RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Jolis Jolis Monstres

            Belfond
            EAN : 9782714479853
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 416
            Format : 134 x 190 mm
            Nouveauté
            Jolis Jolis Monstres

            Collection : Belfond Pointillés
            Date de parution : 22/08/2019
            "Je m'appelle James et je suis exquise..."
            Découvrez le grand roman des drag-queens.
            Certains disent qu’on est des monstres, des fous à électrocuter.
            Nous sommes des centaures, des licornes, des chimères à tête de femme.
            Les plus jolis monstres du monde.
             

            Au début des années sida, James est l’une des plus belles drag-queens de New York. La légende des bals, la reine des cabarets, l’amie fidèle...
            Certains disent qu’on est des monstres, des fous à électrocuter.
            Nous sommes des centaures, des licornes, des chimères à tête de femme.
            Les plus jolis monstres du monde.
             

            Au début des années sida, James est l’une des plus belles drag-queens de New York. La légende des bals, la reine des cabarets, l’amie fidèle des club kids et des stars underground. Quand trente ans plus tard il devient le mentor de Victor, un jeune père de famille à l’humour corrosif, James comprend que le monde et les mentalités ont changé.
             
            Sur trois décennies, Jolis jolis monstres aborde avec finesse et fantaisie la culture drag, le voguing et la scène ballroom dans un grand théâtre du genre et de l’identité. Au cœur d’une Amérique toujours plus fermée et idéologique, ce roman tendre mais bruyant est une ode à la beauté, à la fête et à la différence. Une prise de parole essentielle.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714479853
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 416
            Format : 134 x 190 mm

            Ils en parlent

            " Roman d'une grande beauté sur le parcours d'une vie d'un Drag Queen assumant sa personnalité et qui ne désire qu'une chose... être aimé et accepté. C'est poétique, émouvant mais non larmoyant. "
            Angéline / Librairie Les Nouveautés - 75010 - 75010 Paris
            " Dans les années 80, Lady Prudence est un des plus jolis « monstres » de la côte est des Etats-Unis, aux côtés d'Angie Xtravaganza, RuPaul, et toutes ces drag-queens légendaires. Mais le monde merveilleux des cabarets, bals et copines pour la vie est rincé par la pauvreté, le racisme, l’homophobie et le sida. Quarante ans plus tard, la Lady est redevenue James et se fait le confident et mentor de Victor, jeune père de famille et ancien taulard qui a tout quitté pour faire des stand-ups en robe et talons hauts…

            A travers ces portraits hauts en couleur, Julien Dufresne-Lamy peint tout un tableau de la culture gay underground aux Etats-Unis, avec ses Maisons, ses compétitions, ses paillettes et son rayonnement, mais aussi sa rage, sa folie et son combat contre la maladie, la violence, la xénophobie et la solitude. Une jolie jolie fresque de monstres gracieux, magnifiques, éternels. " 
            Librairie Maruani - 75013 - 75013 Paris

