Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221240106
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 270
Format : 1 x 215 mm

Le Bug humain

Pourquoi notre cerveau nous pousse à détruire la planète et comment l'en empêcher

Date de parution : 07/02/2019
Peut-on lutter contre soi-même ? Et si notre cerveau était devenu notre pire ennemi ?  
 
Plus qu’un moment critique nous vivons une véritable tragédie. Surpopulation, surpoids, surproduction, surconsommation, surchauffe, surendettement, nous avons basculé dans l’ère de tous les superlatifs qui mène l’humanité tout droit à sa perte. Si la capacité des ressources de la planète sont comptées, alors nos jours aussi le seront… Inéluctablement.
Mais alors...
Plus qu’un moment critique nous vivons une véritable tragédie. Surpopulation, surpoids, surproduction, surconsommation, surchauffe, surendettement, nous avons basculé dans l’ère de tous les superlatifs qui mène l’humanité tout droit à sa perte. Si la capacité des ressources de la planète sont comptées, alors nos jours aussi le seront… Inéluctablement.
Mais alors que la situation empire heure après heure, aucune réponse collective tangible ne vient. Nous voyons le mur se rapprocher et nous ne faisons rien. La conscience de ce qui nous attend ne semble avoir aucun effet sur le cours des événements. Pourquoi ?
Sébastien Bohler docteur en neuroscience et rédacteur en chef du magazine Cerveau et psycho apporte sur la grande question du devenir contemporain un éclairage nouveau, dérangeant et original. Pour lui, le premier coupable à incriminer n’est pas l’avidité des hommes ou leur supposée méchanceté mais bien, de manière plus banalement physiologique, la constitution même de notre cerveau lui-même.

Au cœur de notre cerveau, un petit organe appelé striatum régit depuis l’apparition de l’espèce nos comportements.  Il a habitué le cerveau humain à poursuivre 5 objectifs qui ont pour but la survie de l’espèce : manger, se reproduire, acquérir du pouvoir, étendre son territoire, s’imposer face à autrui. Le problème est que le striatum est aux commandes d'un cerveau touours plus performant (l’homme s‘est bien imposé comme le mammifère dominant de la planète) et  réclame toujours plus de récompenses pour son action. Tel un drogué, il ne peut discipliner sa tendance à l’excès. À aucun moment, il ne cherche à se limiter.
Hier notre cerveau était notre allié, il nous a fait triompher de la nature. Aujourd’hui il est en passe de devenir notre pire ennemi.          
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221240106
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 270
Format : 1 x 215 mm
Robert Laffont

Ils en parlent

« Un essai passionnant »
Isabelle Taubes / Psychologies Magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • shayninez Posté le 24 Août 2020
    Une excellente lecture d'actualité...qui nous éclair sur nous-même et sur le monde actuel. L'écrivain fait preuve d'une vrais pédagogie pour nous aider a mieux réagir face a l'impasse écologique que nous vivons!!
  • tantquilyauradeslivres Posté le 28 Juillet 2020
    « Pourquoi notre cerveau nous pousse à détruire la planète et comment l’en empêcher. » Le sous-titre du livre de Sébastien Bohler est on ne peut plus explicite sur les deux problématiques qu’il développe ici. En effet, une bonne partie des habitants de cette planète a désormais pris conscience de la catastrophe que notre mode de vie provoque et malgré cela on continue à ne rien faire. Pas grand-chose en tout cas. Cela me fait penser à cette histoire dans le film La haine, cet homme qui tombe d’un immeuble et qui tout le long de sa chute se dit « jusqu’ici tout va bien. » Alors, pourquoi n’agissons-nous pas réellement tant qu’il en est temps ? D’après Sébastien Bohler, le coupable serait notre striatum, une structure cérébrale programmée depuis l’aube de l’humanité pour en vouloir toujours plus. Plus de nourriture, plus de pouvoir, plus de sexe, plus d’informations, tout cela en fournissant le minimum d’efforts. Le résultat on le constate actuellement : surconsommation, surinformation, surpoids,… Mais notre striatum, éternel insatisfait, continue d’en vouloir encore plus, conduisant l’humanité à sa perte, et avec elle une bonne partie de la faune et de la flore. Alors tout espoir est-il perdu ? Non,... « Pourquoi notre cerveau nous pousse à détruire la planète et comment l’en empêcher. » Le sous-titre du livre de Sébastien Bohler est on ne peut plus explicite sur les deux problématiques qu’il développe ici. En effet, une bonne partie des habitants de cette planète a désormais pris conscience de la catastrophe que notre mode de vie provoque et malgré cela on continue à ne rien faire. Pas grand-chose en tout cas. Cela me fait penser à cette histoire dans le film La haine, cet homme qui tombe d’un immeuble et qui tout le long de sa chute se dit « jusqu’ici tout va bien. » Alors, pourquoi n’agissons-nous pas réellement tant qu’il en est temps ? D’après Sébastien Bohler, le coupable serait notre striatum, une structure cérébrale programmée depuis l’aube de l’humanité pour en vouloir toujours plus. Plus de nourriture, plus de pouvoir, plus de sexe, plus d’informations, tout cela en fournissant le minimum d’efforts. Le résultat on le constate actuellement : surconsommation, surinformation, surpoids,… Mais notre striatum, éternel insatisfait, continue d’en vouloir encore plus, conduisant l’humanité à sa perte, et avec elle une bonne partie de la faune et de la flore. Alors tout espoir est-il perdu ? Non, car Sébastien Bohler nous propose des pistes. En ayant conscience de l’influence néfaste de notre striatum, plutôt que de le laisser dominer nos comportements, faisons confiance à notre cortex cérébral et détachons nous de cette course à la consommation. Pour y parvenir il faudra changer nos habitudes de vie du tout au tout : minimalisme, méditation et curiosité intellectuelle. C’est un ouvrage documenté et passionnant sur un sujet qui, comme beaucoup, me préoccupe particulièrement. Bien consciente que mes petites initiatives individuelles (tendre vers le zéro déchets, favoriser une consommation bio et locale,…) sont imparfaites (car j’ai encore tendance à acheter des choses inutiles, à aller vers certaines facilités,…) et ne sont qu’une goutte d’eau dans l’océan, j’ai parfois tendance à désespérer devant l’inaction, voire l’indifférence, que je constate autour de moi. Sébastien Bohler propose donc des pistes de réflexion pour expliquer ce manque flagrant d’investissement que ce soit individuel, collectif, politique,… J’ai lu pas mal de choses sur le sujet mais je n’aurais jamais imaginé aborder cette question sous l’angle des neurosciences. D’ailleurs je n’aurais jamais imaginé lire un livre traitant de neurosciences ! Moi qui ne suis pas scientifique le moins du monde, j’ai pourtant suivi sans peine le propos de Sébastien Bohler, dont l’exposé est limpide et convaincant. Ses pistes pour contrer l’influence de notre striatum sont on ne peut plus séduisantes, pourtant j’ai comme un doute… L’humanité est-elle prête à remplacer les starlettes de téléréalité et les footballeurs par des écrivains ? A troquer sa dose d’émissions télé, de jeux vidéo et de vidéos pornographiques par des exercices intellectuels et la méditation ? A se passer de gadgets et de vêtements à la mode pour vivre dans la sobriété ? J’ai bien peur que cela ne soit utopique. Alors…nos chances semblent bien minces…
    Lire la suite
    En lire moins
  • Celkana Posté le 10 Mars 2020
    Quel livre intéressant! Ou comment notre cerveau nous dicte d'aller ans le mur alors qu'on sait que l'on va se crasher quand même! C'est une réflexion documentée et très apprenante (du moins pour moi!) sur cette faculté ancestrale qu'à notre cerveau "basique" de nous envoyer des informations sur nos besoins primaires en "oubliant" que ces besoins ne sont peut-être si nécessaires et vitaux qu'on pourrait bien le vouloir et qui ne nous permettent pas d'avoir une vision à long terme dans bien des cas, et surtout, en l'occurrence, de pouvoir vraiment agir pour notre réel bien-être futur... Le striatum donc, cette partie préhistorique de notre cerveau, nous dicte nos envies de nourriture, de domination, de paresse, de sexe et de statut social qui engendrent des actions qui contredisent bien souvent ce qui réellement vital pour nous... Des réflexes en contradiction avec la réflexion du cortex qui lui travaille sur le long terme. L'Homme a entre les mains un outil ultra performant qui le menace finalement, ainsi que la Terre en entier, mais tout espoir n'est pas perdu dans le sens où, si la première partie de ce livre est, il faut le dire, largement pessimiste et pas encourageante du tout,... Quel livre intéressant! Ou comment notre cerveau nous dicte d'aller ans le mur alors qu'on sait que l'on va se crasher quand même! C'est une réflexion documentée et très apprenante (du moins pour moi!) sur cette faculté ancestrale qu'à notre cerveau "basique" de nous envoyer des informations sur nos besoins primaires en "oubliant" que ces besoins ne sont peut-être si nécessaires et vitaux qu'on pourrait bien le vouloir et qui ne nous permettent pas d'avoir une vision à long terme dans bien des cas, et surtout, en l'occurrence, de pouvoir vraiment agir pour notre réel bien-être futur... Le striatum donc, cette partie préhistorique de notre cerveau, nous dicte nos envies de nourriture, de domination, de paresse, de sexe et de statut social qui engendrent des actions qui contredisent bien souvent ce qui réellement vital pour nous... Des réflexes en contradiction avec la réflexion du cortex qui lui travaille sur le long terme. L'Homme a entre les mains un outil ultra performant qui le menace finalement, ainsi que la Terre en entier, mais tout espoir n'est pas perdu dans le sens où, si la première partie de ce livre est, il faut le dire, largement pessimiste et pas encourageante du tout, la deuxième partie nous laisse entrevoir l'espoir que la tendance à s’autodétruire n'est pas irréversible de part la faculté de l'être humain a combattre cette volonté basique et a suivre une réflexion et un chemin plus construit, plus évoluée pour nous permettre de mettre en place des solutions viables pour tous... A lire absolument car un livre réellement à portée de tous et fort utile pour nous aider personnellement à comprendre nos réactions et nos actions...
    Lire la suite
    En lire moins
  • patricecoppee Posté le 6 Mars 2020
    Je trouve le livre intéressant mais il aurait gagné à éviter les redondances, insupportables dans la troisième partie du livre. Un autre gros problème, c'est la solution que l'auteur propose pour sauver l'humanité (je résume évidemment) : que les 8 milliards d'individus augmentent leur niveau de conscience ! Bref, on sent que l'auteur n'y croit pas lui-même et cela nous envoie forcément un message pdésespéré...
  • JO60200 Posté le 23 Février 2020
    Un livre intéressant pour comprendre les ressorts du cerveau humain, et essayer autant que possible de résister à nos instincts primaires qui détruisent la planète, et alimentent un capitalisme effréné.

les contenus multimédias

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !