Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221198308
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 324
Format : 135 x 215 mm

En son absence

Date de parution : 23/02/2017

Mars 2005. Il fait très beau ce matin-là dans le petit village de Montange, au coeur des Ardennes belges. Comme un air de printemps en avance. Bénédicte, quinze ans, revient même sur ses pas pour changer sa doudoune d’hiver contre une veste légère. Un jour plus froid, sans doute aurait-elle...

Mars 2005. Il fait très beau ce matin-là dans le petit village de Montange, au coeur des Ardennes belges. Comme un air de printemps en avance. Bénédicte, quinze ans, revient même sur ses pas pour changer sa doudoune d’hiver contre une veste légère. Un jour plus froid, sans doute aurait-elle marché plus vite pour aller attraper le bus qui, chaque matin, la conduit au lycée dans la ville voisine. Là, non, elle s’attarde, prend le chemin des écoliers…
Bénédicte ne montera jamais dans le bus. Où est-elle passée ? Que lui est-il arrivé ?
Commencent quatre jours d’une insupportable angoisse.
En son absence, le paisible univers du village s’eff ondre. Les parents s’accablent de reproches, les soupçons volent de maison en maison, on ment, on dissimule. Depuis si longtemps, il ne se passait rien à Montange. Le malheur attise les passions les plus nobles, mais aussi les plus basses.
Un thriller psychologique à la mécanique implacable où se dévoilent tour à tour les pensées les plus intimes – et les plus inavouables – de chacun des protagonistes : Armel Job est décidément un grand romancier de l’âme humaine.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221198308
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 324
Format : 135 x 215 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • saigneurdeguerre Posté le 30 Janvier 2020
    Montange (dans les Ardennes belges). 2005. Il y a Liesbeth et Julien. Elle, d’origine flamande, fait la plonge dans un restaurant. Lui est conducteur de bus. Ils ont eu une fille, Annelise. Morte. Morte alors qu’elle était une petite enfant. Il y a un fils aussi qui est à l’Ecole royale militaire. Il y a Walter, bûcheron, et sa femme, Julie. Julie la jalouse. Julie la soupçonneuse. Walter qui aime draguer. Leur fille Laura qui est passée de l’autre côté de la frontière à Mézière, pour fuir l’atmosphère de Montange et... Et Dieu sait quoi… Et puis, il y a madame Maca l’épouse d’un ancien gendarme qu’elle a placé en maison de repos pour avoir la paix (apparemment, lui aussi cela lui convenait bien mieux que de vivre à la maison avec son pitbull d’épouse acariâtre). Madame Germaine Maca, agressive, mauvaise langue toujours prête à déverser sa bile. Madame Maca qui n’oublie pas que son neveu adoré, Kévin, est mort dans un « accident »… Un « accident » causé par cette trainée de Laura, la fille de Walter et de Julie. Et surtout, il y a Marie-Louise, infirmière, divorcée. Sa fille, Bénédicte, qui vit avec elle. Son ex-mari, Medhi Maziri, qui vit... Montange (dans les Ardennes belges). 2005. Il y a Liesbeth et Julien. Elle, d’origine flamande, fait la plonge dans un restaurant. Lui est conducteur de bus. Ils ont eu une fille, Annelise. Morte. Morte alors qu’elle était une petite enfant. Il y a un fils aussi qui est à l’Ecole royale militaire. Il y a Walter, bûcheron, et sa femme, Julie. Julie la jalouse. Julie la soupçonneuse. Walter qui aime draguer. Leur fille Laura qui est passée de l’autre côté de la frontière à Mézière, pour fuir l’atmosphère de Montange et... Et Dieu sait quoi… Et puis, il y a madame Maca l’épouse d’un ancien gendarme qu’elle a placé en maison de repos pour avoir la paix (apparemment, lui aussi cela lui convenait bien mieux que de vivre à la maison avec son pitbull d’épouse acariâtre). Madame Germaine Maca, agressive, mauvaise langue toujours prête à déverser sa bile. Madame Maca qui n’oublie pas que son neveu adoré, Kévin, est mort dans un « accident »… Un « accident » causé par cette trainée de Laura, la fille de Walter et de Julie. Et surtout, il y a Marie-Louise, infirmière, divorcée. Sa fille, Bénédicte, qui vit avec elle. Son ex-mari, Medhi Maziri, qui vit avec son fils, Ferdinand. Dans ce petit village où tout le monde se connaît (ou croit se connaître), Bénédicte disparaît le jeudi 17 mars 2005 alors qu’elle était censée se rendre à l’école. Bénédicte est une superbe adolescente, discrète, peut-être même secrète. On ne lui connaît pas d’amis. Elle disparaît laissant sa mère et son père fous d’inquiétude. Va-t-elle revenir ? Va-t-on la retrouver ? A-t-elle été enlevée ? Par qui ? Pourquoi ? Est-elle seulement encore en vie ? Critique : Armel Job nous plonge dans la vie d’une petite communauté ardennaise (imaginaire, je pense, car à ma connaissance, il n’y a pas de village du nom de Montange). Cette disparition inquiétante rouvre de vieilles blessures. L’auteur nous plonge dans la tête des différents protagonistes pour nous dévoiler jusqu’à leurs pensées les plus intimes, leurs rancœurs, mais aussi leurs douleurs. Il nous égare quant aux personnes à suspecter et au sort de Bénédicte. Il nous glisse dans les pensées les plus intimes de tous ces individus qui, suite à ce drame, vont souvent révéler les côtés les plus sordides de leurs personnalités. Evidemment, tous ces personnages ont en tête l’affaire Marc Dutroux, affaire bien réelle qui va encore pendant des décennies traumatiser les Belges. Marc Dutroux qui a enlevé des filles et est responsable de la mort de plusieurs d’entre elles. La disparition de Bénédicte fait évidemment resurgir cette peur au sein de cette petite communauté rurale (comme elle l’aurait fait ailleurs en ville). Suspense et psychologie sont savamment dosés par un Armel Job qui connaît bien l’âme humaine. Jusqu’au bout, le lecteur s’inquiète pour Bénédicte. Où est-elle passée ? Est-elle seulement encore en vie ? On plaindra certains personnages et on aura envie d’en baffer d’autres…
    Lire la suite
    En lire moins
  • spleen Posté le 7 Décembre 2019
    Talentueux Armel Job qui détourne la disparition d'une adolescente pour disséquer les profondeurs de l'âme des gens qui habitent dans la même petite ville lorsqu'ils apprennent l'événement. Bénédicte, 15 ans n'a pas pris le bus scolaire ce matin, elle n'est pas rentrée non plus le soir chez sa mère Marie-Louise . Plutôt que d'envisager le pire , son entourage privilégie d'abord la possibilité d'une fugue . Pas de commissaire alcoolique ni d'inspecteur dépressif à l'horizon du belge , mais le déballage des travers de chacun et le regard peu amène que l'on porte sur son prochain, et à ce moment là apparaisent au grand jour jalousie et convoitise et les histoires anciennes ressurgissent ... Cette disparition fait bouillir toutes les mesquineries et les trahisons ... Chacun commence à avoir des soupçons sur son voisin et il suffit d'une voiture de police arrêtée devant une maison pour en déduire le coupable et faire justice soi-même . C'est tellement criant de vérité !
  • danieledou Posté le 20 Octobre 2019
    Lorsque Bénédicte ne rentre pas après l'école, les mesquineries et les vieilles rancœurs font surface dans le petit village ardennais dans lequel elle vit avec sa mère. Armel Job dépeint l'âme humaine, l'effet de groupe, les jugements hâtifs, les prétextes qui servent à l'explosion de la haine. Qu'est il advenu de Bénédicte ? Qui de Julien, le chauffeur de bus ou de Walter, l'ingénieur est responsable de sa disparition ? Madame Marca et Julie sont persuadées de ce dont les hommes sont capables....
  • Veromy Posté le 12 Octobre 2019
    Quand les jugements trop hâtifs arrivent aux oreilles des parents, les réactions le sont aussi. Malheureusement dès qu'il se passe quelque chose dans des petits villages tranquilles, les rumeurs vont bon train. J'ai apprécié que l'histoire soit plus centrée sur les habitants que sur la disparue et du coup, je me suis imaginé plusieurs scénarios.
  • Sandra_C Posté le 3 Octobre 2019
    Premier roman pour moi de cet auteur et je dois dire que je suis conquise. L'histoire raconte la disparition de Bénédicte le 17 mars 2005. On va suivre les personnes du petit village pas-à-pas, au fur est à mesure de l'avancement de cette fameuse journée de la dispariton . L'auteur nous plonge en plein coeur des histoires de villages où on écoute les qu'en-dira-t-on, où les vieilles rancunes et vieilles blessures sont toujours bien présentes, où chaque personne va influencer l'avancée des événements à sa façon pour nous amener où je ne m'y attendais pas. Jusqu'au bout j'ai été happée par cette lecture. Un nom que je retiens pour mes prochaines lectures.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.