Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714479853
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 134 x 190 mm

Jolis Jolis Monstres

Collection : Belfond Pointillés
Date de parution : 22/08/2019
"Je m'appelle James et je suis exquise..."
Découvrez le grand roman des drag-queens.
Certains disent qu’on est des monstres, des fous à électrocuter.
Nous sommes des centaures, des licornes, des chimères à tête de femme.
Les plus jolis monstres du monde.
 

Au début des années sida, James est l’une des plus belles drag-queens de New York. La légende des bals, la reine des cabarets, l’amie fidèle...
Certains disent qu’on est des monstres, des fous à électrocuter.
Nous sommes des centaures, des licornes, des chimères à tête de femme.
Les plus jolis monstres du monde.
 

Au début des années sida, James est l’une des plus belles drag-queens de New York. La légende des bals, la reine des cabarets, l’amie fidèle des club kids et des stars underground. Quand trente ans plus tard il devient le mentor de Victor, un jeune père de famille à l’humour corrosif, James comprend que le monde et les mentalités ont changé.
 
Sur trois décennies, Jolis jolis monstres aborde avec finesse et fantaisie la culture drag, le voguing et la scène ballroom dans un grand théâtre du genre et de l’identité. Au cœur d’une Amérique toujours plus fermée et idéologique, ce roman tendre mais bruyant est une ode à la beauté, à la fête et à la différence. Une prise de parole essentielle.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714479853
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 134 x 190 mm

Ils en parlent

" Roman d'une grande beauté sur le parcours d'une vie d'un Drag Queen assumant sa personnalité et qui ne désire qu'une chose... être aimé et accepté. C'est poétique, émouvant mais non larmoyant. "
Angéline / Librairie Les Nouveautés - 75010 - 75010 Paris

