RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La victoire des vaincus

            La Découverte
            EAN : 9782348042874
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 176
            Format : 125 x 190 mm
            La victoire des vaincus
            À propos des gilets jaunes

            Collection : Cahiers libres
            Date de parution : 07/03/2019
            Ce qui se joue en France depuis plusieurs semaines ne saurait se résumer à ce que gouvernants et éditorialistes veulent y voir. Spontanée et nourrie de motivations disparates, cette révolte doit s’entendre à la fois dans l’histoire longue des mouvements populaires et dans la spécificité de son époque, prompte à confondre le droit de tous et le privilège de certains.
            La révolte des gilets jaunes est un événement inédit, inventif et incontrôlable. Comme tout surgissement spontané du peuple, elle déborde les organisations, bouscule les commentateurs, affole les gouvernants. Comme toute lutte collective, elle s’invente dans une création politique autonome où l’auto-organisation est maître du jeu. Comme toute mobilisation populaire, elle... La révolte des gilets jaunes est un événement inédit, inventif et incontrôlable. Comme tout surgissement spontané du peuple, elle déborde les organisations, bouscule les commentateurs, affole les gouvernants. Comme toute lutte collective, elle s’invente dans une création politique autonome où l’auto-organisation est maître du jeu. Comme toute mobilisation populaire, elle brasse la France dans sa diversité, avec ses solidarités et ses préjugés, ses espoirs et ses aigreurs, ses beautés et ses laideurs.
            Prenant le contrepied de la morgue de classe qui s’est déchaînée face à un peuple rabaissé au rang de foule, cet essai veut en déchiffrer l’énigme en mêlant l’histoire immédiate et la longue durée. Né d’un refus de l’injustice fiscale et d’une exigence sociale d’égalité, ce mouvement s’est emparé de la question démocratique centrale, celle du pouvoir présidentiel qui confisque la volonté de tous. C’est cette audace républicaine qu’une répression policière sans équivalent lui fait payer.
            L’avenir n’est pas écrit, et le cours des événements dépendra de l’action de celles et ceux qu’ils convoquent. Aussi ce livre est-il une alarme face à la fuite en avant d’un pouvoir affolé qui, pour se légitimer, a choisi de jeter les gilets jaunes dans les bras de l’extrême droite. Si cette catastrophe advenait, en seraient aussi responsables tous les tenants d’une République démocratique et sociale qui auront préféré tenir à distance cet inédit, plutôt que de mener la bataille de l’égalité auprès des gilets jaunes.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782348042874
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 176
            Format : 125 x 190 mm

            Ils en parlent

            Dans la bataille d’interprétation encore en cours, alors que le camp du pouvoir cherche à le stigmatiser comme exclusivement “violent” et “antisémite”, l’essai d’Edwy Plenel s’inscrit pleinement dans le camp des compagnons de route des gilets jaunes. La victoire des vaincus mêle histoire immédiate et longue durée pour lutter contre l'amnésie collective qui voudrait laisser le mouvement sans repères, sans pour autant tomber dans le culte romantique du passé.
            Mathieu Dejean / Les Inrocks

