Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714482259
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 134 x 190 mm

J'écris ton nom

Collection : Belfond Pointillés
Date de parution : 22/08/2019
"Il faut assumer de venir en héros."
« Youra convoque les forces de la nuit, comme dans un opéra magique, dans un conte maudit, un roman gothique. Il avance sans peur ni haine vers un destin déjà écrit. Il a décidé que tout était dit ; il n’y a plus qu’à faire. Les actes seront posés et advienne... « Youra convoque les forces de la nuit, comme dans un opéra magique, dans un conte maudit, un roman gothique. Il avance sans peur ni haine vers un destin déjà écrit. Il a décidé que tout était dit ; il n’y a plus qu’à faire. Les actes seront posés et advienne que pourra, son destin est en marche, et celui de tous ceux vers qui il roule. »
 
Youra est un jeune médecin bruxellois, idéaliste, interdit d’exercer car juif. Avec sa bande d’amis, il continue de défier le couvre-feu, d’écouter de la musique prohibée, de refaire le monde. Ce soir d’avril 1943, Youra va même passer à l’action. Avec deux copains d’enfance, il a décidé de tenter ce que les partisans jugent insensé : arrêter le train qui part pour les camps.
 
Séducteur, polyglotte, intellectuel jusqu’à l’obsession, Youra sait que la « nuit du train » fera de lui quelqu’un d’autre. Plongé dans les eaux troubles de la Résistance et confronté à celles de la collaboration, il interroge les motivations conscientes et inconscientes qui poussent à risquer sa vie, et à regarder l’ennemi dans le blanc des yeux.
 
Sylvestre Sbille réussit, dans un premier roman empreint de réalisme magique, le tour de force d’inoculer à son lecteur toute la fureur de vivre d’individus éblouissants, surnageant dans la vase noire de l’Occupation.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714482259
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 134 x 190 mm

Ils en parlent

" Un texte sensible et philosophique sur la notion de héros, ce qui pousse certains à se dépasser. Au nom de la liberté. "
Ariane Bois / L'arche
" Remarquablement réussi. [...] L'auteur fait de Youra un magnifique personnage de roman, un idéaliste qu'on a envie de suivre et qu'on aimerait imiter, un type qui va au bout de lui-même tant sa fureur de vivre pleinement l'empêche de s'accommoder de la vase noire de l'Occupation. " 
Jean-Claude Vantroyen / Le Soir