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Flaubauski Posté le 22 Mai 2020
    Deuxième trouvaille dans les ressources numériques de ma médiathèque pendant le confinement, Jolis jolis monstres a parfaitement joué un des rôles, selon moi, dévolus à la littérature, celui de nous plonger dans des univers qui ne nous sont pas forcément familiers, mais qui nous les font découvrir avec beaucoup d’intérêt et de plaisir. Je ne suis en effet pas du tout familière du milieu drag-queen, que ce soit celui des années 1970-1990, moment de sa naissance et de son développement le plus fulgurant à New-York, que celui plus contemporain qui signe sa « démocratisation », notamment incarné par Ru Paul, célèbre drag-queen qui a son émission de téléréalité. J’avoue qu’avec ce roman, qui était pour moi une curiosité littéraire, j’ai apprécié découvrir un univers aussi incroyable, décrit sous toutes ses facettes, les plus heureuses comme les plus sombres – l’émergence du sida en tête, mais aussi la marginalisation qu’entraîne ce choix de vie, pas ou peu accepté par les proches, mais aussi par une bonne partie de la société -, par l’intermédiaire de James, drag-queen à la retraite qui va finir par transmettre le flambeau à Victor, jeune homme qu’il rencontre dans un bar new-yorkais, et à partir duquel nous allons découvrir... Deuxième trouvaille dans les ressources numériques de ma médiathèque pendant le confinement, Jolis jolis monstres a parfaitement joué un des rôles, selon moi, dévolus à la littérature, celui de nous plonger dans des univers qui ne nous sont pas forcément familiers, mais qui nous les font découvrir avec beaucoup d’intérêt et de plaisir. Je ne suis en effet pas du tout familière du milieu drag-queen, que ce soit celui des années 1970-1990, moment de sa naissance et de son développement le plus fulgurant à New-York, que celui plus contemporain qui signe sa « démocratisation », notamment incarné par Ru Paul, célèbre drag-queen qui a son émission de téléréalité. J’avoue qu’avec ce roman, qui était pour moi une curiosité littéraire, j’ai apprécié découvrir un univers aussi incroyable, décrit sous toutes ses facettes, les plus heureuses comme les plus sombres – l’émergence du sida en tête, mais aussi la marginalisation qu’entraîne ce choix de vie, pas ou peu accepté par les proches, mais aussi par une bonne partie de la société -, par l’intermédiaire de James, drag-queen à la retraite qui va finir par transmettre le flambeau à Victor, jeune homme qu’il rencontre dans un bar new-yorkais, et à partir duquel nous allons découvrir le milieu tel qu’il a évolué. Autour de ces deux personnages de fiction gravitent dans le même temps des célébrités du milieu, magistralement accompagnées d’une plume qui mime le rythme et l’ambiance des balls, compétitions de voguing ou de tenues : l’on a vraiment la sensation d’assister à ces shows totalement fous, et sacrément rafraîchissants par leur liberté et leur acceptation de tout un chacun. C’est d’ailleurs ce que m’a confirmé le visionnage du documentaire sorti en 1991 à ce sujet, Paris is Burning, qui est évoqué dans le roman : l’on se rend bien compte que l’auteur s’en est inspiré pour décrire avec le plus d’authenticité possible ce mouvement qui échappait à toutes les normes établies. Découverte réussie en somme, et du milieu drag-queen dont il est question, et de l’auteur, Julien Dufresne-Lamy, qui lui rend ici un bel hommage.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ninaalu Posté le 21 Avril 2020
    [Category is : Coup de coeur] Category is : un coup de foudre pas immédiat. Il a fallu s'apprivoiser avec ces monstres. Au début, le name dropping m'a gêné, et le récit fourmillait de détails,  mais comme une boule de flipper j'avais l'impression de passer de l'un à l'autre sans creuser. Au fur et à mesure, j'ai réussi à pousser les portes de cet univers haut en couleur où la vanne et l'amour se mêlent pour notre plus grand plaisir. Néanmoins, l'histoire est loin d'être futile. Oui on rit quand Lady Prudence nous explique de manière très imagée comment elle dissimule tout son "matos" ou quand les drags balancent leurs punchlines. Mais sous les paillettes, les larmes perlent. Les drags subissent la violence, l'intolérance, la pauvreté et évoluent parfois dans la prostitution et le SIDA. Category is : la bonne surprise du roman. Je ne m'attendais pas à rencontrer un personnage tel que Mia de Guadalajara. Sans trop vous en dire, ce drag diffère des autres : hétéro, marié, un enfant, Latino sortant de prison, il prouve qu'on peut s'extirper des cases et que la virilité n'a pas une seule définition. Les sujets de la tolérance, de la différence et de l'identité... [Category is : Coup de coeur] Category is : un coup de foudre pas immédiat. Il a fallu s'apprivoiser avec ces monstres. Au début, le name dropping m'a gêné, et le récit fourmillait de détails,  mais comme une boule de flipper j'avais l'impression de passer de l'un à l'autre sans creuser. Au fur et à mesure, j'ai réussi à pousser les portes de cet univers haut en couleur où la vanne et l'amour se mêlent pour notre plus grand plaisir. Néanmoins, l'histoire est loin d'être futile. Oui on rit quand Lady Prudence nous explique de manière très imagée comment elle dissimule tout son "matos" ou quand les drags balancent leurs punchlines. Mais sous les paillettes, les larmes perlent. Les drags subissent la violence, l'intolérance, la pauvreté et évoluent parfois dans la prostitution et le SIDA. Category is : la bonne surprise du roman. Je ne m'attendais pas à rencontrer un personnage tel que Mia de Guadalajara. Sans trop vous en dire, ce drag diffère des autres : hétéro, marié, un enfant, Latino sortant de prison, il prouve qu'on peut s'extirper des cases et que la virilité n'a pas une seule définition. Les sujets de la tolérance, de la différence et de l'identité sont au  cœur du roman. Vous rencontrerez des drags de toutes sortes, des personnages de toute sexualité, et un mouvement gay qui a bien évolué entre les années SIDA et les LGBTQIA+ d'aujourd'hui. Leur formidable sens de la famille va vous toucher. Category is : bienvenue à New York. Cette description de la scène underground arty et musicale new-yorkaise des années 80, m'a rappelé parfois l'excellent Just Kids de Patti Smith. L'auteur a une plume si affûtée que je pouvais entendre la musique et deviner les pas de voguing dansés par les Maisons concurrentes. Le livre et les personnages sont si réalistes que j'avais l'impression que Lady Prudence existait réellement et que Julien Dufresne-Lamy l'avait interviewé. Quelle prouesse ! Category is : invitation flamboyante. Oui je vous invite à lire ce petit bijou de toute urgence et puis... Strike a pose.
