Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714447098
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Des feux fragiles dans la nuit qui vient

Date de parution : 19/08/2010

Lauréat du prix Félix Denayer, de l'Académie Royale de Langue et de Littérature française de Belgique

Il y a un pays. L'Île et le Continent. Il y a une vieille prophétie oubliée depuis longtemps. Un terrible danger qui ressemble à une légende. Et, au milieu de tout cela, Pierre Berthier, le solitaire qui, avec quelques autres, veut être un de ces « feux fragiles dans la nuit qui vient ». Mais si tout, déjà, était écrit ?

 

Il y a une Île et le Continent. L'une en état de siège, l'autre en plein boom économique. Une guerre qui s'éternise au large dans l'indifférence générale. Les troupiers abandonnés d'une démocratie en partance, laissés seuls face aux partisans convaincus du Rien. Dans les Hautes-Terres évacuées, des villes entières disparaissent...

Il y a une Île et le Continent. L'une en état de siège, l'autre en plein boom économique. Une guerre qui s'éternise au large dans l'indifférence générale. Les troupiers abandonnés d'une démocratie en partance, laissés seuls face aux partisans convaincus du Rien. Dans les Hautes-Terres évacuées, des villes entières disparaissent sans que l'État central fasse mine de réagir. Mais pourquoi donc personne n'ose-t-il s'aventurer au-delà des forêts du nord ? Comment combattre un ennemi qui demeure insaisissable ? Sur l'avenir de l'Île plane une menace aux accents étrangement prophétiques, et un sentiment de déjà-vu pousse alors l'adjudant Berthier à relire une très ancienne légende nordique, La Relève de saint Olaf...
 

Et si tout, déjà, était écrit ?
 

Dans les méandres d'une écriture envoûtante apparaissent peu à peu les reflets ténus d'un grand jeu de miroirs. En les suivant, Berthier et quelques autres ne s'acheminent-ils pas vers leur propre vérité ?

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714447098
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

« Il n’y a pas de morale de l’histoire dans ce roman entêtant dans lequel Xavier Hanotte continue d’imposer une voix qui nous avait frappée dès la Manière Noire, publié en 1995. Nulle leçon trop facile et trop démonstrative, mais une surprenante lueur d’espoir au bout de la nuit. » Le Figaro

 

« On est séduit par la qualité de ce texte étrange, nimbé d’une poésie aux accents surréalistes. » Le Nouvel Observateur

« LE PLUS CREPUSCULAIRE (…) Voilà un auteur capable de créer et de maintenir une atmosphère. (…) Avec ses personnages solides, ce roman baigné de nuit a le potentiel d’un grand film. » Télé 2 semaines

« Avec Buzzati et Gracq à l’horizon, un roman du flou et de l’attente, d’une drôle de paix et d’une guerre bizarre, par le grand artiste du « réalisme magique » belge. » L’Humanité

« Un grand livre. » Le Parisien

« L’histoire de l’île y est racontée sur le ton des vieilles légendes qui appellent des échos dans le futur. Sur ces échos, le romancier construit un bel édifice. » Le Soir

 « Le plus extraordinaire, c’est une façon tout en retenue de suggérer l’épaisseur de l’humain. » L’Humanité « Depuis Derrière La colline […] l’écrivain belge n avait plus écrit de livre aussi fort que celui-ci. Le héros, l’adjudant Berthier, affiche ce mélange de lucidité et de distance si caractéristique des anti-héros peuplant ses livres, sortes d’honnêtes hommes qui tentent de le rester dans des circonstances ou ce n’est guère évident. » Vers l’avenir

 « Trahison, mauvaises décisions, petits accommodements avec le règlement, mais aussi bravoure et conviction émaillent ce roman de guerre, elle en qui Hanotte voit un révélateur et un accélérateur. Sa plume racée offre un texte éminemment personnel aux allures d'auberge espagnole, où le lecteur trouvera toute latitude interprétative. Et où la question du Mal est omniprésente. » La libre Belgique

« Mêlant adroitement réalisme et fantastique comme dans nombre de ses livres Xavier Hanotte crée avec ce « roman monde » un espace imaginaire qui se construit progressivement au cours du texte […] Et au-delà de la richesse d un propos remuant pas mal de choses en nous c'est ce même imaginaire qui permet à ce roman de nous occuper longtemps l’esprit. » Le Généraliste

"L'auteur laisse au lecteur la liberté d'interpréter cette fable eschatologique que l'on eput lire comme une chronique crépusculaire d'une guerre ordinaire ou l'épisode glorieux de la vie d'un saint dans sa lutte contre le mal." Marianne

"Avec Des feux fragiles dans la nuit qui vient, Xavier Hanotte intrigue son lecteur avec une guerre qui s’éternise et quelques hommes qui résistent. Un roman d’atmosphère plus que troublant." Page des libraires

"Bien qu’un roman d’action et de guerre, Xavier Hanotte tisse une intrigue chimérique et fascinante. L’emprise de son écriture lumineuse et inspirée est immédiate. Dans un univers militaire à la fois improbable et étouffant, l’auteur fait résonner les non-dits et les angoisses de personnages inoubliables, armés de l’humour et de la loyauté qui leur seront nécessaires pour résister." Page des libraires

