Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377354337
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 504
Format : 11 x 17,8 mm

Le mystère d'Edwin Drood

Paul Kinnet (Traducteur), Jean-pierre Croquet (Préface)
Collection : Collectors
Date de parution : 12/03/2020
Pour les 150 ans de la disparition de Charles Dickens, les éditions Archipoche rééditent 6 de ses plus grands romans dans nouvelles couvertures modernes et stylisées, dans le cadre d’une opération « 2 achetés = 1 offert » (Le possédé et autres histoires de spectres).
Qu’est devenu Edwin, disparu la veille de Noël ? Le jeune homme devait épouser Rosa, pensionnaire dans un orphelinat. L’enquête est menée par son oncle, le débonnaire John Jasper, chef des chœurs de la cathédrale.

Mais l’homme n’est pas au-dessus de tout soupçon : non seulement il est un habitué des...
Qu’est devenu Edwin, disparu la veille de Noël ? Le jeune homme devait épouser Rosa, pensionnaire dans un orphelinat. L’enquête est menée par son oncle, le débonnaire John Jasper, chef des chœurs de la cathédrale.

Mais l’homme n’est pas au-dessus de tout soupçon : non seulement il est un habitué des fumeries d’opium... mais il était secrètement épris de Rosa ! Il parvient cependant à détourner les soupçons en direction d’un certain Neville et de sa sœur jumelle...

Le premier « roman à sensation » de Dickens (1870) est aussi son dernier : l’écrivain meurt en emportant le secret du dénouement. Edwin a-t-il été enlevé ? A-t-il simulé sa propre disparition ? S’il est mort, qui l’a tué ? Cette édition apporte une solution convaincante à une fascinante énigme littéraire.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377354337
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 504
Format : 11 x 17,8 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bibliorium Posté le 13 Mai 2021
    Je crois qu'inconsciemment j'aime me faire du mal, ce qui m'a poussé à jeter mon dévolu sur cette oeuvre même pas achevée, Dickens ayant eu la mauvaise idée de mourir avant de terminer son feuilleton pile poil au moment où il s'essayait à un nouveau genre: jeu de chaises musicales amoureux, soupçon de meurtre, disparition inexpliquée. En termes de mystère, il n'y a pas à dire, Dickens a fait fort puisqu'il n'a pas laissé le moindre petit indice quant à la résolution de l'histoire. Heureusement, une bonne âme (le traducteur) a essayé d'avancer une piste en fin d'ouvrage, mais bon, c'est pas du cru. Mis à part ce détail que l'on ne peut pas vraiment reprocher à l'auteur, et malgré le changement de genre, le "style Dickens" reste bien palpable: atmosphère feutrée de l'Angleterre du 19e, personnages bien campés et critique de la société à travers les haut-placés qui en prennent pour leur grade. Par contre, pas de fresque historique avec personnages à foison éclatés sur le territoire: ici, le nombre restreint de personnages se concentre dans une petite ville qui ne paie pas de mine, avant que l'action ne se transporte tout entière à Londres. Et ça fait du... Je crois qu'inconsciemment j'aime me faire du mal, ce qui m'a poussé à jeter mon dévolu sur cette oeuvre même pas achevée, Dickens ayant eu la mauvaise idée de mourir avant de terminer son feuilleton pile poil au moment où il s'essayait à un nouveau genre: jeu de chaises musicales amoureux, soupçon de meurtre, disparition inexpliquée. En termes de mystère, il n'y a pas à dire, Dickens a fait fort puisqu'il n'a pas laissé le moindre petit indice quant à la résolution de l'histoire. Heureusement, une bonne âme (le traducteur) a essayé d'avancer une piste en fin d'ouvrage, mais bon, c'est pas du cru. Mis à part ce détail que l'on ne peut pas vraiment reprocher à l'auteur, et malgré le changement de genre, le "style Dickens" reste bien palpable: atmosphère feutrée de l'Angleterre du 19e, personnages bien campés et critique de la société à travers les haut-placés qui en prennent pour leur grade. Par contre, pas de fresque historique avec personnages à foison éclatés sur le territoire: ici, le nombre restreint de personnages se concentre dans une petite ville qui ne paie pas de mine, avant que l'action ne se transporte tout entière à Londres. Et ça fait du bien de ne pas retrouver exactement un auteur là où on l'attendait.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Enya75 Posté le 3 Février 2021
    Ce roman est le dernier livre écrit mais inachevé par Charles Dickens, décédé en cours d'écriture. Si l'écrivain a emporté à jamais la véritable issue de son unique roman policier, Paul Kinnet y a apporté de sa plume une fin "probable" et plausible selon moi. Je me suis lancée dans cette lecture avec une infinie curiosité. Dans cette histoire, tous les protagonistes se connaissent et vivent dans cette petite ville de Cloisterham. John Jasper, chef des choeurs de la cathédrale, et notoirement client d'une fumerie d'opium dans le quartier de Bloomsburry à Londres, est l'oncle du jeune Edwin Drood, qui doit prochainement se marier avec Rosa Bud (fille un peu puérile que tout effarouche), encore pensionnaire d'un orphelinat. Ce mariage est un voeu de la part de leurs défunts pères respectifs, mais les tourtereaux ne sont pas vraiment amoureux. Tandis que Jasper lui, est secrètement épris de Rosa. On fait également la connaissance, entre autres personnages importants de l'histoire, de Neville et Helena Landless, frère et soeur orphelins eux aussi. Neville sera confié au chanoine Crisparkle, et Helena rejoindra l'orphelinat de Miss Twinkleton où séjourne Rosa et avec qui elle sera très vite amie. Mais Neville va se disputer avec... Ce roman est le dernier livre écrit mais inachevé par Charles Dickens, décédé en cours d'écriture. Si l'écrivain a emporté à jamais la véritable issue de son unique roman policier, Paul Kinnet y a apporté de sa plume une fin "probable" et plausible selon moi. Je me suis lancée dans cette lecture avec une infinie curiosité. Dans cette histoire, tous les protagonistes se connaissent et vivent dans cette petite ville de Cloisterham. John Jasper, chef des choeurs de la cathédrale, et notoirement client d'une fumerie d'opium dans le quartier de Bloomsburry à Londres, est l'oncle du jeune Edwin Drood, qui doit prochainement se marier avec Rosa Bud (fille un peu puérile que tout effarouche), encore pensionnaire d'un orphelinat. Ce mariage est un voeu de la part de leurs défunts pères respectifs, mais les tourtereaux ne sont pas vraiment amoureux. Tandis que Jasper lui, est secrètement épris de Rosa. On fait également la connaissance, entre autres personnages importants de l'histoire, de Neville et Helena Landless, frère et soeur orphelins eux aussi. Neville sera confié au chanoine Crisparkle, et Helena rejoindra l'orphelinat de Miss Twinkleton où séjourne Rosa et avec qui elle sera très vite amie. Mais Neville va se disputer avec Edwin à propos de Rosa. Jasper et le chanoine Crisparkle tenteront de réconcilier les deux jeunes hommes lors d'un diner à la veille de Noël. C'est juste après ce diner qu'Edwin disparait... Jasper, Neville, Crisparkle sont les derniers à avoir vu Edwin Drood... Ce n'est pas la première fois que je lis et apprécie une oeuvre de Dickens, mais dans ce mystère, il y a beaucoup de personnages qui se greffent à l'histoire bien avant la disparition d'Edwind Drood. J'avoue avoir pris moins de plaisir à lire "l'avant-disparition" que "l'après disparition", nettement plus intéressante, et pleine de suspense. Lorsque Paul Kinnet prend le relais, on se