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • candiceloix Posté le 4 Novembre 2019
    Bruxelles, 1943. Youra, jeune médecin, est interdit d'exercer car juif. Ce jeune idéaliste brave cependant les interdits en ignorant le couvre-feu ou encore en écoutant de la musique prohibée. Empreint de liberté et de justice, il décide de rejoindre son frère dans la résistance et d'arrêter, avec ses deux copains d'enfance Jean et Robert, un train en route pour Auschwitz avec pour seules armes un pistolet, une lanterne rouge et deux pinces coupantes et ainsi sauver nombre de juifs d'une mort certaine. Le récit est bien construit, les narrateurs alternent à chaque chapitre, passant des résistants aux collaborateurs, des victimes aux bourreaux, ce qui ajoute beaucoup de réalisme à l'écriture. Sylvestre Sbille s'est en effet inspiré de faits réels pour signer ce premier roman fort, audacieux et terriblement émouvant. Il m'a donné envie de faire des recherches sur cet acte de résistance complètement fou qui m'était jusqu'ici inconnu et sur ces jeunes gens qui ont décidé de devenir des héros, et donner du sens à leur vie et à l'humanité. J'écris ton nom est un hymne à la liberté et un bel hommage aux résistants.
  • Martineke1959 Posté le 30 Octobre 2019
    Bruxelles, avril 1943. Youra, jeune médecin juif interdit d'exercer rentre dans la résistance. Il décide d'attaquer et de libérer les Juifs partant pour Auschwitz dans le 20ième convoi. Basé sur des faits réels ce roman est érudit en termes historique puisqu'il mêle habilement des personnages de fiction à ceux ayant réellement existés. J'ai beaucoup apprécié ce livre, extrêmement bien écrit et documenté. Même si le côté "documentaire" a une place importante dans le livre, cela ne gâche en rien le plaisir de la lecture. Une belle découverte donc !
  • Kirzy Posté le 24 Octobre 2019
    °°° Rentrée littéraire #33 °°° 1943, c'est l'entrée en résistance active de Youra, jeune médecin belge, interdit d'exercer parce que juif, qui décide avec deux amis d'organiser l'attaque d'un train parti de Malines pour Auschwitz afin de libérer un maximum de Juifs. Acte tellement insensé qu'il ne pouvait qu'être vrai. Youra Livchitz est un héros de la résistance belge durant la Deuxième guerre mondiale. Il a été exécuté par les SS le 17 février 1944, après avoir fait évader 231 Juifs : 153 vécurent, les autres étant repris puis tués ou déportés. Ce premier roman fort ambitieux est porté par une écriture extrêmement vivante, souvent lyrique, aussi enflammée que l'ardeur de l'idéaliste Youra à devenir résistant. le lecteur est emporté dans un tourbillon romanesque, emporté par l'énergie dévorante de tous ces résistants épris de liberté, de justice et de vengeance. C'est un roman traversé de vie, un récit haletant très bien construit, les transitions de scènes sont particulièrement réussis et les dialogues vifs. Une véritable fureur de vivre parfaitement incarnée par Youra, et surtout le personnage de Régine Krochmal, une autre héroïne de la résistance belge. Elle fait partie de ses juifs libérés du convoi ferroviaire. Les pages qui précèdent son évasion sont... °°° Rentrée littéraire #33 °°° 1943, c'est l'entrée en résistance active de Youra, jeune médecin belge, interdit d'exercer parce que juif, qui décide avec deux amis d'organiser l'attaque d'un train parti de Malines pour Auschwitz afin de libérer un maximum de Juifs. Acte tellement insensé qu'il ne pouvait qu'être vrai. Youra Livchitz est un héros de la résistance belge durant la Deuxième guerre mondiale. Il a été exécuté par les SS le 17 février 1944, après avoir fait évader 231 Juifs : 153 vécurent, les autres étant repris puis tués ou déportés. Ce premier roman fort ambitieux est porté par une écriture extrêmement vivante, souvent lyrique, aussi enflammée que l'ardeur de l'idéaliste Youra à devenir résistant. le lecteur est emporté dans un tourbillon romanesque, emporté par l'énergie dévorante de tous ces résistants épris de liberté, de justice et de vengeance. C'est un roman traversé de vie, un récit haletant très bien construit, les transitions de scènes sont particulièrement réussis et les dialogues vifs. Une véritable fureur de vivre parfaitement incarnée par Youra, et surtout le personnage de Régine Krochmal, une autre héroïne de la résistance belge. Elle fait partie de ses juifs libérés du convoi ferroviaire. Les pages qui précèdent son évasion sont d'une rare intensité. Jamais je n'en avais lu de telles pour décrire ce qu'il se passait à l'intérieur de ces wagons de déportation. Sylvestre Sbille parvient à dire l'horreur, crue et réaliste, de la terreur, de la promiscuité, tout en la transcendant en tirant l'écriture vers l'onirique voire le fantastique dans une fougue folle. Même s'il y a un effroyable SS qui coche toutes les cases de l'épouvantable « méchant », ce qui est passionnant c'est comment sont présentés ces résistants : non comme des surhommes ou des génies, non, plutôt des héros ordinaires, pendants de la banalité du mal, des hommes et des femmes qui doutent, qui souffrent, qui ont des défauts. L'auteur interroge ainsi tout particulièrement les motivations conscientes ou inconscientes qui poussent à risquer sa vie, à prendre en main son destin, à refuser d'abdiquer. On voit Youra le pur intellectuel céder à ses instincts pour se lancer. Cette réflexion est teintée d'existentialisme sartrien : oui, chacun est libre d'agir ou pas, de collaborer, de résister, d'attendre vers où le vent va tourner, de détourner la tête, sans excuse, alibi. On ne nait pas héros, on le devient. «  Youra convoque les forces de la nuit comme dans un opéra magique, dans un conte maudit, un roman gothique. Il avance sans peur ni haine vers un destin déjà écrit. Il a décidé que tout était dit ; il n'y a plus qu'à faire. Les actes seront posés, et advienne que pourra, son destin est en marche, et celui de tous ceux vers qui il roule. Il faut assumer de devenir un héros. Il n'y a plus de place pour les tourments, les et si, les si jamais. Un désir de mort, peut-être ? Un besoin de dire moi aussi ? Qu'importe. Il roule avec ses compères. Plus rien à faire qu'accomplir les gestes.