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • liberliber Posté le 3 Mai 2019
              Ironie de l'Histoire ? Ou pas ? Le dernier essai d'Edwy Plenel, comme il l'a rappelé avec humour, porte le même titre qu'un livre d'André Fribourg édité en 1938 et préfacé par le Maréchal Pétain. Dans cet ouvrage triomphe l'esprit munichois... Dans « La Victoire des vaincus » (Editions La Découverte) version Plenel et sous-titré « A propos des gilets jaunes, on peut lire en exergue, comme le souligne Hélène Boyeldieu, animatrice de la rencontre qui se déroulait le 30 avril dernier à la librairie L'Armitière, une citation de Victor Hugo extraite de « Choses vues » : « Le plus haut symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus, jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête ». Le patron de Mediapart enchaîne en se présentant comme une espèce d'avocat commis d'office du mouvement et en stigmatisant la manière dont les gilets jaunes ont été « caricaturés », « assignés à résidence » et victimes de clichés. Et pourtant, c'est mon avis, on ne peut nier que les attaques antisémites ont fleuri dans les cortèges. Sans oublier le torrent de haine qui s'est déversé sur Ingrid Levavasseur traitée de « sale pute » (tiens tiens...). En Robin des Bois de ceux qui ont été « renvoyés à une sorte de plèbe », Edwy Plenel confie, pour écrire son livre, s'être appuyé sur trois éléments : le caractère inédit de la mobilisation, la... Ironie de l'Histoire ? Ou pas ? Le dernier essai d'Edwy Plenel, comme il l'a rappelé avec humour, porte le même titre qu'un livre d'André Fribourg édité en 1938 et préfacé par le Maréchal Pétain. Dans cet ouvrage triomphe l'esprit munichois... Dans « La Victoire des vaincus » (Editions La Découverte) version Plenel et sous-titré « A propos des gilets jaunes, on peut lire en exergue, comme le souligne Hélène Boyeldieu, animatrice de la rencontre qui se déroulait le 30 avril dernier à la librairie L'Armitière, une citation de Victor Hugo extraite de « Choses vues » : « Le plus haut symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus, jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête ». Le patron de Mediapart enchaîne en se présentant comme une espèce d'avocat commis d'office du mouvement et en stigmatisant la manière dont les gilets jaunes ont été « caricaturés », « assignés à résidence » et victimes de clichés. Et pourtant, c'est mon avis, on ne peut nier que les attaques antisémites ont fleuri dans les cortèges. Sans oublier le torrent de haine qui s'est déversé sur Ingrid Levavasseur traitée de « sale pute » (tiens tiens...). En Robin des Bois de ceux qui ont été « renvoyés à une sorte de plèbe », Edwy Plenel confie, pour écrire son livre, s'être appuyé sur trois éléments : le caractère inédit de la mobilisation, la morgue de la classe dirigeante et la répression inouïe des forces de l'ordre, rappelant fort justement qu'en 1968 le Préfet de police de Paris Maurice Grimaud avait dit à ses troupes : "Frapper un manifestant tombé à terre, c'est se frapper soi-même en apparaissant sous un jour qui atteint toute la fonction policière". Et d'égrener la liste des éborgnés et estropiés tout en passant sous silence les exactions des « manifestants ». « La réalité est plus complexe » annonçait-il en introduction à la soirée. Si rendre compte de la complexité des événements est de faire un procès à charge du pouvoir, l'ancien directeur de la rédaction du Monde est assurément un être doté d'un solide sens de la mesure... En fait, Edwy Plenel s'empare des «gilets jaunes » pour dénoncer « le présidentialisme français et la démocratie élective ». Il donne au mouvement un fond qu'il n'a manifestement pas ou peu. « On est partis de l'injustice fiscale et on interroge le fonctionnement de la démocratie et la confiscation du pouvoir » avance-t-il. De là à comparer les « gilets jaunes » aux « démo-soc » de 1848 ou encore aux « Marionneux » de 1870, il n'y a qu'un pas qu'il franchit allègrement. S'il y a bien évidemment des aspects positifs dans la démarche des « gilets jaunes » (certaines propositions sur la fiscalité et sur la citoyenneté qui mettent en évidence la slérose de notre société et la faillite de la belle idée d'égalité), je vois surtout dans leur action une addition de revendications individuelles qui, compte tenu de leur caractère personnel, peinent à s'agréger pour former une pensée cohérente. L'aspiration à une pratique démocratique plus participative – qu'Emmanuel Macron appelait de ses vœux dans « Révolution » et dont on attend toujours les effets - n'a en effet été formulée que dans un second temps. Bref, en parfait dialecticien maître en l'art de la digression (cf. le (très) long moment qu'il a consacré à l'affaire Benalla dont la première version, celle de la Contrescarpe, a été révélée par « le Monde »), Edwy Plenel prête aux « gilets jaunes » des idées et des ambitions qu'ils n'ont pas. Pour terminer sur une note musicale, il n'a pas hésité à pousser la chansonnette enjoignant le public, sous le charme et visiblement conquis, à visionner sur YouTube le titre bien rythmé concocté par un chauffeur-livreur toulousain...
              Lire la suite
              En lire moins
