creusés et travaillés... Cyrla est agaçante par son entêtement et sa grande naïveté, mais en même temps, à sa place, qu'aurions-nous cru ? Mais je dois admettre que Karl est mon personnage préféré... C'est d'ailleurs grâce à lui que tout fonctionne si bien et que l'histoire est plausible. J'ai également apprécié de lire la vie de Cyrla aux Lebensborn, son quotidien, ses envies d'évasion, ses camarades de chambre, distantes, sombres et pourtant si attachantes. Des destins tragiques et des amitiés sincères. En bref, une roman romance qui m'a fait passé un bon moment et que je n'ai pas trouvé mièvre, à l'inverse de beaucoup d'autres. Challenge ABC 2019-2020
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.