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • emilie31 Posté le 12 Octobre 2019
              Voici une rentrée littéraire qui fait bouger les lignes ! Avec Jolis, jolis monstres, Julien Dufresne-Lamy nous plonge dans l’univers inattendu en littérature des drag-queens et on adore ! Voici la présentation de l’éditeur – Belfond « Certains disent qu'on est des monstres, des fous à électrocuter. Nous sommes des centaures, des licornes, des chimères à tête de femme. Les plus jolis monstres du monde. Au début des années sida, James est l'une des plus belles drag-queens de New York. La légende des bals, la reine des cabarets, l'amie fidèle des club kids et des stars underground. Quand trente ans plus tard il devient le mentor de Victor, un jeune père de famille à l'humour corrosif, James comprend que le monde et les mentalités ont changé. Sur trois décennies, Jolis jolis monstres aborde avec finesse et fantaisie la culture drag, le voguing et la scène ballroom dans un grand théâtre du genre et de l'identité. Au coeur d'une Amérique toujours plus fermée et idéologique, ce roman tendre mais bruyant est une ode à la beauté, à la fête et à la différence. Une prise de parole essentielle. » De l’univers des drag-queen, je ne connaissais que le film Priscilla, folle du désert, autant dire... Voici une rentrée littéraire qui fait bouger les lignes ! Avec Jolis, jolis monstres, Julien Dufresne-Lamy nous plonge dans l’univers inattendu en littérature des drag-queens et on adore ! Voici la présentation de l’éditeur – Belfond « Certains disent qu'on est des monstres, des fous à électrocuter. Nous sommes des centaures, des licornes, des chimères à tête de femme. Les plus jolis monstres du monde. Au début des années sida, James est l'une des plus belles drag-queens de New York. La légende des bals, la reine des cabarets, l'amie fidèle des club kids et des stars underground. Quand trente ans plus tard il devient le mentor de Victor, un jeune père de famille à l'humour corrosif, James comprend que le monde et les mentalités ont changé. Sur trois décennies, Jolis jolis monstres aborde avec finesse et fantaisie la culture drag, le voguing et la scène ballroom dans un grand théâtre du genre et de l'identité. Au coeur d'une Amérique toujours plus fermée et idéologique, ce roman tendre mais bruyant est une ode à la beauté, à la fête et à la différence. Une prise de parole essentielle. » De l’univers des drag-queen, je ne connaissais que le film Priscilla, folle du désert, autant dire pas grand-chose… Mais ce roman apporte un nouveau regard sur un monde souvent critiqué mais trop peu connu. Grâce à Julien Dufresne-Lamy, on découvre trente années de monde de la nuit, celle des drag-queen. A travers Victor/Mia et James/Prudence, le lecteur découvre les aventures de ce monde, entre folles nuits, spectacles, rivalités entre les maisons, arrivée et ravage du SIDA. On s’attache à ces deux parcours si atypiques et si proches dans cette quête de soi. On est touché par James, Victor, Angie, Vénus et tous les autres jolis monstres de ce roman-documentaire. Quant à l’écriture, au style de l’auteur, que dire ? Il nous emporte ! Il est rythmé, puissant, tout en force et en finesse. Il est à l’image de ses personnages et on ne ressort pas indemne de cette lecture ! En résumé : à lire ! un des coups de cœur de cette rentrée littéraire !
              Lire la suite
              En lire moins
            • samanthalemmouplusencore Posté le 12 Octobre 2019
              Des les premiers instants, je perçois de suite que ce roman sera en tout point différent de tout ce que j'ai pu lire. C'est une claque magistrale, le style poétique de cet auteur que je découvre pour la première fois, cette façon d'écrire me laisse rêveuse. Je lis et je plonge dans l'antre de Lady Prudence, une vie où les strasses et les paillettes côtoie la merde et la dépravation New-Yorkaise. Pendant ces 416 pages, on nous narre l'histoire de James, ou plutôt son monstre Lady Prudence. Comment il s'est retrouvé très jeune à vivre avec sa tante Mae, une femme formidable, qui le rendra heureux, et lui donnera l'envie d'assumer cette féminité si présente jusqu'à son décès. Cette période où seul au monde, il fera la rencontre des Cinq L, ces drags, qui lui ouvriront ses premières portes dans le milieu de la nuit, et lui apprendront l'art de la transformation, le vernissage d'ongles, les points de piqûres à ourlets, brushings et bigoudis, "les deux choses du