"Entre Le désert des Tartares de Buzzati et Le rivage des Syrtes de Gracq, le dernier roman de Xavier Hanotte […] invente un monde au bord du gouffre, à deux doigts d’une guerre à laquelle nul ne comprend rien mais dont il faut bien accepter le joug et le coût." Edern.be

"[…] Il y a dans ce roman des scènes époustouflantes." Edern.be

"Et c'est un grand plaisir que cette lecture sur le qui-vive, d'autant plus qu'elle n'est jamais difficile, fluide au contraire, saisissante, portée par une intrigue minutieusement déroulée, dans une langue d'une singulière beauté formelle." Télérama

"Fortement teinté de réalisme magique, Des feux fragiles dans la nuit qui vient déploie un charme étrange, irrésistible par sa manière de pousser au-delà de la réalité pour dévoiler ce qu'il y a derrière. Passionnante interrogation sur le Mal, réflexion sur la vérité par nature inconnaissable." Télérama

"Belle manière de se livrer, jusqu'à l'intime, en évitant tout déballage intempestif. Le roman comporte ainsi de belles pages sur la mémoire et la fidélité à soi-même, c'est-à-dire à l'enfance, sur la crainte d'aimer par peur de la déception amoureuse, sur la lucidité vis-à-vis des hommes et l'espérance en leur devenir, sur l'affirmation d'une foi fondée non sur la parole, mais sur « l'apaisant silence de Dieu »." Télérama

"Ce roman puissant et prenant plonge le lecteur dans un univers opaque et claustrophobe admirablement rendu par une écriture dense." Tell Me Mag

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • AgaguK2015 Posté le 29 Septembre 2015
    De la vraie littérature : c'est très fort !
  • Charybde2 Posté le 19 Mars 2013
    Un moderne désert des Tartares, qui irait jusqu'au bout ! Avec "Des feux fragiles dans la nuit qui vient", paru en 2010 et conseillé par un ami à propos de "L'heure du Roi" de Khazanov, Xavier Hanotte délaissait à nouveau sa grande saga de l'inspecteur bruxellois Dussert pour nous offrir ce livre à inscrire dans une tradition que l'on peut appeler "l'attente militaire", dans laquelle voisinent "Le désert des Tartares", "Le rivage des Syrtes", voire "Sur les falaises de marbre"... Dans un environnement aussi prestigieux, Hanotte tire pourtant largement son épingle du jeu, ce qui est en soi un gage d'intense qualité littéraire. Sur une île ancienne, exposée à un ennemi impalpable en avant du Continent principal, quelques unités d'active et un bon nombre de réservistes assurent une guerre de "faible intensité", comme la désignerait le jargon contemporain. Dans cette lourde atmosphère de garnison d'une "drôle de guerre", l'ennui rôde, tandis que la poésie, la culture et pourquoi pas... l'amour s'immiscent à l'occasion. Jusqu'à une brutale accélération, aux trois quarts du livre, qui nous emmène d'une traite à un impressionnant paroxysme et à un étrange, presque fantastique, retour métaphorique d'une légende fondatrice apportant le salut aux troupes en voie d'être battues. "Depuis longtemps, Pierre... Un moderne désert des Tartares, qui irait jusqu'au bout ! Avec "Des feux fragiles dans la nuit qui vient", paru en 2010 et conseillé par un ami à propos de "L'heure du Roi" de Khazanov, Xavier Hanotte délaissait à nouveau sa grande saga de l'inspecteur bruxellois Dussert pour nous offrir ce livre à inscrire dans une tradition que l'on peut appeler "l'attente militaire", dans laquelle voisinent "Le désert des Tartares", "Le rivage des Syrtes", voire "Sur les falaises de marbre"... Dans un environnement aussi prestigieux, Hanotte tire pourtant largement son épingle du jeu, ce qui est en soi un gage d'intense qualité littéraire. Sur une île ancienne, exposée à un ennemi impalpable en avant du Continent principal, quelques unités d'active et un bon nombre de réservistes assurent une guerre de "faible intensité", comme la désignerait le jargon contemporain. Dans cette lourde atmosphère de garnison d'une "drôle de guerre", l'ennui rôde, tandis que la poésie, la culture et pourquoi pas... l'amour s'immiscent à l'occasion. Jusqu'à une brutale accélération, aux trois quarts du livre, qui nous emmène d'une traite à un impressionnant paroxysme et à un étrange, presque fantastique, retour métaphorique d'une légende fondatrice apportant le salut aux troupes en voie d'être battues. "Depuis longtemps, Pierre Berthier avait cessé de croire que les hommes, et lui-même en particulier, pouvaient un tant soit peu infléchir le cours imprévisible des choses. Il n'en avait pas toujours été ainsi mais, avec le recul, cette arrogance fort répandue l'amusait presque. Selon lui, les fleuves détournés finissaient tous par rentrer dans leur lit, les plantes ensauvagées enterraient leurs jardiniers défunts et les palais bâtis pour mille ans s'écroulaient après quelques lustres sous les attaques conjointes des intempéries, de la mérule et des promoteurs." "Quant aux mânes des évêques, dont les portraits à l'huile tenaient synode autour de l'escalier monumental, Berthier aimait à penser qu'ils commentaient avec aigreur la défection de leur successeur, appelé au-delà des flots par la construction d'une nouvelle cathédrale et d'une vocation longtemps contrariée d'apôtre de la modernité. Aucun ordre de réquisition n'avait été nécessaire. À l'ombre de Saint-Olaf, l'Évêché hébergeait maintenant un bataillon logistique satisfait d'exploiter, pour un usage des plus profanes, les vastes caves et greniers qui, autrefois, avaient contenu les richesses tout aussi profanes d'un haut clergé jouisseur, notablement porté sur les biens terrestres et les plaisirs de même provenance." Un grand remerciement à Gilles Ferragu pour cette belle découverte - qui me donne envie de mieux connaître cet auteur, et augmente aussi, par association d'idées, mon impatience de pouvoir lire de nouveaux textes d'Yves et Ada Rémy !
    Lire la suite
    En lire moins
  • nanet Posté le 5 Janvier 2011
    L'auteur nous narre une légende, et son "parallèle" de nos jours, sur cette même île... les conflits anciens avaient été chassés. La folie des hommes, leurs ambitions les ont fait renaître. L'adjudant Berthier va nous donner sa vision des choses, ses sentiments, ses pensées, et faire pour nous un bilan de l'état des choses. L'auteur, derrière cet homme nous dévoile une leçon : apprenons du passé pour rende l'avenir moins sombre... Au travers une légende, il tente de faire voir à son héros ce qu'il pourrait mettre en place pour redonner à l'île sa grandeur, sa sérénité aussi. Si la tentative est belle, elle se noie sous des circonvolutions et une trame un peu particulière. On avance dans un flou artistique. Quelques chapitres d'actions viennent titiller nos sens, alors que l'intrigue prend très lentement son souffle. La suite sur le blog
  • GribouilleChat Posté le 17 Novembre 2010
    Je vais essayer de vous faire ressentir ce que le livre et sa lecture ont éveillé en moi. Et d’abord, comme promis, je reviens à l’illustration de couverture : elle ressemble beaucoup à "L’île des morts" de Böcklin, c’est, je le découvrirai bientôt, l'île où brillent des feux dans la nuit… Une réminiscence vénitienne, pour moi : je me suis souvent demandé si Böcklin avait pensé à San Michele pour le titre ou à Torcello, quoique les arbres ne soient pas si hauts. Et puis, le titre : un décasyllabe doux, nostalgique peut-être, une note d’espoir pour moi : fragiles mais résistants… Et voilà, la lecture commence : j’entre difficilement, l’écriture me parait un peu maladroite, le vocabulaire un brin trop recherché ; il faut que le livre m’apprivoise… Cela vient vite. Berthier, un sous-officier qui patrouille sur la place désertée d’une ville, la capitale d’ une île quasi abandonnée par le continent. L’île est en pleine guerre, civile peut-être ? Le nord a été conquis par l’ennemi : abandonnée vraiment. La guerre est latente ; l’ennemi est là. Et je me suis interrogée : quels sont cette île, ce pays ? où sont-ils ? J’ai pensé au Désert des Tartares , à ces hommes... Je vais essayer de vous faire ressentir ce que le livre et sa lecture ont éveillé en moi. Et d’abord, comme promis, je reviens à l’illustration de couverture : elle ressemble beaucoup à "L’île des morts" de Böcklin, c’est, je le découvrirai bientôt, l'île où brillent des feux dans la nuit… Une réminiscence vénitienne, pour moi : je me suis souvent demandé si Böcklin avait pensé à San Michele pour le titre ou à Torcello, quoique les arbres ne soient pas si hauts. Et puis, le titre : un décasyllabe doux, nostalgique peut-être, une note d’espoir pour moi : fragiles mais résistants… Et voilà, la lecture commence : j’entre difficilement, l’écriture me parait un peu maladroite, le vocabulaire un brin trop recherché ; il faut que le livre m’apprivoise… Cela vient vite. Berthier, un sous-officier qui patrouille sur la place désertée d’une ville, la capitale d’ une île quasi abandonnée par le continent. L’île est en pleine guerre, civile peut-être ? Le nord a été conquis par l’ennemi : abandonnée vraiment. La guerre est latente ; l’ennemi est là. Et je me suis interrogée : quels sont cette île, ce pays ? où sont-ils ? J’ai pensé au Désert des Tartares , à ces hommes qui attendent l’arrivée de l’ennemi, j’ai pensé à Zangra… Et les remparts de la ville m’ont rappelé Saint-Malo mais le climat serait plutôt celui de nos plages de la Mer du Nord. Rarement, j’ai lu un texte qui me faisait voyager ainsi et rarement, j’ai senti le poids du lieu comme ici. La suite sur mon blog
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.