En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le Mal des ardents

        Belfond
        EAN : 9782714471130
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 240
        Format : 134 x 190 mm
        Le Mal des ardents

        Collection : Belfond Pointillés
        Date de parution : 17/08/2017
        Entretenir le feu sacré sous peine d'être enterré vivant.
        On ne rencontre pas l’art personnifié tous les jours.
        Elle est violoncelliste, elle dessine, elle peint, fait de la photo. Elle s’appelle Lou. Lorsqu’il tombe sur elle, par hasard, à Paris, c’est sa vie entière de prof de lettres désenchanté qui bascule et, subjugué par ses errances, ses fulgurances, il se...
        On ne rencontre pas l’art personnifié tous les jours.
        Elle est violoncelliste, elle dessine, elle peint, fait de la photo. Elle s’appelle Lou. Lorsqu’il tombe sur elle, par hasard, à Paris, c’est sa vie entière de prof de lettres désenchanté qui bascule et, subjugué par ses errances, ses fulgurances, il se lance à la poursuite de ce qu’elle incarne, comme une incandescence portée à ses limites.
        Mais le merveilleux devient étrange, et l’étrange inquiétant : Lou ne dort plus, se gratte beaucoup, semble en proie à de brusques accès de folie. Un soir, prise de convulsions terribles, elle est conduite à l’hôpital où elle plonge dans un incompréhensible coma. Le diagnostic, sidérant, mène à la boulangerie où elle achète son pain.
        Quel est donc ce mystérieux « mal des ardents » qu’on croyait disparu ? Quel est ce « feu sacré » qui consume l’être dans une urgence absolue ?
        Il va l’apprendre par contagion. Apprendre enfin, grâce à Lou, ce qu’est cette fièvre qui ne cesse de brûler, et qui s’appelle l’art.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714471130
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 240
        Format : 134 x 190 mm
        Belfond
        18.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Livresselitteraire Posté le 14 Janvier 2018
          L’embrasement par tous les feux, voilà ce qu’est le roman de Frédéric Aribit. La passion, le désir, la sensualité comme j'aime la lire. Mais aussi le mal, les mots, la poésie, l’Histoire, la religion. Tout y est mais rien n’est de trop. La justesse, le dosage parfait pour envoûter. Et la plume de l’auteur, il faut que je vous en parle aussi. Précise, en perpétuel mouvement. Tantôt saccadée, tantôt posée. Tantôt grave, tantôt poétique, charnelle et drôle. Montagnes russes. Maîtrise et beauté. De ce fait, on pourrait avoir envie de dévorer ce roman d’une traite tant il emporte dès la première mesure. Avoir envie de le consommer tel un amour fou, imprévisible comme celui qui lie le narrateur à Lou. Mais à bien y réfléchir, je vous dirai de le goûter par petites bouchées. De le consommer avec passion et non frénésie. En drogue douce. Le consommer délicatement plutôt que le voir se consumer ou s’embraser. Personnellement, j'ai essayé de le maintenir, là, auprès de moi, le plus longtemps possible. De prendre mon temps comme lorsque je lis de la poésie. Car Le mal des ardents est un long poème. A Lou. A la passion. A l’art. A la culture. A... L’embrasement par tous les feux, voilà ce qu’est le roman de Frédéric Aribit. La passion, le désir, la sensualité comme j'aime la lire. Mais aussi le mal, les mots, la poésie, l’Histoire, la religion. Tout y est mais rien n’est de trop. La justesse, le dosage parfait pour envoûter. Et la plume de l’auteur, il faut que je vous en parle aussi. Précise, en perpétuel mouvement. Tantôt saccadée, tantôt posée. Tantôt grave, tantôt poétique, charnelle et drôle. Montagnes russes. Maîtrise et beauté. De ce fait, on pourrait avoir envie de dévorer ce roman d’une traite tant il emporte dès la première mesure. Avoir envie de le consommer tel un amour fou, imprévisible comme celui qui lie le narrateur à Lou. Mais à bien y réfléchir, je vous dirai de le goûter par petites bouchées. De le consommer avec passion et non frénésie. En drogue douce. Le consommer délicatement plutôt que le voir se consumer ou s’embraser. Personnellement, j'ai essayé de le maintenir, là, auprès de moi, le plus longtemps possible. De prendre mon temps comme lorsque je lis de la poésie. Car Le mal des ardents est un long poème. A Lou. A la passion. A l’art. A la culture. A la vie qui nous entoure. Et je n'ai pas boudé mon plaisir de relire certains passages, une fois, deux fois puis trois pour en décupler la force et en saisir toute la virtuosité.