    Lire la suite
    En lire moins
  • fanette812 Posté le 29 Mars 2020
    Ce livre m'a fait découvrir l'univers des drag-queen que je ne connaissais absolument pas, et rien que pour cela je suis contente de l'avoir lu. A travers le récit de la vie de Lady Prudence, qu'elle raconte à Victor, nous partons aux Etats-Unis dans les années 60. La narration n'est pas chronologique et n'a rien d'ennuyeux car elle raconte comme on parle à un ami, d'ailleurs c'est ce qu'elle fait. Elle revient sur les moments qui compté pour elle. Elle s'attarde sur ses amis qui lui manquent. Elle décrit aussi les coups durs, les débuts du SIDA. Puis progressivement, la vie de Lady Prudence laisse place à celle de Victor. Victor, qui a été voyou avant de s'assagir en guide touristique nocturne. Il est Papa, il aime sa compagne Kate, mais pourtant il n'est pas au bon endroit. Il le sent, il le sait, mais il n'ose pas. Il lui faudra du courage et le soutien de Lady Prudence pour devenir et être qui il est au fond de lui. Même si aucun choix ne se fait sans abandonner d'autres choses. C'est un livre qui respire la force, le courage et la bonne humeur de ces hommes et de ces femmes qui... Ce livre m'a fait découvrir l'univers des drag-queen que je ne connaissais absolument pas, et rien que pour cela je suis contente de l'avoir lu. A travers le récit de la vie de Lady Prudence, qu'elle raconte à Victor, nous partons aux Etats-Unis dans les années 60. La narration n'est pas chronologique et n'a rien d'ennuyeux car elle raconte comme on parle à un ami, d'ailleurs c'est ce qu'elle fait. Elle revient sur les moments qui compté pour elle. Elle s'attarde sur ses amis qui lui manquent. Elle décrit aussi les coups durs, les débuts du SIDA. Puis progressivement, la vie de Lady Prudence laisse place à celle de Victor. Victor, qui a été voyou avant de s'assagir en guide touristique nocturne. Il est Papa, il aime sa compagne Kate, mais pourtant il n'est pas au bon endroit. Il le sent, il le sait, mais il n'ose pas. Il lui faudra du courage et le soutien de Lady Prudence pour devenir et être qui il est au fond de lui. Même si aucun choix ne se fait sans abandonner d'autres choses. C'est un livre qui respire la force, le courage et la bonne humeur de ces hommes et de ces femmes qui veulent simplement être qui ils sont. Ils aiment danser, chanter, se mettre en spectacle, que peut-on reprocher à cela? Admirons leur talent plutôt. La fin m'a un peu moins convaincue mais je reste tout de même sur un sentiment positif et le sentiment d'une belle ouverture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • gomettewoman Posté le 18 Mars 2020
    J’ai découvert @Julien Dufrenes-Lamy grâce à une masse critique pour laquelle j'avais lu Les indifférents qui m'avait conquise. J’ai donc vite mis #Jolis jolis monstres dans ma PAL ! Encore une fois je tire mon chapeau à l’auteur ! S’attaquer à la culture drag, un sacré pari. C’est d’ailleurs un milieu qui m’est inconnu et je n’aurais peut être pas entamé cette lecture si je n’en connaissais pas l’auteur. La plume est là, juste, délicate et très documentée. Les personnages sont beaux, ils sont vivants, juste de l’autre côté du livre. J’ai rencontré Lady Prudence et avec elle traversé le New-York de années 80. J’ai pu toucher les perruques, les sequins, respirer l’air saturé de tabac des clubs. J’ai frémi de l’arrivée du SIDA, encouragé Victor à se dévoiler. Ce ne sont pas de monstres que j’ai découvert, mais des super-héroïnes ! Un beau coup de talon haut dans les clichés et les préjugés !
  • Jo_Ly Posté le 17 Mars 2020
    Qu'est-ce que j'aime ces livres où on ne lit plus ! Embarqué, aspiré, on est l'histoire, le héros, la ville, l'époque, tout ce qu'on veut, tellement on y est bien. Un état de grâce, en somme. Deux destins qui se croisent, celui de James et de Victor. De Lady Prudence et de Mia. Deux "minorités" ethniques dans une Amérique mouvante. L'un est afro-américain, homosexuel et drag-queen. Dans les années 80, petit à petit il voit son univers se déliter, le Sida fait son apparition, ses proches meurent... L'autre est latino, a grandi au milieu des gangs, connu la prison, avant de se marier et de devenir père. Leur rencontre brise tous les tabous. C'est drôle, émouvant, jamais pathos. Au-delà de la tolérance, on finit par admettre -même si on le savait déjà- qu'on porte tous nos déguisements, simplement avec moins de folie et de plaisir. Coup de cœur

les contenus multimédias

Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Lisez

    Rentrée littéraire 2019 : les romans français à ne pas louper

    Rendez-vous immanquable de la fin de l'été, la rentrée littéraire cuvée 2019 convoque des romans toujours plus passionnants et ambitieux. Côté francophone, 19 ouvrages sont attendus en librairie. Des histoires tragiques ou comiques, des héros magnifiques, des destins qui s'emmêlent, du banal sublimé... Auteurs confirmés et prometteurs convoquent des univers romanesques forts et inoubliables. Belles découvertes et belle rentrée !

    Lire l'article
  • News
    Belfond

    La rentrée littéraire de Pointillés

    Derrière les Pointillés, l’indicible. Quatre romans cette année, quatre portraits d’hommes, de ceux qui résistent à l’indicible.

    Lire l'article