(...) La justice exige des choses de lui. La justice est parfois exigeante comme la faim. » Les dernières pages sont terriblement émouvantes et toujours porteuses de cette lumière vitale qui éclaire tout ce très beau premier roman. Un hymne à la liberté en hommage à ces résistants belges. Livre offert par Lecteurs.com
    Lire la suite
    En lire moins
  • silencieuse1 Posté le 15 Septembre 2019
    En toile de fond, et comme une évidence, le magnifique poème de Paul Eluard, ce roman est bien plus qu'émouvant, il est un message de liberté, un appel au secours, une plaidoirie. Pour un premier roman, c'est audacieux et bien ficelé. Peut-être quelques longueurs en fin de parcours dans une trop grande volonté de la part de l'auteur de poser une réflexion sur la violence, l'absurdité de la guerre et bien entendu, la liberté. Magnifique roman, difficile à laisser de côté tant on se soucie du sort des uns et des autres. Les deux dernières pages sont terribles de cette vérité qui prend à la gorge.
  • Nathv Posté le 7 Septembre 2019
    Je connaissais Sylvestre Sbille pour ses courts métrages, ses reportages et son long métrage (Je te survivrai) et je le découvre, ici, comme auteur avec son premier roman. Et quelle belle découverte! L'auteur nous fait, pour ma part en tout cas, découvrir le destin - romancé - de Youra (et Choura, son frère) Livchitz, la tête pensante à l'origine de l'attaque du convoi n° 20 du 19 avril 1943 à Boortmeerbeek. Youra, jeune médecin interdit d'exercice car étant juif, suit les pas de son frère dans la résistance, se confronte à la collaboration et tente, tant bien que mal, de comprendre ses motivations à déjouer, ne serait-ce que de manière infime, ce conflit mondial. Le narrateur change à chaque chapitre - alternant entre les résistants, les collabos, les traîtres et les persécutés (ici principalement juifs) -, la majorité de l'action se déroulant dans une Bruxelles occupée. Certes, Youra se perd dans quelques digressions philosophiques et/ou sociologiques qui me semblent parfois superflues mais l'ensemble fait, néanmoins, preuve d'une belle cohésion; le lecteur perçoit le travail de recherche réalisé par Sylvestre Sbille afin de coller au plus proche de la réalité de l'époque. L'écriture est d'une vérité criante, le lecteur se glissant aisément dans la peau de Youra,... Je connaissais Sylvestre Sbille pour ses courts métrages, ses reportages et son long métrage (Je te survivrai) et je le découvre, ici, comme auteur avec son premier roman. Et quelle belle découverte! L'auteur nous fait, pour ma part en tout cas, découvrir le destin - romancé - de Youra (et Choura, son frère) Livchitz, la tête pensante à l'origine de l'attaque du convoi n° 20 du 19 avril 1943 à Boortmeerbeek. Youra, jeune médecin interdit d'exercice car étant juif, suit les pas de son frère dans la résistance, se confronte à la collaboration et tente, tant bien que mal, de comprendre ses motivations à déjouer, ne serait-ce que de manière infime, ce conflit mondial. Le narrateur change à chaque chapitre - alternant entre les résistants, les collabos, les traîtres et les persécutés (ici principalement juifs) -, la majorité de l'action se déroulant dans une Bruxelles occupée. Certes, Youra se perd dans quelques digressions philosophiques et/ou sociologiques qui me semblent parfois superflues mais l'ensemble fait, néanmoins, preuve d'une belle cohésion; le lecteur perçoit le travail de recherche réalisé par Sylvestre Sbille afin de coller au plus proche de la réalité de l'époque. L'écriture est d'une vérité criante, le lecteur se glissant aisément dans la peau de Youra, Régine, Hinda, Mendelis, etc. C'est un vrai devoir de mémoire, un livre à mettre dans toutes les mains afin de ne pas oublier tous ces Youra Livchitz qui, dans l'ombre, ont résisté, ont mis à mal ces projets nazis. Une vraie belle découverte de cette rentrée littéraire 2019.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Lisez

    Rentrée littéraire 2019 : les romans français à ne pas louper

    Rendez-vous immanquable de la fin de l'été, la rentrée littéraire cuvée 2019 convoque des romans toujours plus passionnants et ambitieux. Côté francophone, 19 ouvrages sont attendus en librairie. Des histoires tragiques ou comiques, des héros magnifiques, des destins qui s'emmêlent, du banal sublimé... Auteurs confirmés et prometteurs convoquent des univers romanesques forts et inoubliables. Belles découvertes et belle rentrée !

    Lire l'article
  • 1 Mars
    Par Lisez | Salon | Levallois 1 Mars de 09h à 20h

    Salon du roman historique de Levallois : tous nos auteurs présents

    Le Salon du roman historique de Levallois fête sa 9e édition. Elle se déroulera le dimanche 1er mars 2020 à l'Hôtel de ville. Découvrez la liste de nos auteurs présents : 

    Lire l'article