monstres : La bravoure et la poudre", même si son heure de monter sur scène n'est pas encore venue, son alter ego devra attendre, il a 16 ans, il est encore trop jeune. Il bourlingue,... Des les premiers instants, je perçois de suite que ce roman sera en tout point différent de tout ce que j'ai pu lire. C'est une claque magistrale, le style poétique de cet auteur que je découvre pour la première fois, cette façon d'écrire me laisse rêveuse. Je lis et je plonge dans l'antre de Lady Prudence, une vie où les strasses et les paillettes côtoie la merde et la dépravation New-Yorkaise. Pendant ces 416 pages, on nous narre l'histoire de James, ou plutôt son monstre Lady Prudence. Comment il s'est retrouvé très jeune à vivre avec sa tante Mae, une femme formidable, qui le rendra heureux, et lui donnera l'envie d'assumer cette féminité si présente jusqu'à son décès. Cette période où seul au monde, il fera la rencontre des Cinq L, ces drags, qui lui ouvriront ses premières portes dans le milieu de la nuit, et lui apprendront l'art de la transformation, le vernissage d'ongles, les points de piqûres à ourlets, brushings et bigoudis, "les deux choses du monstres : La bravoure et la poudre", même si son heure de monter sur scène n'est pas encore venue, son alter ego devra attendre, il a 16 ans, il est encore trop jeune. Il bourlingue, tantôt club miteux, tantôt bénévolat, tout est bon tant qu'on le voit. L'année suivante il va pouvoir enfin se produire, exhiber le monstre, après avoir placardé des affiches partout, on lui offre 2 soirs d'essais au Sweet Gum, la grande classe. Il devient 'presque' Lady Prudence, et pour se payer de beaux atours James fait le tapin. Puis il finit par rejoindre la maison Xtravaganza, avec Angie, celle qui deviendra une mère. C'est l'histoire d'une vie, des rencontres faites au fil de ses aventures. Toujours dans cette recherche de reconnaissance constante. C'est décadent, poignant, époustouflant et j'ai bien peur d'être incapable de rendre hommage à cette lecture qui me tourmente et m'apaise toute à la fois, de façon si personnelle, et si particulière. Il nous fait vivre le New-York des années '80-90' dans ses délicieuses oppositions, la classe, l'exubérance et le glamour du monde de la nuit, contre la drogue, le vice, la mort et l'apparition du sida qui sera un phénomène marquant dans le milieu homosexuel de cette époque. On y découvre aussi une loyauté sans faille qui caractérise les drags, mieux même une famille. La narration est très spéciale, surprenante, tantôt James conte son histoire au lecteur, et parfois il s'adresse directement à Victor, son protégé, son poulain, c'est par moment ce changement de voix qui m'a perturbé, même si une fois le style intégré tout était plus clair. Mais j'avoue avoir eu des zones de flou au début de ma lecture. Je me suis tellement régalée, pas un instant d'ennui, les histoires et anecdotes se succèdent avec brio. Une part de nous plonge, et on s'imprègne un peu plus de l'ambiance. Je ne pourrais ajouter qu'une chose, lisez le. Vous verrez.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Lili0000 Posté le 9 Octobre 2019
              Dans « Jolis, jolis monstres », James raconte sa vie dans la peau de « Lady Prudence », célèbre Drag Queen des années 80/90 à Victor, jeune papa, ex-membre de gang, qui a tout plaqué pour venir vivre sa vie de drag à New-York. L’enfance heurtée et la marge les unissent. Découvrir la « vraie vie » des Drag Queens, tellement à la mode quand j’étais jeune, me tentait. La narration donne alternativement la parole à James, pionnier du mouvement qui a connu la gloire et les années SIDA avant de se ranger, et à Victor, jeune latino repenti des gangs de L.A dont la nouvelle vie est trop terne. Le roman est extrêmement documenté. On retrouve la mention fréquente des stars qui gravitaient dans le milieu de la nuit à l’époque et des détails très précis sur la vie des Drags, et notamment sur leur processus de transformation. Trop de détails pour moi qui aime le flou et le mystère du roman. Si bien que le récit de Lady Prudence m’a souvent ennuyée. Je lui ai préféré celui de Victor, tiraillé entre son image de la paternité virile et son envie de scène. A lire un samedi soir sous la couette.
            • MaToutePetiteCulture Posté le 8 Octobre 2019
              Quel excellent moment de lecture j’ai passé avec ce roman ! Je ne m’attendais à trouver histoire si belle, émouvante, à la fois dure et pleine d’espoir, et si bien écrite. Ce roman est un joli petit coup de coeur ! J’avoue, j’avais un peu peur en commençant le livre, car je ne connaissais pas du tout le monde des drag-queens. Et rapidement, au bout de quelques pages seulement, j’ai été rassurée. J’ai eu un vrai coup de foudre pour James et sa drag Lady Prudence, un personnage haut en couleurs, en paillettes, courageux et honnête. Je me suis rarement sentie aussi proche d’un personnage masculin à vrai dire. Et même si je suis restée un peu hermétique au personnage de Victor, j’ai adoré les autres personnages secondaires ! Ce roman est un véritable hymne à la vie et à la tolérance. Je n’ai jamais ressenti le besoin de me travestir, et malgré cela, j’ai totalement compris voire partagé pendant quelques pages le besoin de ces hommes de faire sortir la drag qui est en eux, ou le monstre comme l’appelle James. J’ai été inspirée par leur courage, leur loyauté, leur tendresse. J’ai eu le coeur brisé en étant confrontée à l’incompréhension,... Quel excellent moment de lecture j’ai passé avec ce roman ! Je ne m’attendais à trouver histoire si belle, émouvante, à la fois dure et pleine d’espoir, et si bien écrite. Ce roman est un joli petit coup de coeur ! J’avoue, j’avais un peu peur en commençant le livre, car je ne connaissais pas du tout le monde des drag-queens. Et rapidement, au bout de quelques pages seulement, j’ai été rassurée. J’ai eu un vrai coup de foudre pour James et sa drag Lady Prudence, un personnage haut en couleurs, en paillettes, courageux et honnête. Je me suis rarement sentie aussi proche d’un personnage masculin à vrai dire. Et même si je suis restée un peu hermétique au personnage de Victor, j’ai adoré les autres personnages secondaires ! Ce roman est un véritable hymne à la vie et à la tolérance. Je n’ai jamais ressenti le besoin de me travestir, et malgré cela, j’ai totalement compris voire partagé pendant quelques pages le besoin de ces hommes de faire sortir la drag qui est en eux, ou le monstre comme l’appelle James. J’ai été inspirée par leur courage, leur loyauté, leur tendresse. J’ai eu le coeur brisé en étant confrontée à l’incompréhension, la violence et la haine qui les entourait. Et vitre l’arrivée du Sida, l’hécatombe que cela a entrainé dans leur monde, m’a rappelé que cela a clairement marqué la fin d’une époque. Julien Dufresne-Lamy a un véritable donc pour vous imprégner dans un décor, dans une culture, dans un monde. Dans ce roman, vous fréquenterez les grandes figures du monde des drags des années 1980, comme Venus Xtravaganza ou RuPaul. Vous fréquenterez le gratin artistique, de Basquiat à Warhol, en passant par Madonna. L’auteur en profite pour nous dispenser un petit tour sur les grandes figures historiques qui ont amené à faire avancer les droits des LGBTQ+, en faisant d’ailleurs un parallèle cynique sur la lutte actuelle. Ce roman m’a émue, m’a appris des choses, m’a fait découvrir un monde inconnu, et m’a mis des paillettes plein les yeux. Donc lisez-le ! (Sur ce, je vais regarder RuPaul’s Drag Race)
              Lire la suite
              En lire moins
            • Eve-Yeshe Posté le 8 Octobre 2019
              On explore le monde des Drag Queens à deux époques différentes, sur trois décennies, en fait. D’un côté on fait la connaissance de James devenu Lady Prudence en entrant dans la maison Xtravaganza, où elle fait la connaissance de Venus et Angie mais aussi de Lady Bunny. Ces maisons permettaient à ces femmes de trouver une deuxième famille, car elles avaient été exclues sans ménagement par leur vraie famille. Le « père Xtravaganza, Hector par exemple a été humilié dans l’enfance : « Sa première expérience avec un gars, Hector avait sept ans. Du genre précoce, l’enfant béni. Quand sa mère l’a appris, elle a commencé à le traiter comme de la merde. Tu veux être une femme, commence à nettoyer. Hector est devenu son esclave. Puis il s’est enfui… » On découvre ainsi la manière dont elles vivaient, les spectacles avec le côté paillettes, les heures passées à se maquiller mais aussi à faire disparaître tout signe de masculinité avec des méthodes de « scotchages » barbares. Mais il y a aussi l’envers du décor, les moqueries, les insultes, les agressions quand elles sortent des clubs après le spectacle. Elles passent parfois tout près de la mort. De nos jours on a... On explore le monde des Drag Queens à deux époques différentes, sur trois décennies, en fait. D’un côté on fait la connaissance de James