Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714457325
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 720
Format : 140 x 205 mm

Le Lys de Brooklyn

Maurice BEERBLOCK (Traducteur)
Collection : Belfond Vintage
Date de parution : 20/03/2014

Un classique de la littérature américaine, roman d’apprentissage sur les jeunes années de Francie Nolan, fillette sensible, assoiffée de culture et de livres, dans le quartier misérable de Williamsburg au début du XXe siècle.

« Mon Dieu, faites que je sois quelque chose, à chaque instant de chacune des heures de ma vie. Faites que je sois gaie ; faites que je sois triste ; que j’aie froid, ou chaud ; que j’aie faim… ou trop à manger ; que je sois en haillons, ou mise avec élégance ; que... « Mon Dieu, faites que je sois quelque chose, à chaque instant de chacune des heures de ma vie. Faites que je sois gaie ; faites que je sois triste ; que j’aie froid, ou chaud ; que j’aie faim… ou trop à manger ; que je sois en haillons, ou mise avec élégance ; que je sois sincère ou perfide ; loyale ou menteuse ; digne d’estime ou pécheresse. Mais faites que je sois quelque chose, à chaque instant ! Et, quand je dors, faites que je ne cesse de rêver, afin que le moindre petit morceau de mon existence ne soit perdu ! »
 
Succès phénoménal jamais démenti depuis sa parution en 1943, un mythe de la littérature américaine, adapté au cinéma par Elia Kazan. Un superbe roman d’apprentissage sur les jeunes années de Francie Nolan, fillette sensible, assoiffée de culture et de livres, dans le quartier misérable de Brooklyn au début du xxe siècle. Un coup de cœur d’une fraîcheur et d’une imagination extraordinaires, un livre-culte publié en France en 1946 et inexplicablement jamais réédité depuis, une redécouverte indispensable.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714457325
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 720
Format : 140 x 205 mm
Belfond

Ils en parlent

"On redécouvre avec bonheur toute la drôlerie, la poésie [que Le Lys de Brooklyn] recèle, dans un contexte pourtant peu propice, puisqu'il narre le parcours d'une fillette assoifée de culture dans le quartier misérable de Brooklyn, au début du XXè sicèle. Une belle leçon de joie de vivre."
Laurence Lucchesi / Nice matin

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • PsychikFab Posté le 25 Janvier 2020
    1912. Francie Nolan a neuf ans et vit dans un quartier pauvre de Brooklyn avec ses parents et son petit frère. L'argent manque et la famille vit chichement mais les liens qui unissent ses membres sont solides et la vie se déroule néanmoins sans trop d'accroc, entre soucis pécuniaires et petits bonheurs. C'est aussi que Francie voue une passion aux livres et à la littérature. Elle dévore les ouvrages qu'elle emprunte toutes les semaines à la bibliothèque municipale ( son rêve est même de lire TOUS les ouvrages qui y sont disponibles!) et rêve de devenir écrivaine. Mais les difficultés vont s'accumuler, rendant la vie de la petite famille compliquée. Francie, positive et volontaire, ne compte pas abandonner son ambition. Paru en 1943, "Le lys de Brooklyn" remporte immédiatement un immense succès. Il sera porté à l'écran par Elia Kazan en 1945 et même adapté pour la scène à Broadway en 1951. Curieusement , malgré ce succès massif, le roman est aujourd'hui pratiquement oublié. Injustice totale car son écriture est terriblement moderne, donnant même l'impression qu'il a été écrit tout récemment ! Alors certes, comme souvent dans la littérature de cette époque, les grandes valeurs de la vie y sont très... 1912. Francie Nolan a neuf ans et vit dans un quartier pauvre de Brooklyn avec ses parents et son petit frère. L'argent manque et la famille vit chichement mais les liens qui unissent ses membres sont solides et la vie se déroule néanmoins sans trop d'accroc, entre soucis pécuniaires et petits bonheurs. C'est aussi que Francie voue une passion aux livres et à la littérature. Elle dévore les ouvrages qu'elle emprunte toutes les semaines à la bibliothèque municipale ( son rêve est même de lire TOUS les ouvrages qui y sont disponibles!) et rêve de devenir écrivaine. Mais les difficultés vont s'accumuler, rendant la vie de la petite famille compliquée. Francie, positive et volontaire, ne compte pas abandonner son ambition. Paru en 1943, "Le lys de Brooklyn" remporte immédiatement un immense succès. Il sera porté à l'écran par Elia Kazan en 1945 et même adapté pour la scène à Broadway en 1951. Curieusement , malgré ce succès massif, le roman est aujourd'hui pratiquement oublié. Injustice totale car son écriture est terriblement moderne, donnant même l'impression qu'il a été écrit tout récemment ! Alors certes, comme souvent dans la littérature de cette époque, les grandes valeurs de la vie y sont très présentes (le courage, l'amour, le travail etc...) et exaltées, mais jamais jamais le texte n'est ampoulé ou pompeux. Francie est un personnage attachant et impressionnant de force et d'énergie mais c'est surtout la galerie de personnages qui l'entoure qui séduit. La tante Sissy, aux moeurs légères mais au coeur plein d'amour, le père dépassé et désespéré qui sombre dans l'alcool, la maman volontaire et travailleuse qui ne peut s'empêcher de préférer son petit frère à Francie...tous ces gens imparfaits mais qui font de leur mieux font que le manichéisme est évité et que jamais le roman ne verse dans la mièvrerie. Alors que les insipides "feel-good books" envahissent les librairies (et les bibliothèques...), essayez plutôt "Le lys de Brooklyn". Pour une fois l'expresssion "un livre qui fait du bien" n'est pas usurpée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • sweetie Posté le 24 Janvier 2020
    « Mon Dieu, faites que je sois quelque chose, à chaque instant de chacune des heures de ma vie. » C'est la prière et l'injonction que se fait Francie, fillette de onze ans née à Brooklyn en 1901 d'une mère courage, Katie Rommely et d'un père alcoolo, John Nolan. Avec son frère Neeley et sa petite soeur Annie Laurie, Francie avance dans la vie avec humour et assurance. L'amour qui se dégage de son foyer, malgré les infortunes et la misère, lui procure assez d'aisance et de confiance en elle pour aplanir toutes les difficultés qu'elle rencontre. Betty Smith, dans ce roman autobiographique, retrace le quotidien d'une famille ordinaire d'un quartier populaire de New York City au début du XXe siècle, avec en arrière-plan le spectre de la 1re Grande Guerre, l'établissement de la Prohibition à travers les États-Unis, les progrès de l'industrie automobile et le droit de vote des femmes. Un portrait réussi et convaincant de ces familles issues de l'immigration irlandaise qui voyaient dans leur nouvelle patrie un accès à l'autodétermination et à la liberté, peu importe les sacrifices et le prix à payer. J'ai retrouvé dans ce récit des accents du roman de Frank McCourt,... « Mon Dieu, faites que je sois quelque chose, à chaque instant de chacune des heures de ma vie. » C'est la prière et l'injonction que se fait Francie, fillette de onze ans née à Brooklyn en 1901 d'une mère courage, Katie Rommely et d'un père alcoolo, John Nolan. Avec son frère Neeley et sa petite soeur Annie Laurie, Francie avance dans la vie avec humour et assurance. L'amour qui se dégage de son foyer, malgré les infortunes et la misère, lui procure assez d'aisance et de confiance en elle pour aplanir toutes les difficultés qu'elle rencontre. Betty Smith, dans ce roman autobiographique, retrace le quotidien d'une famille ordinaire d'un quartier populaire de New York City au début du XXe siècle, avec en arrière-plan le spectre de la 1re Grande Guerre, l'établissement de la Prohibition à travers les États-Unis, les progrès de l'industrie automobile et le droit de vote des femmes. Un portrait réussi et convaincant de ces familles issues de l'immigration irlandaise qui voyaient dans leur nouvelle patrie un accès à l'autodétermination et à la liberté, peu importe les sacrifices et le prix à payer. J'ai retrouvé dans ce récit des accents du roman de Frank McCourt, Les cendres d'Angela, mais sans le côté triste et désespérant de ce dernier. Je continue avec la suite La joie du matin.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ArlieRose Posté le 19 Décembre 2019