rend compte un petit peu de cette césure, sa plume est plus "moderne", plus épurée en quelque sorte, mais elle reste néanmoins fidèle à celle de Dickens, elle-même élégante, descriptive mais parfois un peu lourde à certains moments. Cette lourdeur octroie un manque de clarté dans la première partie de ce roman policier, surtout lors de l'introduction de chaque nouveau personnage dans l'histoire, car l'auteur raconte l'histoire du nouvel arrivant et sa psychologie. Mais on ressent pourtant une belle unité à la lecture de ce récit. En bref, j'ai bien aimé cette lecture, surtout la résolution de l'enquête qui n'arrive qu'à la moitié du livre. Et puis l'intrigue est plutôt bien tricotée... Ne lisez surtout pas la préface, vous la lirez après, quand vous aurez terminé le roman, car on y dévoile trop de choses, cela nuit au suspense et à la surprise. Je ne comprends pas qu'un éditeur puisse laisser filtrer autant d'éléments qui mettent la puce à l'oreille dans la rédaction d'une préface, c'est dommage.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mousson Posté le 9 Janvier 2021
    Le traducteur apporte une conclusion, que personnellement je n'ai pas trouvé si convaincante, à l'une des énigmes littéraires les plus connues. J'ai trouvé l'ajout superflu, bien que j'admets qu'il puisse être désagréable d'achever brutalement une lecture sans avoir de fin ; mais on le sait en commençant la lecture... Je trouve le livre inachevé, et l'énigme dans l'énigme, bien plus intéressant et marquant qu'un ajout a posteriori.
  • Valkyrie_Lectrice Posté le 23 Avril 2020
    J'avais une édition de 1956 qui tombait en ruine à chaque page que je tournais (héritage de la bibliothèque de mon père). L'écriture de Dickens est appréciable mais difficile à aborder. On prend le temps de voir l'intrigue, les personnages etc. La particularité et la bizarrerie de ce livre est qui n'est et ne sera jamais achevé, même si des solutions y ont été ajoutées. Elles ne sont pas rédigées de l'auteur même. C'est ce qui m'a plu et frustré à la fois. Bonne lecture.
  • Fauvine Posté le 24 Mars 2020
    Ce roman est le dernier de Charles Dickens, laissé inachevé puisque l'auteur est mort avant de pouvoir le terminer. À la suite de quoi plusieurs écrivains ont tenté de trouver le fin mot de l' « énigme » et d'imaginer ce qu'aurait pu être la suite, donnant ainsi naissance à la « littérature droodienne » comme l'indique le préfacier. Ici, Paul Kinnet propose une fin selon ce qui lui paraît le plus probable. Mais par pitié, ne lisez pas cette préface avant le roman (heureusement que j'ai eu l'intuition de ne pas le faire!) car tout le roman est résumé dans cette dernière ! Quelle débilité que ces préfaces qui nous font un résumé complet des romans avant leur lecture sous prétexte que ce sont des classiques ! Ils n'ont qu'à écrire des postfaces ! Alors que dire sur ce roman ? Je m'attendais à un roman policier, et j'y ai trouvé tout autre chose, en vérité. le préfacier indique d'ailleurs que c'était alors la mode des romans « à sensation », que l'on n'appelait pas encore « romans policiers ». Mais perso, je me dis que si on ne les appelait pas ainsi, c'était peut-être à juste titre… parce qu'ils n'en étaient pas vraiment. Pour moi, ce roman donne bien des « sensations »,... Ce roman est le dernier de Charles Dickens, laissé inachevé puisque l'auteur est mort avant de pouvoir le terminer. À la suite de quoi plusieurs écrivains ont tenté de trouver le fin mot de l' « énigme » et d'imaginer ce qu'aurait pu être la suite, donnant ainsi naissance à la « littérature droodienne » comme l'indique le préfacier. Ici, Paul Kinnet propose une fin selon ce qui lui paraît le plus probable. Mais par pitié, ne lisez pas cette préface avant le roman (heureusement que j'ai eu l'intuition de ne pas le faire!) car tout le roman est résumé dans cette dernière ! Quelle débilité que ces préfaces qui nous font un résumé complet des romans avant leur lecture sous prétexte que ce sont des classiques ! Ils n'ont qu'à écrire des postfaces ! Alors que dire sur ce roman ? Je m'attendais à un roman policier, et j'y ai trouvé tout autre chose, en vérité. le préfacier indique d'ailleurs que c'était alors la mode des romans « à sensation », que l'on n'appelait pas encore « romans policiers ». Mais perso, je me dis que si on ne les appelait pas ainsi, c'était peut-être à juste titre… parce qu'ils n'en étaient pas vraiment. Pour moi, ce roman donne bien des « sensations », quelques frissons (et je ne doute pas qu'il en ait donné encore bien plus à l'époque où il n'existait pas encore toute la littérature horrifique ni les romans particulièrement noirs d'aujourd'hui). Mais quant au suspense, comment dire ? Je ne trouve pas qu'il y en ait vraiment. Et je n'ai pas l'impression que c'est ce que Charles Dickens cherchait non plus. En effet, très vite, une sorte de connivence s'établit entre le narrateur et le lecteur, le narrateur ne cherche pas à déjouer ses prévisions mais lui donne au contraire des indices, distille de petits commentaires éloquents sur l'attitude éminemment louche d'un certain personnage. [masquer] Que dire en effet de l'épisode de la crypte où l'on comprend sans l'ombre d'un doute que Jasper a saoulé Durdles pour lui subtiliser une clef ? Et de tous les passages où le narrateur affirme qu'il a l'air d'avoir un sombre dessein, frôle les murs comme un bandit et paraît amoureux de Rosa etc. ? [/masquer] le « mystère » repose plus sur la question « Edwin Drood est-t-il vraiment mort ? » que sur l'identité du coupable l'ayant tué ou ayant tenté de le faire ! Je n'y ai donc pas trouvé le suspense attendu, toutefois ce roman n'en est pas « raté » pour autant, loin de là. En lisant, je me suis dit à plusieurs reprises, moi qui n'avais pas lu de roman de Dickens depuis mon adolescence, « mais quel maître dans l'art de composer un personnage, de le rendre si réel ! Dans l'art d'observer et de savoir saisir les moindres nuances de la personnalité des gens et de savoir les croquer avec autant de vérité ! » Car vraiment, dans ses personnages, on reconnaît tellement bien certaines personnes, c'est si bien transcrit ! S'il avait été humoriste à notre époque, Dickens aurait pu faire un one man show avec tous ces protagonistes, s'il avait joué aussi bien qu'il écrit, il aurait pu les faire vivre sur scène en nous faisant rire aux éclats ! Son récit est en effet drôle, très souvent. Et parfois sa critique acerbe, sous un humour à l'ironie acérée. le personnage du philanthrope par exemple, qui donne des leçons à tout le monde, se lance sans cesse dans des polémiques contre les pensées qu'il prête aux autres et qu'ils n'ont jamais eues, qui fait des procès d'intention à chacun, déforme leurs propos, qui se voit comme un pourfendeur de l'intolérance et de la violence tout en étant lui-même le type le plus intolérant et violent qui soit, ou le personnage de Mme Billikin, qui met tous les professeurs dans le même sac parce qu'elle en a eu de mauvais... quelle peinture de certaines personnes, quelle que soit l'époque… Malgré cela, j'ai aussi trouvé certaines longueurs dans le roman sans quoi il m'aurait plu beaucoup plus. Et une partie de la fin ne me paraît pas crédible. [masquer] Sérieusement ?, avec une seule perruque, Drood devient méconnaissable ! Laissez-moi rire ! Il eût fallu un masque, ou autre chose ! [/masquer] C'est pourquoi, avec le manque de suspense, je ne mets « que » 3,5.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés