Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259218320
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 492
Format : 154 x 240 mm

Le sang et l'or

Michelle Charrier (traduit par)
Date de parution : 17/10/2013

 Dans ce nouveau volet de la célèbre « Chroniques des vampires ». Anne Rice évoque la vie de Marius, personnage clé de cette saga fantastique, et nous fait revivre de grandes époques de l'Antiquité à la Renaissance à travers son univers fantastique.

« Tu apportes le mal car tu es le mal. Dans ton beau palais, les mensonges circulent de bouche en bouche, la vie est mensonge et le mensonge risque de te trahir. »

Anne Rice n’est pas seulement l’auteur qui a révolutionné le fantastique avec ses « Chroniques des vampires »...

« Tu apportes le mal car tu es le mal. Dans ton beau palais, les mensonges circulent de bouche en bouche, la vie est mensonge et le mensonge risque de te trahir. »

Anne Rice n’est pas seulement l’auteur qui a révolutionné le fantastique avec ses « Chroniques des vampires » en apportant au genre sensualité et démesure, c’est aussi quelqu’un qui a construit patiemment, méthodiquement, un univers cohérent, de plus en plus riche et complexe, et étrangement convaincant.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259218320
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 492
Format : 154 x 240 mm
Plon
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Adl Posté le 12 Février 2019
    Enfin l'occasion se présente d'étancher ma soif de curiosite sur Marius, qui semble t il est le réceptacle de tous les secrets! Après tant d'années vécues, enfin il se raconte et j'ai pris un grand plaisir à voyager au travers des siècles, arpentera les rues des plus splendides cités, suivre leur déchéance et les successions des peuples, admirer les plus belles oeuvres picturales que l'on connaît encore aujourd'hui. Marius est un professeur d'histoire passionné, qui cherche à survivre malgré la monstruosité de sa race. S'il n'a pas détrôné @Lestat le Vampire ni @La Reine des damnés, ce tome se lit quand même très bien, les mordus auront plaisir à croiser de nouveau les plus puissantes de ces envoûtantes créatures.
  • Symphonia2 Posté le 7 Juillet 2018
    Encore une fois Anne Rice nous offre un merveilleux voyage à travers les âges et les pays. L’Italie. Constantinople. Puis l’Italie à nouveau. La Rome antique, la Florence de la Renaissance, Venise et ses canaux. Les décors sont décrits avec force détails. Majestueux et magiques, comme dans un rêve. L’auteur n’a pas son pareil pour nous bercer d’images magnifiques. On a également le plaisir de comprendre davantage ce vampire charismatique, mentor d’Armand puis de Lestat. Ce tome complète parfaitement les précédents racontant les histoires d’Armand et de Lestat. On a enfin le point de vue du maître. Marius est un personnage passionnant car empli d’humanité, un peu artiste et philosophe, célébrant la vie et la beauté. D’ailleurs, le passage avec Botticelli est merveilleux. Mais malgré tout, malgré son âge et son expérience, il a commis – comme chacun d’entre nous – des erreurs qu’il confie avec honnêteté. Et c’est ce qui est touchant chez lui. Encore une fois, la religion réapparaît en trame de fond. Le point de vue de Marius est intéressant car il vu se développer le christianisme et sombrer l’empire romain. Il a cette phrase que j’ai retenue: « A mon avis, voici ce qu’il faut comprendre au sujet du... Encore une fois Anne Rice nous offre un merveilleux voyage à travers les âges et les pays. L’Italie. Constantinople. Puis l’Italie à nouveau. La Rome antique, la Florence de la Renaissance, Venise et ses canaux. Les décors sont décrits avec force détails. Majestueux et magiques, comme dans un rêve. L’auteur n’a pas son pareil pour nous bercer d’images magnifiques. On a également le plaisir de comprendre davantage ce vampire charismatique, mentor d’Armand puis de Lestat. Ce tome complète parfaitement les précédents racontant les histoires d’Armand et de Lestat. On a enfin le point de vue du maître. Marius est un personnage passionnant car empli d’humanité, un peu artiste et philosophe, célébrant la vie et la beauté. D’ailleurs, le passage avec Botticelli est merveilleux. Mais malgré tout, malgré son âge et son expérience, il a commis – comme chacun d’entre nous – des erreurs qu’il confie avec honnêteté. Et c’est ce qui est touchant chez lui. Encore une fois, la religion réapparaît en trame de fond. Le point de vue de Marius est intéressant car il vu se développer le christianisme et sombrer l’empire romain. Il a cette phrase que j’ai retenue: « A mon avis, voici ce qu’il faut comprendre au sujet du christianisme: ce fut dès le début une religion d’amères disputes et de batailles, qui courtisa les autorités temporelles et les intégra à sa structure dans l’espoir d’effacer par la force ses nombreuses dissensions. » Bref, ce roman est une réussite, en grande partie grâce au personnage de Marius, et on s’imprègne encore davantage de l’univers complexe et riche qu’Anne Rice a su si bien créé (et raconté!) au fur et à mesure des tomes.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ManonReal Posté le 13 Janvier 2018
