RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Vie critique

            Belfond
            EAN : 9782714456236
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 192
            Format : 134 x 190 mm
            La Vie critique

            Collection : Belfond Pointillés
            Date de parution : 14/08/2013

            Le critique littéraire en héros de roman : victime, coupable, ou étrange figure sado-maso ? Un an de la vie d’un professionnel de la littérature, désespéré ou exalté, impitoyable ou passionné, chevalier blanc ou cruel assassin…

            Il aurait voulu être rock star, il est devenu critique littéraire. Fidèle aux grands textes et aux rituels d’un métier en voie de disparition, curieux, amoureux, inconvenant, il défend les fous, les inventeurs et les modernes.

            Voie facile ? Non, vie critique, où l’on compose avec stocks et désirs, découverts...

            Il aurait voulu être rock star, il est devenu critique littéraire. Fidèle aux grands textes et aux rituels d’un métier en voie de disparition, curieux, amoureux, inconvenant, il défend les fous, les inventeurs et les modernes.

            Voie facile ? Non, vie critique, où l’on compose avec stocks et désirs, découverts et découvertes, obsessions sexuelles et professionnelles.

            Un texte intime et risqué, une mise à nu littéraire et politique, où tout conflue vers le désir d’être vivant. À l’ère de la littérature mondialisée et du journalisme prolétarisé, la situation est critique, mais pas désespérée.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714456236
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 192
            Format : 134 x 190 mm
            Belfond
            17.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            "Le meilleur livre d’Arnaud Viviant", Frédéric Beigbeder, Le Figaro Magazine

            "Un OVNI... Un livre drôle et sensible", Elle

            "Le héros de Viviant est un obsédé textuel et sexuel, un déglingué, un minable, mais il est avide du monde, il est indispensable, il est capable de grâce. C'est un critique", Le Nouvel Observateur

            "L'art est difficile, la critique ne l'est pas moins", Libération

            "Un roman aussi saignant qu'hilarant" Grazia

            "Paradoxal, drôle et nourri d’une impressionnante culture livresque", Jacques Braunstein, GQ

            "Un livre qui se cabre… une balade régénérante à travers la littérature", Emily Barnett, Les Inrockuptibles

            « L’expérience de critique sert avant tout de carburant à une formidable vitesse d’écriture, où chaque phrase va, court, vole, crépite et palpite », Eric Naulleau, Paris Match

            "La Vie critique est un roman à part, complexe et ciselé, improvisé mais tenu, une sorte de ballon lâché dans les airs, et qu’on regarde tourbillonner dans le ciel de la rentrée littéraire." Yann Moix, laregledujeu.org

            "Un roman grincheux, vif, subtil, drôle, passionné" Point de Vue

            "Un autoportrait tour à tour nombriliste et touchant qui vaut pour son regard lucide et sa plume alerte" Lire

            "Une comédie douce-amère… atrocement drôle" Que Lire ?

            "Lisez son livre. La passion le mène et elle n'est pas prête de s'éteindre !", Lydie Zannini, librairie du Théâtre Zannini

            "Cinglant et hilarant", Sud Ouest

            "Ce livre, oui, est un bel hymne à la littérature ; il est servi par un rythme rock'n'roll. C'est très agréable." Philippe Lacoche, Courrier picard

            "Un auteur de grand talent... Une plume délicieusement acide, rebelle et cash." Metro Belgique

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • mickaelinecuny Posté le 20 Novembre 2015
              Qui ne connait pas Arnaud Vivian ? Moi. Je ne sais pas pour vous, mais moi, j'ai un rapport étrange avec Google. Quand je cherche quelque chose, je trouve plein de trucs, sauf ce que je recherche. (pas tout le temps, mais très souvent, vraiment souvent). C'est bien simple Google, est comme mon tiroir de cuisine. Un Géo trouve tout, sauf ce que tu as besoin ! Donc au détour d'une recherche, euh, je sais plus sur quoi ?? Peut-être sur la rentrée littéraire 2015, enfin bref, là n'est pas le sujet de nos préoccupations. Je suis tombée par hasard, sur une interview du célèbre critique du masque et la plume. Et là paf, je me suis pris des phrases chocs et accrocheuses, sur ce livre, alors forcément, vous me connaissez, j'ai fouillé un ti peu plus (comme dirait Arnaud). Et j'ai rajouté son livre à ma Wichlist. Un nouveau tour du hasard a voulu qu'il soit entre mes mains, seulement quelques jours plus tard. Alors que je m'étais arrêté à la médiathèque. Pour y déguster un café, (oui, encore), je parcourais les rayons, sans intention de choisir un livre, vu la pile que j'ai à lire, et surtout le retard déjà accumulé,... Qui ne connait pas Arnaud Vivian ? Moi. Je ne sais pas pour vous, mais moi, j'ai un rapport étrange avec Google. Quand je cherche quelque chose, je trouve plein de trucs, sauf ce que je recherche. (pas tout le temps, mais très souvent, vraiment souvent). C'est bien simple Google, est comme mon tiroir de cuisine. Un Géo trouve tout, sauf ce que tu as besoin ! Donc au détour d'une recherche, euh, je sais plus sur quoi ?? Peut-être sur la rentrée littéraire 2015, enfin bref, là n'est pas le sujet de nos préoccupations. Je suis tombée par hasard, sur une interview du célèbre critique du masque et la plume. Et là paf, je me suis pris des phrases chocs et accrocheuses, sur ce livre, alors forcément, vous me connaissez, j'ai fouillé un ti peu plus (comme dirait Arnaud). Et j'ai rajouté son livre à ma Wichlist. Un nouveau tour du hasard a voulu qu'il soit entre mes mains, seulement quelques jours plus tard. Alors que je m'étais arrêté à la médiathèque. Pour y déguster un café, (oui, encore), je parcourais les rayons, sans intention de choisir un livre, vu la pile que j'ai à lire, et surtout le retard déjà accumulé, sur les chroniques et les partenariats. Quand "La vie critique", a croisé mon regard. C'est toujours utile d'avoir une carte vierge d’emprunt sur soi. Si tôt emprunté, si tôt commencé. Et je ne l'ai plus lâché de la soirée, je l'ai lu, le sourire aux lèvres, de caricatures en loufoqueries, Arnaud Vivian, plonge son personnage, dans le critique littéraire. Facile me direz-vous, puisqu'il l'est lui-même. Seulement là, où certains ne verront qu'un nombrilisme mal placé, car lu au premier degré, j'y ai moi, (et j'espère d'autres) vu que sarcasmes, teinté d'humour noir. Des listes plus loufoques, les unes que les autres. Un anti-héros, qui finira même par devenir attachant. Mais voilà ce qui m'a amusé sur les 90 premières pages, à fini par me lasser sur les 30 dernières. Mais n'étais-ce pas tout simplement parce que comme me l'avais appris Arnaud et son personnage, j'avais voulu lire encore un ti peu, malgré la fatigue. Le ton avait-il vraiment changé ? Où avais-je besoins comme notre critique, d'une "pause vidéo porno" ? Et vous savez le plus beau dans tout ça ? C'est que je ne connais toujours pas Arnaud de Vivian. Car je n'écoute pas France Inter, mais Nostalgie, que voulez-vous, personne n'est parfait ! Un anti-héros comme il se doit, un ton croustillant et incisif. Une belle découverte qui aurait cependant mérité d'être raccourcie de 30 pages, mais qui depuis à (considérablement) changé ma vie. Puisque je travaille depuis "un ti peu" et que j'imagine traverser "mon couloir de la mort", si comme le héros (et/ou) l'auteur, j'avais eu la malheureuse idée, d'installer mon impressionnante PAL dans mon couloir.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Marti94 Posté le 27 Octobre 2013
              Que du plaisir ! C’est peut-être parce j’aurai aimé être critique littéraire, que je suis une fidèle du masque et que j’aime l’autofiction que je suis incontestablement séduite par ce roman. Comme le narrateur, j’ai envie de faire des listes et je place ce livre dans celle des « meilleures lectures de l’année ». Lu en juin 2013
            • pilyen Posté le 17 Août 2013
              Sur mon blog
            • Charybde2 Posté le 22 Juillet 2013
              Sous une façade de catharsis romancée, une belle réflexion sur la littérature façonnant le passionné Publié en août 2013, ce curieux "roman" d'Arnaud Viviant (neuf ans après son "Génie du communisme") pourra dérouter un instant le lecteur qui croira un bon moment y lire une confession à peine déguisée, puisque, rédigé à une étrange troisième personne mettant en scène un quasi-monologue, il pourrait s'agir là de carnets arrachés à un critique musical et littéraire vieillissant, que son intransigeance stylistique, sa culture sans concessions et sa défense acharnée du nouveau et du moderne ont peu à peu, insidieusement, confiné dans l'acool et la dépression larvée, augmentant le nombre de ses ennemis jusqu'à la terrible goutte d'eau, lorsqu'une formule trop lapidaire et incomprise du public à propos d'Haïti le fait éjecter de son ultime refuge, "Le masque et la plume". Ayant ainsi mis en scène ce cauchemar cathartique, l'auteur peut se consacrer, avec beaucoup de bonheur, à cette réflexion culturelle tous azimuts, d'une grande richesse et d'une belle profondeur, qui est "dans la vraie vie" sa marque de fabrique, avec il est vrai une tendance parfois fâcheuse à la provocation "de pur plaisir" et à la défense "par principe" de certaines causes culturelles qui... Sous une façade de catharsis romancée, une belle réflexion sur la littérature façonnant le passionné Publié en août 2013, ce curieux "roman" d'Arnaud Viviant (neuf ans après son "Génie du communisme") pourra dérouter un instant le lecteur qui croira un bon moment y lire une confession à peine déguisée, puisque, rédigé à une étrange troisième personne mettant en scène un quasi-monologue, il pourrait s'agir là de carnets arrachés à un critique musical et littéraire vieillissant, que son intransigeance stylistique, sa culture sans concessions et sa défense acharnée du nouveau et du moderne ont peu à peu, insidieusement, confiné dans l'acool et la dépression larvée, augmentant le nombre de ses ennemis jusqu'à la terrible goutte d'eau, lorsqu'une formule trop lapidaire et incomprise du public à propos d'Haïti le fait éjecter de son ultime refuge, "Le masque et la plume". Ayant ainsi mis en scène ce cauchemar cathartique, l'auteur peut se consacrer, avec beaucoup de bonheur, à cette réflexion culturelle tous azimuts, d'une grande richesse et d'une belle profondeur, qui est "dans la vraie vie" sa marque de fabrique, avec il est vrai une tendance parfois fâcheuse à la provocation "de pur plaisir" et à la défense "par principe" de certaines causes culturelles qui pourtant sont la négation même de ce qu'il aime réellement... L'évocation de rencontres, qu'elles soient de personnes, de textes ou de musiques qui parcourt ces 190 pages est nimbée d'une réelle exigence et d'une jolie tendresse inattendue. Et une fois débarrassée de quelques oripeaux "people", tour à tout charmants ou agaçants, on a là une très réussie réflexion sur le pouvoir qu'a la littérature de façonner la personnalité de celui qu'elle passionne...
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.