          Lire la suite
          En lire moins
        • coquinnette1974 Posté le 17 Novembre 2017
          Merci aux éditions Belfond et au site net galley de m'avoir permis de dévorer Le mal des ardents de Frédéric Aribit. J'ai adoré cet ouvrage, lu sans vraiment savoir de quoi il allait parler, à part d'amour, et j'en suis ravie. J'ai plongé dans ce très beau roman d'amour, qui m'a captivé de la première à la dernière page. J'ai beaucoup apprécié le narrateur, prof de français dans un collège parisien, mais aussi bien évidemment la ardente, surprenante, Lou. Tout est réussi dans ce livre, et j'ai beaucoup aimé l'écriture. J'ai découvert un auteur qu'il me plairait vraiment de relire. Je ne vais pas en dire plus sur ce livre très bien ficelé à par : Lisez le :)
        • SerenaStone Posté le 3 Novembre 2017
          Une très belle découverte. Conquise par la plume de cet auteur, à la fois romanesque et poétique et par l'univers artistique que partage ensemble les personnages, une union qui va au-delà des mots.
        • LettresItBe Posté le 18 Octobre 2017
          Frédéric Aribit publie son deuxième roman, à nouveau chez Belfond, après Trois langues dans ma bouche. Ce dernier livre s’invite donc avec le titre Le mal des ardents. Enigmatique, n’est-ce pas ? Ce roman ne l’est pas moins, avec la plume de ce professeur ès-lettres dont le nom résonne de plus en plus fort dans ce paysage littéraire marqué par la rentrée encore toute fraîche. Une petite étincelle ? Lettres it be vous en dit plus. # La bande-annonce Une rencontre de hasard, dans Paris, entre le narrateur et Lou, jeune violoncelliste étrange et exaltée. Pendant quatre jours et quatre nuits, le narrateur suit les errances, les fulgurances, les caprices de Lou, sa musique, ses photographies et ses dessins, ce qui le lance, subjugué, à la poursuite de l'impossible qu'elle incarne. Prof de lycée, il jonglait jusqu'ici avec des cours désincarnés, des interros surprise et une vie personnelle éparpillée. Grâce à elle, il redécouvre l'incandescence portée à ses limites. Mais l'étrange devient inquiétant : Lou se gratte beaucoup, semble ne jamais dormir, s'embarque dans des délires parfois risqués… Un dernier concert, La Pathétique de Tchaïkovski, une étreinte fulgurante entre les deux amants, et Lou est prise d'une grande... Frédéric Aribit publie son deuxième roman, à nouveau chez Belfond, après Trois langues dans ma bouche. Ce dernier livre s’invite donc avec le titre Le mal des ardents. Enigmatique, n’est-ce pas ? Ce roman ne l’est pas moins, avec la plume de ce professeur ès-lettres dont le nom résonne de plus en plus fort dans ce paysage littéraire marqué par la rentrée encore toute fraîche. Une petite étincelle ? Lettres it be vous en dit plus. # La bande-annonce Une rencontre de hasard, dans Paris, entre le narrateur et Lou, jeune violoncelliste étrange et exaltée. Pendant quatre jours et quatre nuits, le narrateur suit les errances, les fulgurances, les caprices de Lou, sa musique, ses photographies et ses dessins, ce qui le lance, subjugué, à la poursuite de l'impossible qu'elle incarne. Prof de lycée, il jonglait jusqu'ici avec des cours désincarnés, des interros surprise et une vie personnelle éparpillée. Grâce à elle, il redécouvre l'incandescence portée à ses limites. Mais l'étrange devient inquiétant : Lou se gratte beaucoup, semble ne jamais dormir, s'embarque dans des délires parfois risqués… Un dernier concert, La Pathétique de Tchaïkovski, une étreinte fulgurante entre les deux amants, et Lou est prise d'une grande crise de convulsion. Elle est conduite à l'hôpital avant de sombrer dans le coma. Le diagnostic surprend tout le monde puisqu'il conduit à la boulangerie où elle achète son pain, infecté par l'ergot. Bouleversé, le narrateur se lance dans une enquête sur les traces de ce mystérieux « mal des ardents » qu'on croyait disparu. Il découvre la longue et ahurissante histoire d'un petit champignon parasite aux propriétés hallucinogènes ayant provoqué, avec des symptômes spectaculaires, des hécatombes depuis l'Antiquité jusqu'au XXème siècle, avant le cas insensé de Lou. Il apprend l'histoire de Saint-Antoine, saint patron des ergotiques, il s'intéresse comme Arthur Miller au procès des sorcières de Salem. Et sa vie de basculer dans une urgence absolue, une fièvre qui n'arrête pas de brûler dans ce qu'on appelle l'art, si cher à Lou. # L'avis de Lettres it be Une rencontre fortuite, un baiser esquissé entre les sièges bariolés du métro parisien, un professeur qui s’entiche d’une musicienne aérienne … Le roman de Frédéric Aribit démarre comme ça. Juste comme ça. Une romance, dites-vous ? Un dérivé enjolivé de chick-lit ? Il n’en est rien. Le cadre se pose vite mais ne laisse même pas aux soupçons le temps de s’installer durablement. Cette plume visuelle et cinématographique qui s’arrête sur de brillantes descriptions du moment présent, ou du ressenti des personnages, cette plume-là emmène immédiatement le lecteur dans une aventure sentimentale originale et prenante. La suite de la chronique sur le blog de Lettres it be
          Lire la suite
          En lire moins
        • Lecturienne Posté le 12 Octobre 2017
          Ce livre c'est l'histoire d'une folle passion, de ces histoires d'amour qui vous surprennent un jour dans la banalité de votre quotidien et qui vous emmène dans leur tourbillon, très loin de vos habitudes. Mais c'est aussi une très intéressante étude sur l'ergot du seigle et sa présence à travers toute l'Histoire de l'humanité. Ce livre nous rappelle à quel point notre vie est fragile et comment un minuscule champignon que l'on perçoit à peine à l'oeil nu peut l'anéantir en peu de temps. Il nous rappelle que la vie est trop courte pour qu'on la laisse devenir banale et qu'il faut la vivre à 100%, se laissant la possibilité de s'évader des conventions et des carcans de la société pour parfois mieux en apprécier la saveur. Frédéric Aribit nous livre là un roman qui fait du bien, qui se laisse dévorer et nous donne envie de croquer la vie à pleine dents. Il a su avec succès mêlé les deux histoires la Grande et la personnelle avec simplicité et brio, ce qui fait qu'elles se nourrissent l'une l'autre sans gêner le moins du monde notre lecture, mais au contraire en... Ce livre c'est l'histoire d'une folle passion, de ces histoires d'amour qui vous surprennent un jour dans la banalité de votre quotidien et qui vous emmène dans leur tourbillon, très loin de vos habitudes. Mais c'est aussi une très intéressante étude sur l'ergot du seigle et sa présence à travers toute l'Histoire de l'humanité. Ce livre nous rappelle à quel point notre vie est fragile et comment un minuscule champignon que l'on perçoit à peine à l'oeil nu peut l'anéantir en peu de temps. Il nous rappelle que la vie est trop courte pour qu'on la laisse devenir banale et qu'il faut la vivre à 100%, se laissant la possibilité de s'évader des conventions et des carcans de la société pour parfois mieux en apprécier la saveur. Frédéric Aribit nous livre là un roman qui fait du bien, qui se laisse dévorer et nous donne envie de croquer la vie à pleine dents. Il a su avec succès mêlé les deux histoires la Grande et la personnelle avec simplicité et brio, ce qui fait qu'elles se nourrissent l'une l'autre sans gêner le moins du monde notre lecture, mais au contraire en nous passionnant de plus en plus pour les deux au fil des pages. C'est une superbe ode à la Vie et à l'Amour. Que je vous conseille de lire. C'est un texte avec lequel vous ne sauriez vous ennuyer tellement il est riche de connaissances, d'histoire, d'amour, de rêve et de bienveillance. Chronique complète sur le blog :)
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "Frédéric Aribit nous offre un livre exalté et exaltant, dans une narration maîtrisée et un style virtuose"
        Léon-Marc Lévy / La Cause littéraire.fr
        Toute l'actualité des éditions Belfond
        Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.