RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Dis-leur qu'ils ne sont que cadavres

            Belfond
            EAN : 9782714453877
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 230
            Format : 140 x 225 mm
            Dis-leur qu'ils ne sont que cadavres

            Jean-Marie SAINT-LU (Traducteur)
            Date de parution : 05/09/2013

            De nos jours en Irlande, la folle épopée littéraire et éthylique d’un écrivain mexicain frustré, d’un poète irlandais alcoolique et d’un couple de millionnaires difformes sur les traces d’Antonin Artaud. Azimutée, foisonnante, poétique, une gourmandise romanesque par l’auteur de La Fête de l’ours.

            Aussi drôle que tragique, servi par une écriture très visuelle et joyeusement débridée, le nouveau roman de l’un des plus grands auteurs hispanophones actuels.

            En 1937, de retour du Mexique où il a croisé Malcolm Lowry et abondamment usé de peyotl et autres champignons hallucinogènes, Antonin Artaud trouve le bâton...

            Aussi drôle que tragique, servi par une écriture très visuelle et joyeusement débridée, le nouveau roman de l’un des plus grands auteurs hispanophones actuels.

            En 1937, de retour du Mexique où il a croisé Malcolm Lowry et abondamment usé de peyotl et autres champignons hallucinogènes, Antonin Artaud trouve le bâton sacré de saint Patrick, le patron des Irlandais.

            Plus d’un demi-siècle plus tard, trois hommes partent en pèlerinage : l’un est un écrivain mexicain égaré dans une ambassade désargentée ; le deuxième un poète édenté qui vit avec son cheval ; le dernier un collectionneur excentrique au faciès d’oiseau. Ce qui les unit ? Une faiblesse coupable pour l’eau-de-vie et une passion dévorante pour Artaud.

            Ensemble, ils jurent de retrouver le bâton, véritable relique. Sur la route, ils se perdront un peu, boiront beaucoup et se fâcheront à jamais.

            De Dublin à Kilroot, de Mexico à Paris, une épopée hallucinée et rocambolesque, génial hommage aux poètes et aux fabuleux pouvoirs d’une littérature qui peut mener à la gloire ou rendre fou.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714453877
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 230
            Format : 140 x 225 mm
            Belfond
            18.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Un exercice littéraire fascinant. »
            Enrique Vila-Matas, El País


            « Avec Jordi Soler, la vie est un roman ou un songe, elle joue avec la fiction et croise les chemins d'hommes mis à terre. »
            Virginie Gatti, L’Humanité


            « Jordi Soler est un narrateur habile, un admirateur de Joyce, une identité plurielle, entre le Mexique et la Catalogne. »
            Isabelle Rüf, Le Temps

