Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265114562
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 210 mm

La Veuve

Séverine QUELET (Traducteur)
Collection : Fleuve noir
Date de parution : 12/01/2017
Mari idéal ou parfait assassin ? Elle devait savoir... non ?
La vie de Jane Taylor a toujours été ordinaire. 
Un travail sans histoire, une jolie maison, un mari attentionné, en somme tout ce dont elle pouvait rêver, ou presque. 
Jusqu'au jour où une petite fille disparaît et que les médias désignent Glen, son époux, comme LE suspect principal de ce crime. 
Depuis ce...
La vie de Jane Taylor a toujours été ordinaire. 
Un travail sans histoire, une jolie maison, un mari attentionné, en somme tout ce dont elle pouvait rêver, ou presque. 
Jusqu'au jour où une petite fille disparaît et que les médias désignent Glen, son époux, comme LE suspect principal de ce crime. 
Depuis ce jour, plus rien n'a été pareil. 
Jane devient la femme d'un monstre aux yeux de tous.
Les quatre années suivantes ressemblent à une descente aux enfers : accusée par la justice, assaillie par les médias, abandonnée par ses amis, elle ne connaît plus le bonheur ni la tranquilité, même après un acquittement. 
Mais aujourd'hui, Glen est mort. Fauché par un bus. 
Ne reste que Jane, celle qui a tout subi, qui pourtant n'est jamais partie. Traquée par un policier en quête de vérité et une journaliste sans scrupule, la veuve va-t-elle enfin délivrer sa version de l'histoire ? 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265114562
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 210 mm
Fleuve éditions

Ils en parlent

« Un thriller psychologique fort et troublant. », La Veuve cette semaine dans VOICI

« … Fiona Barton signe là un premier roman prenant, bien fichu, dans la veine domestic noir de La Fille du train. Soit un très bon page turner, jamais lourdingue, idéal pour les nuits d'insomnie.» L'Express
« Coup de maître que ce premier roman ! » Anne Lessard, Télégramme
"Un des cinq livres à lire de l'année 2016." The Wall Street Journal 
"Le premier roman de Fiona Barton est totalement fascinant." The Independent
"Une lecture addictive et une histoire brillamment conçue autour des mensonges que les gens se racontent, quand la vérité est la dernière chose qu'ils veulent réellement savoir." Entertainment Weekly
"Impressionnant du début à la fin. Je l'ai dévoré d'un trait. Le meilleur livre que j'ai lu cette année. Fiona Barton est un nouveau talent majeur." 
M.J. Arlidge, auteur du best-seller international Am stram gram

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Julie210 Posté le 13 Août 2020
    Waouh ! « la veuve » est un sacré thriller et ce, à bien des égards ! Dès le début de l’ouvrage, le lecteur est tout de suite immergé au cœur de l’intrigue avec la visite de Kate Waters, journaliste du Daily Post au domicile des Taylor prête à tout pour connaître la vérité sur Glenn Taylor, accusé du meurtre d’une petite fille de deux ans du nom de Bella Elliott. La psychologie des personnages est complexe et celui de Jane Taylor l’est tout particulièrement. Entre faux semblant, masque en société la faisant passer pour une veuve esseulée, Jane est fascinante. Qui est donc cette femme bridée, se murant dans le silence à la moindre contradiction de son mari et restant éveillée la nuit tout en souhaitant le décès de celui-ci ? Tout au long de l’ouvrage, elle oscille entre un parfait contrôle de sa personnalité et inversement, à de multiples chutes la faisant perdre pied : ses secrets étant beaucoup trop lourds à porter et la rongeant de l’intérieur ; Jane est faillible et on ne peut que ressentir une certaine forme d’empathie pour ce personnage, assaillie par les médias et abandonnée par tous ses amis: elle, l'épouse d'un criminel. N’aspirant qu’à... Waouh ! « la veuve » est un sacré thriller et ce, à bien des égards ! Dès le début de l’ouvrage, le lecteur est tout de suite immergé au cœur de l’intrigue avec la visite de Kate Waters, journaliste du Daily Post au domicile des Taylor prête à tout pour connaître la vérité sur Glenn Taylor, accusé du meurtre d’une petite fille de deux ans du nom de Bella Elliott. La psychologie des personnages est complexe et celui de Jane Taylor l’est tout particulièrement. Entre faux semblant, masque en société la faisant passer pour une veuve esseulée, Jane est fascinante. Qui est donc cette femme bridée, se murant dans le silence à la moindre contradiction de son mari et restant éveillée la nuit tout en souhaitant le décès de celui-ci ? Tout au long de l’ouvrage, elle oscille entre un parfait contrôle de sa personnalité et inversement, à de multiples chutes la faisant perdre pied : ses secrets étant beaucoup trop lourds à porter et la rongeant de l’intérieur ; Jane est faillible et on ne peut que ressentir une certaine forme d’empathie pour ce personnage, assaillie par les médias et abandonnée par tous ses amis: elle, l'épouse d'un criminel. N’aspirant qu’à devenir mère et cette aspiration lui étant refusé, le secret qu’elle porte prend la forme d’une grossesse, mais c'est une pierre qui pèse bien dans son ventre, prenant possession de son corps, lui donnant à de maintes occasions la nausée. Au moyen de multiples retours en arrière s'étalant sur 4 années et abordant les points de vue de nombreux personnages: Jane, Dawn la mère de Bella mais aussi l'inspecteur ou encore la journaliste, l'autrice parvient à capter l'attention de son lectorat le laissant avide de découvrir cette vérité si dure et si dramatique à entendre. Quand le secret devient trop envahissant, n'est-il pas plus facile de prétendre qu'il appartient à quelqu'un d'autre?
    Lire la suite
    En lire moins
  • Matts_Thoughts Posté le 4 Juillet 2020
    Récit basé principalement sur la psychologie des personnages. L'histoire tire parfois en longueur mais l'on reste finalement accroché au livre pour connaître la réponse à cette question : savait-elle ?
  • madamedekeravel Posté le 1 Mai 2020
    La chronologie de l'histoire est un peu difficile à suivre, mais le suspens est efficace !
  • SaveurLitteraire Posté le 28 Avril 2020
    Quel plaisir de se plonger dans cette oeuvre machiavélique ! Et pourtant, La Veuve est construit sur une histoire assez banale que l’on rencontre hélas régulièrement dans les médias. Il s’agit encore une fois d’enlèvement d’enfant. Là où Fiona Barton, plume à qui l’on doit ce premier roman, change la donne, c’est quand elle donne la parole à tous les acteurs de ces événements, à des périodes différentes. Ainsi, après un premier chapitre qui nous plonge derechef dans l’histoire, nous voilà embarqués auprès de la famille de la petite disparue, c’est le point de vue de sa mère que nous suivons. De l’autre côté, le suspect principal de cette sordide enquête et sa femme nous sont aussi dévoilés. Nous rencontrons des enquêteurs acharnés, des suspects tout aussi dérangeants les uns que les autres, la fouine des journalistes… Le tout dans un rythme efficace, s’il vous plaît ! L’écriture maîtrisée donne envie de connaître les personnages, qu’ils soient têtes à claque (et il y a des candidats !) ou en proie à des tourmentes. Chaque personnage est rendu intéressant par la plume de l’auteure et par leur complexité. Rien n’excuse les actes que l’on lira, qu’ils soient sous-entendus ou explicites, mais... Quel plaisir de se plonger dans cette oeuvre machiavélique ! Et pourtant, La Veuve est construit sur une histoire assez banale que l’on rencontre hélas régulièrement dans les médias. Il s’agit encore une fois d’enlèvement d’enfant. Là où Fiona Barton, plume à qui l’on doit ce premier roman, change la donne, c’est quand elle donne la parole à tous les acteurs de ces événements, à des périodes différentes. Ainsi, après un premier chapitre qui nous plonge derechef dans l’histoire, nous voilà embarqués auprès de la famille de la petite disparue, c’est le point de vue de sa mère que nous suivons. De l’autre côté, le suspect principal de cette sordide enquête et sa femme nous sont aussi dévoilés. Nous rencontrons des enquêteurs acharnés, des suspects tout aussi dérangeants les uns que les autres, la fouine des journalistes… Le tout dans un rythme efficace, s’il vous plaît ! L’écriture maîtrisée donne envie de connaître les personnages, qu’ils soient têtes à claque (et il y a des candidats !) ou en proie à des tourmentes. Chaque personnage est rendu intéressant par la plume de l’auteure et par leur complexité. Rien n’excuse les actes que l’on lira, qu’ils soient sous-entendus ou explicites, mais en se plongeant dans une tête dérangée, on saisit un peu mieux la noirceur de l’âme. Plusieurs thèmes abordés, parmi lesquels la presse. Ah, la fameuse presse. Les journalistes qui font le pied de grue devant la maison des suspects. Les fouineurs qui tentent par tous les moyens d’obtenir un scoop. Du sensationnel, que diable, du sensationnel, toujours et encore ! La presse aussi qui, l’auteure le rappelle habilement, aide aussi dans les enquêtes. Indispensable parfois à l’éclat de la vérité, la presse a des accès à des éléments que la police peine à avoir. Il est intéressant de s’en rappeler dans les affaires criminelles. Une perfide aura de manipulation de tous les côtés, entre la femme qui perd son mari accusé d’enlèvement d’enfant, ledit mari qui a manifestement des choses à cacher, les nombreux suspects qui se taisent ou déforment la vérité…et la question qui se pose à chaque fin de chapitre : qui manipule le plus ? Car ici, personne ne dit jamais vraiment la vérité. Imbriqués dans une affaire sombre qui les plonge dans la crainte d’une vérité monstrueuse. Un enfant enlevé, forcément, vous savez vers quels dénouements ça risque de porter. La Veuve, ce n’est pas seulement une enquête. C’est la vie après les accusations du monde entier contre une personne que l’on proclame innocent, ou que l’on acquitte. La justice se tient loin, mais le reste ? Qu’advient-il du reste une fois qu’un suspect se retrouve libre ? Haine des uns, suspicions des autres, insultes et journalistes qui rôdent, les relations qui se fissurent et les craintes qui perdurent. Sans compter la fin qui clôt cette terrible enquête de plusieurs années de manière émouvante, très émouvante et réaliste. Compassion, dégoût, incompréhensions… Du très bon !
    Lire la suite
    En lire moins
  • philippe57070 Posté le 23 Avril 2020
    Palpitant

les contenus multimédias

Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.