    Comme l'indique le titre, l'histoire se passe à Brooklyn. L'originalité de ce roman vient du fait qu'il se déroule au début du XXe siècle dans une famille pauvre dont les parents ont émigré d'Europe. L'auteur, Betty Smith, y a vécu quand elle était petite. Le ton est très vrai, on s'y croit, on rencontre vraiment ces gens simples mais non complexés, fiers d'être ce qu'ils sont, raffinés même. Le personnage principal, une petite fille avide d'apprendre qui garde les pieds sur terre, est très attachant. Un très bon moment de lecture, les pages de ce "gros pavé" se tournent toutes seules.
  • SabrinaTrublet Posté le 5 Novembre 2019
    Le lys de Brooklyn Betty SMITH Francie Nolan est une petite fille d’origine irlandaise par son père et autrichienne par sa mère qui vit avec sa famille dans un quartier de Brooklyn au début des années 1900. A travers elle nous découvrons la vie de l’époque avec sa pauvreté, l’alcoolisme, les maladies, sa vie de quartier, les mariages, les naissances et les enterrements aussi. Les relations familiales avec les tantes de Francie hautes en couleurs et l’héritage religieux maternel. Mais surtout les espoirs d’élévation sociale et l’envie d’instruction de Francie et son petit frère Neeley. Un véritable roman d’apprentissage comme je les aime ! Le suivi de cette famille m’a vraiment enchanté. Un roman comme j’aimerai en découvrir plus souvent.
  • PtitVincent Posté le 16 Octobre 2019
    On pourrait se croire dans un roman de Dickens dans ce livre de Betty Smith tant l’héroïne, la si attachante Francie, subit les affres de la pauvreté, dans le Brooklyn du début du XXe siècle. À 10 ans, elle n’est qu’une petite fille maigrichonne qui, avec son frère, court les rues pour récupérer détritus et autres marchandises à vendre au chiffonnier du quartier, afin de gagner quelques sous qui leur permettront de s’acheter de rares friandises. Car dans la famille Nolan, tous les sous sont comptés : le père Johnny gagne sa vie comme serveur et chanteur dans les soirées organisées. S’il ramène bien sa paye, irrégulière, à la maison, les pourboires lui servent à assouvir sa soif inextinguible de poivrot. La mère Katie est bien obligée de multiplier les ménages et de s’occuper de la conciergerie d’un immeuble pour offrir de quoi donner à manger à ses deux enfants. Quitte à y laisser sa santé, l’état de ses mains en témoigne. Et lorsque le compte n’y est pas, elle multiplie les efforts d’imagination pour consoler Francie et Neeley. De plus, la jeune fille s’aperçoit bien que sa mère lui préfère son frère (elle doit attendre un an pour rentrer... On pourrait se croire dans un roman de Dickens dans ce livre de Betty Smith tant l’héroïne, la si attachante Francie, subit les affres de la pauvreté, dans le Brooklyn du début du XXe siècle. À 10 ans, elle n’est qu’une petite fille maigrichonne qui, avec son frère, court les rues pour récupérer détritus et autres marchandises à vendre au chiffonnier du quartier, afin de gagner quelques sous qui leur permettront de s’acheter de rares friandises. Car dans la famille Nolan, tous les sous sont comptés : le père Johnny gagne sa vie comme serveur et chanteur dans les soirées organisées. S’il ramène bien sa paye, irrégulière, à la maison, les pourboires lui servent à assouvir sa soif inextinguible de poivrot. La mère Katie est bien obligée de multiplier les ménages et de s’occuper de la conciergerie d’un immeuble pour offrir de quoi donner à manger à ses deux enfants. Quitte à y laisser sa santé, l’état de ses mains en témoigne. Et lorsque le compte n’y est pas, elle multiplie les efforts d’imagination pour consoler Francie et Neeley. De plus, la jeune fille s’aperçoit bien que sa mère lui préfère son frère (elle doit attendre un an pour rentrer à l’école en même temps que lui, et celui-ci est prioritaire pour entrer au collège, malgré ses dons d’apprentissage et sa volonté d’étudier). Malgré tout la petite Francie grandit dans cet environnement hostile avec un regard résolument positif, une vision émerveillée de la vie où chaque petit événement recèle une part de beauté, de douceur. Et puis il y a la lecture : un livre de la bibliothèque par jour, pour lire tous les livres de A à Z, ainsi qu’une page de la Bible et de Shakespeare tous les soirs. Et une soif d’apprendre et de découverte qui reste intacte malgré les déconvenues. Ainsi qu’une imagination qui lui permet d’inventer les histoires et les amis qu’elle ne rencontre pas dans la vie. Du coup le quartier de Williamsburg, Brooklyn, miséreux et populeux, devient un terrain de jeux charmant aux yeux de l’héroïne. Après chaque désillusion, et Dieu sait qu’elles sont nombreuses, la jeune fille réinvente son quotidien et repart de plus belle, car jamais elle ne perdra l’espoir. L’espoir dans des jours meilleurs, l’espoir d’une vie plus belle, l’espoir qu’un jour elle sera riche et célèbre, grâce à ses histoires, et pourra faire le bonheur autour d’elle. Un être solaire que nous suivons au fil des pages, la voyant grandir et devenir jeune fille. Une belle redécouverte que ce roman de Betty Smith, publié en 1943 aux États-Unis et 3 ans plus tard en France et complètement disparu depuis dans notre pays. Les amatrices et amateurs d’Alice McDermott, Richard Russo ou Kent Haruf pour ne citer qu’eux, peuvent y retrouver ici leur mère spirituelle !
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.