    Marius de Romanus, vampire de 2000 ans, est le plus érudit et sage des vampires crées par Anne Rice. Ce tome est centré sur lui, sur sa création en tant que vampire, puis sur la découverte de ceux qu'il faut garder, la reine Akasha et Enkil, avant de créer Pandora, Armand et Bianca et de rencontrer Lestat de Lioncourt. L'époque romaine est bien exploitée, de même que la partie vénitienne où Marius, devient artiste peintre, tout en essayant de s'intégrer le plus aux humains. Un de mes préférés parmi les chroniques d'Anne Rice :)
  • newfacefriend Posté le 12 Mars 2016
    C'est le premier livre de la saga des vampire que j'ai lu, et c'était peut-être un bon choix pour débuter. Même si l'on a loupé quelques épisodes et que l'on ne s'attarde plus de ce fait sur certaines histoires déjà raconté dans les livres précédant, on arrive à bien comprendre le contexte et on est du coup complètement captivé par l'histoire de Marius qui est immense. Vraiment une de mes lectures coup de coeur, qualité d'écriture, ambiance, romance et fantastique et le tout raconté avec extrême finesse. Vraiment le meilleur livre a mon sens de cette très grande saga.
  • Machubol Posté le 1 Août 2015
    Après le geignard Louis, le flamboyant Lestat, l’impitoyable Akasha, je me suis lancée dans l’histoire de Marius, le passionné. Après avoir lu les trois premiers tomes de la Saga des vampires, il m’a semblé tout à fait possible de prendre les tomes suivants dans le désordre et Marius ayant été un personnage qui m’avait marqué dans Lestat le vampire (bien qu’il n’y ait été abordé que dans quelques chapitres) et dans la Reine des damnés, c’est tout naturellement que j’ai choisi Le Sang et l’Or pour poursuivre mon voyage dans cette superbe saga. La façon dont l’histoire est introduite, grâce à un autre Ancien souffrant de solitude qui écoute Marius, est assez intelligente et j’ai apprécié qu’elle ne soit pas non plus trop longue. De plus cela permet de donner au lecteur l’impression que Marius s’adresse directement à lui. Par ailleurs, l’écriture fluide d’Anne Rice est toujours un plaisir pour les yeux, avec un vocabulaire accessible à tous. Que dire sur ce personnage si ce n’est que le pauvre ne devrait jamais compter sur la chance ; sa longue vie, malgré quelques courtes (enfin courtes pour un vampire) passes de bonheur, est marquée par la douleur, la peine et les horreurs. Il... Après le geignard Louis, le flamboyant Lestat, l’impitoyable Akasha, je me suis lancée dans l’histoire de Marius, le passionné. Après avoir lu les trois premiers tomes de la Saga des vampires, il m’a semblé tout à fait possible de prendre les tomes suivants dans le désordre et Marius ayant été un personnage qui m’avait marqué dans Lestat le vampire (bien qu’il n’y ait été abordé que dans quelques chapitres) et dans la Reine des damnés, c’est tout naturellement que j’ai choisi Le Sang et l’Or pour poursuivre mon voyage dans cette superbe saga. La façon dont l’histoire est introduite, grâce à un autre Ancien souffrant de solitude qui écoute Marius, est assez intelligente et j’ai apprécié qu’elle ne soit pas non plus trop longue. De plus cela permet de donner au lecteur l’impression que Marius s’adresse directement à lui. Par ailleurs, l’écriture fluide d’Anne Rice est toujours un plaisir pour les yeux, avec un vocabulaire accessible à tous. Que dire sur ce personnage si ce n’est que le pauvre ne devrait jamais compter sur la chance ; sa longue vie, malgré quelques courtes (enfin courtes pour un vampire) passes de bonheur, est marquée par la douleur, la peine et les horreurs. Il est difficile d’imaginer ce qu’il a pu ressentir les nombreuses fois où son monde s’est écroulé autour de lui. Le problème quand on vit des millénaires c’est qu’on assiste à la chute brutale des empires, qu’on voit les choses et personnes qu’on peut aimer peu à peu disparaître. C’est une chose très difficile pour Marius avant tout amoureux des humains et des arts, qui, malgré son désespoir, se refuse à se doter de compagnons pour ne pas leur imposer le poids de la garde des parents sacrés. Son histoire se déroule en trois grandes parties, le début de sa vie en tant qu’immortel après avoir récupéré Akasha et Enkil, sa vie à Venise, et sa reconstruction et sa quête de Pandora. J’avoue avoir préféré la partie pendant la Renaissance à Venise, ou vraiment il exprime sa complète passion de l’art et des hommes. On en apprend un peu plus sur la façon dont il a rencontré Armand (qu’il avait appelé Amadeo) et dont il a été séparé. J’ai également apprécié son caractère très responsable, en effet, malgré son désir de retrouver Armand, de partir à la recherche de Pandora, d’avoir un compagnon auprès de lui, il n’oublie jamais son fardeau qu’il juge plus important que ses propres volontés. Le récit est tout de même marqué par quelques longueurs assez ennuyeuses, en particulier pendant sa vie à Rome qui était très répétitive. Ce tome n’en reste pas moins mon favori pour le moment.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…