RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Inavouable

            Fleuve éditions
            EAN : 9782265116238
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 608
            Format : 140 x 210 mm
            Inavouable

            Kamil BARBARSKI (Traducteur)
            Collection : Fleuve noir
            Date de parution : 14/09/2017
            Zakopane, chaîne des Tatras, 26 décembre 1944.
            Un résistant serre contre lui un étui métallique. À ses oreilles résonnent encore les dernières instructions de l’officier nazi qui lui a confié « le plus grand secret de cette guerre »… Alors qu’il est pris dans une tempête de neige, sa formation d’alpiniste pourrait se révéler cruciale....
            Zakopane, chaîne des Tatras, 26 décembre 1944.
            Un résistant serre contre lui un étui métallique. À ses oreilles résonnent encore les dernières instructions de l’officier nazi qui lui a confié « le plus grand secret de cette guerre »… Alors qu’il est pris dans une tempête de neige, sa formation d’alpiniste pourrait se révéler cruciale. Non loin de là, dans une auberge, un homme contemple par l’une des fenêtres la même bourrasque déchaînée. Après une ultime hésitation, il croque sa capsule de cyanure.

            Une matinée d’automne, de nos jours, à Varsovie.
            Chef du département de recouvrement de biens culturels rattaché au ministère des Affaires étrangères, le docteur Zofia Lorentz est convoquée par le Premier ministre : le Portrait de jeune homme du peintre Raphaël, tableau le plus précieux jamais perdu et recherché depuis la Seconde Guerre mondiale, vient d’être localisé. Accompagnée d’un marchand d’art cynique, d’un officier des services secrets à la retraite et d’une voleuse légendaire, Zofia s’envole pour New York, étape d’une quête contrariée qui pourrait inverser la lecture de l’Histoire et la politique internationale moderne…
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782265116238
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 608
            Format : 140 x 210 mm
            Fleuve éditions
            21.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Avec Inavouable, Miloszewski mise maintenant sur l'action pure et le thriller historique [...] Une vraie réflexion sur le pillage des pays occupés par les nazis pendant la guerre et sur la
            lutte sans fin que représente la récupération du patrimoine artistique, constitutif de l'identité et de la mémoire d'un pays. Une réussite. » Abel Mestre, Le Monde des Livres

            « Miloszewski, ex-chroniqueur judiciaire polonais, puis journaliste spécialisé dans les jeux vidéo, panache le thriller, le polar classique, le roman d'espionnage et, visiblement, aime bien Arsène Lupin. Le cocktail fonctionne à merveille. » François Forestier, L'Obs

            « Ce thriller à l'écriture survoltée - quelque part entre Monuments Men, Haute Voltige et James Bond - est un cocktail explosif d'histoire, d'art et d'action saupoudré d'humour décapant. Au final, un vrai plaisir de lecture. » Historia

            Au sujet de La Rage :
            « Nouveau maître du polar polonais au ton voisin d'un lan Rankin, Zygmunt Miloszewski équilibre parfaitement suspense, noirceur et drôlerie.» Arnaud Gonzague, L'Obs
            « La Rage qui clôt radicalement les aventures du procureur, aborde d'une manière franche la question récurrente et taboue en Pologne des violences conjugales. Ça fait très mal. Et ce n'est pas fini. » Françoise Dargent, Le Figaro Littéraire
            « Miloszewski possède le don d'oser toutes les fantaisies sans renier sa noirceur ni perdre de sa puissance : par le biais des aventures d'un grand procureur il s'est révélé un grand écrivain. » Elise Lépine, Transfuge
             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Didier_Tr Posté le 4 Février 2019
              Bouquin un peu étrange. Pas vraiment un polar. Un truc entre les sagas historiques, Cotton Malone s'égarant en Pologne, avec un zeste de Dan B. Assez éloigné de la trilogie du Juge, qui s'est un peu terminée en queue de poisson, mais ceci n'engage que moi. Comme si Zygmunt s'était lui-même fatigué de son héros récurrent, comme le flic mongol, qui a aussi fait les frais de la lassitude de l'auteur... Elle part un peu en quenouille, cette critique, non ? Un peu comme cette équipe bancale de 4 gugus qui vont traverser l'Atlantique, en vain, pour revenir juste à côté de chez eux. Alors que nous sommes en danger à cause de l'effet de cerf (désolé, je n'ai pas pu résister, c'est idiot, je sais), on ne traverse plus l'Atlantique sans raison, queue diable !!! Zygmunt est un type très sympa. Il emmène parfois femme et enfant au salon Polar du Sud à Toulouse, et son français est bien bien meilleur que mon polonais. Attention à la polak connection, c'est la nouvelle vague du polar, et même les français d'origine minière s'en rapprochent !!! Je disais donc, la postface spécial français est intéressante et nous apprend que l'auteur a... Bouquin un peu étrange. Pas vraiment un polar. Un truc entre les sagas historiques, Cotton Malone s'égarant en Pologne, avec un zeste de Dan B. Assez éloigné de la trilogie du Juge, qui s'est un peu terminée en queue de poisson, mais ceci n'engage que moi. Comme si Zygmunt s'était lui-même fatigué de son héros récurrent, comme le flic mongol, qui a aussi fait les frais de la lassitude de l'auteur... Elle part un peu en quenouille, cette critique, non ? Un peu comme cette équipe bancale de 4 gugus qui vont traverser l'Atlantique, en vain, pour revenir juste à côté de chez eux. Alors que nous sommes en danger à cause de l'effet de cerf (désolé, je n'ai pas pu résister, c'est idiot, je sais), on ne traverse plus l'Atlantique sans raison, queue diable !!! Zygmunt est un type très sympa. Il emmène parfois femme et enfant au salon Polar du Sud à Toulouse, et son français est bien bien meilleur que mon polonais. Attention à la polak connection, c'est la nouvelle vague du polar, et même les français d'origine minière s'en rapprochent !!! Je disais donc, la postface spécial français est intéressante et nous apprend que l'auteur a voulu en gros faire un break entre deux polars. C'est plutôt réussi. Autant le dire, car ce n'est pas très évident dans ma critique. Mais ce n'est pas très frais, même si c'est beaucoup dans la neige. Les premiers de la trilogie avaient davantage d'originalité, et j'espère que les suivants seront de la même veine !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Sol_del_Este Posté le 26 Novembre 2018
              Magnifique découverte ! Autant je suis systématiquement déçue par les auteurs français qui singent les thrillers américains, autant là… c’est réussi ! Un livre dont on sort en ayant envie de serrer l’auteur dans ses bras pour lui dire merci pour nous avoir offert un vrai moment d’aventure, - ambiance chasse au trésor, espionnage et mission impossible - où se mêlent, sans trop de temps mort ni de longueurs, histoire de l’art et Histoire tout court. Cerise sur le gâteau: on sent pointer sous la trame du roman un charmant humour décalé, une ironie et une autodérision dont on se demande si elle n’est pas tout à fait polonaise. Un roman très sympathique, le genre à vous donner un petit coup de blues post « coup de cœur ».
            • Christian_92 Posté le 4 Novembre 2018
              Livre conseillé par mon libraire, je l'ai acheté de suite ne connaissant pas l'auteur, ni d'auteur polonais récent. En le lisant je me suis dit, finalement, que c'était du cinéma écrit, l'auteur ayant sans doute imaginé que son roman pourrait être porté à l'écran. J'ai trouvé la lecture agréable pour un thriller, mais ce livre est bien long pour une fin bien pauvre. Ce mélange d'histoire de la seconde guerre mondiale matinée d'histoire de tableau perdu et d'histoire des impressionnistes est intéressant, mais inutilement compliqué.
            • ArlieRose Posté le 12 Octobre 2018
              Ceci est pour moi un roman d'espionnage et historique, autour du monde de l'art. Un bouquin comme je les aime : d'abord, la mise en place, à une époque lointaine, en l'occurrence la seconde guerre mondiale. Puis l'histoire elle-même, les personnages, le contexte. Le roman est assez épais (presque 600 pages) mais les chapitres courts et le rythme font qu'on le lit facilement. Jusqu'à 150 pages de la fin et là, on ne peut plus le poser. J'avais lu la trilogie de Zygmunt Miloszewski, déjà traduite en français, et j'avais apprécié ses connaissances en histoire, la description de la vie en Pologne aujourd'hui. Là, il nous fait découvrir le monde des œuvres d'art disparues pendant la seconde guerre mondiale et met en scène une course poursuite haletante dans divers pays. On croise un certain nombre de personnages attachants, dans des paysages à couper le souffle. Mais pourquoi veut-on absolument empêcher ces gens de retrouver des peintures disparues, même si elles sont d'artistes renommés ? C'est le secret que l'on ne connaîtra qu'à la fin du bouquin et il en vaut la peine…
            • micetmac Posté le 6 Septembre 2018
              Zygmunt Miloszewski, après une trilogie policière fameuse, s'essaye à une thématique qui renvoie, finalement, à bon nombres d'ouvrages : le thriller nazi. Le Troisième Reich qui a vu sombrer la conscience européenne, est propice à bon nombres d'uchronies qui n'en seraient plus si le Secret des Secrets venait à être connu. Souvent ces livres, tissant plus ou moins habilement une trame déviante dans le cours chaotique de la seconde guerre mondiale, répondent aussi à un autre prérequis, les USA sont dans le coup. Et pas pour le meilleur, la plupart du temps. Comme OPÉRATION NAPOLÉON de Arnaldur Indriðason par exemple, pour distinguer l'un des derniers (et réussis) exercices du genre. Zygmunt Miloszewski aplatit le clou de ce canevas mais en y apportant un ou deux petits plus. Tout d'abord, il lance ses héros dans une épopée artistico-historique, à la recherche des tableaux pillés par les nazis, exfiltrés de la Pologne martyrisée avant la chute du régime hitlérien. Surtout, LE tableau le plus célèbre, le plus mythique, légendaire : le Portrait de jeune homme du peintre Raphaël. A l'heure actuelle, ce tableau (s'il n'a pas été détruit) est toujours dans la nature. De cette absence, Miloszewski brode avec talent un scénario improbable,... Zygmunt Miloszewski, après une trilogie policière fameuse, s'essaye à une thématique qui renvoie, finalement, à bon nombres d'ouvrages : le thriller nazi. Le Troisième Reich qui a vu sombrer la conscience européenne, est propice à bon nombres d'uchronies qui n'en seraient plus si le Secret des Secrets venait à être connu. Souvent ces livres, tissant plus ou moins habilement une trame déviante dans le cours chaotique de la seconde guerre mondiale, répondent aussi à un autre prérequis, les USA sont dans le coup. Et pas pour le meilleur, la plupart du temps. Comme OPÉRATION NAPOLÉON de Arnaldur Indriðason par exemple, pour distinguer l'un des derniers (et réussis) exercices du genre. Zygmunt Miloszewski aplatit le clou de ce canevas mais en y apportant un ou deux petits plus. Tout d'abord, il lance ses héros dans une épopée artistico-historique, à la recherche des tableaux pillés par les nazis, exfiltrés de la Pologne martyrisée avant la chute du régime hitlérien. Surtout, LE tableau le plus célèbre, le plus mythique, légendaire : le Portrait de jeune homme du peintre Raphaël. A l'heure actuelle, ce tableau (s'il n'a pas été détruit) est toujours dans la nature. De cette absence, Miloszewski brode avec talent un scénario improbable, conspiration tordue, un peu vaine, qu'il fait glisser avec une belle énergie et une saine dérision. Car l'autre atout de ce bouquin roboratif est sa plume alerte et ce côté un peu narquois, pas tout à fait dupe du n'importe quoi bordélique de son entreprise littéraire. Nos quatre protagonistes ressemblent parfois au club des cinq sans Dagobert, des boy scouts embarqués dans une aventure trop grande pour eux mais où ils vont faire preuve de ressources certaines. on suit ainsi avec un plaisir jamais démenti, les tribulations tragi (car le drame n'est point absent) comique de nos quatre compères que Miloszewski sait rendre attachant jusque dans leurs hésitations sentimentalo-sexuelles qu'il sait préserver de la mièvrerie. Ce genre de page turner se juge aussi (et surtout ?) à la force de son dénouement. Ce dernier m'a laissé un brin mitigé. Je dois avouer que la résolution du rôle des américains est un poil too much, à moins de s'adonner à un antiaméricanisme primaire que moumoute orange s'applique à alimenter avec constance. A vrai dire, peu importe, car le devenir des Toiles de maîtres m’importait bien plus. Et, outre qu'on en apprend beaucoup sur une histoire de l'Art ludique et jamais pesante, cette résolution là vaut largement son coup de pinceau.
              Lire la suite
              En lire moins
            Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
            Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.