devenu Lady Prudence en entrant dans la maison Xtravaganza, où elle fait la connaissance de Venus et Angie mais aussi de Lady Bunny. Ces maisons permettaient à ces femmes de trouver une deuxième famille, car elles avaient été exclues sans ménagement par leur vraie famille. Le « père Xtravaganza, Hector par exemple a été humilié dans l’enfance : « Sa première expérience avec un gars, Hector avait sept ans. Du genre précoce, l’enfant béni. Quand sa mère l’a appris, elle a commencé à le traiter comme de la merde. Tu veux être une femme, commence à nettoyer. Hector est devenu son esclave. Puis il s’est enfui… » On découvre ainsi la manière dont elles vivaient, les spectacles avec le côté paillettes, les heures passées à se maquiller mais aussi à faire disparaître tout signe de masculinité avec des méthodes de « scotchages » barbares. Mais il y a aussi l’envers du décor, les moqueries, les insultes, les agressions quand elles sortent des clubs après le spectacle. Elles passent parfois tout près de la mort. De nos jours on a Victor Santiago, marié à Kate, une petite fille, une famille comme tout le monde alors que lui sent au fond de lui autre chose… L’achat de sa première robe, qu’il n’ose pas mettre. La fête foraine où il emmène sa fille, même sur la grande roue alors qu’il a le vertige, comme un cadeau d’adieu, car il sait qu’il va s’en aller et tenter de se trouver en Mia de Guadalajara. Victor Mia rencontre alors James qui a tout laissé tomber pour s’occuper d’un ranch, mais revient sur les traces de ce qui fût sa vie autrefois. Il va lui servir de mentor, lui apprendre à marcher sur des talons aiguilles, s’habiller, se maquiller et en même temps évoquer pour lui sa vie du temps de la célébrité, ses relations avec Angie, Venus et d’autres. Toutes ces Drag-Queens ont eu des enfances particulières, et se sont heurtées à l’incompréhension, au rejet et les relations de Victor avec sa mère Maya sont vraiment très particulières. Tout change brutalement quand le Sida fait son entrée en scène, avec les dénis de l’époque, les ravages que cette maladie a pu faire. Il y aura un avant et un après. Le choix du nom de scène est important : « Victor, ton nom de scène est ton identité. Dans le milieu, chacun son blase, chacun sa planète d’origine. Si tu ne te bénis pas, tu ne peux pas savoir qui tu deviendras. » On croise au passage des personnalités connues, Madona, David Bowie ou encore RuPaul, compagne de route de la famille Xtravaganza, qui sera une vedette de la télévision, ce qui donne encore (s’il y en avait besoin) du piquant au livre. Ce livre bouleversant rend hommage à ces drags Queens célèbres (et les autres) sans jamais tomber dans le sensationnel, ou le voyeurisme. Il décrit leurs parcours, leurs souffrances, leurs vies et nous propose à la fin du livre toute une série de photos… j’ai beaucoup aimé entrer dans cet univers que je ne connaissais pas. Je les ai côtoyées, accompagnées au fil des pages et je n’avais pas du tout envie de les quitter… Donc un livre bouleversant, qui va rester longtemps dans ma mémoire. Un des romans de cette rentrée littéraire qui m’a particulièrement touchée. La plume de Julien Dufresne-Lamy est pétillante et dégage une énergie très communicative, nous met des paillettes dans les yeux… Bip-bip ! je deviens lyrique, alors je m’arrête là… Un grand merci à NetGalley et aux éditions Belfond qui ont permis cette découverte. #Rentreelitteraire2019 #NetGalleyFrance Je vous propose deux photos en annexe dans le livre
              Lire la suite
              En lire moins

            les contenus multimédias

            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Lisez

              Rentrée littéraire 2019 : les romans français à ne pas louper

              Rendez-vous immanquable de la fin de l'été, la rentrée littéraire cuvée 2019 convoque des romans toujours plus passionnants et ambitieux. Côté francophone, 19 ouvrages sont attendus en librairie. Des histoires tragiques ou comiques, des héros magnifiques, des destins qui s'emmêlent, du banal sublimé... Auteurs confirmés et prometteurs convoquent des univers romanesques forts et inoubliables. Belles découvertes et belle rentrée !

              Lire l'article
            • Par Belfond

              La rentrée littéraire de Pointillés

              Derrière les Pointillés, l’indicible. Quatre romans cette année, quatre portraits d’hommes, de ceux qui résistent à l’indicible.

              Lire l'article