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • TheFunkyFreshLibrary Posté le 4 Avril 2016
              P. : On aurait dû écrire ça juste après l'avoir lu. A. : Tu n'as pas tort mais les contingences... P. : C'est tellement fou comme histoire. Est-ce qu'on peut vraiment la résumer ? A. : On va prendre la méthode de la fable brechtienne. P. : Connais pas. A. : Les faits, et dans l'ordre chronologique. Pour une pièce. P. : Tu pars de quels faits ? L'histoire d'Artaud ou celle de l'attaché culturel ? A. : Je triche. L'attaché culturel. Ca donnerait ça, sans être très rigoureuse. Un écrivain mexicain raté, devenu attaché culturel à l'ambassade du Mexique en Irlande, décide de réaliser une anthologie sur l'oeuvre d'Antonin Artaud. Artaud, qui est allé au Mexique, y a été initié et est devenu fou. P. : C'est une des grandes questions : que s'est-il passé sur le bateau qui le ramenait du Mexique ? A. : Une question de spécialiste dans ton genre. Mais pour ceux qui ne connaissent pas bien Artaud, ça n'a pas d'importance. Bref, dans sa quête de textes inédits ou de révélations, l'attaché culturel rencontre un français, détenteur de l'oeuvre du pète maudit, un certain M. Lapin, qui va le mettre sur la piste d'une histoire de canne de St Patrick qui aurait été... P. : On aurait dû écrire ça juste après l'avoir lu. A. : Tu n'as pas tort mais les contingences... P. : C'est tellement fou comme histoire. Est-ce qu'on peut vraiment la résumer ? A. : On va prendre la méthode de la fable brechtienne. P. : Connais pas. A. : Les faits, et dans l'ordre chronologique. Pour une pièce. P. : Tu pars de quels faits ? L'histoire d'Artaud ou celle de l'attaché culturel ? A. : Je triche. L'attaché culturel. Ca donnerait ça, sans être très rigoureuse. Un écrivain mexicain raté, devenu attaché culturel à l'ambassade du Mexique en Irlande, décide de réaliser une anthologie sur l'oeuvre d'Antonin Artaud. Artaud, qui est allé au Mexique, y a été initié et est devenu fou. P. : C'est une des grandes questions : que s'est-il passé sur le bateau qui le ramenait du Mexique ? A. : Une question de spécialiste dans ton genre. Mais pour ceux qui ne connaissent pas bien Artaud, ça n'a pas d'importance. Bref, dans sa quête de textes inédits ou de révélations, l'attaché culturel rencontre un français, détenteur de l'oeuvre du pète maudit, un certain M. Lapin, qui va le mettre sur la piste d'une histoire de canne de St Patrick qui aurait été remise à Artaud par un chaman je crois… P. : Et l'attaché va faire la rencontre d'un poète irlandais qui a connu Artaud et qui sait où se trouve la canne… A. : Et ils vont partir ensemble à la recherche du fameux bâton… P. : Une histoire de fous ! A. : de toute façon, c'est un livre complètement fou. P. : Comment veux-tu le résumer sans le trahir ? Peut-on résumer un délire, même construit? A. : C'est un canular, un vaste canular. Ce type, Jordi Soler, nous mène en bateau d'un bout à l'autre. Il aime raconter des histoires. P. : Il a un sens aigu de la digression. A. : Et des personnages secondaires délirants. P. : le nain de l'IRA. A. : M. et Mme Lapin. P. : Harry Potter. A. : le chauffeur de l'ambassade. La scène de répétition de son coming out est hilarante. C'est du théâtre pur. P. : Et le cheval !!!! Je me suis bidonné pendant toute la lecture. A. : A certains moments. Je t'ai même réveillé. Il y a des moments qui fonctionnent vraiment bien… P. : …L'image des bottes et de la sculpture mexicaine contemporaine sur la plage de Joyce… A. : Et d'autres où le délire patine, on s'ennuierait presque. P. : A méditer. Je le recommande. A. : Idem.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Stemilou Posté le 6 Avril 2014
              Le narrateur de cette épopée est écrivain et employé à l’ambassade du Mexique en Irlande en tant qu’attaché culturel, grand admirateur d’un poète français Antonin Artaud qui séjourna au Mexique et qui aurait été propriétaire de la canne de Saint Patrick. C’est donc cette fameuse canne qui deviendra l’objet de toute cette aventure alcolo-pittoresque, et oui car ça s’imbibe pas mal dans ce roman, en même temps vu les personnages, de vrais phénomènes à eux seul, on serait tenté de se descendre un verre ou deux pour leur tenir compagnie. Cela mis à part, on se retrouve tantôt dans un pub d’Irlande avec odeur de bière et de tourbe, tantôt au milieu du très coloré Mexique. Folie poétique, équipée éthylique de ce passionné d’Artaud accompagné de Lear McManus poète irlandais et des Lapin couple de collectionneurs français à la recherche de cette canne restituée par Artaud au peuple irlandais avant d’être interné. Drôle d’objet que ce roman d’une quête improbable sur les traces d’un poète fou et d’un bâton reçu d’un sorcier de la tribu Tarahumaras au Mexique, un mélange saugrenu de réelle fascination pour la poésie et de cocasses aventures de ces trois passionnés. On flotte dans l’absurde, la folie,... Le narrateur de cette épopée est écrivain et employé à l’ambassade du Mexique en Irlande en tant qu’attaché culturel, grand admirateur d’un poète français Antonin Artaud qui séjourna au Mexique et qui aurait été propriétaire de la canne de Saint Patrick. C’est donc cette fameuse canne qui deviendra l’objet de toute cette aventure alcolo-pittoresque, et oui car ça s’imbibe pas mal dans ce roman, en même temps vu les personnages, de vrais phénomènes à eux seul, on serait tenté de se descendre un verre ou deux pour leur tenir compagnie. Cela mis à part, on se retrouve tantôt dans un pub d’Irlande avec odeur de bière et de tourbe, tantôt au milieu du très coloré Mexique. Folie poétique, équipée éthylique de ce passionné d’Artaud accompagné de Lear McManus poète irlandais et des Lapin couple de collectionneurs français à la recherche de cette canne restituée par Artaud au peuple irlandais avant d’être interné. Drôle d’objet que ce roman d’une quête improbable sur les traces d’un poète fou et d’un bâton reçu d’un sorcier de la tribu Tarahumaras au Mexique, un mélange saugrenu de réelle fascination pour la poésie et de cocasses aventures de ces trois passionnés. On flotte dans l’absurde, la folie, l’extravagance et l’étrange. « Dis-leur qu’ils ne sont que cadavres et que jamais ils ne ressusciteront d’entre les morts »
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.