            • liberliber Posté le 3 Mai 2019
              Ironie de l'Histoire ? Ou pas ? Le dernier essai d'Edwy Plenel, comme il l'a rappelé avec humour, porte le même titre qu'un livre d'André Fribourg édité en 1938 et préfacé par le Maréchal Pétain. Dans cet ouvrage triomphe l'esprit munichois... Dans « La Victoire des vaincus » (Editions La Découverte) version Plenel et sous-titré « A propos des gilets jaunes, on peut lire en exergue, comme le souligne Hélène Boyeldieu, animatrice de la rencontre qui se déroulait le 30 avril dernier à la librairie L'Armitière, une citation de Victor Hugo extraite de « Choses vues » : « Le plus haut symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus, jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête ». Le patron de Mediapart enchaîne en se présentant comme une espèce d'avocat commis d'office du mouvement et en stigmatisant la manière dont les gilets jaunes ont été « caricaturés », « assignés à résidence » et victimes de clichés. Et pourtant, c'est mon avis, on ne peut nier que les attaques antisémites ont fleuri dans les cortèges. Sans oublier le torrent de haine qui s'est déversé sur Ingrid Levavasseur traitée de « sale pute » (tiens tiens...). En Robin des Bois de ceux qui ont été « renvoyés à une sorte de plèbe », Edwy Plenel confie, pour écrire son livre, s'être appuyé sur trois éléments : le caractère inédit de la mobilisation, la... Ironie de l'Histoire ? Ou pas ? Le dernier essai d'Edwy Plenel, comme il l'a rappelé avec humour, porte le même titre qu'un livre d'André Fribourg édité en 1938 et préfacé par le Maréchal Pétain. Dans cet ouvrage triomphe l'esprit munichois... Dans « La Victoire des vaincus » (Editions La Découverte) version Plenel et sous-titré « A propos des gilets jaunes, on peut lire en exergue, comme le souligne Hélène Boyeldieu, animatrice de la rencontre qui se déroulait le 30 avril dernier à la librairie L'Armitière, une citation de Victor Hugo extraite de « Choses vues » : « Le plus haut symbole du peuple, c'est le pavé. On marche dessus, jusqu'à ce qu'il vous tombe sur la tête ». Le patron de Mediapart enchaîne en se présentant comme une espèce d'avocat commis d'office du mouvement et en stigmatisant la manière dont les gilets jaunes ont été « caricaturés », « assignés à résidence » et victimes de clichés. Et pourtant, c'est mon avis, on ne peut nier que les attaques antisémites ont fleuri dans les cortèges. Sans oublier le torrent de haine qui s'est déversé sur Ingrid Levavasseur traitée de « sale pute » (tiens tiens...). En Robin des Bois de ceux qui ont été « renvoyés à une sorte de plèbe », Edwy Plenel confie, pour écrire son livre, s'être appuyé sur trois éléments : le caractère inédit de la mobilisation, la morgue de la classe dirigeante et la répression inouïe des forces de l'ordre, rappelant fort justement qu'en 1968 le Préfet de police de Paris Maurice Grimaud avait dit à ses troupes : "Frapper un manifestant tombé à terre, c'est se frapper soi-même en apparaissant sous un jour qui atteint toute la fonction policière". Et d'égrener la liste des éborgnés et estropiés tout en passant sous silence les exactions des « manifestants ». « La réalité est plus complexe » annonçait-il en introduction à la soirée. Si rendre compte de la complexité des événements est de faire un procès à charge du pouvoir, l'ancien directeur de la rédaction du Monde est assurément un être doté d'un solide sens de la mesure... En fait, Edwy Plenel s'empare des «gilets jaunes » pour dénoncer « le présidentialisme français et la démocratie élective ». Il donne au mouvement un fond qu'il n'a manifestement pas ou peu. « On est partis de l'injustice fiscale et on interroge le fonctionnement de la démocratie et la confiscation du pouvoir » avance-t-il. De là à comparer les « gilets jaunes » aux « démo-soc » de 1848 ou encore aux « Marionneux » de 1870, il n'y a qu'un pas qu'il franchit allègrement. S'il y a bien évidemment des aspects positifs dans la démarche des « gilets jaunes » (certaines propositions sur la fiscalité et sur la citoyenneté qui mettent en évidence la slérose de notre société et la faillite de la belle idée d'égalité), je vois surtout dans leur action une addition de revendications individuelles qui, compte tenu de leur caractère personnel, peinent à s'agréger pour former une pensée cohérente. L'aspiration à une pratique démocratique plus participative – qu'Emmanuel Macron appelait de ses vœux dans « Révolution » et dont on attend toujours les effets - n'a en effet été formulée que dans un second temps. Bref, en parfait dialecticien maître en l'art de la digression (cf. le (très) long moment qu'il a consacré à l'affaire Benalla dont la première version, celle de la Contrescarpe, a été révélée par « le Monde »), Edwy Plenel prête aux « gilets jaunes » des idées et des ambitions qu'ils n'ont pas. Pour terminer sur une note musicale, il n'a pas hésité à pousser la chansonnette enjoignant le public, sous le charme et visiblement conquis, à visionner sur YouTube le titre bien rythmé concocté par un chauffeur-livreur toulousain...
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
            Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !